Extrait de Dingue de Plantes

De
Publié par

Il aura fallu attendre 25 ans pour que Didier, bien connu des amateurs de jardins, nous montre le résultat de ses essais, souvent audacieux, et nous donne ses astuces, découlant directement des différentes manières de planter qu'il a expérimentées.
Dans son jardin de 2500 m², il mélange une quantité incroyable de plantes, dont certaines méconnues: arbres, arbustes, vivaces, roses, grimpantes, fruitiers, plantes comestibles ou à tisanes, etc. La structure forte ("à la française") des 12 parcelles de ce jardin est contrebalancé par les plantations d'allure très naturelle et spontanée.
Pour Didier, le jardin est un jeu, qui mêle toujours l'utile à l'agréable. C'est cette conception du jardin qu'il vous propose de découvrir dans ce livre sélectionné pour le Prix P.J. Redouté 2016.
Publié le : lundi 2 mai 2016
Lecture(s) : 1 764
EAN13 : 9782841388011
Nombre de pages : 20
Voir plus Voir moins
didierwillery
Mes plantes préférées
Mes mariages les plus réussis
Mes astuces pour intégrer les comestibles
Mon jardin au Il des saisons
2
didierwillery
4
Sommaire
Préambule 7 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11
Des belles « mauvaises herbes » 34 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les eurs albinos44  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’or, j’adore ! 53 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Quel panache !. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Proliïcat. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .74 Envahisseuses ? 86  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . À contre-saison. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . 96 Hors du temps 109 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des topiaires sans rien faire (ou presque !) . . . . . . . . . . . . . . . . .124 Injustement méconnues.133 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mes sélections 143  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
AU PRINTEMPS Sublimer l’ordinaire 150 . . . Prolongations 153 . . . . . . . . . . . . . . . . Surprise !. .. . . . . . . . 154 . . . . . . . . . . . . . . . . Intégrer l’insolite . . . . . . . .156 Herbocolor. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .159 Vedette sur canapé. . . . . .162 C’est « raccord ». . . . . . . . . . . .164 Pourpre lumineux 166 . . . . . . .
EN ÉTÉ Harmonies curatives. .188 Je te tiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .191 Fleurir un feuillage. . . . .192 Animer un arbre . . . . . . . . . .196 Reprise de couleur. . . . . .198 Une p’tite anisette ?. . . .200 Alliance de parfums. . .203 Vert fougère. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .204
EN AUTOMNE En vert et contre tous. . . .224 Abondance et générosité. . . . . . . . . . . . .226 Justesse 229 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Graphique 230 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tutti frutti. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .232
EN HIVER Écrin blanc 249 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tout en tiges 250 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’un dans l’autre. . . . . . . . . . .255 Clair et obscur 256 . . . . . . . . . . . . . . .
Touche acidulée. . . . . . . . . . . .169 Mélanges intimes . . . . . . .170 Les feuilles avant les eurs. . . . . . . .172 Mariage en blanc . . . . . . . . .175 Camaïeux à deux 177  . . . . . . . . . La vie en rose 178  . . . . . . . . . . . . . . . . . Tapis magique . . . . . . . . . . . . . . . .180
Monochromie. . . . . . . . . . . . . . .207 Harmonies et contrastes. . . . . . . . . . . . .208 Le gris sourit. . . . . . . . . . . . . . . . . .210 Finesse et légèreté. . . . . . .212 Le souple et le rigide. .216 Sans eau. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .219 Potées durables. . . . . . . . . . . . . .220
Embrasements 234  . . . . . . . . . . . . . Inïltrations236 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Pleins et déliés 239 . . . . . . . . . . . . . . Jusqu’à la ïn240 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tapisseries vivantes. . . . . .242
Mélanges intimes . . . . . . .258 C’est tout vert. . . . . . . . . . . . . . . .261 Vive le froid 262  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Les pommiers en cordon. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .268 Les fruitiers sur tiges. . . . . .272 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les fruitiers en colonnes 276 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les groseilliers. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .280 Les mûres (sans épines) et les framboises 285 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le potager coloré 290 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Aromatiques et médicinales en beauté. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .294 Les épices rustiques ? 298  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les grimpantes à fruits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .300 Les FAC : les fruits à croquembouche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .306
