Voltaire candide chap30

De
Publié par

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 1 405
Tags :
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
Séquence 1
Les Lumières
Chapitre30teletxe:
Candide
CONCLUSION Candide, en retournant dans sa métairie, fit de profondes réflexions sur le discours du Turc. Il ditàPangloss etàMartin : « Ce bon vieillard me paraît s'être fait un sort bien préférableàcelui des six rois avec qui nous avons eu l'honneur de souper. - Les grandeurs, dit Pangloss, sont fort dangereuses, selon le rapport de tous les philosophes : car enfin Eglon, roi des Moabites, fut assassinépar Aod ; Absalon fut pendu par les cheveux et percéde trois dards ; 1 le roi Nadab, fils de Jéroboam, fut tuépar Baasa ; le roi Ela, par Zambri ; Ochosias, par Jéhu ; Athalia, par Joïada ; les rois Joachim, Jéchonias, Sédécias, furent esclaves. Vous savez comment périrent Crésus, Astyage, Darius, Denys 2 de Syracuse, Pyrrhus, Persée, Annibal, Jugurtha, Arioviste, César, Pompée, Néron, Othon, Vitellius, Domitien , Richard II d'Angleterre,Édouard II, Henri VI, Richard III, Marie Stuart, Charles Ier, les trois Henri de France, 3 l'empereur Henri IV? Vous savez... - Je sais aussi, dit Candide, qu'il faut cultiver notre jardin. - Vous avez raison, 4 dit Pangloss ; car quand l'homme fut mis dans le jardin d'Éden, il y fut misut operaretur eum, pour qu'il travaillât : ce qui prouve que l'homme n'est pas népour le repos. - Travaillons sans raisonner, dit Martin ; c'est le seul moyen de rendre la vie supportable. » Toute la petite sociétéentra dans ce louable dessein ; chacun se mitàexercer ses talents. La petite terre rapporta beaucoup. Cunégondeétait,àla vérité, bien laide ; mais elle devint une excellente pâtissière ; Paquette broda ; la vieille eut soin du linge. Il n'y eut pas jusqu'àfrère Giroflée qui ne rendît service ; il fut un très bon menuisier, et même devint honnête homme ; et Pangloss disait quelquefoisàCandide : « Tous lesévénements sont enchaînés dans le meilleur des mondes possibles : car enfin si vous n'aviez pasétéchasséd'un beau châteauàgrands coups de pied dans le derrière pour l'amour de mademoiselle Cunégonde, si vous n'aviez pas étémisàl'Inquisition, si vous n'aviez pas couru l'Amériqueàpied, si vous n'aviez pas donnéun bon coup d'épée au baron, si vous n'aviez pas perdu tous vos moutons du bon pays d'Eldorado, vous ne mangeriez pas ici des cédrats confits et des pistaches. - Cela est bien dit, répondit Candide, mais il faut cultiver notre jardin. »
1. Noms de l'Ancien Testament 2. Noms de l'histoire antique 3. Noms de l'histoire moderne 4. Citation de la Genèse
Voltaire,Candide, 1759.
Séquence 1
Les Lumières
Analyse
Candide
INTRODUCTION 1)Idem /2)Idem 3) Candide ayant retrouvéetépouséCunégonde, il a achetéavec ses derniers diamants d'Eldorado une métairie oùtous son réunis,c'est sur ces derniers paragraphes de l'oeuvre que nous allons nous pencher.
LECTURE DU TEXTE
ANNONCE DES AXES Premier axe de lecture :Evolution et bilan des personnages Deuxième axe de lecture :La philosophie du bonheur ETUDE METHODIQUE I. Evolution et bilan des personnages Candide :- il ne revient pasàson point de départ au château ce qui montre sonévolution. - début : naïf, ne connaît rienàla vie fin : a fait le tour du monde, enrichi par ses expériences. - il interrompt Pangloss - il se pose des questions Ils vont voir un derbish qui ne leur donne aucune réponse et les renvoie. Pour Voltaire il n'y a pas de réponse, il ne faut pas avoir de préoccupation philosophique. Pangloss :pour lui tout est toujours pour le mieux dans le meilleur des mondes. - il n'est plus le maître incontestéde Candide, il se fait interrompre. - C'est le seulàne pas travaillédans la métairie. aucuneévolution, philosophe sophiste, s'enferme dans ses raisonnements. Cunégonde :début : belle et oisive Fin : laide mais excellente pâtissière le travail compense sa laideur. Autres persos :n'ont plus de malheurs et travaillent. "devint honnête homme"
II. La philosophie du bonheur, la rencontre avec le vieillard 1. Description du vieillard - homme d'expérience - " bon " répété4 fois - peu ambitieux, généreux, accueillant, hospitalier, travailleur - vie paisible, aisée, heureuse - contraste avec les atrocités commises en ville son bonheur dépend de son désintéressement du monde et de son travail. 2. Comparaison du vieillard avec les rois l'argent et la grandeur ne font pas le bonheur toutes les grandeurs sontéphémères. 3. Le travail dans le métairie - " la petite terre rapporta beaucoup " efficacitédu travail communautaire - Cunégonde devint une excellente pâtissière et Frère Giroflée devint honnête homme le travail efface les défauts 4. Il faut cultiver notre jardin " cultiver " = travailler, enrichir " jardin " = monde, esprit, jardin secret Il faut travailleràl'amélioration du monde
SéLes Lumiquence 1ères Il ne faut pas s'occuper des affaires des affaires des autre (égoïsme ?)
Candide
CONCLUSION Candide prend enfin conscience que le mal existe. Il constate que la souffrance humaine existe, et que Dieu y est indifférent. Le conte aboutit avec une leçon d'humanité: les gens riches et puissants n’ont pas réussi a conservéleur bonheur, il faut donc revenir àdes choses plus simples. Le bonheur est dans l’activité, il ne faut pas rester passif. Les personnages ont progressé, on est faceàun pragmatisme très productif car ils se suffisentàeux-mêmes. La morale possède un sens propre : il faut travailler, cultiver son jardin. Chaqueélément apporte quelque choseàla société, il faut donc cultiver les talents de chacun. Cette morale nous inviteànous connaître nous même, nos propres capacités tout en gardant une dimension modeste (notre jardin).
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.