L’Afrique

De
Publié par

L’Afrique (étude critique) Correction Note : les critiques de document sont en italique Introduction - Afrique = continent vaste 1,1 milliard d’habitants, 15 % de la population mondiale (peu/Asie) 30,2 millions de km2 - document 1 = couverture du magazineGéode septembre 2012, numéro spécial sur l’Afrique de 2012.Géoest une revue grand public comprenant de nombreuses photos - document 2 = article du journal économiqueLes Echos, du 3 octobre 2012, écrit par Sylvie Brunel (géographe spécialiste de l’Afrique et du développement). Il porte sur le degré d’intégration de l’Afrique à la mondialisation Quels sont les défis que l’Afrique doit relever ? 1) le degré d’insertion dans la mondialisation 2) le développement 1) Le degré d’insertion dans la mondialisation - doc 1 : « en harmonie avec la faune sauvage » = idée d’un continent tourné vers la nature. Dispose de gigantesques ressources naturelles, mais encore sauvage Se voit sur la structure des échanges : environ 80 % des exportations sont constituées de matières 1eres = minerais, hydrocarbures mais aussi denrées agricoles comme cacao, coton, café, fruits tropicaux…) : sujétion au marché ext (ne contrôle pas les prix) + empêche la diversification de l’économie (peu de technologies) = économie de rente S’accompagne souvent d’une exploitation prédatricealtération du potentiel naturel.
Publié le : mercredi 20 avril 2016
Lecture(s) : 7
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
L’Afrique (étude critique)
Correction Note : les critiques de document sont en italique
Introduction - Afrique = continent vaste 1,1 milliard d’habitants, 15 % de la population mondiale (peu/Asie) 30,2 millions de km2 - document 1 = couverture du magazineGéode septembre 2012, numéro spécial sur l’Afrique de 2012.Géoest une revue grand public comprenant de nombreuses photos - document 2 = article du journal économiqueLes Echos, du 3 octobre 2012, écrit par Sylvie Brunel (géographe spécialiste de l’Afrique et du développement). Il porte sur le degré d’intégration de l’Afrique à la mondialisation Quels sont les défis que l’Afrique doit relever ? 1) le degré d’insertion dans la mondialisation 2) le développement
1) Le degré d’insertion dans la mondialisation - doc 1 : « en harmonie avec la faune sauvage » = idée d’un continent tourné vers la nature. Dispose de gigantesques ressources naturelles, mais encore sauvage Se voit sur la structure des échanges : environ 80 % des exportations sont constituées de matières 1eres = minerais, hydrocarbures mais aussi denrées agricoles comme cacao, coton, café, fruits tropicaux…) : sujétion au marché ext (ne contrôle pas les prix) + empêche la diversification de l’économie (peu de technologies) = économie de rente S’accompagne souvent d’une exploitation prédatricealtération du potentiel naturel. 3 D : désertification, dégradation des sols, déboisement - doc 1 « le réveil d’un continent », enfant de la couverture, « la high-tech made in Africa » : + doc 2 « est devenue dans les médias un continent qui gagne » un continent aujourd’hui très dynamique, avec une économie qui se diversifie (mais seulement 1 % de la production industrielle) Cf doc 2 « un taux de croissance et des IDE qui rappellent ceux de la Chine au début des années 2000 » : devrait être celui qui connaîtra la plus forte croissance au XXIe S. En 2013, croissance de 5,6 % = vision afro-optimiste - doc 1 : « Angola : un eldorado pour les investisseurs » : l’Afrique comprend 30 % des ressources géologiques de la planète. IDE x 7 depuis 2000 (mais seulement 5 % des IDE dans le monde) / ces titres restent flous, notamment en ce qui concerne le grand poster avec les « grands projets et les clés pour comprendre » - doc 2 : « plus de 500 millions de téléphones portables en circulation » : une meilleure connectivité du continent au monde. C’est lié à la révolution des télécommunications a) Téléphonie : entre 1990 et 2000, nombre d’abonnés de tél mobile x 10. En 2000, 28 millions d’abonnés contre 500 millions auj. Un marché du mobile adapté à l’Afrique : mobiles peu