Le jardin d'accueil 316 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La cour de graviers. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .320 Le jardin des vignes 328 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le bassin . . . . . . . . . . . . . . . . .336 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La plate-bande Annabelle 338  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Sous le noisetier de Byzance 340 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La demi-lune 343 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La noisetteraie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .346 Le coin des bons sauvages 350 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La ganivelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .355 Le verger en carrés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .356 La petite jungle 360  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le Jardin blanc. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .364 Le jardin épicé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .369 La haie d’herbe 376  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La haie de fruits sauvages. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .382 Le « sentier lumineux ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .384
Postface. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .391 Index. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 392 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5
6
Préambule
Tout d’abord,commençons par des excuses et des justiIcations. Je vous demande pardon, cher lecteur, d’utiliser le « je » à tout bout de champ au ïl des lignes qui vont suivre. Cela paraîtra présomptueux à certains d’entre vous qui ne sont pas jardiniers. Les autres savent bien qu’un jardinier honnête ne peut parler que de sa propre expérience, dans son propre univers. En « littérature » de jardin, le « je » est donc un signe d’honnêteté ! Il n’engage que moi. Tout ce qui sera relaté dans les pages suivantes concernent donc environ 25 années d’essais et d’expérimentations sur une petite parcelle de terre du Pas-de-Calais (passée petit à 2 2 petit de 800 m à 2 500 m ). Cela peut éventuellement avoir valeur d’exemple ou inspirer certains d’entre vous, mais chacun doit réaliser que ce que j’ai vécu, expérimenté, réussi ou raté sur mon petit lopin n’a de valeur qu’ici. Loin de moi l’idée de vous inculquer des préceptes ou des « règles » qui en matière de jardin n’ont généralement aucune valeur. Mais je serai heureux que ces lignes et ces images qui vous dévoilent quelques années de ma vie parmi les plantes vous permettent de mieux comprendre votre jardin, vous libèrent de certaines pratiques d’un autre âge qui transforment le jardinier en esclave et vous fassent découvrir un nouvel horizon de possibilités pour vivre mieux dans votre jardin et de votre jardin.
Mon jardin « à la française » car dessiné par des allées géométriques et structuré par quelques topiaires, mais aussi « sauvage » car les plantes y poussent vraiment comme dans la nature.
7
8
J’ai bien fait deux années « d’études » horticoles, que je ne renie certes pas, mais l’essentiel de ce que j’ai pu apprendre vient de l’observation de la nature et des phénomènes naturels qui se déroulent dans un jardin lorsqu’on laisse les plantes faire un peu ce dont elles ont envie. J’ai lu tous les livres de Gilles Clément et suis un adepte de sa formule : « faire le moins possible contre et le plus possible avec (la nature) ». Mais j’aime aussi la structure et l’ordre intimés par les jardins « à la française », qui font partie de notre culture et sont gravés dans notre mémoire collective. Curieusement, les deux sont compa-tibles et je considère que les plus beaux jardins
conjuguent une structure simple, forte, évidente,
à un foisonnement quasi « naturel » des plantes. Les jardins « vernaculaires » à la française mêlent des lignes droites, des rythmes, une géométrie simple et fonctionnelle, mais aussi un aspect « utile » qui est fondamental dans notre culture. La plupart d’entre nous qui jardi-nons aimons avoir « un retour » en récompense de nos efforts, si possible pour la bouche : des fruits, des légumes, des épices, des aromates, sinon pour les yeux : des eurs longtemps avec le moins de travail possible ! J’ai débuté mon jardin par passion pour les plantes. C’est indéniable. Mais aussi parce que j’avais besoin d’un outil. Au début des années 1990, j’ai commencé à travailler régulièrement pour des magazines de jardin (surtout « L’Ami
des Jardins ») et j’ai souhaité dès le début me distinguer de mes collègues d’alors en essayant et en cultivant chez moi les plantes avant d’en parler dans mes différents écrits. Cela me sem-blait indispensable. Mais ce jardin devait aussi être un formidable studio photo. Non pas un studio de cinéma où tout est factice, démontable et rapidement modiïable, mais un espace qui évoluerait avec le temps et qui me permettrait de prendre les meilleures photos de mes plantes. Je n’étais pas (et ne suis toujours pas) très bon en « technique photographique », mais j’ai compris très vite que la première qualité d’une belle photo, c’est avant tout une belle lumière. Il sufïsait donc d’avoir la plante chez soi et d’être présent le matin assez tôt et/ou tard le soir pour obtenir des résultats honorables, pouvant être publiés pour illustrer mes propos et résul-tats d’expériences. Les pages qui suivent relatent une grande partie de mes « découvertes », qui intéresseront cer-tains d’entre vous, amuseront d’autres, énerve-ront quelques-uns ou peut-être en agaceront franchement deux ou trois (je les connais !). Rien de tout cela n’est certainement inédit et d’autres que moi ont pu faire les mêmes remarques ou découvertes ailleurs sans en tirer de gloire. Que ces pages permettent de propager une idée simple et naturelle du jardin, mais aussi de rendre heureux mes lecteurs sur leur propre lopin autant que je le suis sur le mien !
