Journal départemental de la section FSU de Loire-Atlantique n°81 - Juin 2013

De
Publié par

N°81 Juin 2013 - ISSN 1249- 2051 Section de Loire-Atlantique Fédération Abonnement annuel 2 euros Syndicale FSU-8 pl de la Gare de l’État, case postale n°8, 44276-Nantes CEDEX 2 - tel : 02 40 35 96 55-fax 02 40 35 96 56 Unitaire Site internet : http://www.fsu44.org - e mail : fsu44@fsu44.org déposé le 27 juin 2013 Dispensé de timbrage Cirque ? Conférence ! Nantes ROLLIN POUR 44 Quand les politiques tournent en rond… 8 pl de la Gare de l’État Il y a un an, le 10 juillet 2012, le premier ministre ini- case postale n°8 tiait un premier tour de piste social avec une conférence 44276-Nantes CEDEX 2 pleine d’engagements. Le cap donné était prometteur avec entre autres pistes de réformes : « encadrer les licenciements, assurer [via les salaires] aux salariés la juste contrepartie des efforts, mettre un terme à la RGPP, ne pas donner suite au projet sarkozyste compétitivité- emploi… ». Un an après où sommes-nous ? Aucune loi n’est venue contrarier les licen- ciements boursiers. Les prédateurs de la fi- nance comme Arcelor Mittal peuvent conti- nuer à détruire, piller et faire fortune. En termes de compétitivité et d’emploi le gouvernement – SOMMAIRE avec ses alliés syndicaux et ses partenaires patronaux – p 1 Édito a accouché de l’ANI qui n’est qu’une reprise du projet p 2-3 Les difficultés de la mise en place de l’Espé dans l’académie du MEDEF et de Sarkozy.
Publié le : vendredi 12 juillet 2013
Lecture(s) : 89
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
1 et du réalisem ,tes ruottud  cespromisom p àessava rl ce-roécondre ue momiqla ,noiduoevelg t enemrnueiqplex-er ses  te silpseisno sel sérrgtend proquil enruS sel marg.rems,teom ce- raitrlaiases rul ems rotela p ou res,erèinam ed noitccoa  le,alérén g rapitep setcuotérnfceenva ae nce tst uoojru salhes. La logi-que erttemeesuac ne Le.êm m rden oioccnd  ecn eruer po- lesqueslitiesplu  aes leu psivrtnes iuqessae gouverncier, lms eifanav-mipirn-i lerisanrgod tisiohc tnemenune  En ité.stérlua n àtaoiétrg fnt oée plat aid evuerilop enue, lannéuvere gotne enemlEsy tlnsoiri cqutidee  al axodbil larétique daccompagenemtnp ul suom  sulp sesohc selxpe nleel, tevienf si e arc.eL ler révéque ait riC- euqrtnocidaceen   !Co? érnf,sn  eujiluq eapas les cstifie p ,el nnaujli1  0d   ron a uIl yuot seuqne tnenrled anQutilipos ret uo redp sieti-tiait un premireimnim rtsini et le1220le, re pné é don cap. Lenestgameegnend eiple ncreféon cenu ceva laicos « encadrrmes  : d  eérof siptsse arereutecavnt ettem ruetiatorp eparontrte c justr,sfeofed sit emeer tune tret mp en ,PPGR al à icenciemer les luser rv[nest ,saaials]re lia seséiraal sxua las paèra  ns mo sùonousmes-ucun ? An iol eunev tserantcoe es lerrisad noen rusti eau projet sarkozetsymoc itépivit-etélomp »iUn. reun-itnoc tnevupel tait Morelrcf roiaertef el r pilire,étru à dL .sp seruobreismeies ntic l-cenc moemA ifn-naecs de la rédateuruxcadiyns set  e ses cevs séillax  onaucouca acneiaaptraprter s cdepéomtititévienutnE .ret  semgouvernement  ae  tdmelpiol  eaus yt rou turjotnar ed  emhaffees licenrkozy. Lc uoertnicmenest detojpru  dseriaS ed te FEDEM uqui ANI e lhé dr peuen tuqnseot tuojup sr.sulan Dlas on fioctifstd sea tcoi-nnaires senvolenas seL !s serialt.engntaro pes L 0hc 100srd môueus pe plour ar j aGRPP .pmalécl ue) a ren publiqal oitcoitaed ndemoisrn Mla (AP à :srl juuo tote estiquocraechnt ocitilop euqanarle qui-blpun  des conceptions eac pénagitev,spes isrsncta des ,sém noruseed eété ont rammproged so  ùtr sfeofnan ioate,alontinad emêMcudél sterritorté de «  aovl-nosèm lal  ressoaipoe  durl »locEilai resdogm et quesnomié ocofsil  asnà  dleiaitinn ioatmrof aL .seuqitauqtaoisnà l epm inspirées dadémhtys sealocserii.loua Q ant rux nédtaoitn eosalst l ceustrill iuq eétrt ehcacrée undrae rmfoeréf ecnal ,noc  jden uicisoe all  eoctn0231e tsde cellere-pied 2102 telliuj ed  clae  dom nAu. itnoédar éFiresnitale Udica Syn eeseinsangn ptsnitae ,eulgnd eéans labsence dem yone sted abm ansioitqut anutd snad elfnoc sede pits gatiréroU  nev.srpsènaa ax-f556  9350  420 : let - 2 XEDs CEante76-N 442°n,8la eoptssa e m el airg.o-   f.ww44usptthw//:ernet : Site int 5695  60  2043 NSSI  -  -9421  Ju  81N°3 01 2inire  eral edatÉc ,tU-FSpl8 e  d Glaa nneu l 2ueor s2051  AbonnementS MOLLNI sORnaet    p  1E   MAIR        3102 niu N44R OUP      m si eneséd  eale lEspé place d p  3-2 É   otidfiifltcu L   desbrag tim   e   d  e 8lpra ealG 4@u4fs: or4.u4fssiD    ged ésnep6-Nantes CEDEX 2d péso él  e72j  ldetaÉ ct e astsop ela 8°n7244tionrisa 8    p ioe melputal titan desiron Flas leG     ala sed es  p  7-8   Asssem mêsem nauœrvhaf icndé apré: atsi etnnudorp      6  p   lo eléc de tionlisal sruojuot te ercoen: s teaitrRe  R tymh   p4 5-académie dans ltirrairoe noet tparétira :esmp iiqbl  ueioctpun 
 
