Journées d’étude RT 30, Sociologie de la gestion

De
Publié par

Cinquième journée d’ étud e Réseau Thématique 30 – Sociologie de la gestion Association Française de Sociologie en collaboration avec le Laboratoire Méditerranéen de sociologie Les normes comptables et financières : à l'articulation des politiques macro-économiques et des contraintes technico-organisationnelles Le Réseau Thématique 30 « sociologie de la gestion » de l’Association Française de Sociologie s’intéresse, depuis sa création, au phénomène gestionnaire dans toutes ses dimensions. Parmi ces dimensions, la comptabilité joue un rôle structurant, tant par la place que ses usages jouent dans les décisions managériales, que par les enjeux – de plus en plus internationaux – que représente l'édification de ses normes. C'est pourquoi, dans le cadre de ses travaux pour l’année 2010, le réseau souhaite mettre au centre de ses réflexions les doctrines et pratiques comptables, ainsi que les analyses financières. Ces dernières nous semblent en effet être devenues déterminantes pour comprendre le fonctionnement des entreprises et des autres formes d’organisation, marchandes ou non marchandes, en Occident comme dans nombre d’économies émergentes. D'ailleurs, les normes comptables internationales, par leur appellation même (International Financial Reporting Standard), indiquent assez bien la place prise par l’information financière dans la conduite des entreprises et surtout dans le contrôle de leurs évolutions. Dès lors, pour rendre ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 42
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
1
Cinquième journée d’étude
Réseau Thématique 30 – Sociologie de la gestion
Association Française de Sociologie
en collaboration avec le
Laboratoire Méditerranéen de sociologie
Les normes comptables et financières : à l'articulation des politiques macro-économiques et des contraintes
technico-organisationnelles
Le Réseau Thématique 30 « sociologie de la gestion » de l’Association Française de Sociologie s’intéresse, depuis sa
création, au phénomène gestionnaire dans toutes ses dimensions. Parmi ces dimensions, la comptabilité joue un rôle
structurant, tant par la place que ses usages jouent dans les décisions managériales, que par les enjeux – de plus en plus
internationaux – que représente l'édification de ses normes. C'est pourquoi, dans le cadre de ses travaux pour l’année
2010, le réseau souhaite mettre au centre de ses réflexions les doctrines et pratiques comptables, ainsi que les analyses
financières. Ces dernières nous semblent en effet être devenues déterminantes pour comprendre le fonctionnement des
entreprises et des autres formes d’organisation, marchandes ou non marchandes, en Occident comme dans nombre
d’économies émergentes.
D'ailleurs, les normes comptables internationales, par leur appellation même (
International Financial Reporting
Standard
), indiquent assez bien la place prise par l’information financière dans la conduite des entreprises et surtout dans
le contrôle de leurs évolutions. Dès lors, pour rendre intelligibles les rapports sociaux en entreprise, il est indispensable
d'étudier, d'une part, les processus d'élaboration des normes et pratiques comptables, et d'autre part, les dynamiques de
production et de contrôle de l’information financière. L’influence de la comptabilité d’entreprise paraît d'ailleurs dépasser
largement le cadre étroit de l’économie, pour toucher tous les aspects de la vie sociale, au point d’en devenir l'un de ses
fondements les plus délicats à penser.
Dit autrement, ce sont les articulations entre doctrines et pratiques professionnelles, d'une part, et leurs incidences
sociales, voire sociétales, d'autre part, qui nous intéressent. À ce titre, les normes comptables et l’information financière
constituent le point de rencontre, encore bien opaque, entre le niveau international où se décident les politiques macro-
économiques, et les niveaux où s'élaborent les stratégies visant la transformation incessante des organisations.
