Ephémérides astronomiques 2016

De
Publié par

L’ouvrage donne pour l’année 2016 les positions des astres.
Présenté en deux parties, le livre présente tout d’abord l’état actuel des connaissances sur les bases et les explications de calculs des éphémérides avant de donner sous forme d’éphémérides tabulées les données permettant d’obtenir la position des astres à observer. Réalisé grâce aux calculs de l’Institut de Mécanique céleste, l’ouvrage donne entre autres les positions des planètes, des satellites de Mars, des satellites galiléens de Jupiter, des huit premiers satellites de Saturne et des cinq principaux satellites d’Uranus.
L’utilisateur peut aisément, à l’aide d’une calculatrice de poche ou en utilisant les tables de données qui seront disponibles sur Internet en accès libre, préparer ses observations astronomiques. Cette édition est la 337e d’une éphéméride publiée sans interruption depuis sa création en 1795.
L'Institut de Mécanique Céleste et de Calcul des Ephémérides, associé à l'Observatoire de Paris, publie chaque année son recueil des éphémérides.
Publié le : jeudi 30 juin 2016
Lecture(s) : 19
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782759819409
Nombre de pages : 377
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
B U R E A U D E S L O N G I T U D E S I n s t i t u t d e M é c a n i q u e C é l e s t e e t d e C a l c u l d e s É p h é m é r i d e s
ÉPHÉMÉRIDES ASTRONOMIQUES
C O N N A I S S A N C E D E S T E M P S
2
0
1
6
BUREAU DES LONGITUDES INSTITUT DE MÉCANIQUE CÉLESTE ET DE CALCUL DES ÉPHÉMÉRIDES
OBSERVATOIRE DE PARIS
ÉPHÉMÉRIDES ASTRONOMIQUES 2016
CONNAISSANCE DES TEMPS
17, avenue du Hoggar Parc d’activités de Courtabœuf, BP 112 91944 Les Ulis Cedex A, France
AUTRESPUBLICATIONSDUMÊMEAUTEUR
Publications éditées par EDP Sciences
Annuaire du Bureau des longitudes. Guide de données astronomiques 2016. Agenda astronomique pour 2016. Le Passage de Vénus, IMCCE et observatoire de Paris, 2004. Introduction aux éphémérides astronomiques. Supplément explicatif à la Connaissance des Temps(1997) (réédition en 1998). Le Manuel des éclipses, édition en 2005.
Publication éditée par Edinautic, Paris
ÉphéméridesNautiques2016.
Publications éditées par l’Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides
Suppléments à la Connaissance des Temps. Phénomènes et configurations des satellites galiléens de Jupiter pour 2013. Configurations des huit premiers satellites de Saturne pour 2013.
Le Calendrier Républicain(réédition en 1994).
L’astronomie au service de tous(2009).
L’observatoire de la marine et du Bureau des longitudes au parc Montsouris, 1875-1914 (par Guy Boistel, co-édition Edite, 2010).
Publications éditées par l’Observatoire de Paris
Promenade dans le système solaire(CD-ROM).
Les rendez-vous de Vénus(CD-ROM). e e Rassemblement de 12 000 pages fac-similé desXVIIIetXIXsiècles, des récits des voyages d’astronomes à l’occasion des passages de Vénus devant le Soleil.
Vénus : le 8 juin 2004(CD-ROM). Dédié au passage de Vénus sur le disque du Soleil.
© EDP Sciences 2015 ISBN : 978-2-7598-1789-4 – Imprimé en France Le logiciel ecdt qui accompagne cet ouvrage est téléchargeable à l'adresse suivante : laboutique.edpsciences.fr/produit/815/9782759817894/Ephemerides%20astronomiques%202016
AVANT-PROPOS
LaConnaissance des Tempsest, de toutes les éphémérides publiées de nos jours, la plus ancienne puisque son premier volume concerne l’année 1679. Cet ouvrage d’éphémérides, à parution annuelle, a eu, depuis sa création, un caractère spécifiquement scientifique. L’évolution, au cours du temps, suivra les progrès de la science, fera place aux nouvelles découvertes, introduira des théories et des concepts nouveaux, fournira les éphémérides des corps célestes avec une précision toujours accrue. LaConnaissance des Tempss’est trouvée placée à ses débuts sous des responsabilités diverses, puis pour une longue période sous l’autorité de l’Académie Royale des Sciences. Quand, en 1795, le Bureau des longitudes est créé, la réalisation de laConnaissance des Tempslui est attribuée. e Les calculateurs de la fin duXVIIsiècle et du siècle suivant sont organisés en Service des e calculs au début duXIXsiècle sous la responsabilité du Bureau des longitudes. Cette situation prévaudra pratiquement jusqu’en 1961 où un Service des calculs et de mécanique céleste voit le jour au sein de ce Bureau. L’ajout de mécanique céleste traduit le fait que, désormais, à côté des   calculateurs, des astronomes en assureront l’encadrement et développeront des recherches propres à améliorer les éphémérides. Débute alors une tâche de rénovation fondée sur l’établissement de théories nouvelles. Elles remplaceront progressivement celles antérieurement employées pour les objets du système solaire. Ainsi laConnaissance des Tempss’est successivement fondée sur l’ensemble des travaux menés au Service des calculs des éphémérides et de mécanique céleste du Bureau des longitudes devenu, en 1998, l’Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE). Cet institut de l’observatoire de Paris mène actuellement des recherches sur lesquelles reposent les calculs nécessaires à la formation des éphémérides et en assure la parution sous la responsabilité scientifique du Bureau des longitudes. L’IMCCE a entrepris, depuis 2004, une nouvelle rénovation de laConnaissance des Temps, décrite dans les pages qui suivent, qui prend en compte les dernières résolutions de l’Union astronomique internationale (UAI), propose une forme tabulée, et présente l’ouvrage accompagné d’éphémérides sur un support logiciel, téléchargeable sur internet. Par ailleurs, des chapitres descriptifs fournissent aux utilisateurs les bases scientifiques nécessaires à la compréhension des éphémérides, ainsi que des indications précieuses sur leur utilisation. Enfin, les éphémérides fournies reposent sur les solutions les plus récentes pour les mouvements des corps du système solaire. LaConnaissance des Tempsde notre époque, héritière d’une longue tradition au service des astronomes et des navigateurs, s’adresse à tous ceux qui ont besoin d’éphémérides astronomiques de précision. Elle constitue également un ouvrage de référence grâce aux chapitres scientifiques qui présentent les développements les plus récents relatifs aux théories, concepts, modèles et conventions sur lesquels reposent ces éphémérides.
