Le Sahara, entre tensions et ressources (compo)

De
Publié par

Le Sahara, entre tensions et ressources (compo) - comment le délimiter ? défini par des critères naturalistes stricts (isohyète - 200 mm de précipitations = limite pour la culture de l’olivier et du palmier dattier donnant des fruits) Sahel = entre 200 et 700 mm, a tendance à empiéter sur la savane au sud (désertification) 20 % de dunes de sable (ergs), le reste est constitué de paysages rocheux. e 1/1000 dudésert est occupé par les oasis. concerne 8,5 M de km2, 10 Etats, autour de 10 M d’habitants - Sahara : une géohistoire est un mot qui apparaît au XVe siècle (al-sahràsignifie désert), apparaît au XVIIe siècle en Europe. C’est alors un espace de peu d’intérêt pour les Européens / espace de commerce et d’échanges pour les Africains (route des caravanes, réactivée par les musulmans ; échanges de sel et d’étoffes contre de l’or et des esclaves) à l’époque coloniale, est plutôt considéré comme une barrière, une frontière entre 2 Afrique utiles : le Maghreb et le reste du continent.
Publié le : mercredi 20 avril 2016
Lecture(s) : 15
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
Le Sahara, entre tensions et ressources (compo)
- comment le délimiter ? défini par des critères naturalistes stricts (isohyète - 200 mm de précipitations = limite pour la culture de l’olivier et du palmier dattier donnant des fruits) Sahel = entre 200 et 700 mm, a tendance à empiéter sur la savane au sud (désertification) 20 % de dunes de sable (ergs), le reste est constitué de paysages rocheux. e 1/1000 du désert est occupé par les oasis. concerne 8,5 M de km2, 10 Etats, autour de 10 M d’habitants - Sahara : une géohistoire est un mot qui apparaît au XVe siècle (al-sahràsignifie désert), apparaît au XVIIe siècle en Europe. C’est alors un espace de peu d’intérêt pour les Européens / espace de commerce et d’échanges pour les Africains (route des caravanes, réactivée par les musulmans ; échanges de sel et d’étoffes contre de l’or et des esclaves) à l’époque coloniale, est plutôt considéré comme une barrière, une frontière entre 2 Afrique utiles : le Maghreb et le reste du continent. (pas d’enjeu cf 1890, Angleterre cède ces terres à la France, qui formeront en 1939 le 1/3 de l’empire colonial fr) situation s’est compliquée avec frontières issues de l’indép + découverte de pétrole et d’autres ressources qui en font un espace de plus en plus convoité - Sahara caractéristique de l’Afrique : des ressources, 1 processus de développement et d’insertion ds la mondialisation, mais situation un peu compliquée auj les ressources du Sahara sont-elles source de dév ou de conflit ? I- Un désert riche en ressources II- Un espace de circulation III- Un espace de multiples tensions et de conflits
I- Un désert riche en ressources Quels enjeux économiques ?
1) De nombreux atouts - ressources minières, principalement souterraines (phosphates, hydrocarbures, minerais - nappes aquifères fossiles = front pionnier agricole ? Ex : champs en nénuphar en Algérie et en Libye - aussi propice à un tourisme d’aventure contrarié par une insécurité endémique
2) Des sources de conflits Les enjeux géopolitiques et économiques des espaces sahariens suscitent de nombreuses convoitises entre de multiples acteurs internes à l’Afrique ou extérieurs.
- zones d’influence, contrôles de territoires, exploitation de ressources (pétrole, uranium, par exemple). e ex du Niger : production d’uranium en 1967. Auj, 4 producteur mondial. Nouv mines exploitées par Areva, mais sur lesquelles la Fr n’a plus l’exclusivité de l’exportation. e Deviendrait le 2 producteur mondial en 2015
3) Une mise en valeur différente selon les espaces - marges en voie d’être intégrées pr les pays du Maghreb et du Machrek, plus difficile pour les Etats enclavés - ce sont des ressources fragiles, en voie d’épuisement
II- Un espace de circulation Quels flux ? 1) Des flux nombreux - des flux différents : de migrants, des ressources exploitées dans le désert. Aussi illicites (drogue, migrants illégaux) - dév de réseaux : le Sahara n’est pas vu comme une barrière. Réutilisation de routes anciennes (caravanes ?) sur lesquelles on construit des infrastructures comme routes, voies ferrées, aéroports
2) Quel rôle pour les Etats ? - Les migrations sont encouragées par les Etats africains (panneau au Niger informant la population locale que la circulation est libre en Europe) - Les échanges augmentent mais l’IDH tjrs aussi faible, car pas de redistribution de cette rente + question des retombées sanitaires - Les frontières sahariennes sont peu contrôlées du fait de l’immensité du désert et des faibles moyens dont disposent les États sahariens. Elles permettent aux trafiquants de fuir les poursuites dans un pays en s’installant dans un autre.
3) Un développement urbain qui s’accélère depuis les années 1950 - 21 villes de plus de 100 000 habitants, 90 % hab dans les villes - Villes dynamiques (échanges licites et illicites = produit non déclarés et de contrebande comme cigarettes et essence) Ex : Nouakchott, capitale de la Mauritanie créée en 1950, compte auj 1 M d’hab
III- Un espace de multiples tensions et de conflits Quels enjeux géopolitiques ? quelles tensions ?
1) Un découpage politique qui provoque des tensions - des contestations par les populations locales (fédération touareg). Se sentent mis à l’écart dans l’exploitation de cette ressource (pas d’emplois, pas de redistribution financière) - des revendications territoriales (Sahraouis du Sahara occidental) - des conflits interétatiques (entre N et S cf cas du Soudan, du Tchad) et de mouvements de populations réfugiées.
une mise en valeur menacée
2) Une zone mal contrôlée : la zone grise - une plaque tournante dans le trafic de drogue (haschisch, cocaïne, notamment Est-Ouest car moins risqué). - le trafic est organisé en particulier par acteurs sud-américains, qui utilisent les touaregs = réutilisation du savoir-faire nomade + carences structurelles (« zone grises », « Etat défaillants ») qui entraîne des risques - aussi une zone contrôlée par des groupes terroristes Ex : réseau islamiste AQMI = Al Qaïda au Maghreb islamique, 2013 prise d’otages à BP (Algérie)
3) Vers des formes de régulation ? - des associations régionales (peu nombreuses) - une pression des acteurs mondiaux sur plan militaire : bases militaires étrangères ex : Intervention fr au Mali (2013) Sur plan éco ex : IDE (Chine avec Sinopec et China National Petroleum, France avec AREA et Total, Qatari, …) - régulation autour de grands projets ex : transsaharien. Projet d’aménagement de pipeline (4000 km, 20 milliards d’euros) : nécessite une forme de gouvernance / des lim : Nigéria aurait menti sur ses réserves, route peu sûre, agitations politiques
Conclusion : des ressources importantes, sources de développement, mais aussi sources de conflits. C’est un bon résumé du cas africain : un continent très riche en ressources, mais pourtant pauvre et soumis à de nombreux conflits
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.