Le Proche et Moyen-Orient, un foyer de conflit depuis 1945 (composition)

De
Publié par

Le Proche et Moyen-Orient, un foyer de conflit depuis 1945 (composition) - des conflits nombreux depuis 1945 = fin de la 2GM. L’influence européenne, qui s’exerçait depuis la chute de l’empire ottoman après la 1GM, est peu à peu supplantée par les influences américaine et sov - Une région du monde aux délimitations incertaines. Proche-Orient : expression française pour désigner les régions orientales du bassin méditerranéen (dits aussi pays du Levant). Moyen-Orient : expression géopolitique anglo-saxonne désignant la région centrée sur le Golfe persique (du Caucase à la péninsule arabique, de l’Egypte au Pakistan). - Pourquoi et comment autant de conflits se sont-ils développés dans une même région du monde au point d’avoir des résonnances et échos à l’échelle mondiale ? I - Un espace concentrant des enjeux multiples et conflictuels II – Une région au cœur de la guerre froide (1945-1990) III - le Proche et le Moyen-Orient de 1990 à nos jours : une instabilité qui persiste I. Un espace concentrant des enjeux multiples et conflictuels 1) Une mosaïque de peuples et de religions - des peuples aux langues distinctes 3 grands peuples : Arabes (190 millions), Perses (65 millions) et Turcs (60 millions). Excepté pour ce dernier, autres peuples répartis dans différents Etats de la région (pas d’unité politique). Des minorités non-négligeables : Kurdes (25-30 millions), peuples autochtones du MO, répartis entre quatre pays (Turquie et Irak essentiellement).
Publié le : mercredi 20 avril 2016
Lecture(s) : 101
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins
Le Proche et Moyen-Orient, un foyer de conflit depuis 1945 (composition)
- des conflits nombreux depuis 1945 = fin de la 2GM. L’influence européenne, qui s’exerçait depuis la chute de l’empire ottoman après la 1GM, est peu à peu supplantée par les influences américaine et sov - Une région du monde aux délimitations incertaines. Proche-Orient : expression française pour désigner les régions orientales du bassin méditerranéen (dits aussi pays du Levant). Moyen-Orient : expression géopolitique anglo-saxonne désignant la région centrée sur le Golfe persique (du Caucase à la péninsule arabique, de l’Egypte au Pakistan). - Pourquoi et comment autant de conflits se sont-ils développés dans une même région du monde au point d’avoir des résonnances et échos à l’échelle mondiale ? I - Un espace concentrant des enjeux multiples et conflictuels II – Une région au cœur de la guerre froide (1945-1990) III - le Proche et le Moyen-Orient de 1990 à nos jours : une instabilité qui persiste
I. Un espace concentrant des enjeux multiples et conflictuels 1) Une mosaïque de peuples et de religions - des peuples aux langues distinctes 3 grands peuples : Arabes (190 millions), Perses (65 millions) et Turcs (60 millions). Excepté pour ce dernier, autres peuples répartis dans différents Etats de la région (pas d’unité politique). Des minorités non-négligeables : Kurdes (25-30 millions), peuples autochtones du MO, répartis entre quatre pays (Turquie et Irak essentiellement). Régulièrement victimes de discriminations et de persécutions. Pas d’Etat propre (Kurdistan n’est pas un Etat souverain). Juifs (5,5 millions), fruits d’une immigration récente en Palestine ayant commencé du début du XXe siècle (sionisme p 116) et se heurtant aux peuples arabes de la région. - des religions plurielles Un Islam majoritaire mais diversifié. Musulmans sunnites majoritaires (tradition du Prophète), chiites (lignée du Prophète) minoritaires (excepté en Iran). Deux branches divisées elles-mêmes en différentes tendances (soufisme, salafisme…). Des christianismes (environ 10 millions) dispersés entre plusieurs communautés, certaines reconnaissant l’autorité de Rome (maronites du Liban), d’autres étant autonomes (coptes d’Egypte). Des juifs désormais regroupés. Au départ dispersés, se rassemblent désormais dans l’Etat d’Israël. Plusieurs lieux saints : Jérusalem trois fois sainte ; La Mecque (lieu de naissance de Mahomet) et Médine (lieu de mort) ; Karbala (Iran) ou Qom (Iran) : centres théologiques et lieux saints chiites.
