L'image de l'univers

De
Publié par

Dans ce recueil de poèmes, Behçet Necatigil décrit l'homme face à la solitude quotidienne et au pessimisme. Ses poèmes sont un peu sévères et comportent des lacunes que doivent combler ses lecteurs. Sa poésie est complexe mais non pas indéchiffrable.
Publié le : mercredi 4 mars 2015
Lecture(s) : 21
EAN13 : 9782336371009
Nombre de pages : 164
Prix de location à la page : 0,0090€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
BehçetNECATiGiL
L’image de l’univers
présenté et traduit du turc par Sevgi TÜRKER-TERLEMEZ avec Bruno CANY
L’IMAGE DE L’UNIVERS
&ø+$11h0Â
Poètes des cinq continents En hommage à Geneviève Clancy qui l’a dirigée de 1995 à 2005. La collection est actuellement dirigée par Philippe Tancelin La collectionPoètes des cinq continentsnon seulement révèle les voix prometteuses de jeunes poètes mais atteste de la présence de poètes qui feront sans doute date dans la poésie francophone. Cette collection dévoile un espace d’ouverture où tant la pluralité que la qualité du traitement de la langue prennent place. Elle publie une quarantaine de titres par an. Déjà parus 639 – Maud Wirz Julien Pelette, Point-Virgule, 2015 638 – William SOUNY,Mayotte suicide, 2015 637 – Denis DAMBRE,Solitude et vibrations, 2015. 636 – Pierre GOLDIN,De la vie approximative, 2015. 635 – Serpilekin Adeline TERLEMEZ,Ames du cosmos,2015. 634 – Catherine BOUDET,Journal du Gardien des Horizons,2015. 633 – Natacha LAFOND,Sur les rives d’argile, 2014. 632 – Christine CADIOT,Les seuils du temps, 2014. 631 – Lajos NYÉKI,Ruptures - Elválasztás, 2014. 630 – Marie-Clémence ADOM,Anthologie de la poésie ivoirienne tome 3,2014.629 – Marie-Clémence ADOM,Anthologie de la poésie ivoirienne tome 2,2014.628 – Marie-Clémence ADOM,Anthologie de la poésie ivoirienne tome 1,2014.627 – André LO RÉ,Premiers pas au pays des haïkus, 2014. 626 – Ioana GRUIA,Le soleil sur le fruit, 2014 625 – Jean-Pierre BIGEAULT,100 poèmes donnés au vent. Suite de poèmes, 2014 624 – Yves Patrick AUGUSTIN,D’ici et nulle part, 2014. 623 – Patrick WILLIAMSON,Tiens ta langue. Hold Your Tongue (bilingue français-anglais), 2014. 622 – Michel JAMET,Partage son royaume !,2014. 621 – Ayten MUTLU,Les yeux d’Istanbul. Istanbul’un gözleri,2014. 620 – Philippe GUILLERME,Tout attaché, 2014. 619 – Patricia LAIGLE,La neige sur le museau des biches, 2014. 618 – Paul Henri LERSEN,Poèmes d’Ici, 2014. 617 – Omer MASSEM,Fragments sauvegardés,2014.
Behçet1(&$7ø*ø/
L’IMAGE DE L’UNIVERS
poèmes
présenté et traduitdu turcpar
Sevgi7h5.(57(5/(0(=
avec
Bruno CANY
& լÕKDQQPk %(+d(7 1(&$7ø*ø/ /¶,0$*( '( /¶81,9(56  &ø+$11h0Æ Titre original : Solgun Bir Gül Oluyor Dokununca .HQGL VHVLQGHQ úLLUOHU<.< <DSÕ .UHGL <D\ÕQODUÕ øVWDQEXO  © L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-05621-0 EAN : 9782343056210 6
L’image de l’univers
REMERCIEMENTS
1RXV WHQRQV j H[SULPHU QRWUH SOXV YLYH UHFRQQDLVVDQFH j $\úH 6DUÕVD\ÕQ 1HFDWLJLO  6HOPD 1HFDWLJLO HW hON ,úÕQ SRXU OHXUV précieux encouragements ; aux éditions<DSÕ .UHGL <D\ÕQODUÕ < . < øVWDQEXO SRXU OHXU DLPDEOH DFFRUG VXU OH FKDQJHPHQW du titreGX SUpVHQW UHFXHLO  HQ¿Q j 0XVWDID %DOHO HW 6HUSLOHNLQ Adeline Terlemez pour leurs lectures attentives.
