Commentaire et analyse sur Le Dormeur du Val

De
Publié par

Le dormeur du val Un poème d’Arthur Rimbaud Présenté par Clément Rivoire et Nicolas Sbraire Présentation • « Le dormeur du val » est un sonnet écrit lors de la guerre Franco-Prussienne de 1870 par Arthur Rimbaud, un poète du mouvement romantique (NON). • Ce poème dénonce l’atrocité de la guerre en la comparant avec une nature paisible (… à voir). Il parle d’un soldat allongé au milieu d'une nature verdoyante, de sorte qu'on croie au début qu’il dort (« Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue, et la nuque baignant dans le frais cresson bleu, dort ») mais les dernières lignes nous apprennent brutalement sa mort (« Les parfums ne font pas frissonner sa narine […] Il a deux trous rouges au côté droit. »), représentant finalement son cadavre comme une « tache » et la guerre comme quelque chose de surnaturel et d'anormal. Commentaire « C'est un trou de verdure où chante une rivière Accrochant follement aux herbes des haillons D'argent; où le soleil, de la montagne fière, Luit: c'est un petit val qui mousse de rayons. » Texte Procédés Effets produits ère1 strophe Longue phrase descriptive Mise en place d’un décor « une rivière accrochant Personnification Un monde ensorcelé/une follement aux herbes des nature enchantée de l+ adverbe aux haillons d’argent » connotations diverses « follement » a rivière « où le soleil, de la Dissociation verbe/sujet Mise en valeur de la montagne fière, (= rejet) luminosité de la nature et de son côté divin.
Publié le : lundi 23 septembre 2013
Lecture(s) : 7 680
Nombre de pages : 10
Voir plus Voir moins
Le dormeur du val
Un poème d’Arthur Rimbaud 
  Présenté par Clément Rivoire et Nicolas Sbraire
 
Présentation
« Le dormeur du val »sonnet écrit lors de la guerre Franco-Prussienneest un de 1870 par Arthur Rimbaud, un poète du mouvement romantique(NON). Ce poème dénonce l’atrocité de la guerre en la comparant avec une nature paisible(… à voir).Il parle d’un soldat allongé au milieu d'une nature verdoyante, de sorte qu'on croie au début qu’il dort (« Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue, et la nuque baignant dans le frais cresson bleu, dort ») mais les dernières lignes nous apprennent brutalement sa mort (« Les parfums ne font pas frissonner sa narine […] Il a deux trous rouges au côté droit. »), représentant finalement son cadavre comme une « tache » et la guerre comme quelque chose de surnaturel et d'anormal.
Commentaire
« C'est un trou de verdure où chante une rivière Accrochant follement aux herbes des haillons D'argent; où le soleil, de la montagne fière, Luit: c'est un petit val qui mousse de rayons. »  
  