Franc¸oisBarlier Président du Bureau des longitudes
PRÉFACE
LaConnaissance des Tempsest un ouvrage d’éphémérides de précision. Depuis 2004, elle présent alafois:è – des données numériques qui permettent de calculer les positions de nombreux objets du système solaire ; – des textes scientifiques qui donnent les bases d’astronomie fondamentale et de mécanique céleste nécessaires à la compréhension et à l’utilisation des éphémérides. La première partie de cet ouvrage comprend huit chapitres. Les cinq premiers donnent l’état actuel des connaissances sur les constantes astronomiques fondamentales, les échelles de temps, les systèmes de référence, la rotation de la Terre, les changements de coordonnées. Le sixième chapitre donne une description des éphémérides INPOP concernant le Soleil, les planètes et la Lune. Le septième chapitre concerne les modèles orbitaux des satellites naturels. Il accompagne l’introduction, à partir de 2008, des nouvelles éphémérides des satellites galiléens, L1, des satellites de Mars, NOE-4-06 et d’Uranus, NOE-7-2013. Le huitième chapitre donne les explications nécessaires au calcul des éphémérides à partir des tables numériques fournies dans la deuxième partie et à l’usage du logiciel accompagnant l’ouvrage. La deuxième partie de cet ouvrage contient sous forme d’éphémérides tabulées, le Temps sidéral, les nutations en longitude et en obliquité, les coordonnées du Soleil, de la Lune, des planètes principales, de Pluton, Cérès, Pallas, Junon et Vesta et les coordonnées différentielles aux heures les plus proches des élongations des satellites de Mars, des satellites galiléens de Jupiter, des huit premiers satellites de Saturne et des cinq principaux satellites d’Uranus. Dans cette partie figurent les variables se référant aux nouveaux concepts définis par l’Union Astronomique Internationale (UAI) : angle de rotation de la Terre, équation des origines, coordonnées du pôle céleste intermédiaire, angles. De nouvelles théories des mouvements des corps du système solaire sont en développement à l’Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides. Elles sont introduites progressivement dans nos éphémérides. Ainsi l’édition 2008, avec l’introduction des nouvelles éphémérides de satellites de Mars de Jupiter et d’Uranus, et après celle des nouvelles éphémérides planétaires en 2007, a représenté une étape importante de la rénovation de l’ouvrage que nous avons engagée afin de publier les données les plus précises et de prendre en compte les dernières recommandations des instances internationales. Rappelons que dans ce but également, des changements ont ainsi été effectués à partir de la Connaissance des Temps 2006 : – Les nouvelles résolutions de l’UAI adoptées en 2000 et impliquant l’utilisation de la nouvelle théorie de précession-nutation de la Terre, UAI2000, et l’utilisation de l’origine non-tournante sont appliquées. Les valeurs des constantes liées aux nouveaux concepts sont données par les nouvelles résolutions de l’UAI adoptées en 2009 et 2012. – La représentation des coordonnées en développements polynomiaux est maintenant abandonnée dans les pages de l’ouvrage, au profit d’une représentation tabulée, mais reste en usage sous forme
I. vi
CONNAISSANCE DES TEMPS
de fichiers électroniques accessibles à l’utilisateur. – Un logiciel d’éphémérides électroniqueseCDT, téléchargeable à l’adresse http ://laboutique.edpsciences.fr/produit/815/9782759817894/Ephemerides%20astronomiques%202016.
