livre blanc free2 COUL

Publié par

Entreprendre“c'est oser ses envies de vieSommaireA l’attention de Mesdames et Messieurs les Ministres,Encourager l’Esprit d'Entreprendre, ce n’est pas uniquement le moyen de Parlementaires, Présidents de Partis et de la presse.”créer de nouvelles entreprises, c'est aussi fournir à la population et, plus Synthèseparticulièrement aux jeunes, la capacité d’entreprendre leur projet de vie et 3 chantiers à… entreprendre pour faire progresserd’éviter ainsi les pièges de l’assistanat.l’Esprit d’Entreprendre dans l’espace Wallonie-Bruxelles.Développer l’Esprit d’Entreprendre c’est changer les mentalités et agir sur Esprit d’Entreprendre : Enjeux, définition et perspectives…un ensemble complexe de conditions-cadres, d’attitudes et de compétences étroitement liées.Trois chantiers à… entreprendre La mise en œuvre d’un programme de gouvernement pour l’esprit d’entreprendre nécessite dès lors une véritable stratégie coordonnée qui doit pouvoir se traduire dans tous les domaines : éducatif, économique, social et Chantier n°1 : Affirmer le développement de l’enseignement administratif.à l’Esprit d’Entreprendre comme une priorité de l’ensemble des départements du C’est dans la perspective des élections régionales, communautaires et euro-Gouvernement péennes que la Fondation FREE propose trois chantiers à entreprendre à l’intention des Ministres, des Parlementaires, des Présidents des partis Chantier n°2 : Promouvoir et soutenir une pédagogie francophones et de la ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 132
Nombre de pages : 18
Voir plus Voir moins
c'estosersesneivsedeiventEprrerdneeruocnEpeernErt,ecdnerlEagertd'sprioymdenenemletusauqinenptsreprisesllesentednuoeverceérulopplaàrniurofissuatse'c,entèremculiartisup,lpntetaoilrendreojprreuivedteédteejeunauxlaces,tiépacartpedneanst.DatelévpeoplrrpsEdtitnEviterainsilesipgèsedelsaissrigatesétilaclembseennuursetecnerderrpmentlesgerchantesedittaedutsceroétmpcoenétedcnoidmolpxeedres,dtions-caevnrguotopmeneprogunederammneesimdervuœtenemitLas.éelieéviratlbetsarsitedèslorsunpertdnernersecélurspetrienddomalesousnsteadudritarresoiuvpotoiduiqeénnodrooceigétstdansatif.Cemdnisirtailteae,quocscoéminoacud,fitsenié:laFquenespéenErpFERitnonoadanchsoitreosoperpertneàsreitectivedlaperspoisnrgéseéeltcomcnamunaios,leete-oruiatuserdsenestitspracophfranetonesrpalednadesseutblesvedéeddneràlitnneitondesMinistresed,aPsmelratneesirde,PrsidésmeppolevédecequeithaousEEFRsrpéedrotipiruneennedevientdnerdernEdpertspEtripplolerxuleel.solin-erBpaceWalanslesarppatejoautaîtilopnorofeuqie.Csablaut'estuhiru'dpsneniidntmecosunmmtaauahcosnivuoGenrex.Cetteimpulsiriseetérignouas,ntesleinsna-gselrapuej,senrsdelaesacteu:lseescoéiétntmegegaenl'eirdelbmesne'leduepleqd'elourtsurcnoaesuorrgralocelusnitatronliéaesépraudntaoisnsnotalsynthèseduneertneseruen-erpes.C..s,maomecrriseetanaixuscospa,les,lrentedsonbmrfeeltiqueleresainsoitcianntesnofre-purnees,rentantnesgi,nenuse:jeileciviétécosaledsruetcauxrembnoedèsdentreprisequdealplotiqieuta,antniuauveoissuenéporenneparresommilaCxtEsuaembmtassontia-éessreadrsesuerdnammoce.beSommaondationstf@erfeiengmenereeprenddttrEnEesèirpsSerihtnyspecpernetitioféni,xdjnue:EprrenteàsertinahcsiorTsevitne.toCtncasteedelenseignem.wwweerfdnofoitaintrmfoioat:nsLuoeedB5-avni484,n.beussécha021823+sner0166muNa400:.