2) Des ressources convoitées et disputées - L’eau : première ressource convoitée. Présence de nombreux fleuves et ressources fossiles mais ressources inégalent réparties, conditions climatiques contraignantes et augmentation des prélèvements en eau. Pays en amont abusent d’une eau difficile à partager. Turquie a aménagé les bassins du Tigre et de l’Euphrate, réduisant les débits des fleuves pour la Syrie
1
et l’Irak. Israël s’est approprié le Lac Tibériade, grande réserve d’eau douce, et le Jourdain en annexant le plateau du Golan situé à l’Est de ces ressources. Certains pays dépourvus de ressources utilisables ont construit des usines de désalinisation (30 usines en Arabie Saoudite), nécessitant d’importants investissements (aucune usine au Yémen, PMA). - première région du monde en termes de ressources cumulées connues de pétrole (60 % au monde) et de gaz (40 %), ce qui fait de la PMO un espace majeur de production et un acteur de premier plan d’approvisionnement mondial. Exploitations massives à partir de 1945. AS, Iran, Irak et Koweït sont les principaux producteurs. Oléoducs, gazoducs et routes maritimes permettent l’exportation des hydrocarbures dans le monde. Le pétrole est un instrument géopolitique (en 1973, pays de l’OPEP quadruplent les prix du pétrole lors de la Guerre du Kippour) et manne financière (réserves publiques de l’AS en 2015 : 750 M de $).
3) Un carrefour géostratégique - Une région au croisement de trois continents et de deux mers. Zones de contacts et d’échanges, mais aussi de rivalités depuis l’Antiquité entre Europe, Asie et Afrique. Carrefour entre la Méditerranée et océan Indien (canal de Suez inauguré en 1869, valeur stratégique du détroit d’Ormuz)). - Une région suscitant des rivalités extérieures. Empire ottoman, qui dominait la région, est démembré après la 1ère GM . RU et F obtiennent des mandats en Palestine/Mésopotamie et en Syrie. e GM, région devient un théâtre de la Guerre froide où les intérêts etAprès la 2 logiques de blocs s’affrontent. Exploitation du pétrole devient un objet de concurrences et de tensions géostratégiques
II – Une région au cœur de la guerre froide (1945-1990) 1) La naissance d’Israël et les conflits à répétition qui s’ensuivent - naissance d’Israël en 1948 accéléré par la révélation de la Shoah et le nombre important de réfugiés juifs souhaitant quitter l'Europe 1947 : l’ONU propose un plan de partage de la Palestine en deux États : inégal, 30% de juifs reçoivent 55 % des terres, statut spécial de la ville de Jérusalem + colère des Arabes qui ne s’estiment pas responsables du génocide et qui considèrent l’État d’Israël comme un État colonial. 14 mai 1948 : le leader sioniste Ben Gourion proclame la naissance de l’État e d’Israël. 1 guerre israëlo-arabe (1948-49) - des conflits nombreux Guerre de 1948-49 remportée par Israël : occupe désormais 78 % de la Palestine et Jérusalem Ouest. Les Palestiniens arabes sont privés d’État et 700 000 d’entre eux sont regroupés dans les États voisins, dans des camps de l’ONU (= nakba, catastrophe) 1967, guerre des Six-Jours. Israël s’empare du Golan, de Gaza, du Sinaï et de la Cisjordanie + Jérusalem Est. Réappropriation urbanistique du Mur (destruction sous 48 heures des constructions avoisinantes et construction d’une esplanade immense pouvant contenir jusqu’à 400 000 personnes contre 12 000 auparavant). Le Conseil
2
de sécurité de l'ONU vote la résolution 242 qui prévoit la restitution des territoires occupés par Israël et la reconnaissance par les pays arabes de l'Etat d'Israël. 1973: guerre du Kippour. L’ONU réussit à imposer un cessez le feu. / Des conséquences internationales ==> choc pétrolier par OPEP - 1978 = tournant : accords de paix de Camp David entre Eg et Israël les Palestiniens deviennent un acteur autonome dans le conflit question 3 p 121 Création de l’OLP à partir de 1964 pour demander la destruction d’Israël et la création d’un État palestinien. A la fin des années 1960, ils mènent des actions terroristes pour tenter de faire pression sur la communauté internat (JO de Munich en 1972)
2) Une zone de tension dans la guerre froide - le MO est un des enjeux de la guerre froide C’est traditionnellement une zone d’influence européenne (mandats britanniques et fr) L’URSS utilise le discours anticolonialiste pour s’imposer dans la zone (ex : Egypte) - ex de crise : en 1956, Nasser décide de nationaliser le canal de Suez réaction brutale des Franco-britanniques et des Israéliens qui lancent en octobre 1956 une opération militaire contre l’Égypte. Le Sinaï est occupé. Les Soviétiques et les Américains font pression et obligent au retrait des troupes franco-britanniques. C'est une victoire politique pour Nasser. = panarabisme. Mouvement qui se réclame du tiers mondisme = constituer les pays arabes en bloc uni et autonome/2 Grands
3) La montée de l'islamisme au Moyen-Orient : une nouvelle source de tensions - L'islamisme est un courant radical de l'Islam apparu dans les années 1920 en Égypte. Remplace peu à peu nationalisme et panarabisme = réaction à l'occidentalisation des sociétés. A partir des années 1970, islamisme se radicalise, devenant un courant davantage politique visant à instaurer un Etat et une société reposant sur les normes juridiques de la loi coranique. - échec des mouvements panabistes et nationalistes à partir des années 1970 et plus encore à la fin de la guerre froide favorise la montée de l'islamisme dans le MO = pr Gilles Kepel, réislamisation par le bas : les déçus des groupes marxisants épousent l’intégrisme religieux et surtout politique pr contester la société - principales étapes 1979, révolution iranienne : l’ayatollah Khomeiny arrive au pouvoir. = grave revers pour les Etats-Unis, qui perdent un allié précieux dans la région. Suivie d'une guerre avec l'Irak (1980-1988) notamment pour le contrôle de certaines zones pétrolifères. 1 million de morts environ. (Persépolis ?) En Egypte, Sadate est assassiné en 1981 par des islamistes.