Les tabulations de l’ouvrage permettent toujours une interpolation précise, pour le Temps sidéral, les nutations, les variables se référant aux nouveaux concepts définis par l’UAI et les coordonnées du Soleil, des planètes et de la Lune. Leur but principal, cependant, est de permettre la vérification du bon usage du logiciel ou de connâıtre l’allure annuelle des variations. Il faut noter que l’usage de ce logiciel permet le calcul de séries de positions et de vitesses pour un certain nombre d’objets du système solaire, les calculs de coordonnées horizontales et celui de levers et de couchers. Créée en 1679 par Joachim Dalancé, laConnaissance des Tempsest publiée sous la respon-e sabilité du Bureau des longitudes depuis 1795. Ce volume est le 338 d’une éphéméride qui a paru sans interruption depuis sa création. L’IMCCE publie aussi d’autres éphémérides : l’Annuaire du Bureau des longitudes - Guide de données astronomiques, éphémérides plus particulièrement destinées au grand public et aux astronomes amateurs, lesseNsuaituqhémérideÉp, destinées aux marins. Il publie aussi des suppléments à laConnaissance des Tempsdonnant les configurations et les phénomènes des satellites galiléens et des huit premiers satellites de Saturne, ainsi que des éphémérides de certains petits satellites de Jupiter et de Saturne.
D. Hestroffer Directeur de l’Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides
J-E. Arlot, M. Birlan Responsables de la publication
J. Normand Responsable du logiciel
Collaboration technique :J.-L. Simon, P. Gominet, S. Lemâıtre-Pottier, H. Manche.
Rocher, J. Berthier,
J. Normand, Ph. Duhamel, J.
AIG BCRS BEP BIH BIPM BNM BRS CCDS CEO CEP CERGA CGPM CIO CIP CIPM CIRS CNES DGRS DORIS EOP ERA ET FCN GCRS GMST GPS GRS GRT GST IAG IAU ICRF ICRS IERS IGS IMCCE IRM
LISTE DES ACRONYMES
Association internationale de géodésie (voir aussi IAG) Barycentric Celestial Reference System Basic Earth Parameters Bureau international de l’heure Bureau international des poids et mesures Bureau national de métrologie Barycentric Reference System Comit consultatif pour la définition de la seconde Celestial Ephemeris Origin Celestial Ephemeris Pole Centre d’études et de recherches godynamiques et astronomiques Conférence générale des poids et mesures Celestial Intermediate Origin Celestial Intermediate Pole Comité international des poids et mesures Celestial Intermediate Reference System Centre national d’études spatiales Dynamical Geocentric Reference System Doppler Orbitography Radio-positioning Integrated by Satellite Earth Orientation Parameters Earth Rotation Angle Ephemeris Time (voir aussi TE) Free Core Nutation Geocentric Celestial Reference System Greenwich Mean Sidereal Time Global Positioning System Geocentric Reference System General Relativity Theory Greenwich Sidereal Time International Association of Geodesy (voir aussi AIG) International Astronomical Union (voir aussi UAI) International Celestial Reference Frame International Celestial Reference System International Earth rotation and Reference systems Service International GPS Service Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides International Reference Meridian
I. viii
ITRF ITRS JPL KGRS LLR LOD MERIT NRO PFCN PPN PRT RRT SI SIM SLR SRT TAI TCB TCG TDB TDT TE TEO TIO TIRS TT TU UAI UGGI UT UTC VLBA VLBI
CONNAISSANCE DES TEMPS
International Terrestrial Reference Frame International Terrestrial Reference System Jet Propulsion Laboratory Kinematical Geocentric Reference System Lunar Laser Ranging Length of Day Monitoring of Earth Rotation and Inter-comparison of Techniques Non Rotating Origin (origine non-tournante) Prograde Free Core Nutation Paramètres post-newtoniens Paramètres de rotation de la Terre Repère de référence terrestre Système international d’unités Space Interferometry Mission Satellite Laser Ranging Système de référence terrestre Temps atomique international Temps coordonné barycentrique Temps coordonné géocentrique Temps dynamique barycentrique Temps dynamique terrestre Temps des éphémérides (voir aussi ET) Terrestrial Ephemeris Origin Terrestrial Intermediate Origin Terrestrial Intermediate Reference System Temps terrestre Temps universel (voir aussi UT) Union Astronomique Internationale (voir aussi IAU) Union Géodésique et Géophysique Internationale Universal Time (voir aussi TU) Universal Time Coordinated (Temps universel coordonné) Very Long Baseline Array Very Long Baseline Interferometry
NOTATIONS
Les notations sont précisées et expliquées dans chacun des chapitres où elles sont introduites. Nous nous sommes efforcés de garder des notations cohérentes sur l’ensemble de l’ouvrage. Les symboles utilisés suivent en général les recommandations de l’Union Astronomique Inter-nationale, toutefois l’origine des temps J2000.0 est notée J2000. Pour les unités nous avons utilisé les symboles définis dans la section 2.2 mais aussi les symboles suivants :
cpsd mas ms µas µs ns
cycle par jour sidéral 3′′ milliseconde de degré (10 ) 3 milliseconde (10 s) 6′′ microseconde de degré (10 ) 6 microseconde (10 s) 9 nanoseconde (10 s)
D’un point de vue typographique, les vecteurs sont représentés par des caractères gras et les points par des caractères romains.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.