élrTstnGudrapéemettCennthaveouemrn:rPmouoeir°n2soutenirvoiretfeigogadépenuspElàleaboraverdnrtpednEirtseiglenansreddrenhaeCientn°r:1iffAremreldéveloppementdelesniengmenetprEslàntEditrdnerperemmocepriounederitéesbmlnesedeld84e4.bontidaoneferf.www:snoitamnforetictsontaigCeodoltéohalmigsemene6106en0r23+218éTru:.l5004NamuvainB-eédeoL,hcuasslremroftéicosailobmr,teerisSne3°:ilesisibntChnemeernanti:etnySesèhedrentenpreAdrexnninrlsErptidEécivileàsoute
Je préfère m’arrêter un jour en ayant raté les choses qu’en n’ayant pas essayé les choses que j’avais envie de fai ” re Jacques Brel
A l’attention de Mesdames et Messieurs les Ministres, Parlementaires, Présidents de Partis et de la presse. 3 chantiers à… entreprendre pour faire progresser l’Esprit d’Entreprendre dans l’espace Wallonie-Bruxelles.
Fondation pour la Recherche et l’Enseignement de l’Esprit d’Entreprendre
Mai 2004
eefrs@ntioatndfoeb.n
Pourquoi 3 chantiers à… entreprendre ?
La Fondation pour la Recherche et l’Enseignement de l’Esprit d’Entreprendre (FREE A.S.B.L.) est une organi -sation apolitique créée en mai 2003 avec le soutien de sept personnalités : Monsieur Jean-Pierre Berghmans, le Baron Albert Frère, Monsieur Jean-Pierre Hansen, Monsieur Christian Jacqmin, le Comte Maurice Lippens, le Baron Jean Stéphenne, Monsieur Francis Verheughe. FREE a été créée dans le cadre du Contrat d’Avenir pour la Wallonie (CAWA) dans le plan d’action « 4x4 pour entreprendre » qui traduit les objectifs du CAWA en matière de promotion de l’esprit d’entreprise. FREE est une fondation qui compte sept sociétés fondatrices : Compagnie Nationale à Portefeuille s.a., Fortis Banque s.a., GlaxoSmithKline Biologicals s.a., Lhoist s.a., Groupe Siemens Belgique/Luxembourg s.a., Sonaca s.a., Tractebel s.a. Ces sociétés assurent entièrement le financement de la Fondation (voir www.freefondation.be). La mission de FREE est d’encourager le développement de l’Esprit d’Entreprendre au sein de la population fran -cophone de Belgique. Sa vocation est d’être : un lieu apolitique rassemblant les différents efforts qui visent à développer le goût d’entreprendre ; -- un point d’ancrage pour tous les projets qui poursuivent cet objectif. L’ambition de FREE est de se positionner comme un acteur clé du développement de l’Esprit d’Entreprendre en Belgique francophone et de devenir une référence en la matière au niveau européen.
A cette fin, FREE poursuit trois objectifs prioritaires : 1. Promouvoir avec les enseignants l’Esprit d’Entreprendre dans l’enseignement. 2. Stimuler et coordonner les opérateurs, les enseignants et les établissements qui développent des initiatives visant à favoriser l’Esprit d’Entreprendre au sein de la population. 3. Asseoir un lieu neutre d’expertise et de référence pour valider et conseiller les initiatives visant à favoriser l’Esprit d’Entreprendre et la réalisation de vocations d’entrepreneurs.
