"Philofolie" ou Philosophie: Disons oui à l'appel du maître

Publié par

DISONS OUI À L’APPEL DU MAITRE Cet article est un hommage que nous rendons à un de nos formateurs à la FASTEF Amadou Tidiane TALLA qui a su nous tirer haut, dans une strate céleste où toutes nos fonctions mentales sont surexcitées mettant en fête nos esprits.

Publié le : lundi 25 novembre 2013
Lecture(s) : 21
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
 
 
DISONS OUI À L’APPEL DU MAITRE 
 Cet article est un hommage que nous rendons à un de nos formateurs à la FASTEF Amadou Tidiane TALLA qui a su nous tirer haut, dans une strate céleste où toutes nos fonctions mentales sont surexcitées mettant en fête nos esprits.   L’homme étant une ombre impénétrable au sujet de qui souvent de fausses interprétations sont faites, tenter de comprendre un grand maître de philosophie parmi nous, mais méconnu, que par raccroc la chance nous révèle est certes prétentieuse, amis risquons le coup. Qui est ce grand maître de philosophie que certains prennent pour un  maître de « philofolie » ? Son propos différent de ceux entendus jusqu’ici, soutient que ce qui devrait nous rapprocher de lui n’est pas la communauté des opinions, mais la consanguinité des esprits . Voilà quelqu’un qui dès l’entame de son cours a réussi à nous charrier sans coup férir dans son courant pour nous amener à nous complaire dans une aura de reflets philosophiques . Son contact premier toujours marqué par un silence inaugural dévoilait une réelle présence malgré son absence de mots. Il nous mettait déjà en tension .
Son appel pour la philosophie a pour fin une libération. Oui une libération pour nous dépêtrer de toute illusion qui nous assujettit puisque la vie n’est qu’illusions. Cette liberté pour le grand maître Tall,a sacquiert par la connaissance . Mais comment recueillir cette connaissance ? Cherchons: Les retrouvailles avec cette connaissance exigent selon lui, un retra it. Autrement dit, on ne reçoit pas la connaissance, il faut la découvrir soi-même, après un retrait que nul ne peut faire à notre plac.e Ce retrait réclame à son tour un discernement de quelques situations : lesquelles ? Une aide à ceux qui voient en restant aveugles ; à ceux qui écoutent mais n’entendent pas ; et enfin à ceux qui parlent mais sont sans voi x. Son appel est une invite à une récréation, à un festival, au plus grand des festins : la fête de l’esprit. Comprenons bien que par fête de lesprit, nous sommes conviés à un débat, à un dialogue égalitaire, à une élévation dont le tremplin de l’envol réside dans la possession d’une oreille intérieure, des yeux qui savent distinguer, d’une réflexion intense traduite dans une langue belle qui marque son effet par le style et le rythme .
Cet exercice selon le grand Maître requiert une violence sur soi. Une violence qui recherche toujours cette tension. Pourquoi tension ? Tension tout simplement pour installer un déséquilibre et une interrogation. Tout se bouscule, et tout est confus. Lesesprits deviennent vagabonds et non sédentaires. 
Et lorsque dans ce tumulte, dans ce grand hourvari spirituel, nous parvenons à nous départir de notre corps pour réengager notre propre corporéité comme il le suggère, alors nous marquerons un grand poin t. Et au-delà de ce point gagné la vraie victoire est notre liberté qui montre ses premiers linéaments. Les écluses du savoir ainsi ouvertes, restent un pertuis clair pour accéder à la connaissance clé de notre liberté. Mouhamadou Bamba MBAYE. 
 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.