Texte
1èrestrophe
« une rivière accrochant follement aux herbes des haillons d’argent »
« où le soleil, de la montagne fière,Luit. »
Procédés
Longue phrase descriptive
Personnificationde l+ adverbe aux connotations diverses « follement » a rivière Dissociation verbe/sujet (= rejet)
Effets produits
Mise en place d’un décor
Un monde ensorcelé/une nature enchantée
Mise en valeur de la luminosité de la nature et de son côté divin.
« Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,  Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu, Dort; il est étendu dans l'herbe, sous la nue, Pâle dans son lit vert où la lumière pleut. »  Textes Procédés  « Et la nuque baignant Dissociation verbe/sujet dans le frais cressonEncore un rejet !  bleu, Dort »
Un soldat jeune, « bouche ouverte, tête nue, Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu, Dort »
« il est étendu dans l'herbe, sous la nue, Pâle dans son lit vert où la lumière pleut. »
Dans, sous
Lit vert
Longue phrasenon verbaledescriptive
Trois compléments circonstanciels de temps
Prépositions 
Métaphore homme/nature
Effets produits Mise en valeur du sommeil du soldat et de son importance par la suite.Ouvre une nouvelle piste dinterprétation Présentation du personnage.C’est tout ?! (= paraphrase) 
Précisions sur le lieu et sur sa beauté.Creusez un peu les effets produits, sinon c’est de la pure paraphrase Renforce l’intégration du dormeur dans la nature bienfaisante.
« Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme  Sourirait un enfant malade, il fait un somme: Nature, berce-le chaudement: il a froid. »  Rien sur la répétition de « sourire », ni sur le conditionnel « sourirait » ni sur le paradoxe : « Sourirait un enfant malade » ???  Texte Procédés Effets produits  
« Il dort […] il fait un somme »
« Souriant comme Sourirait un enfant malade […] il a froid. » « Nature, berce-le chaudement: il a froid. »  
Reprise du thème du sonnet(?) 
Nouveaux adjectifs : malade et froidparlez de connotations 
Nature allégorique, maternelle
Précisions sur ce que fait le personnage PARAPHRASE Intrusion d'indices : le sommeil
La nature prend un coté(mal dit)maternel avec le dormeur, comme si il n’allait pas bien (il a froid).
« Les parfums ne font pas frissonner sa narine; Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit. »   
Texte
« les parfums ne font pas frissonner sa narine »
« il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine tranquille » il a deux trous rouges « au côté droit »
Procédés
Constat négatif
Description…… précisez vos analyses!!!
Allitération en “r”   
Effets produits
Le lecteur se demande si le dormeur vit ou non. PARAPHRASE Dernière description du dormeur, tranquille, calme. Consonnes dures, sonnant comme des roulements de tambour.
Conclusion
Ce texte réussit à susciter la compassion du lecteur par la mort d'un soldat et lui montre l’horreur de la guerre, dénoncée par lesromantiques(dont Rimbaud ne fait pas partie…), en la comparant à une nature belle, paisible, reposante, mère de tous les bienfaits, presque « enchantée », chère aux romantiques dont Rimbaud faisait partie(non), à travers un poème profond sur la nature(?!!!). Ce poème est donc un texte fondamentalement romantique(toujours pas, non), à l'image de son auteur, Arthur Rimbaud.
Une œuvre
L’œuvre que nous avons choisi estUne galerie en ruinedu peintre Hubert Robert (1733-1808). C’est une huile sur toile, peinte en 1785, pendant le siècle des Lumières. Pour nous, elle rappelle, à travers le bâtiment grandiose, la beauté de la nature(un bâtiment, c’est tout sauf naturel !!!), abandonnée au profit d’activités humaines peu ou pas nobles (ici l’élevage et dans le poème la guerre). Ce tableau illustre bien ce délaissement, cette évolution qui ne va peut-être pas dans le bon sens.
5 œuvres / 5 citations
Titre pour expliquer votre association ?! (cf. consignes) « Tu {le lac} mugissais ainsi sous ces roches profondes, Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés, Ainsi le vent jetait l’écume sur tes ondes Sur ces pieds adorés. » Cette citation est issue du Lacd’Alphonse de Lamartine. Ce tableau, peint en 1818 par Kaspar David Friedrich, correspond assez bien à l’Homme songeur devant l’absence de la femme qu’il aime. Cette absence est dans le poème le lac du Bourget, et ici le fameux océan de nuages.
Le poème
L'œuvre d'art
L'association des deux
Les cinq extraits associés à cinq œuvres d'art
Note globale
Présentation :Une erreur gênante sur le mouvement…
Étude :Tâchez d’être plus précis dans le repérage des procédés et, surtout, assurez-vousque l’identification des effets produits ne se limite pas à de la paraphrase (que perdrait-on à la lecture si l’on supprimait le procédé?)Présentation : rien sur le style du peintre, ni sur le contexte, ni sur le lieu d’exposition du tableau Étude : contestable
Peu convaincante
Une seule association au lieu de cinq !!!
1,5/3
3.5/7
0.5/2
0.5/2
0.5/4
0. 5/2
07/20
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.