Section de Loire-Atlantique
 
É di t o  (suite)   tions entre discours et choix politiques et économiques. Notre capacité à déterminer la manière dont nous vou-Le « mariage pour tous » ne saurait dissimuler la forêt lons vivre passe par un combat qui est très idéologique : de régressions sociales qui se poursuit et se programme. un autre monde est possible. Accepter celui-ci et ses Par le biais de mesures de représentativités syndicales logiques mortifères ne peut que conduire le syndicalis- me à servir de papier d’emballage aux logiques d’ex-aux calculs alambiqués la CGT et FO se retrouvent mi-ploitation. Le principe de réalité n’est pas d’accepter noritaires face au pôle d’accompagnement (CFDT/ l’ordre établi mais d’en changer les paradigmes par la CCFGTT Ce/sCt GmCi)s.e  Cene spt ousnitei opnr emmiinèroer itdaei rem apuovuari sl aa upgruermei :è rlea  conscience et laction. Loin dêtre une formule ce prin-cipe doit devenir actif pour contrer le populisme d’ex-f(oaivse cd alnsU NnoStrAe)  hsies tociarrea cstoécriisael e.e nL ef apitô lpe ard itu nrée foerscmoirsttee  trême droite et la faillite grandissante dun gouverne-ment qui coure à sa perte par désaffection et déception prudente des choix dominants en cours. Les combats à des milieux populaires. Ceci n’est pas un jugement, venir sur les retraites, le statut de la fonction publique, c’est un constat. l’emploi et le code du travail vont avoir à tenir compte de cette profonde division du syndicalisme salarié. Didier HUDE
Les dif fi cu lt é s d e la m is e  en  plac e  d e l 'Es p é   dans l'aca m i e  d e N an t e s  Volet important de la refondation » de l'école, la forma-Le projet d’accréditation réduit très fortement les possi-tion des maîtres doit à nouveau être réformée à partir bilités des étudiants qui échoueront une première fois de la rentrée 2013, et les IUFM disparaître au profit aux concours de recrutement ; tout semble fait pour les des Espé, Ecoles Supérieures du professorat et de l'édu-réorienter alors qu'une part importante d'entre eux peut cation. A Nantes, l'IUFM des Pays de la Loire doit de-souhaiter préparer le concours une seconde fois (80 % venir une Espé appartenant à l'université de Nantes, de ceux qui réussissent le concours de professeurs des mais qui assurera la formation des futurs enseignants écoles s’y présentent pour la seconde fois au moins). sur l'ensemble de l'académie (avec les universités d'An- gers et du Mans). L'absence de concertation avec les personnels   Le projet d'accréditation a été élaboré par les représen-Un projet d’accréditation de la future Espé a été préparé tants du rectorat et des présidences d'université, avec la depuis février, et présenté les 13 et 14 mai devant les direction de l'IUFM. Les personnels de l'IUFM, notam-instances des universités (conseils d'administration) et ment les formateurs, n'y ont pas été associés. Ils sont de l'IUFM (conseil d'école). Le projet n'a réduits à l'injonction de construire des recueilli aucune voix. De l'avis des re- maquettes dans des délais très courts, en présentants des personnels, il ne répond niant les divergences de points de vue pas aux exigences d'une formation solide qui existent (notamment entre employeur aux métiers de l'enseignement, de l'édu- et formateurs), en appliquant des directi-cation et de la formation. ves locales qui n'ont pas de sens en ter- mes de formation (on a vu ainsi naître un Des contraintes économiques qui dé-enseignement de « didactique transversa-terminent les choix et limitent les pos-le » dont on continue à se demander ce sibilités de formation  qu'il peut bien signifier...). Les tensions fortes entre les 3 universités (liées à des La négation du rôle des personnels est accentuée par le dettes issues des 3 années de fonctionnement depuis la projet de gouvernance de l'Espé, qui prévoit la création masterisation, et au contexte budgétaire très tendu dans d'un « Comité stratégique de la formation, qui oriente, les universités) ont conduit à ne rien dire dans le projet coordonne et accompagne l’action partenariale ». Le du « modèle économique ». On ne sait pas qui financera Conseil d’Ecole est vidé de tout pouvoir, il « administre quoi, où seront inscrits les étudiants. Surtout, on peut » et le Conseil d’Orientation Scientifique et pédagogi-être inquiet sur l'avenir des « petits » sites (Laval et La que « contribue à la réflexion ». Ce comité stratégique, Roche sur Yon). supérieur aux autres instances de l'Espé, comprend des Les stagiaires-fonctionnaires, qui seront aussi étudiants représentants des universités et du rectorat mais pas de en M2, seront affectés pour leurs stages en fonction des représentants des personnels. priorités de l'employeur, et non en fonction de leurs be-soins de formation. Cette formation est prévue en M2 Un cadre contraint par le manque d'ambition au ni-pour limiter les coûts de formation (affectations, regrou-veau national  pements...). Les difficultés ne viennent bien sûr pas seulement du
2
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.