A terme, la poursuite de ces objectifs devrait permettre d’accroître : - la proportion de la population sensibilisée à l’Esprit d’Entreprendre et formée à l’entrepreneuriat, - la proportion d’entrepreneurs au sein de la population, - le nombre de créations d’entreprises viables tant marchandes que non-marchandes. C’est dans le cadre de sa mission et dans la perspective des élections régionales, communautaires et européen -nes que la Fondation propose dans le présent document trois chantiers à entreprendre à l’intention des Minis -tres, des Parlementaires, des Présidents des partis francophones et de la presse dans le but de développer l’Esprit d’Entreprendre dans l’espace Wallonie-Bruxelles . La Fondation FREE souhaite, en effet, ardemment que le développement de l’Esprit d’Entreprendre devienne une priorité des prochains Gouvernements commu -nautaires et régionaux. Cette impulsion politique forte apparaît aujourd’hui indispensable. C’est autour d’elle que pourra se construire l’engagement de l’ensemble des acteurs de la société : les enseignants, les jeunes, les parents, les entrepreneurs,... Ces recommandations ne sont l’expression ni des entreprises qui soutiennent la fondation ni de son équipe. Elles sont la synthèse d’une large consultation réalisée auprès de nombreux acteurs de la société civile : jeunes, enseignants, entrepreneurs et fonctionnaires ainsi que le reflet des nombreuses recommandations adressées aux Etats membres par la Commission européenne.
Jean-Jacques Verdickt Président du Conseil d’administration
 Synthese  Encourager l’Esprit d’Entreprendre , ce n’est pas uniquement le moyen de créer de nouvelles entreprises, c’est aussi fournir à la population et plus particulièrement aux jeunes, la capacité d’entreprendre leur projet de vie pour tourner le dos à la sclérose de l’assistanat . Cette mise en projet peut se concrétiser dans différents types d’ ngagement : économie, économie sociale, secteur culturel, sport, … La Fondation pour la Recherche et l’En -e seignement de l’Esprit d’Entreprendre (FREE A.S.B.L.) est une organisation apolitique créée avec le soutien de sept personnalités : Monsieur Jean-Pierre Berghmans, le Baron Albert Frère, Monsieur Jean-Pierre Hansen, Monsieur Christian Jacqmin, le Comte Maurice Lippens, le Baron Jean Stéphenne, Monsieur Francis Verheughe. Sa mission est d’encourager le développement de l’Esprit d’Entreprendre au sein de la population francophone de Belgique. C’est dans le cadre de cette mission et dans la perspective des élections régionales, communau -taires et européennes que la Fondation propose, dans ce document, trois chantiers à entreprendre à l’intention des Ministres, des Parlementaires, des Présidents des partis francophones et de la presse. Leur but est de faire progresser l’Esprit d’Entreprendre dans l’espace Wallonie-Bruxelles . Ces chantiers se résument comme suit.
1° Affirmer le développement de l’Esprit d’Entreprendre comme une priorité dans l’en -semble des départements du Gouvernemen t Développer l’Esprit d’Entreprendre c’est changer les mentalités et, dès lors, agir sur un ensemble complexe de conditions-cadres, d’attitudes et de compétences étroitement liées. La mise en œuvre d’un programme de gou -vernement pour l’esprit d’entreprendre nécessite dès lors une véritable stratégie coordonnée. Ce programme doit pouvoir se traduire dans tous les domaines : éducatif, économique, social et administratif. Il convient dans ces conditions d’étendre au-delà de la sphère strictement économique la portée du programme «4x4 pour en -treprendre», axe stratégique du Contrat d’Avenir pour la Wallonie, ayant pour objectif de rendre la Wallonie plus entreprenante. En particulier, il nous paraît essentiel de mettre en oeuvre une politique coordonnée entre tous les départements de l’enseignement et de renforcer, sur ce terrain, les partenariats Régions-Communautés. Par ailleurs, dans la ligne de la nouvelle culture politique inspirée par le CAWA, il importe que toute politique en la matière repose sur des objectifs qualitatifs et quantitatifs clairs et fasse l’objet d’une évaluation régulière.