5
Du même auteur
Recueils de poésie .DSDOÕ dDUúÕ *UDQG %D]DU, 1945 ;dHYUH (QYLURQQHPHQW, 1951 ; (YOHU 0DLVRQV, 1953 ;(VNL 7RSUDN 7HUUH DQFLHQQH, 1956 ; $UDGD (QWUH, 1958 ;'DU dD÷ /¶kJH pWURLW, 1960 ; <D] '|QHPL 6DLVRQ G¶pWp, 1963 ;'LYDQoH 'LYDQoH, 1965 ; øNL %DúÕQD <UPHN 0DUFKHU j GHX[, 1968 ;(Q&DP /DQJHXU9HUUH, 1970; =HEUD =qEUH, 1973 ;.DUHOHU $NODU(Les carrés les Blancs), 1975 ; 6HYJLOHUGH 'DQV OHV DPRXUV, 1976 ;%H\OHU /HV PHVVLHXUV, 1978 ; 6|\OHUL] 1RXV DOORQV GLUH, 1980 ;6ROJXQ %LU *O 2OX\RU 'RNXQXQFD 5RVH IDQpH TXDQG RQ OD WRXFKH, 2012. Œuvres Complètes7 volumes préparés et publiés par (1981-1984), Hilmi Yavuz et Ali Tanyeri. Pièces radiophoniques5HJDUGH] YHUV OHV pWRLOHV1965(deux pièces), 5HVWR GX F°XU GDQV OD QXLW(cinq pièces), 1967 7URLV RUDQJHV(six pièces), 1970 ;)HQrWUH(quatre pièces), 1975
Certains de ses poèmes sont traduitsen allemandpar Yüksel Pazarkaya (dont plusieurs, avec la collaboration du poète lui-même lors de son voyage en Allemagne). En Français, on peut trouver quelques-uns de ses poèmes dans les anthologies : J’ai vu la mer, Anthologie de la poésie turque contemporaine, choix, présentation et traduction du turc: Michèle Aquien, Pierre Chuvin et Güzin Dino avec Elif Deniz ; postface Enis Batur - dessins Abidin Dino, Editions Bleu autour, 2010 ; Dix-sept poètes turcs contemporains, Levé d’Ancre, L’Harmattan, 2009 ; Anthologie de la poésie turque contemporaine, de Jean Pinquié et Levent <ÕOPD] SUpIDFH GH 1HGLP *UVHO pGLWLRQ ELOLQJXH 3XEOLVXG   Anthologie des poètes turcs contemporains GH 1LPHW $U]ÕN eGLWLRQV Gallimard, 1953, 1956 ; Poètes Turcs Contemporains GH 7DKVLQ 6DUDo HW øNUDP 6DUDo 0LQLVWqUH de la Culture, 1996, Ankara.