Parcouru de petits chemins, le jardin permet de nombreuses prises de vue différentes, de portraits de plantes aux scènes permanentes ou saisonnières.
9
Introduction
10
Introduction
J’aime les plantes,découvrir de belles inconnues,apprécier les différences entre les variétés,tester leur résistance au froid, aux différents sols ou au manque de soins, mais surtout, j’aime jouer avec elles : les assembler pour composer des jardins colorés, changeants, parfumés et gourmands, mais aussi beaux à chaque saison tout en ne demandant qu’un minimum d’entretien. Je vis dans mon jardin toute l’année et si j’aime passer le plus de temps possible à y « travailler », je fais en sorte de minimiser l’entretien rébarbatif, tout en privilégiant ce que j’appelle « l’entretien créatif », c’est-à-dire les interventions qui me permettent vraiment d’améliorer chaque massif, composition ou partie du jardin. La diversité des plantes offre une incroyable palette, qui donne à celui qui l’aborde d’immenses pouvoirs : celui de fabriquer des atmosphères, des souvenirs, d’inuencer sa propre humeur et aussi celle des autres, mais surtout, de trouver le bonheur. Dire qu’un jardin est une parcelle du paradis est aujourd’hui d’une banalité sans nom. Mais je voudrais, au travers de ma propre expérience, vous prouver combien c’est vrai.
Une idée de la diversité d’un endroit nouvellement planté, avecHosta‘Warpaint’, plusieurs fougères dont la grandeDryopteris crassirhizoma, le feuillage bleu de l’ActaeaMytsiulBcom-ineàpeestrveeil,élsélo(dellneontrCierèhcuehl,e mencé que je vous assomme déjà de noms latins…). Cela va se simpliïer au ïldes années, en observant les plantes les mieux adaptées à cet endroit.
11
12
J’avoue ne pas m’être ïxé de règles au début de ce jardin, où le but premier était d’essayer la culture d’un maximum de plantes dans des petits espaces aïn d’être dans les mêmes condi-tions que la plupart de mes lecteurs. Mes trois principes de base ont toutefois été de : - ne jamais traiter ni désherber chimiquement ;
- ne pas apporter d’engrais chimiques (j’ai même
très vite arrêté les apports de compost ou de fumier malgré une source importante) ; - ne pas arroser une fois les végétaux installés (vous me direz, j’habite le « Nord », donc ce n’est pas vraiment une limitation de ne pas arroser… détrompez-vous !). Avec le recul, des lignes se dessinent à postériori, des directions qui semblent m’avoir inuencé dès le départ. Mon jardin idéal est beau toute l’année, plein de plantes parfumées (en toutes saisons) et bien sûr, gourmand. Je n’ai (pour l’instant) aucune passion pour la culture pota-gère, mais j’adore toutes les plantes comestibles, aromatiques ou utilitaires et surtout les fruits que l’on mange davantage en faisant le tour du jardin qu’une fois récoltés. Ce jardin pourrait être qualiïé de « jardin de cueillette ». Il abrite aussi bien les dernières créations horticoles dont je suis friand (pour tester) que nombre de plantes sauvages arrivées toutes seules ou récoltées au cours de nos nombreuses randonnées dans les campagnes. Dans notre
Septembre 1991
Printemps 1992
région, où la « nature » est sinistrée par les « exploiteurs agricoles », les cueillettes dans les chemins de campagne présentent beaucoup trop de risques. Je préfère donc installer les plantes aromatiques ou médicinales sauvages au jardin et les récolter au bon moment sans craindre de consommer la dernière pulvérisation d’insecti-cide ou de désherbant des champs voisins.
