Est-Renc Prima herba-en cours

De
Publié par

■RencontreUne chance pour l’établissement !Prima Herba Les 17 et 18 mai, l’établissementd’enseignement agricole Edgar-Faure, à Montmorotdans le Jura, accueillera sur son exploitation le salonPrima Herba. Pilotée par le réseau cuma de Franche-Comté, cette manifestation sur la récolte des fourragesJean-Louis Favier, directeur de l’EPLEA deet la mécanisation partagée “est une chance pour Montmorot, où se déroulera le salon Prima Herba,les 17 et 18 mai : “Prima Herba cadre tout à faitl’établissement”, selon Jean-Louis Favier, son directeur. avec le projet de l’établissement.”our les 16 étudiants en BTS directeur. C’est important pour les d’outils pour favoriser l’installation.gestion et protection de la élèves d’être confrontés aux exigences Les mettre en position de prendre desnature, Prima Herba est déjà du monde du travail.” décisions en connaissance de cause.”P une réalité. Ce sont eux,encadrés par Eric Goes (ensei- Parler des cuma Une manifestation qui collegnant en éducation socioculturel- Prima Herba a parmi ses objectifs au projet d’établissementle) et Nicolas Bardey (graphiste de faire la promotion de l’agricul- “La manifestation cadre par ailleursbasé près de Besançon), qui ont ture de groupe et de la mécanisa- parfaitement avec le projet d’établis-imaginé, rêvé, conçu, sué,… créé, tion partagée. Pour le directeur, il sement”,souligne Jean-Louisle logo de Prima Herba. Après est important d’amener les jeunes Favier. D’abord parce que pourquoi, ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 42
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
Une chance pour létablissement!
Prima HerbaLes 17 et 18 mai, l’établissement d’enseignement agricole Edgar-Faure, à Montmorot dans le Jura, accueillera sur son exploitation le salon Prima Herba. Pilotée par le réseau cuma de Franche-Comté, cette manifestation sur la récolte des fourrages et la mécanisation partagée“est une chance pour l’établissement”, selon Jean-Louis Favier, son directeur.
Rencontre
Jean-Louis Favier, directeur de l’EPLEAde Montmorot, où se déroulera le salon Prima Herba, les 17 et 18 mai :“Prima Herba cadre tout à fait avec le projet de l’établissement.”
Les élèves en BTSGPN ont travaillé sur le logo de Prima Herba.
Pr ous le é16idutstna ne gSTBon eestiotect prd  eitnouteralan Hmari,Pst ebaerenuàjéd étilaér e xu,C. eostnatnnts épao uxru el eisxeéglcènvuees .rdêCtsree  tmcioonpftrroiava.ldictredueson m ddetru encadrés par Eric Goes (ensei-Parler des cuma gn)anett  eNni céodluacs atBioarn dseoy ci(ogcrualptuhrisetl-ePrima Herba a parmi ses lobjectilf-s le basé près de Besançon),qui onttduer ef adiree  glar opurpoe meot tidoen  lad e méacgarincisua-imaginé, rêvé, conçu, sué,… créé, rt . Pour le le logo de Prima Herba.Aprèsteisot ni mpaporatgaénet damen erd ilreesc tjeeuurn,eisl quoi, ils ont planché sur l’affiche à une prise de conscience.“Par le annonçant l’événement. Et peut-passé, de nombreux agriculteurs ont être seront-ils mis à contribution pour alimenter le site Internet,veinds meseissttehcA.tnofia ted sreerru mis en place en début d’ ée,ed sal 11 eiom les éennou sfrap,rerès is t,un cherirleamétertsuq i  ann primaherba.fr et primaherba.org ? est-ce économiquement unhangar : Eux, ou leurs ta-blissement (lire ceonllcèagdurée)s. dAe  cle ébon cssilbatéL ?xiohdet oi dset enemrt jenonuîra eoca tout n’est pas encore calé,exiqpludetcueuot tnamiar ne tritémau orrelaccsnd à d dére-renifféfaçotes fries des lélèvaux Jean-Louis Favier, dire r e l’Eplea.tse euqifpeagog péduipeLéqs nt lden-aA.d atuer somemsonnant lescoûts mobilisée sur le sujet. Il est clair que née, nous menons des projets directe-pour les enseignants en agroéquipe- ment avec des entreprises de travaux ment, comme Olivier Divetain, éga- agricoles par exemple. Notre objectif : lement chargé de l’opération Prima donner aux jeunes le maximum Herba au sein du lycée, ce type de journées, qui permet de concentrer un ignrtaénrêdt  néovimdberne t.de Mmaaist érPireilsm,ar evHêet rubanC h f f r e s pmeeunt t êptoreu ru lne s eexncseelliegnnta snutsp peonr tg eésgtiaolen-,L’Eplea de Montmorot agronomie, français,… Les élèvesL’établissement public local d’enseignement agri-seront également mis à contributioncole Edgar Faure de Montmorot compte : pour l’organisation. Participer à la1 lycée d’enseignement général et technologique logistique d’un tel événement est trèsagricole (Legta) formateur, quel que soit l’orientation1 centre de formation pour apprentis (Cfa) choisie ar l’élève.”1 centre de formation professionnelle et de pro-Enpplus d’être un bon supportmotion agricole (Cfppa) pédagogique à différentes matières,1 exploitation agricole Prima Herba provoquera la ren-1 magasin de vente directe des produits de l’ex-contre entre élèves et profession-(Comté, vins du Jura, poulets bio,…)ploitation nels.“Les techniciens et responsables900 apprenants par an professionnels du réseau cuma qui80 enseignants/formateurs (la communauté préparent l ’événement, les entre-éducative compte 140 personnes) prises qui vendent ou fabriquent les l’agriculture et l’envi- :2 pôles de compétence machines qui effectueront desronnement démonstrations, les techniciens desL’établissement organise une journée portes chambres d’agriculture, les agricul-ouvertes le samedi 18 mars 2006. teurs visiteurs,… liste pêle-mêle le
d’outils pour favoriser l’installation. Les mettre en position de prendre des décisions en connaissance de cause.
Une manifestation qui colle au projet d’établissement “La manifestation cadre par ailleurs par ait t avec l is-semfente,mensouligneep rojJeetadn-étLaboluis Favier. D’abord parce que pour l’exploitation de l’établisse-dirigée par Michel r et située en zone Comté, récolter le foin dans de bonnes conditions est pri-mordiale. L’exploi-on est par ailleurs  d’un système de n grange depuis plu-sieurs années. Or l’établissement a fait le choix de faire évoluer ce système, en lien avec le concept de l’agriculture durable : hier au fuel, il fonctionnera d’ici quelques mois au solaire. Pour Prima Herba, ce nouveau système constituera une véritable animation grandeur nature. L’un des forums organisés lors de ces deux jours abordera la question du séchage solaire. “En tant qu’établissement public local, poursuit Jean-Louis Favier, nous nous devons d ’être acteur de notre territoire. Participer à une manifestation professionnelle d ’une telle ampleur pour la région, partici-pe donc parfaitement de notre mis-sion.” Une façon de donner un coup de projecteur sur l’agricultu-re du Jura et de la Franche Comté, une façon aussi de mettre en lumière l’établissement et ses for-mations. Les 17 et 18 mai pro-chains, 8000 visiteurs sont atten-dus au sein de l’établissement. Le directeur, l’équipe pédagogique et les élèves ont la ferme intention de bien les recevoir.Brigitte Gaborit février20061EntraidEST
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.