4
PRÉFACE
L’image de l’univers
%HKoHW 1(&$7ø*ø/ SRqWH GHV SHWLWV PRWV
'DQV OD QXLW pWRXIIpH &KHUFKHU HQ YDLQ OD MRLH &H TXL IDLW VRXIIULU TXDQG RQ HVW HQVHPEOH 3RXUTXRL HVWFH VL DWWUD\DQW ORUVTX¶RQ HVW VpSDUp "
3RXUTXRL DYHF OHV SUHPLqUHV SOXLHV O¶DXWRPQH 9HUV OHV SUHPLHUV IURLGV OH IULVVRQ 2Q V¶HQ VRXYLHQW j WUDYHUV OHV IHXLOOHV WRPEpHV 4X¶LOV H[LVWDLHQW
Je suis heureuse de vous proposer un poète dont la poésie hermétique, très personnelle est riche de métaphores, de mythes, d’images métaphysiques, de sentiments indicibles. Cette poésie entrouvre la porte de l’invisible, touche notre intérieur profond ; va aux limites de la langue ; nous rend la WUDGXFWLRQ SUHVTXH LPSRVVLEOH WRXW HQ QRXV SURYRTXDQW j OD UpDOLVHU PDOJUp WRXWHV OHV GLI¿FXOWpV GH WUDQVPLVVLRQ GH FHWWH 1 langue (le turc j OD ODQJXH G¶DFFXHLO IUDQoDLV 
1turc/Türkçe ( Le de Turquie)est une langue de la famille oura-ORDOWDwTXH RX ¿QQRRXJULHQQH DSSDUHQWpH DX ¿QQRLV¿QODQGDLV HW DX hongrois. Elle n’est ni indo-européenne (comme le français, l’allemand, l’anglais ou le persan), ni sémitique (comme l’arabe ou l’hébreu), malgré OD ORQJXH LQÀXHQFH TX¶HOOH D VXELH SHQGDQW GHV VLqFOHV GH YLH FRPPXQH DYHF OHV $UDEHV HW OHV 3HUVDQV ,O HVW SDUOp j O¶KHXUH DFWXHOOH SDU SOXV de 200 millions de personnes dans le monde (Europe, Chine, ex-Sovié-WLTXH $IJKDQLVWDQ ,UDQ $]HUEDwGMDQ ,UDN SD\V EDONDQLTXHV HWF  /HV
7
& լÕKDQQPk
2XL MH VXLV ¿qUH GH YRXV SURSRVHU FH SRqWHHQVHLJQDQW GH langue et littérature turque, ce poète-traducteur, cet écrivain TXL IXW PRQ SURIHVVHXU j TXL MH GRLV OH JR€W GH OD SRpVLH GH la traduction, des langues, de la littérature et de l’impossible possible.
Sa poésie occupe une place importante sur la scène poétique turque par la richesse de ses « petits mots », évoquant la vie GHV KXPEOHV SDUODQW GH VD VROLWXGH HW GH VRQ LQVXI¿VDQFH IDFH DX[ SUREOqPHV GH VRQ H[LVWHQFH j VRQ GHVWLQ j OD PRUW incontournable.
%HKoHW 1(&$7ø*ø/de son nom de naissance Mehmet %HKoHW *g1h/SRqWH SUpFLHX[aux yeux des turcs, est considéré comme « l’un des grands pionniers de la littéra-ture turque ».
traits caractéristiques de cette langue sont l’harmonie vocalique, l’agg-OXWLQDWLRQ DX PR\HQ GH VXI¿[H HW O¶DEVHQFH GH FODVVHV QRPLQDOHV RX GH JHQUH JUDPPDWLFDO 6RQ RUGUH 629 VXMHW REMHW YHUEH V¶RSSRVH DYHF O¶RUGUH 692 VXMHW YHUEH REMHW GX IUDQoDLV  Le turc ottoman2VPDQOÕFD, turc ancienHVNL 7UNoH /LVƗQÕ 2VPƗQƯ ± OD ODQJXH RI¿FLHOOH GH O¶(PSLUH RWWRPDQ  SpULRGH SHQGDQW ODTXHOOH OH WXUF Q¶HVW SDUOp TXH SDU OHV SD\VDQV ± V¶pFULYDLW DYHF une version de l’alphabet arabe et se caractérisait par une proportion im-portante de termes d’origine arabe ou perse. En 1928, Mustafa Kemal Atatürk entreprendOD UpIRUPH GH OD ODQJXH WXUTXH/¶DGRSWLRQ GH O¶DOSKDEHW ODWLQ D FRPPH REMHFWLI GH VXSSULPHU toutes les « capitulations linguistiques », d’insister sur le caractère mo-GHUQH