Derrière la seizième porte

De
Publié par

Derrière la seizième porte, l'auteur nous invite à partager une bulle de liberté, dans sa classe, en prison. Ce petit livre n'est pas un discours militant, il n'expose pas de théorie politique, il ne juge pas, ni le système, ni les hommes ; il raconte une aventure, il met en scène des histoires dont le héros, quel qu'il soit, poursuit toujours une seule et même quête : (re)trouver son humanité. Pour atteindre cet objectif, il fallait un fil conducteur : l'estime de soi et un guide bienveillant (Françoise Leclerc du Sablon fut ce guide pendant quatorze ans).
Publié le : jeudi 1 janvier 2015
Lecture(s) : 5
EAN13 : 9782336364704
Nombre de pages : 146
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Françoise LECLERC DU SABLON
Derrière la seizième porte, l’auteur nous invite
à partager une bulle de liberté, dans sa classe, en
prison.
Derrière laCe petit livre n’est pas un discours militant, il
n’expose pas de théorie politique, il ne juge pas, ni
le système, ni les hommes qui le composent (même seizième portesi la tentation peut être grande), ni les autres, autour,
qui ne le connaissent pas ; il raconte une aventure,
des aventures, il met en scène des histoires dont le
Une classe héros, quel qu’il soit, poursuit toujours une seule et
même quête : (re)trouver son humanité. pour s’évader
dans la prison
Pour atteindre cet objectif, il fallait un fil
conducteur : l’estime de soi, et un guide
bienveillant : Françoise Leclerc du Sablon fut ce
guide pour quelques détenus pendant 14 ans, et
elle nous emmène sur ce chemin d’exploration et
de découvertes avec ses élèves.
Retraitée de l’Éducation nationale, Françoise
Leclerc du Sablon a un parcours à la fois
atypique et cohérent : enseignante en école
élémentaire, notamment pour des enfants non
francophones, lutte contre l’illettrisme pour
des adultes en difculté d’apprentissage, ou,
comme il est question ici, pour des hommes
et des femmes incarcérés.
Récit
Photo de couverture :
J. Allain / Jalka Studio
ISBN : 978-2-343-05022-5
9 782343 050225
14,50 €
Rue des Écoles / Récits
Françoise LECLERC DU SABLON
Derrière la seizième porte
Rue des Écoles / Récits





DERRIERE
LA SEIZIEME PORTE



















Rue des Écoles
Le secteur « Rue des Écoles » est dédié à l’édition de travaux
personnels, venus de tous horizons : historique, philosophique,
politique, etc. Il accueille également des œuvres de fiction
(romans) et des textes autobiographiques.
Déjà parus
Nicole-Le Hors (Jacqueline), La croix ou la bannière, 2014.
De l’Estourbeillon (Hubert), La Cité des hauteurs, 2014.
Coutarel (Colette), Promenade romantique à Pôle Emploi, 2014.
Baillet (Dominique), L’absence, 2014.
Zelwer (Charles), Face au miroir sans reflet, 2014.
Flouzat (Denise), Le journal d’E, 2014.
Barraux (Roland), La bicyclette de Hong Kong, 2014.
Lecomte (Emmanuelle), Lafi, récit de vie au Burkina, 2014.
Cambona (Christophe), Apologie du grand âge, 2014.
Girard (Marc), Ces géants qui m’ont précédé, 2014.
Monteil (Pierre), Les mensonges de l’Histoire, Tome 2, 2014.
Duflot (Patricia), La compagnie des ailes, 2014.

Ces douze derniers titres de la collection sont classés par ordre
chronologique en commençant par le plus récent.
La liste complète des parutions, avec une courte présentation
du contenu des ouvrages, peut être consultée
sur le site www.harmattan.fr Françoise LECLERC DU SABLON




Derrière
la seizième porte

*

Une classe pour s’évader
dans la prison


récit























Conception de la couverture :
Guillaume Lecasble









© L’Harmattan, 2014

5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris

www.harmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-05022-5
EAN : 9782343050225
Sommaire

Préface .................................................................................. 13
Présentation ......................................................................... 19
Seize portes .......................................................................... 23
Daniel ................................................................................... 35
Les Kurdes ........................................................................... 39
Leva ....................................................................................... 41
Fernande .............................................................................. 45
Claudine ............................................................................... 49
L'album de familles ............................................................ 53
Le compte-rendu ................................................................ 57
Claudine, encore ................................................................. 63
Romane ................................................................................ 67
Gaëlle .................................................................................... 73
Madeleine et Martine ......................................................... 77
Toujours Claudine .............................................................. 83
Christine ............................................................................... 85
Élisabeth ............................................................................... 87
Claudette .............................................................................. 91
Andrée .................................................................................. 95
Julie........................................................................................ 99
Martin103
Haydee ................................................................................ 109
Fatima ................................................................................. 113
Roger................................................................................... 117
Lysiane ................................................................................ 121
Sonia ................................................................................... 123
Marie-France ..................................................................... 127
Aude .................................................................................... 131
Sortie obligatoire .............................................................. 135
7 Tous mes remerciements vont à ceux qui m'ont encouragée,
qui ont écouté, critiqué, qui ont relu ou corrigé qui la
présentation, qui les mots, qui l’orthographe, qui certaines
expressions : Pascal, Mathilde, Nicolas, Odile, Brigitte, Anne,
Françoise, Hugues, Guy, Agnès, Marie-Aleth, Jean-Michel,
Pascal, Jean-Pierre, Perrine, Joëlle et ses élèves,
et mes amis « écrivants » Louis, Vincent, Huguette,
Marie-Lorraine, Nathalie et Colette. à Gwen,
à Claudine, Margaux, Haydee,
à Fernande, Martine, Madeleine,
à Sandrine, Elda, Marie-Lyse, Romane,
à Élisabeth, Morgane, Andrée, et Fatima,
à toutes celles et ceux qui sont passés dans ma classe.
Préface

Il est des lieux où l’on n’entre pas indûment,
c’est-àdire sans y apporter ou sans en emporter une part de
soi-même. Il est même des lieux où entrer, justement,
est en soi une tâche ardue, non pas seulement du fait de
la difficulté psychologique que cela représente mais
aussi en raison de la difficulté physique, pratique d’y
pénétrer.
La prison fait partie de ces bâtiments qui plus que
d’autres nous imposent leurs particularismes.
C’est qu’en effet, là plus qu’ailleurs, tout commence
(et tout finit, parfois) dès l’entrée.
Par son architecture, par ses règles de circulation, par
ce qu’elle incarne, par l’histoire qu’elle porte avec elle, la
prison est un endroit qui fait obstacle et qui heurte
notre quotidien tant il nous demande de faire
abstraction de nous-mêmes.
Dès les premières lignes, et c’est là l’une de ses
originalités, Françoise Leclerc du Sablon nous plonge
dans ce choc carcéral, dans la confrontation de ces deux
univers : le dehors et le dedans, la banalité et
l’extraordinaire, le familier et l’inconnu, l’attendu et
l’inattendu.
D’une porte (celle de son domicile) à une autre (celle
de cette -de ces prisons- où elle travaille), Françoise
Leclerc nous raconte ce que les plus beaux romans nous
décrivent : le franchissement d’un seuil. Ce qui le
précède, ce qui l’annonce, comment il se concrétise,
quelles ornières il nous réserve.
Il y a là quelque chose de fantastique, au sens
littéraire du terme : lorsque partant de la réalité la plus
13

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.