Le Maître des nuages

De
Publié par

Le jeune Yukimichi "Chemin enneigé" a choisi sa voie, le Kendo. Le matin, il emprunte la sente dans la vallée de l'Iya sur l'île de Shikoku pour aller au dojo et croise la belle Aïko. Leur destin sera profondément marqué par la guerre et l'explosion de la bombe atomique d'Hiroshima.
Publié le : lundi 2 mars 2015
Lecture(s) : 10
EAN13 : 9782336370965
Nombre de pages : 134
Prix de location à la page : 0,0075€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Patrick Gillet

Le Maître des nuages

Roman

collection
Amarante
































© L’Harmattan, 2015
5Ȭ7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978Ȭ2Ȭ343Ȭ05507Ȭ7

EAN : 9782343055077

Le Maître des nuages



Amarante



Cette collection est consacrée aux textes de
création littéraire contemporaine francophone.

Elle accueille les œuvres de fiction
(romans et recueils de nouvelles)
ainsi que des essais littéraires
et quelques récits intimistes.








La liste des parutions, avec une courte présentation
du contenu des ouvrages, peut être consultée
sur le site www.harmattan.fr


















Patrick Gillet

Le Maître des nuages

roman


L’Harmattan

DU MÊME AUTEUR

Romans
Perles noires, DurandȬPeyroles, 2013
La terre des bogolans, Vents Salés, 2010
Fils du vent, Les 2 Encres, 2009
La néréide, Bénévent, 2008

Poésie/haïkus
Ecrire des haïkus, Ecrire aujourd’hui, 2015
Miroir de Loire, avec le photographe Yannick Le Boulicaut,
Patrimoines Médias, 2014
Bruissements de plume, Pippa, 2014
Le Sac à paroles, Le Petit Véhicule, 2013

Anthologies/ouvrages collectifs
Trente haïjins contre le nucléaire, Pippa, 2015
Les arts en poésie, Anthologie Terpsichore, 73, Les Presses
Littéraires, 2014
Chemins croisés, Pippa, 2014
Amours, Forgeur d’étoiles, 2014
Europoésie, Thierry Sajat, 2012, 2013
Haiku en fleurs, CPN, 2013
Enfance commencement, Anthologie Terpsichore, 69, Les Presses
Littéraires, 2012
Poems of International Haiku Contest, Mainichi, Japan, 2012, 2014
Minéral, Les petits riens, 2012


« Le Vide est la source de la Voie, et la Voie la forme du Vide »
Miyamoto Musashi, Le livre des cinq roues.

Remerciements

Je remercie Isabelle Frostin et Jacqueline Rabilloud pour la

correction du manuscrit et leurs précieux conseils.

Un oiseau se pose

Sur le cerisier en fleur

Et la branche plie…

CHAPITRE 1

Haru, le printemps

Protégé de la pluie par son capuchon de paille, Yukimichi
dévalait la sente de la colline aux arbres en fleurs en preȬ
nant soin de ne pas glisser sur les pierres. Il se rendait au
dojo du village dans la vallée de l’Iya, entre le Mont
Nakatsu et le Mont Kunimi.

Difficile dȇaccès, la vallée a contraint ses habitants à
construire le plus haut possible des maisons couvertes de
chaume accessibles par des sentes étroites. A lȇaube, les
maisons semblaient suspendues auȬdessus des nuages.
Lorsque les brumes matinales se dissipèrent, le camaïeu de
vert des conifères et des touffes de bambous apparut au
bord de la sente. Seuls les craquements des grues de retour
du fleuve Jaune rompaient le silence. Bruissement des
ailes…

9

La grue du Japon

Emporte l’hiver sur ses ailes

Vallée de l’Iya

La vallée de l’Iya est située sur lȇîle de Shikoku, la plus
petite des quatre îles du Japon, où coule la rivière du même
nom aux eaux vert émeraude. La vallée des Ancêtres est
lȇun des lieux les plus mystérieux de lȇarchipel. C’est à cet
endroit que les guerriers du clan des Heike, opposé à celui
de Minamoto dans une lutte sans merci pour le pouvoir,
e
trouvèrent refuge à la fin du XII siècle. Leurs batailles
avaient mis le pays à feu et à sang. Les vaincus se disperȬ
sèrent à travers le pays, et beaucoup se réfugièrent dans
lȇinaccessible vallée. Le Dit des Heike, conté par des moines
aveugles itinérants sȇaccompagnant dȇune sorte de luth, raȬ
conte la destinée tragique des Heike qui illustre la vanité
des hommes. Près du pont suspendu, une cascade porte le
nom de « Cascade au biwa », car les Heike venaient y jouer
du luth en se rappelant leur splendeur dȇautrefois…
Les pins et les cèdres laissèrent la place aux feuillus :
bouleaux, trembles et chênes bleus. Les arbres dégouliȬ
naient et les branches s’égouttaient sur la mousse qui tapisȬ
sait la forêt. Yuki dévalait l’étroit chemin qui serpentait
entre les buissons de lespédèzes et les rochers couverts de
lichens orangés. En contrebas dans la vallée, il distinguait
les plantations de théiers. La floraison des pruniers annonȬ