HW GH PLQLPLVHU O¶LQÀXHQFH GHV FRQVHUYDWHXUV UHOLJLHX[ GH WRXF-her les masses populaires analphabètes. /H QRXYHO DOSKDEHW FRPSWH  OHWWUHV GRQW  YR\HOOHV D H Õ L R | X  HW  FRQVRQQHV ,O HVW SKRQpWLTXH WRXWH OHWWUH pFULWH HVW SURQRQFpH ,O Q¶\ D SDV GH JURXSHPHQW GH FRQVRQQHV HW GHV YR\HOOHV &KDTXH FRQ-VRQQH FRPPH FKDTXH YR\HOOH HVW XQLTXH &KDTXH OHWWUH FRUUHVSRQG j XQ VHXO VRQ /HV OHWWUHV 4 : ; Q¶H[LVWDQW SDV VH UHPSODFHQW SDU dö , VDQV SRLQW  ù g h1RWH GHV WUDGXFWHXUV
8
L’image de l’univers
,O QDvW OH  DYULO  HW PHXUW OH  GpFHPEUH  j øVWDQEXO YLOOH SRpVLH úLLULVWDQEXO, ville muse de ses SRqPHV %HKoHW 1HFDWLJLO PHW VHV  DQV GDQV VRQ pFULWXUH ODTXHOOH Q¶DSSDUWLHQW j DXFXQH pFROH PDLV SUHQG VRQ HVVRU j partir de l’Anatolie, carrefour des civilisations (des Hittites aux Ottomans en passant par les Grecs, les Romains et les Byzantins). La poésie est l’expression la plus naturelle dans ce monde riche de métissages culturels, provenant autant de l’Europe que du Proche-Orient, et de tradition poétique millénaire. Les poèmes y vivent partout, dans le bonheur DXVVL ELHQ TXH GDQV OD PLVqUH %HKoHW 1HFDWLJLO Q¶KpVLWH SDV 2 j VH VHUYLU GH FHWWH FXOWXUH SRpWLTXH PXOWLIRUPH.
 /¶KLVWRLUH GH OD SRpVLH WXUTXH UHPRQWH j GL[ PLOOH DQV /¶$QDWROLH HVW marquée de multiples métissages culturels, provenant autant de l’Euro-pe que du Proche-Orient où s’épanouissent pendant des siècles plusieurs cultures. Les poèmes y vivent dans le cœur, la mémoire et les paroles des hommes. 7DQGLV TXH OD G\QDVWLH GHV 6HOGMRXNLGHV6HOoXNOXODU règne en Anatolie, et que sévit le Moyen-âge de part le monde, un poète de génie, un certain e <XQXV (PUH TXL YpFX YHUV OD ¿Q GX ;,,, VLqFOH ± GRQW OD SKLORVRSKLH H[LJH GH VH FRQQDvWUH VRLPrPH HW TXLWLHQW O¶KRPPH SRXU OD SOXV JUDQGH UpDOLVD WLRQ GH OD FUpDWLRQet comme étant l’essence de l’univers±devient l’artisan de la langue turque et le père de la Chanson Populaire turque. Poète d’ori-gine paysanne, poète mystique de la tradition orale, poète légendaire quela OpJHQGH YHXWLOOHWWUp <XQXV (PUH D XQH JUDQGH LQÀXHQFH VXU OD VRFLpWp TXL se nourrit de sa langue dépouillée et bouleversante ainsi que de ses prises GH SRVLWLRQ YLVjYLV GHV pYpQHPHQWV LQMXVWHV GH VRQ pSRTXH Alors que les œuvres en prose sont rares dans la littérature turque, le verbe poétique, populaire, mystique ou savant court de siècle en siècle, et il éclot VXU OHV OqYUHV VRXV OD IRUPH GH FKDQVRQV G¶DPRXU GH MRLH GH VRXIIUDQFH d’espoir, de révolte. Les poètes nomades, mystiques ou savants, les dervic-KHV TXL VH IRQW SDVVHU YRORQWLHUV SRXU GHV © IRXV ª SRXU PLHX[ MHWHU j OD IDFH des puissants, des indifférents, des insensibles, des tyrans, des oppresseurs, GHV GRPLQDWHXUV OHXU PpFRQWHQWHPHQW RQW FRQWLQXp j H[LVWHU j FKDQWHU  HW LOV FKDQWHQW HQFRUH DXMRXUG¶KXL GDQV FH SD\V GH SRqPHV
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.