2° Promouvoir et soutenir une pédagogie favorable à l’Esprit d’Entreprendre dans l’ensei -gnement Les objectifs poursuivis par le décret-mission de l’enseignement sont en phase totale avec les valeurs et com -pétences associées à l’Esprit d’Entreprendre. Afin que ces objectifs puissent se concrétiser sur le terrain, il importe de mettre tous les moyens nécessaires à la disposition des enseignants pour qu’ils puissent œuvrer sereinement à une pédagogie axée sur le développement de l’Esprit d’Entreprendre des jeunes. Cela concerne par exemple les actions suivantes.
- Intégrer davantage de cours sur l’Esprit d’Entreprendre dans les programmes. - Promouvoir de manière active l’intégration de l’Esprit d’Entreprendre au sein des projets d’établissement et dégager des plages horaires à cette fin. - Investir dans le repérage et la mise au point d’outils pédagogiques qui développent l’Esprit d’Entreprendre. - Offrir aux enseignants des formations à la pédagogie associée à l’Esprit d’Entreprendre. - Libérer l’Esprit d’Entreprendre chez les enseignants en facilitant l’exercice d’une activité d’indépendant com -plémentaire. - Multiplier les opportunités de contacts entre les entreprises, les enseignants et les directeurs d’établisse -ments. - Privilégier l’Esprit d’Entreprendre comme un outil d’orientation pour aider le jeune à trouver du sens dans l’engagement. “Oser ses envies, devenir acteur de son ave i ” n r .
 
C’est probablement dans la mobilisation du soutien de l’opinion publique en faveur de l’entrepreneuriat que les pouvoirs publics ont le plus de possibilités d’innover. Tous, entrepreneurs, travailleurs, artistes, sportifs, parents d’élèves, … doivent :
- être sensibilisés à l’importance de l’Esprit d’Entreprendre pour notre société ; - être mobilisés sur l’importance de promouvoir l’Esprit d’Entreprendre auprès des jeunes. En effet, on aura beau enseigner les compétences d’entrepreneurs, la dynamique ne pourra s’enclencher que quand la société dans son ensemble aura accepté et intégré l’état d’esprit et les attitudes appropriées.
 Les entrepreneurs de tous horizons doivent être mobilisés et soutenus pour intervenir davantage dans les -enseignements car le meilleur apprentissage des entrepreneurs est celui acquis de leurs semblables (tu -teurs ou réseaux). - Il convient de soutenir davantage et de pérenniser le financement des opérateurs qui, sur le terrain, dévelop -pent des projets visant à favoriser les ponts entre l’école et l’Esprit d’Entreprendre (Les Minis Entreprises, Dream, UWE, CCI, CEI,…). -Les parents doivent être un vecteur de l’émergence d’une culture de l’engagement. Les enfants auront l’oc -casion de développer leurs qualités d’entrepreneurs dans des familles favorisant l’indépendance d’esprit et d’action, le sens des responsabilités et la créativité. -Le grand public doit également être sensibilisé. Actuellement, l’entreprise, l’Esprit d’entreprise et, dans une moindre mesure, l’Esprit d’Entreprendre souffrent d’un déficit d’image au sein de la population. La peur de l’échec et la difficulté du rebond constituent des freins importants qui doivent être combattus. Par ailleurs, il est stratégique de lutter contre certains clichés concernant l’Esprit d’Entreprendre pour gagner l’adhésion du public le plus large possible. Plusieurs initiatives pourraient œuvrer dans ce sens par