Un dessin ou un dessein
Ce jardin a commencé sur une parcelle de 2 800 m , maison comprise, un « boyau » de 10 m de large sur 80 m de long, en légère pente vers le nord, sur ce qui était un ancien marécage, donc avec un peu d’humidité dans le fond. Une génération avait déjà vécu dans cette maison et le jardin avait été longtemps cultivé en pota-ger. À la première visite en février, on ne voyait rien d’autre que trois pommiers au fond, tout semblait « propre » et impeccable. Lorsque nous avons enïn eu les clés, tout avait changé, le « jar-din propre » était un champ de prêles (Equisetum arvense), que les voisins ici appellent des « queues-de-rat ». Connaissant la difïculté de se débarrasser de ces végétaux préhistoriques, héri-tés du fond marécageux, j’ai simplement décidé de les faucher, à plusieurs reprises, puis de commencer le jardin comme si elles n’existaient
Printemps 1993
Printemps 2000
13
Introduction
14
pas. Elles ont peu à peu disparu car les prêles n’aiment ni le travail du sol, ni la concurrence ni du gazon, ni des autres végétaux. Pascal Garbe, un de mes amis très proches encore étudiant à l’époque, m’a aidé à dessiner ce jardin. Cela ne s’est pas fait sur papier, mais sur le terrain, avec des piquets de bambou et des ïcelles. Alors qu’à l’époque, la mode était aux massifs « en îles », il m’a convaincu d’adopter ici un tracé géométrique qui rappelle nos racines françaises et qui permette de créer de belles perspectives tout en tirant parti au mieux de ce petit espace. La largeur des plates-bandes a été ajustée par rapport aux objectifs photo que j’utilisais alors pour me permettre de faire des
portraits de plantes ou des gros plans sans entrer l’ouest. Il n’a pas été possible d’étendre le jardin à
dans les massifs, mais aussi avec un peu plus de recul, de pouvoir photographier des composi-tions, des massifs entiers ou sous certains angles de faire disparaître les allées et donner l’illusion d’un espace très vaste. L’orientation nord-sud du jardin m’a permis de jouer au mieux avec les lumières ; ainsi les plantes de couleurs froides (bleu, rose, blanc, jaune pâle) ont été placées côté est, pour être photographiées avec la lumière matinale, tandis que les teintes plus chaudes comme les orangés, les rouges, les jaunes resplendissaient mieux du côté ouest, sous les lumières de la ïn d’après-midi. Le tracé est toujours en place et n’a pas été altéré, preuve qu’il correspond parfaitement à mes besoins. Comme il y avait des parcelles inoccupées de part et d’autre de celle-ci, nous avions prévu des « rotules », des endroits qui pouvaient articu-ler des nouvelles allées soit vers l’est, soit vers
l’est, mais l’opportunité s’est offerte vers l’ouest. Deux autres lopins de taille à peu près équi-valente se sont ajoutés au ïl des ans. Leur aménagement a été un peu différent, même si elles obéissent elles aussi à un tracé géomé-trique. Elles ont été découpées en parcelles de tailles différentes, chacune dédiée à un thème, lui-même lié à un groupe de plantes. J’ai donc choisi pour chacune d’elle un dessein : là un jardin pour les plantes sauvages, là un verger, ici,
un tout petit espace très protégé qui est devenu une mini « jungle », etc. Le dessin de chacun de ces petits jardins est venu tout naturellement ensuite avec les circulations. La géométrie reste simple (pas de grands effets « versaillais »), mais je la trouve désormais efïcace car on peut accé-der très rapidement à chaque parcelle quel que soit l’accès choisi au jardin.
Pas de ségrégations
Lorsque l’on crée des jardins « thématiques », on est souvent tenté de dédier chacun d’eux à un type de plantes : ainsi sont nées les « roseraies » avec uniquement des roses, les jardins d’aroma-tiques, avec seulement des plantes aromatiques, les potagers avec seulement des légumes, les jardins de graminées ou les jardins d’hostas, etc. Les résultats sont souvent superbes, je n’en disconviens pas, mais je leur trouve toujours des lacunes : une roseraie est triste une grande partie de l’année, un potager manque générale-ment d’esthétique, un verger prend beaucoup d’espace, un jardin d’aromatiques manque souvent de eurs et de couleurs, etc. Par ailleurs, concentrer des plantes du même genre ou du même type concentre aussi les maladies, et donc les besoins d’utiliser les produits phyto auxquels je suis depuis toujours opposé (les interros de phytopharmacie m’ont valu les seuls « 0 » de ma vie d’étudiant !). J’ai donc, dès le début, décidé de mélanger toutes les plantes. Certaines n’ont pas supporté. Les delphiniums par exemple, tout comme un grand nombre de roses, n’ont pas apprécié la promiscuité des plates-bandes au sol peu ou non travaillé. Tant pis, je proïte des hampes bleues des aconits qui eux apprécient ces conditions et je n’ai conservé que les rosiers solides qui ne demandent pas de soins particuliers. D’autres ont donné des résultats étonnants comme les petits pommiers « en cordon », que l’on conseille toujours de maintenir bien dégagés, et qui montrent une santé insolente et une excellente productivité alors qu’ils sont enfouis
Le fond du jardin, plus ombragé et axé vers la campagne, accueille tout naturellement les plantes de fraîcheur et les sauvageonnes.