III - le Proche et le Moyen-Orient de 1990 à nos jours : une instabilité qui persiste 1) Les EU tentent de devenir le « gendarme » de la région e - intervention américain en Irak suite à l’invasion du Koweït = 1 guerre du Golfe (1991) = moyen de renforcer la présence américaine dans la région : mise en place d’un nouvel ordre mondial (cf leçon « les chemins de la puissance : les Etats-Unis »)
3
- des résistances : 1987 se crée en Afghanistan Al-Qaida, structure informelle intégriste d'envergure internationale qui se lance dans une lutte contre ceux qu'il considère comme des « croisés » : les pays occidentaux, États-Unis en tête. Cette structure prône contre eux un jihad et le recours à la violence comme moyen d'action
2) Vers un déblocage de la situation entre Israéliens et Palestiniens ? - l’OLP lance l’Intifada à partir de 1987 dans les territoires de Gaza et de Cisjordanie - la situation change dans les 1990s etévolution de la position d’Arafat, qui accepte la reconnaissance d’Israël abandonne le terrorisme arrivée au pouvoir des travaillistes avec Itzhak Rabin 1993, accords d’Oslo, encadrés par les EUA = reconnaissance mutuelle des 2 Etats et mise en place d’une autorité palestinienne dans les territoires occupés (Gaza, Cisjordanie) - mais le processus de paix est freiné Rabin est assassiné en 1995 par un extrémiste israélien, et depuis son remplacement par Netannyahou, l’idée de construire “ un grand Israël ” en annexant les “ Territoires occupés ” s’affirme davantage. La création de colonies juives en Cisjordanie se poursuit. Dans ce contexte, le Hamas multiplie les actes terroristes en Israël + guerre des e ventres. 2000, 2 intifada. Construction d’un mur de séparation annexant de facto de nouveaux territoires palestiniens.
3) Le tournant du 11 septembre 2001 - Les EUA changent de priorité à partir du 11 septembre 2001 (attentats commis sur le sol des États-Unis 3 000 victimes) : il s’agit avant tout de combattre l’islamisme (al Qaïda), non plus de pacifier la région. - les interventions se multiplient suite aux attentats : Afghanistan en 2001, Irak en 2003 / ces interventions américaines exacerbent les sentiments anti-américains dans la région. - printemps arabe 2011 : mouvement de révoltes et de contestations politiques en 2011 frappe aussi bien des Etats forts comme l’Egypte ou Koweït que des régimes fragilisés comme le Yémen ou la Syrie. Questions 1 à 5 p 127 - Mouvements du terrorisme islamiste se sont multipliés au PMO et dans le monde arabo-musulman. modèle d’Al-Qaida est repris par AQMI (Sahara), AQPA (péninsule arabique)…, ce qui dessine des réseaux terroristes visant des pays musulmans (Gaza, Syrie, Lybie… (photo doc. 5, p. 127)) et des Etats occidentaux (attentats de Madrid en 2004, de Londres en 2005, contreCharlie Hebdorevendiqués par AQPA en janvier dernier). Pratiques terroristes facilitées par la dispersion et l’implantation informelle de ces organisations, ainsi que les nouvelles technologies qui facilitent leurs activités. Naissance de Daesh (ou EI) = volonté de créer un nouv califat. Se fonde sur le djihadisme (demande bcp de combattants) + appel au terrorisme (signe de fragilité, moyen de faire sa publicité et donc de recruter de nouv combattants). Est né de la situation compliquée en Syrie : printemps arabesrebelles contre le régime de
4
Assad, Al Nosra qui se réclame d’Al Qaïda, décomposition de l’Etat irakien … Provoque un déplacement de plus de 7 millions de personnes (1 M en Europe, 3 dans les pays voisins dont le Liban, 3 en Syrie)
Conclusion : Depuis 1945, une région de fortes tensions. Des facteurs multiples : ressources, rivalités entre les grandes puissances, conflit israélo-arabe, montée de l'islamisme. Une région au centre de la guerre froide de 1945 à 1990, marquée par la volonté d’hégémonie des EU et la montée de l’islamisme à partir de 1990. Auj, le PMO se semble plus une région d’enjeu aussi imp pour les EU : autosuffisant en hydrocarbure avec gaz de schiste, se recentrent sur d’autres régions comme l’Asie orientale (moyen de contrôler l’émergence chinoise)