exemple en mobili -sant davantage les médias ou encore la mise sur pied d’un concours de l’Esprit d’Entreprendre à l’image du concours québécois qui touche chaque année plus de 100.000 jeunes. Tous les chantiers proposés dans le présent document sont en phase totale avec les recommandations de la Commission européenne , tant au niveau de la politique d’entreprise telle que traduite dans le récent Livre Vert sur l’entrepreneuriat que dans la politique de l’enseignement telle que décrite dans les rapports du Conseil Edu -cation. Leur mise en œuvre doit par ailleurs respecter deux principes fondamentaux à nos yeux : 1° Sortir l’Esprit d’Entreprendre d’une connotation trop souvent commerciale L’Esprit d’Entreprendre n’est pas le faux nez des ambitions commerciales du monde de l’entreprise. Il vise les initiatives se destinant à appuyer le jeune à oser ses envies et être acteur de son avenir. Enseigner l’Esprit d’En -treprendre, c’est aider le jeune à se mettre en projet, lui donner confiance et construire avec lui le sens de son engagement. La création d’entreprise est bien sûr une résultante de cette mise en projet, mais cela doit aussi déboucher sur bien d’autres engagements. 2° Travailler avec et pour les enseignants Enseigner l’Esprit d’Entreprendre est un chantier qu’il faut ouvrir avec les enseignants. La méthode de travail doit partir de la réalité de l’enseignement actuel en Belgique francophone pour faire comprendre, soutenir et motiver pourquoi et comment l’Esprit d’Entreprendre peut être l’un des outils pour aider l’enseignant dans l’une de ses missions de base : aider ses élèves à être les entrepreneurs de leur vie.
Esprit d’Entreprendre : Enjeux, définition et perspectives…
Enjeux La Wallonie est apparue dans une récente étude internationale 1  comparant 37 pays sur le critère de l’activité entrepreneuriale, dans la queue de peloton des pays étudiés. Cette même étude a mis en avant les obstacles d’ordre culturel auxquels le développement de l’entreprenariat se heurte en Wallonie. Dans ces conditions, en-courager l’Esprit d’Entreprendre est l’une des clés pour créer des emplois et accroître la compétitivité et la croissance économique . À cet égard, l’Esprit d’Entreprendre peut être considéré comme un moyen de créer de nouvelles entreprises mais c’est aussi une attitude générale qui peut être utilement adoptée par chacun dans la vie de tous les jours et dans toutes les activités professionnelles. Favoriser l’Esprit d’Entreprendre c’est fournir à la population et plus particulièrement aux jeunes, la capacité de se mettre en projet dans une dynamique de vie.
Définition L’Esprit d’Entreprendre se définit principalement au travers des aptitudes et des attitudes dans lesquelles il puise son énergie, à savoir : la confiance en soi, la persévérance, la créativité, l’optimisme, la responsabilité, l’esprit d’équipe, l’énergie autonome et l’initiative. «Entreprendre, c’est oser ses envies de vie ». L’Esprit d’En -treprendre, c’est donc avant tout entreprendre son projet de vie. Cette mise en projet peut se concrétiser dans différents types d’engagement : économie, économie sociale, secteur culturel, sport, …
Perspectives Cette définition conditionne la stratégie de la Fondation FREE pour promouvoir et développer l’Esprit d’Entre -prendre. Celle-ci s’articule autour de 3 perspectives fondamentales.