10

çait la fin de l’hiver. Au loin, il entendit le bruit d’une avaȬ
lanche dans les montagnes, et aperçut des volutes de neige
s’élever dans le ciel. Le chant des bruants et des bouvreuils
emplissait l’air dans la lumière matinale…
Yuki traversa la place du village pour se rendre à la salle
d’entrainement. En chemin, il croisa Katsuo qui le défia du
regard. Il franchit la porte d’entrée et gagna les vestiaires
où il enfila son pantalon hakama et sa veste kendogi. Il salua
le dojo, se dirigea vers un angle de la pièce pour déposer
son shinai, un sabre de bambou. Puis il se joignit aux autres
enfants qui couraient autour de la salle pour l’échauffeȬ
ment.
Maître Saburo entra à son tour dans la salle et se dirigea
vers Yuki :
— Bonjour, comment t’appellesȬtu ?
— Yukimichi, « Chemin enneigé », mais on m’appelle
Yuki. Je suis le fils de Takeshi et je viens d’avoir dix ans.
— Approche, je vais te montrer comment tenir ton
shinai.
Yuki fit quelques pas en direction du Maître qui saisit
son bras et lui dit :
— Pose ta main gauche en avant contre la tsuba et ta
main droite derrière en bloquant la tsuka avec la paume.
S’adressant à l’ensemble du groupe, il leur indiqua que
les exercices d’entraînement allaient commencer. Ils se séȬ
parèrent en deux groupes formant deux rangées face à
face, se saluèrent et commencèrent à s’entraîner. A tour de
rôle, chacun frappait le shinai de son partenaire qui le mainȬ
tenait horizontalement devant son visage. Puis ils inversèȬ
rent les rôles. L’entraînement terminé, ils posèrent leur
sabre sur le sol et s’assirent. Les plus expérimentés s’équiȬ
pèrent de l’armure de protection, bogu, composé dȇun plasȬ
tron, do, dȇune protection du ventre et des hanches, tare,

11

dȇun masque, men, et de gants rembourrés, kote. Le regard
de Yuki brillait d’envie d’enfiler l’armure mais il lui fauȬ
drait encore attendre plusieurs mois. La patience et la
répétition des gestes font partie de l’initiation des jeunes
kendoki.
Avant de commencer les exercices de combat, les parteȬ
naires se saluèrent à nouveau. Chaque combattant se déȬ
plaçait à pas glissés, le pied arrière légèrement décalé avec
le talon relevé. Ils portaient les coups sur le masque de l’adȬ
versaire en criant men ! La devise du Kendo est ki ken tai no
itchi, lȇesprit ki, le sabre ken et le corps tai, lȇunité entre lȇesȬ
prit, le sabre et le corps. L’esprit désigne la détermination
dans lȇassaut qui se manifeste par le kiai, un cri que pousse
le combattant lorsquȇil porte une attaque. Le sabre repréȬ
sente le coup porté qui doit être délivré avec le shinai corȬ
rectement orienté. Le tranchant du sabre doit couper la
partie touchée sur une partie valable de lȇarmure de lȇadȬ
versaire. Le corps désigne lȇengagement matérialisé par
une frappe du pied sur le sol qui doit être exécutée en
même temps que celle du shinai. Le cri est obtenu par une
forte expiration ventrale qui permet de libérer les efforts au
moment de lȇassaut. On enseigne aux jeunes débutants à
crier le nom de la partie visée par la frappe. Au fil de l’apȬ
prentissage, ce cri sera remplacé par un kiai personnel.
Le Kendo est la version moderne de lȇescrime au sabre
pratiquée autrefois par les samouraïs. Ce nȇest pas seuleȬ
ment un art martial, le Kendo comprend également un voȬ
let spirituel qui fait du combat une véritable philosophie
de vie. Traditionnellement, on appelle l’art du combat « la
voie du sabre et du pinceau ». Un guerrier ne peut limiter
son apprentissage au seul maniement des armes, il doit
aussi approfondir les textes classiques. L’art du combat
comptait à l’origine dix aptitudes et sept techniques. On ne

12

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.