coûteux (ms grand nombre), offres de création de sites gratuits pour les petites entreprises, Google en 1 dizaine de langues africaine, système GSM pour les agriculteurs, logiciels pour envoyer de l’argent…b) Internet, connexion bien meilleure et meilleure couverture. Passe surtt par le tél portable (lié au pb d’électricité)
2) Le développement - doc 2 « une classe moyenne équivalente celle de l’Inde (300 millions de personnes) » / « plus de la moitié de la population vit encore en dessous du seuil de pauvreté « (moins de 1 dollar par jour). L’Afrique reste donc le continent de la pauvreté, 34 PMA sur 45 se situent en Afrique - doc 2 : « l’ampleur des inégalités internes » se fait ressentir, à toutes les échelles. Des contrastes entre les pays (Afrique du Sud, lions africains, PMA), des contrastes littoraux/intérieur (par ex, en Côte d’Ivoire, les 20 % les + riches perçoivent les 2/3 des revenus), ville/campagne. Doc 2, opposition entre « les Africains du dedans », les citadins connectés à l’économie-monde, dans des villes telles que Lagos et Le Caire, et « les Africains du dehors », les ruraux. Cela se traduit par l’insécurité alimentaire qui « précarise des millions de personnes » (doc 2). On estime qu’il y a 280 millions de sous-alimentés en Afrique, dépendance à l’aide alimentaire structurelle. Se reflète aussi à travers l’accès au soin. Fort taux de mortalité infantile : 10 ‰ avant 1 an, 30 ‰ avant 5 ans, persistance de certaines maladies (lèpre, choléra) + insuffisance de certains médicaments. Fléau du Sida : 23 millions de personnes touchées, plus de ¾ des décès dus au sida ds le monde (Afrique australe) L’accès à l’école n’est pas assuré pour tous : moins de la moitié de la population d’Afrique subsaharienne est alphabétisée - doc 1 : « Grands Lacs : la poudrière magnifique » + doc 2 « des cohortes de jeunes (…) prêts à enfourner toutes les révoltes » : Le retard de développement s’explique car l’Afrique est le continent le plus touché par les conflits. Ethnicisation des conflits, notamment urbains. La situation est particulièrement grave dans l’arc des conflits Nigéria au Congo, Grands Lacs et RDC Ex : génocide au Rwanda 1994 Une machine d’extraction/redistribution des richesses au profit de ceux qui détiennent le pv et de leur réseau = Etat patrimonialisé Corruption et népotisme, confiscation des richesses par des minorités proches de régimes autocratiques, luttes partisanes pr le pv = « politique du ventre » pr J F Bayart. Les élites déteindraient 700 à 800 milliards de dollars (soit le PIB annuel de l’Afr) - doc 2 «deux tiers de la population a moins de 25 ans » : à la fois un défi et un atout Explosion démographique : croissance démo de 2,5 % à 3 % par an, ce qui a fait doubler la pop en 25 ans. S’explique en partie par un phénomène de rattrapage (l’Afrique représentait 20 % de la population au début du XIXe siècle, 15 % auj) Projection : 2 milliards d’hab en 2050 d’après les projections de l’ONU (le Nigéria e serait la 3 puissance démographique du monde, l’Afrique représenterait ¼ de la pop mondiale). La croissance démographique diminuerait mais ne se stabiliserait qu’en fin de XXIe siècle.
(41 % de la pop a moins de 15 ans). DéfisConséquences = continent de la jeunesse = santé, éducation /le document 2 est assez complet, malgré quelques coupures. Il aborde les thèses actuelles afro-optimistes qu’il démonte au profit de ce qui semble être un afro-pessimisme. Mais finalement, ne vaut-il pas mieux faire preuve d’afro-réalisme : le continent africain est potentiellement riche, et a de nombreux défis à relever pour le XXI e s.
Conclusion - un document 1 assez vague, un document 2 très précis - ni afro-pessimisme, ni afro-optimisme : l’Afrique est plurielle et dispose de nombreux atouts qu’elle peut faire valoir dans la mondialisation.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.