> Sortir l’Esprit d’Entreprendre des clichés La relation entre l’école et l’Esprit d’Entreprendre peut être mal comprise. Certains ne voient dans l’Esprit d’En -treprendre que la propagande culturelle d’un modèle capitaliste dominant. Notre soutien de l’Esprit d’Entreprendre vise les initiatives se destinant à appuyer le jeune à oser ses envies et être créateur de son avenir. Cette concpetion n’a rien à voir avec les démarches qui voudraient:
- Faire entrer l’entreprise avec son approche commerciale dans l’école, l’Esprit d’Entreprendre n’étant que le faux nez des volontés commerciales de l’entreprise ; - Limiter l’Esprit d’Entreprendre à l’Esprit d’Entreprise. Développer l’Esprit d’Entreprise pour soutenir la créa -tion d’entreprises dont la région manque cruellement est certes une des composantes de notre démarche. En ce sens, il est essentiel de ne pas opposer «Esprit d’Entreprendre» et «Esprit d’Entreprise». Toutefois, l’Esprit d’Entreprendre englobe et transcende le concept d’Esprit d’Entreprise. Développer l’Esprit d’Entre -prendre se destine à aider les jeunes à se mettre en projet, la création d’entreprise est bien sûr une ré -sultante de cette mise en projet, mais cette dernière doit aussi déboucher sur bien d’autres engagements.  Entreprendre son avenir peut s’incarner dans des activités économiques, sociales, culturelles, artistiques, humanitaires ou bénévoles, …
1. www.gemconsortium.org
> Travailler avec et pour les enseignants Enseigner l’Esprit d’Entreprendre est un chantier que la Fondation Free souhaite ouvrir avec les enseignants. L’école est l’un des derniers lieux d’engagement en commun, ce lieu se trouve investi progressivement d une série de missions qui dépassent de loin l’enseignement : “Outre le fait que les enseignants se trouvent dans des conditions plus difficiles pour exercer leur métier, l’une des conséquences des dernières réformes fut d’institu -tionnaliser le modèle du “tout à l’école”, d’intégrer officiellement dans les représentations sociales ce qui n’était alors qu’une tendance larvée : la tendance de charger l’école non seulement de l’enseignement, mais aussi de la responsabilité globale de l’éducation, de la socialisation et de l’éducation à la citoyenneté” 2 . Le but de ce document n’est pas de “charger la barque” des objectifs assignés à l’école. Nous ne plaidons pas pour donner de “nouvelles missions” à l’école ni pour une réforme de plus mais pour une meilleure exploitation des espaces de liberté offerts dans le système actuel. Notre méthode de travail consiste à partir de la situation de l’enseignement aujourd’hui en Belgique francophone pour préciser pourquoi et comment l’Esprit d’Entre -prendre peut être l’un des outils pour aider l’enseignant dans l’une de ses missions de base : aider ses élèves à être les entrepreneurs de leur vie. En ce sens nous travaillons pour et avec les enseignants.
> Promouvoir l’Esprit d’Entreprendre comme un outil d’émancipation … sur base de ses passions La Fondation FREE se bat pour que chaque jeune puisse entreprendre son projet de vie. Quel est le constat aujourd’hui ?
- De nombreux jeunes se retrouvent dans une situation scolaire qui leur donne tout sauf l’envie d’entreprendre et de s’engager : 1 élève sur 4 échoue chaque année dans le secondaire (soit 40.000 adolescents), 30 % d’une classe d’âge quittent l’enseignement avant la fin du secondaire, ... C’est ainsi qu’en Wallonie 31 % des 25-34 ans ne disposent pas d’un diplôme d’enseignement secondaire supérieur. Cela entraîne démotivation, décou -ragement, ennui, perte d’estime de soi. Autant d’attitudes antagonistes à l’Esprit d’Entreprendre. - Lors du secondaire, les jeunes les “moins doués” sont dirigés massivement vers les enseignements techni -ques et professionnels. Ce fonctionnement envoie des jeunes dans des formations «cul-de-sac» et dévalorise fortement ces filières d’enseignement. - L’obligation scolaire et le manque de valorisation des formations par alternance immobilisent souvent des jeunes démotivés dans l’enseignement secondaire, au détriment du parcours personnel du jeune. - Certains jeunes universitaires sortent des études sans avoir véritablement opéré un choix professionnel. Comme, «ils étaient doués», ils ont suivi les cursus les plus valorisés. Ils ont fait «ingénieur» car «ils étaient forts en math». Enseigner l’Esprit d’Entreprendre, c’est aider le jeune à se mettre en projet, construire avec lui le sens de son engagement.