15
Introduction
16
dans une végétation luxuriante de eurs et d’aromatiques… L’ensemble donne des compositions extrême-ment riches mais avec des intérêts qui se suc-cèdent partout en toutes saisons. Mes « tours » de jardin répétés plusieurs fois par jour (il faut
bien faire des pauses entre les périodes de travail
devant l’écran d’ordinateur !) sont aussi longs en plein hiver qu’au printemps ou au cours de l’été ou de l’automne. Il y a toujours quelque chose à découvrir et donc, à photographier. Cette richesse végétale est parfois jugée excessive par certains de mes visiteurs qui ne regardent que d’une manière superïcielle. Elle apparaît rarement sur mes photos qui généralement focalisent sur une plante, une scène ou une composition. Chacun des massifs peut être ainsi découpé en plusieurs dizaines de compositions différentes, mais chacune de ces compositions peut servir de base à un massif entier… Cette astuce permet d’accueillir et de tester d’innom-brables plantes, en tout cas bien plus que si je plantais comme tout le monde par larges groupes de plantes identiques.
L’exemple de la nature
J’ai progressivement adopté cette manière de planter au ïl des observations dans la « nature » ou dans les friches consécutives à des boule-versements de terrains, ou encore sur des sites industriels abandonnés, nombreux dans ma région. J’ai souvent constaté qu’un terrain, qui pour diverses raisons a été mis à nu, se couvre assez rapidement de végétation, qui durant les 3 ou 4 premières années, apparaît extrêmement diversiïée. Au ïl du temps, cette végétation se simpliïe et devient moins chaotique, moins diversiïée, mais aussi plus typée : une prairie, un maquis, une jeune forêt, etc. Je me conforme
donc à cette même progression : chaque nouveau
massif m’offre l’opportunité de planter de nom-breux végétaux, adaptés aux conditions de sol
et de climat et aux attentes esthétiques. Malgré une certaine expérience, je dois avouer ne jamais être sûr à 100 % de la réussite d’une plante dans un emplacement donné. Je multiplie donc mes chances en multipliant le nombre d’espèces dif-férentes à cet endroit. Cela me donne l’opportu-nité d’essayer quelques combinaisons durant 1 ou 2 ans, après quoi, en général une ou plusieurs plantes s’installent mieux que d’autres (pas toujours celles que j’espérais !). Elles ïniront par donner le ton, déïnir l’ambiance et les autres disparaîtront ou je les déplacerai vers un autre endroit où elles pourront sans doute s’exprimer davantage. Il me semble donc normal d’installer beaucoup de plantes différentes dans un nouvel endroit et de simpliïer progressivement la plantation au cours des années qui suivent en ne conservant que les mieux adaptées à l’endroit et au projet esthétique. On trouve également dans la nature des modèles de gestions entre complexité et simplicité. Observons par exemple, une prairie. De notre point de vue, à un instant T, elle paraît sou-vent très simple et semble s’apparenter à une monoculture : c’est une étendue d’herbe verte, peut-être piquetée de jaune de pissenlits ou de boutons d’or si on observe cette prairie en avril ou en mai. Que l’on revienne en juin et elle sera peut-être alors dominée par le bleu des sauges ou des géraniums des prés. Une autre « monocul-ture » s’est substituée à la première. En juillet, les achillées blanches ou rosées pourront prendre le relais et on aura l’impression que la prairie ne contient plus que cette plante aux eurs plates. En août, ce sera le tour des berces qui subtilement viendront s’imposer visuellement, etc. La végétation naturelle nous offre donc une succession de scènes simples, unitaires, toutes imbriquées dans un même espace, grâce à une diversité d’espèces poussant à un même endroit et à une relative complexité de leur assem-blage. On réalise rarement qu’un seul mètre carré de prairie ancienne peut contenir plus de 100 plantes différentes. J’ai encore de la marge !
