Le peuple et sa souveraineté dans l'art révolutionnaire (1789-1794)

De
Publié par

En rupture avec l'Ancien Régime, la production picturale de l'époque révolutionnaire (1789-1794) se caractérise par la profusion d'images d'actualité : la politique est esthétisée et la Révolution se montre à elle-même. L'iconographie permet de comprendre les enjeux des débats qui ont lieu à l'Assemblée sur la souveraineté du peuple. Pour la première fois dans l'histoire, la production artistique se concentre sur les questions de politique constitutionnelle et sur une figure jusque-là totalement ignorée : le Peuple.
Publié le : dimanche 15 février 2015
Lecture(s) : 5
EAN13 : 9782336370576
Nombre de pages : 346
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Historiques
Caroline Rainette
série Travaux
L e Peuple e t s a souver a i ne té d a n s l ’a r t ré volut ion n a i re (17891794)
Historiques Travaux
Le Peuple et sa souveraineté dans l’art révolutionnaire (1789-1794)
Caroline Rainette
Le Peuple et sa souveraineté dans l’art révolutionnaire (1789-1794)
Du même auteur : Guide Juridique sur le patrimoine scientifique et technique, En collaboration et sous la direction scientifique de Marie Cornu et Catherine Wallaert, Paris, L’Harmattan, 2008. « Le peuple et sa souveraineté dans l’art révolutionnaire (1789-1794) »in La création artistique subversive. L’art, le politique et la création (vol.2), Florent Gaudez (dir.), Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques Sociales », série « Sociologie des Arts », 2015.
Couverture : Caroline Rainette d’après leSerment du jeu de Paumede David
© L'HARMATTAN, 2015 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.lîbraîrîeharmattan.com dîffuŝîon.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-05559-6 EAN : 9782343055596
L'État est le plus froid des monstres froids. Il ment froidement ; et voici le mensonge qui s'échappe de sa bouche : «Moi l'État, je suis le peuple ».
FriedrichNietzsche
La populace ne peut faire que des émeutes.Pour faire une révolution il faut le peuple.
VictorHugo
Je remercie chaleureusementtous ceux qui m’ont soutenue dans l’écriture et la publication de cet ouvrage, ettout particulièrement : MonsieurPhilippe deCarbonnière, attaché de conservation au MuséeCarnavalet, pour ses très précieux conseils et commentaires ; MadameJoëlle-AndréeDeniotqui m’a accordé son attention et accepté de préfacer le présent ouvrage avec gentillesse et délicatesse ; MessieursNguyên Vinh etGérardLeyris, préposés au cabinet desArtsGraphiques du muséeCarnavalet ; Michel etAnnieRainette, mes parents ; SébastienPoulain.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.