2. Pierre Waaub, L’école : bonne à tout faire ?, 2001, Editions Labor, Bruxelles, page 34
Chantiern ° 1:
Affirmer le développement de l’Esprit d’Entreprendre comme une priorité de l’ensemble des départements du Gouvernement
L’actuel gouvernement wallon a retenu comme axe prioritaire du Contrat d’Avenir pour la Wallonie, la nécessité de rendre la Wallonie plus entreprenante. Cette priorité s’est traduite par la mise en œuvre du programme «4x4 pour entreprendre» qui vise à développer l’Esprit d’entreprise, à accroître le taux de création mais aussi à pro -mouvoir le sens de l’initiative et la culture du risque 3 . Cette dynamique constitue une première impulsion très importante qui doit être confortée et étendue à tous les secteurs au-delà de la stricte sphère économique. L’Union Européenne qui a arrêté le développement de l’esprit d’entreprise comme un élément pivot pour at -teindre les objectifs fixés par la convention de Lisbonne est très explicite à cet égard. Les axes de sa stratégie, développés dans le Livre Vert sur l’esprit d’entreprise 4 , donnent une place centrale à la nécessité de promouvoir et développer l’esprit d’entreprise non seulement comme un élément essentiel de la compétitivité européenne mais aussi comme vecteur de l’épanouissement personnel. 5  Le plan d’actions de la Commission européenne pour développer l’esprit d’entreprise 6 souligne que «le potentiel inexploité de l’Europe découle d’un ensemble complexe de conditions-cadres, d’attitudes et de compétences étroitement liées». Ce constat plaide en faveur d’une véritable stratégie coordonnée à tous les niveaux, d’un programme de gouvernement entrepreneurial. Ce dernier doit pouvoir se traduire dans tous les domaines éducatif, économique, social et administratif. C’est d’ailleurs dans ce sens que plaide également l’OCDE lorsqu’elle souligne : “La première chose à faire pour dif-fuser la culture entrepreneuriale consiste à développer «lʼesprit dʼentreprendre». Lʼéducation en la matière apporte une contribution fondamentale à lʼédification dʼune société entrepreneuriale et au dynamisme qui en découle, avant toute politique dʼaide à la création dʼentreprises” 7 . La mise en œuvre de cette recommandation phare de la Commission, relayée ici par FREE, n’est pas sans poser problème dans notre pays : - Notre paysage institutionnel Régions-Communautés ne favorise pas les passerelles entre économie et ensei -gnement. - L’organisation des compétences liées à l’enseignement, aujourd’hui réparties entre différents ministres, ne facilite pas la mise en œuvre d’un plan d’actions coordonnées.
Malgré ce paysage institutionnel difficile, des signes importants semblent indiquer certaines avancées qu’il con -vient de renforcer : - De nombreux responsables politiques, tous partis confondus, se sont prononcés en faveur d’un regroupe -ment des compétences de l’enseignement au sein de l’exécutif de la Communauté française. - Des projets de partenariats Régions-Communautés existent (ex : généralisation de l’accès des étudiants et des enseignants de l’enseignement technique et professionnel aux Centres de compétences de la Région wallonne 8 ).
3. Voir http://vancau.wallonie.be/as/cawa/index.htm et www.4x4entreprendre.be 4. http://europa.eu.int/comm/enterprise/entrepreneurship/green_paper/index.htm 5. Voir, par exemple, Contribution du Think Tank belge Entreprise au Livre Vert sur l’Esprit d’entreprise dans le cadre de l’appel à contribution qui a suivi la publication du Livre Vert le 21/01/2003. 6. http://europa.eu.int/comm/enterprise/entrepreneurship/action_plan.htm 7. Source OCDE, Encourager les jeunes à entreprendre. Les défis politiques, Cahiers LEED, Numéro 29 page 85, 2001 8. CAWA actualisé 27 mars 2002, page 27
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.