Fouillis ? Non, c’est un ordre naturel, composé en partie avec des plantes sauvages venues là toutes seules, mais aussi avec des accords de couleurs dignes des jardins anglais les plus chics ! Clématite ‘Broughton Star’ et Compagnon rouge (rose, en fait), grande consoude à feuille bleue et rarissime lilas commun à feuilles dorées.
17
Introduction
18
Moi, j’aime tailler ! La taille rebute ou terrorise la plupart des jardiniers. Certains ne taillent pas du tout, d’autres rasent systématiquement tout chaque année à la même époque (ma belle-mère…). Quelques-uns s’inspirent des « tailles muni-cipales » et mettent « au carré » les deutzias, forsythias et autres hortensias ou même les rosiers, pour ensuite se plaindre qu’il n’y a jamais de eurs ! Moi, j’aime tailler, à condition que ce ne soit pas une taille systématique ! Il y a ici peu de haies bien tondues aux cisailles. C’est une corvée comparable à la tonte des pelouses ou au binage traditionnel. J’ai toujours un sécateur en poche et chaque tour du jardin permet de rectiîer une silhouette, de toiletter quelques eurs fanées vraiment laides, de réduire une plante qui gêne le passage ou de régler les conits entre deux voisines de vigueurs différentes. J’aime tailler quand le geste permet de magniîer une plante, de valoriser ses attraits, de favoriser ses productions. Je n’aime pas me référer à des indications, à des dictons, à des méthodes particulières, qui, par déînition, ne sont pas forcément adaptées à ma région, mon climat, mes plantes ou mes propres goûts. J’aime tailler quand je le sens, quand c’est nécessaire…
Il y a toujours quelque chose à tailler au jardin.
Quand on coupe une branche d’un arbuste à feuillage coloré, on stimule la croissance de nouvelles pousses encore plus colorées. Si on est systématique, tout vient ensemble. Si on coupe deux ou trois rameaux aujourd’hui, deux ou trois la semaine suivante, l’une en la touchant à peine, l’autre en la réduisant presque totalement, on induit des réactions différentes, des pousses et des nuances variées.
Cela change le décor. Savoir tailler peut facile-ment s’apprendre seul, à condition de bien se concentrer sur ce que l’on fait et d’en observer régulièrement les conséquences pour com-prendre comment réagissent les plantes quand on coupe. En règle générale, plus on coupe une branche, plus elle repousse avec vigueur. Si on souhaite réduire la vigueur d’une branche et son allongement, il sufît d’en couper juste la pointe ou ne rien couper du tout ! Au lieu d’alimenter en priorité le bourgeon terminal (c’est toujours lui le « dominant »), la sève se répartit alors dans les bourgeons sous-jacents, la branche s’épaissit, se ramiîe mais ne s’allonge pas beaucoup. Pour réduire, il faut donc couper peu ! Si au contraire une branche est trop faible et ne pousse pas assez, on peut lui redonner de la vigueur en la coupant près de sa base. La sève est concentrée dans un seul bourgeon qui produit alors une pousse forte et vigoureuse. La taille permet aussi d’obtenir plus de eurs. Si on coupe une branche juste déeurie, on concentre l’énergie dans les bourgeons épar-gnés à la base de la branche, qui, généreuse-ment nourris, produisent des pousses fortes qui se chargent de eurs l’année suivante. Si on ne le fait pas, la branche se ramiîe davantage, eurit plus, mais ensuite elle dépérit et meurt. Cela encombre le cœur du buisson et réduit la place pour de nouvelles pousses. Tailler les fruitiers permet d’optimiser la production des fruits. Il est essentiel de garder les branches dégagées et bénéîciant d’un maximum de lumière et d’air. C’est l’un des ingrédients majeurs de la bonne santé (et donc de la production). Pourquoi attendre février si on constate une branche mal placée en juillet ? Agir quand on le voit, quand on le souhaite…
Après quelques années, les plantes s’installent et les scènes s’équilibrent. Il ne reste aucune place pour les mauvaises herbes et donc… L’entretien est quasi nul ! Le rêve de tout jardinier est ici ma réalité quotidienne !
19
Introduction
Les commentaires (1)
Écrire un nouveau message

17/1000 caractères maximum.

jean.marie.leduc

Merci beaucoup à Didier Willery pour son nouvel ouvrage, qui marque les épousailles jardinières entre le pratique et l'esthétique !
Huguette Leduc

samedi 4 juin 2016 - 17:07