ÉTUDE DE CAS - ABL

De
Publié par

ÉTUDE DE CAS PLANIFICATION FORESTIÈRE ® AVEC REMSOFT Arbex Consulting est une entreprise qui élabore des Plans d’Aménagement Intégrés des Ressources adaptés pour des sites sacrés aborigènes et autres organismes Pendant des siècles, les Algonquins de Barriere Lake (ABL) ont vécu dans les forêts du Québec. Encore aujourd’hui, ces communautés autochtones survivent en grande partie grâce à une économie de subsistance provenant presque essentiellement de la forêt. Au début des années 90, la communauté a commencé à ressentir les effets néfastes des activités forestières réalisées dans leur patrimoine traditionnel. Les Algonquins ont réalisé que ces activités menaçaient leur façon traditionnelle de vivre et même, la durabilité à long terme de leur communauté. Après avoir souvent été un conflit amer entre les companies forestières et autres organisations, une entente a enfin été atteinte entre les Algonquins et le Gouvernement du Québec et du Canada. Cette entente a pour objectif d’assurer la protection et la continuation des activités traditionnelles des ABL et de leur mode de vie dans un contexte global de gestion forestière. Cette entente, aussi appelée l’Accord Trilatéral, est vue comme étant le première du genre en Amérique du Nord. Elle engendrera la création d’un Plan d’Aménagement Intégré des Ressources (PAIR) de 20 ans qui harmonisera les opérations forestières avec les exigences environnementales et le développement durable, et cela, ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 63
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
É T U D E D E C A S
P
L
A
N
I
F
I
C
A
T
I
O
N
F
O
R
E
S
T
I
È
R
E
A
V
E
C
R
E
M
S
O
F
T
®
Arbex Consulting
est une entreprise qui élabore des Plans d’Aménagement Intégrés des
Ressources adaptés pour des sites sacrés aborigènes et autres organismes
Pendant des siècles, les Algonquins de Barriere Lake (ABL) ont vécu dans les forêts du Québec. Encore aujourd’hui,
ces communautés autochtones survivent en grande partie grâce à une économie de subsistance provenant presque
essentiellement de la forêt.
Au début des années 90, la communauté a commencé à ressentir les effets néfastes des activités forestières réalisées
dans leur patrimoine traditionnel. Les Algonquins ont réalisé que ces activités menaçaient leur façon traditionnelle de
vivre et même, la durabilité à long terme de leur communauté.
Après avoir souvent été un conflit amer entre les companies forestières et autres organisations, une entente a enfin été
atteinte entre les Algonquins et le Gouvernement du Québec et du Canada. Cette entente a pour objectif d’assurer la
protection et la continuation
des activités traditionnelles des ABL et de leur mode de vie dans un contexte global de
gestion forestière.
Cette entente, aussi appelée l’Accord Trilatéral, est vue comme étant le première du genre en Amérique du Nord. Elle
engendrera la création d’un Plan d’Aménagement Intégré des Ressources (PAIR) de 20 ans qui harmonisera les
opérations forestières avec les exigences environnementales et le développement durable, et cela, tout en accomodant
leur activité et culture indigène traditionnelle.
Les Algonquins ont un intérêt particulier face à la protection
de sites spéciaux. Ces sites protégés peuvent varier de
secteurs servant à la cueillette de plantes médicinales aux
territoires traditionnels de chasse et même aux cimetières
ancestraux.
Il existe présentement 36 compagnies forestières en
opération dans le Territoire de l’Accord Trilatéral (10 920
km
2
). La réconciliation de l’utilisation des terres est donc une
affaire très complexe. Toutefois, les signataires de l’Accord
sont tous prêts à se lancés dans la création d’un plan
d’aménagement viable à long terme. “C’est un important
projet pilote puisqu’il met en pratique le concept de
développement durable et incorpore la sagesse et le mode de
vie traditionnel des autochtones dans les processus de
développement moderne, et cela, tout en protègeant cette
culture traditionnelle, » dit Bruce Byford, un consultant forestier et président de
Arbex Forest Resource Consultants.
Byford, basé à l’usine de Oxford en Ontario, s’est engagé à travailler avec la Nation Algonquine dans l’élaboration et le
développement d’un Plan d’Aménagement Intégré des Ressources d’une durée de 20 ans.
« Les fonctions spatiales (visualisation de cartes), disponibles dans Spatial Woodstock et Stanley, se sont avérées très
utiles pour démontrer la distribution et la synchronization des opérations forestières aux représentants Algonquins. De
plus, le logiciel était aisément adaptable au Système Provincial d'Inventaire des forêts au Québec. »
« Les fonctions spatiales
(visualisation de cartes), disponibles
dans Spatial Woodstock et Stanley,
se sont avérées très utiles pour
démontrer la distribution et la
synchronization des opérations
forestières aux représentants »
Bien que le développement d’un PAIR a été initialement prévu pour le
Territoire de l’Accord Trilatéral (TAT), il a été déterminé que l’application
de PAIR individuels, sur des plus petits Secteurs d’Aménagement
Traditionnel (SAT)
et à l’intérieur du territoire de l’accord, serait plus
facilement aménageable.
Considérant la grosseur du TAT et la diversité
des écosystèmes qui le compose, il serait donc approprié d’agir ainsi.
Pendant les deux dernières années, Mr. Byford a utilisé le Système de Planification Spatiale de Remsoft pour
développer des modèles informatiques et une variété de scénarios d’aménagement servant à la prédiction de
l’approvisionnement en bois. La réalisation de cette tâche s’est avérée possible grâce au travail d’une équipe de
planification composée de représentants des Premières Nations et de la Province. L’équipe a élaboré cinq scénarios
d’aménagement
différents et cela, pour chacun des sept SAT.
« Le progiciel de Remsoft offre une versatilité inégalée
dans
la
modélisation
de
diverses
stratégies
d’aménagement des resources. Ces stratégies peuvent
être réalisées sous de multiples scénarios et contraintes.
Ce programme permet également de prédire explicitement
les impacts de chaque stratégie sur des secteurs
considérés comme étant culturellement significatif en
terme d’habitat faunique par les Algonquins, etc, »
explique Mr. Byford.
Mr. Byford a appris rapidement comment utilisé le progiciel
à l’aide d’un cours de formation donné par Remsoft. Il dit
qu’il est impressionné par la capacité de communication
qu’offre le logiciel Stanley. Il prévoit utilisé le programme plus largement dans la communication des plans aux
dépositaires à la prochaine étape du projet. Ce qui nécessitera de faire des recommandations pour mettre en
application le PAIR.
« Je sais maintenant qu’il y aura quelques personnes qui diront que les niveaux d’approvisionnement en bois sont
inatteingnables ou q’un plan n’est pas viable parce que les zones tampons sont trop larges ou que les Algonquins
protègent trop de sites et par conséquent, que les activités forestières sont économiquement irréalisables. Toutefois, je
serai capable d’utiliser Stanley pour démontrer la variété de scénarios d’aménagement élaborée et cela résultera
en un
processus de prise décision ayant une base d’information plus solide, claire et élaborée. »
Pour plus d’information sur les Algonquins
de l’Accord Trilatéral de Barriere
Lake, vous pouvez visiter
http://www.barrierelake.ca.
WWW.REMSOFT.COM
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.