5
6
Capacités : cerner le sens général d'un document et le mettre en relation avec une situation historique ; décrire et mettre en récit une situation historique ; utiliser le manuel comme outil de travail individuel
7
B. La mondialisation de l’islam politique
L’islamisme, source de tensions et conflits -Une idéologie de réformiste à contestatrice. A l’origine,islamisme est un courant d’idées sociales et politiques visant à réformer la sociétéen s’inspirant des préceptes du Coran. Créé en 1928 en Egypte, les « Frères musulmans » constituent la première organisation islamiste dans la région. A partir des années 1970 et sous l’influence des écrits de penseurs radicaux (comme Sayyid Qotb), islamisme se radicalise, devenantun courant davantage politique visant à instaurer un Etat et une société reposant sur les normes juridiques de la loi coranique. A la suite d’une révolution politique,création de la République islamique d’Iran et la mise en place du régime politique de l’ayatollah Khomeiny en 1979 sont les premières expériences concrètes de pouvoir de l’islam politique(photo doc. 1, p. 126). Endoctrinement et encadrement religieux de la population par les Gardiens de la Révolution, augmentation de la censure, infériorité du statut de la femme, arrestation des opposants politiques montrent que le régime est autoritaire à la fois en politique et en religion. Islam politique se répand dans la région. En Turquie, le parti islamisme conservateur AKP remporte depuis 2002 les élections législatives. Autres mouvements islamistes, le Hezbollah sunnite au Liban et le Hamas chiite à Gaza (texte doc. 2, p. 126) sont des mouvements influents localement. -Une dynamique conflictuelle en réseaux. Islamisme crispe les structures et repères politiques, sociaux et culturelles. Au sein des Etats,diffusion de cette idéologie suscite les protestationsdes populations attachées aux libertés. En 2013 et 2014, manifestations contre l’islamisation et l’autoritarisme de l’AKP en Turquie : jeunesse d’Istanbul occupe une place publique pour critiquer la politique gouvernementale.Mouvements islamistes se démarquent des mouvements politiques traditionnels, comme le Hamas créé en 1987 qui dénigre la faiblesse du Fatah face à Israël. Enfin,ces mouvements alimentent les affrontements régionauxen ayant recours aux armes. En juillet 2014, Israël attaque la bande de Gaza pour réduire les forces du Hamas lançant des roquettes sur le territoire israélien. Des groupes islamistes combattent l’armée gouvernementale dans la guerre civile qui frappe depuis trois ans la Syrie.
Le terrorisme islamiste : du PMO au monde -Le recours à la violence. Violences politique et militaire contre les populations du PMO conduisent des mouvements à utiliser le terrorisme comme un moyen d’existence et de lutte contre leurs ennemis. Créé en 1964,Organisation de la Libération de la Palestine (OLP) recourt à la lutte armée et au terrorisme en Israël et dans le monde pour défendre la cause palestinienne. Plusieurs opérations spectaculaires, comme le détournement d’avions (avion de la compagnie allemande Lufthansa en octobre 1977) et le massacre d’athlètes israéliens lors des JO de Munich en 1972. Terrorisme islamiste s’internationalise durant les années 1980, la fin de la Guerre froide favorise des initiatives radicales dans les pays arabo-musulman.
8
Djihadismeterroriste fragilise encore plus le PMO tout en impactant le reste du monde : le développement de Daesh en Irak et ses exécutions médiatisées dans le monde en témoignent.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.