Comprendre l'élaboration de ces normes, c'est donner à voir le travail de groupes sociaux et d’institutions, apparemment
« délocalisés », « mondialisés » et « impersonnels ». C'est également identifier l’inscription sociétale de ce travail dans les
activités productives, les pratiques organisationnelles, les positionnements concurrentiels et les stratégies de
développement d’entreprises qui sont forcément « localisées », « nationales ». C'est, tout compte fait, apprécier les
origines lointaines de la volonté de changer toutes les dimensions du travail, via l'introduction et le renouvellement de
dispositifs de gestion.
Mais, si de tels efforts de décryptage s'avèrent indispensables, nous permettent-ils pour autant d'imaginer des formes
alternatives de normes comptables, des manières de penser la gestion plus respectueuses du travail et des institutions ?
Formé avant tout de sociologues, le RT 30 est convaincu d’avoir beaucoup à apprendre des spécialistes de la gestion
comptable et financière pour conduire ses analyses. C’est pourquoi notre groupe souhaite se tourner vers ses collègues
économistes et des sciences de gestion pour l’organisation de cette journée d’étude.
Pour le RT 30
Corinne Eyraud
, Laboratoire Méditerranéen de Sociologie
Jean-Luc Metzger
, CNAM-Lise
Salvatore Maugéri
, Laboratoire d’économie d’Orléans
2
PROGRAMME DE LA JOURNÉE
Date
: Mercredi 2 juin 2010
Lieu :
CNAM (2 rue Conté 75003 Paris) – Amphi A (entrée libre, dans la limite des places disponibles)
Matin
: Président de séance,
Jean-Luc Metzger
9 h 30 - 9 h 45
:
Corinne Eyraud,
Maître de conférences à l’Université
de Provence
« Introduction à la journée, mise en perspective des interventions, problématique »
9 h 45-10 h 15
:
Jacques Richard,
Professeur des Universités en sciences de gestion, Université de Paris-Dauphine
« Notions de résultat et de charges en fonction des grands systèmes économico-politiques, socialiste / capitaliste
/ autogestionnaire, et de leurs grandes subdivisions. Articulation entre catégories de la comptabilité et les choix
politiques »
10 h 15-10 h 45
:
Michel Capron,
Professeur des Universités en sciences de gestion, Université de Paris VIII
« La « comptabilité sociétale » : que pourrait être une comptabilité qui prend en compte, valorise et montre les
responsabilités sociales des entreprises »
10 h 45-11 h 00
: pause
11 h 00-11h 30
:
Nhu Tuyen LE,
Docteur en sciences de gestion (HEC)
« Transition économique et transition comptable au Vietnam, réflexions sur les fondements comptables du
socialisme et du capitalisme »
11h 30-12 h 30
: débat avec la salle :
animateur
Jean-Luc Metzger
12 h 30-14 h 00
: déjeuner
Après-midi
: Président de séance,
Salvatore Maugéri
14 h 00-14 h 30
:
Ève Chiapello,
Professeur à HEC
« Transformations de la représentation de l'entreprise portées par les normes IFRS. Conséquences de ces
transformations sur l'organisation du travail, les relations dans les entreprises, voire les conditions de travail »
14 h 30-15 h 00
:
Bernard Colasse,
Professeur des Universités en sciences de gestion, Université de Paris-Dauphine
« Les différents systèmes de normalisation, rôles et poids de l’État, des associations professionnelles, des
grands cabinets. Évolution du système français de normalisation et transformations des poids relatifs des
différents acteurs »
15 h 00-15 h 15
: pause
15 h 15-15 h 45
:
Corine Eyraud,
Maître de conférences à
l’Université
de Provence
« Évolution
de la comptabilité de l’
État en France vers
une comptabilité d’entreprise très proche des normes
IFRS. Conséquences
en termes de conception de l’
État, de son intégration au capitalisme »
15 h 45-16 h 45
: Débat avec la salle,
animateur
:
Salvatore Maugéri
16 h 45-17 h 15
:
Frédéric Lebaron
Synthèse des interventions et des débats, mise en perspective, articulation avec des réflexions propres à d'autres
questionnements
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.