Lídia Jorge et le sol du monde

De
Publié par

La romancière portugaise Lídia Jorge prend appui sur une éthique de la responsabilité pour interroger la matière humaine des traditions, les détours du questionnement identitaire, le trouble des sentiments, la perte des illusions et la violence du monde. Ce livre se propose de montrer le regard éthique de Lídia Jorge qui configure les enjeux des transformations politiques et sociales en cours dans l'espace portugais et qui évalue les héritages du passé et repense le sens de notre monde contemporain.
Publié le : dimanche 15 mars 2015
Lecture(s) : 16
EAN13 : 9782336373140
Nombre de pages : 276
Prix de location à la page : 0,0157€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Créations au Maria Graciete Besse féminin Lídia Jorge et le sol du monde Une écriture de l’éthique au féminin
Créations au féminin
Études
Lídia Jorge et le sol du monde
Créations au féminin Collection dirigée par Michèle Ramond La nouvelle collection accueille des essais valeureux sur ce « féminin » que les créations des femmes comme celles des hommes construisent dans le secret de leur fabrique imaginaire, au-delà des stéréotypes et des assignations liées au sexe. Nous ne nous limitons pas, même si en principe nous les favorisons, aux écrivains et aux créateurs « femmes », et nous sommes attentifs, dans tous les domaines de la création, à l'émergence d'une pensée du féminin libérée des impositions culturelles, comme des autres contraintes et tabous. Penser le féminin, le supposer productif et actif, le repérer, l'imaginer, le théoriser est une entreprise sans doute risquée ; nous savons bien cependant que l'universel est une catégorie trompeuse et partiale (et partielle) et qu'il nous faut constamment exorciser la peur, le mépris ou l'indifférence qu'inspire la notion de féminin, même lorsqu'elle concerne l'art et les créations. Malgré les déformations simplistes ou les préjugés qui le minent, le féminin insiste comme notion philosophique dont on peut difficilement se passer. Cette collection a pour but d'en offrir les lectures les plus variées, imprévues ou même polémiques ; elle prévoit aussi des livres d'artistes (photographes, plasticiens...) qui montreront des expériences artistiques personnelles, susceptibles de faire bouger les cadres et les canons, et qui paraîtront sous forme de e-books. Dernières parutions Michèle RAMOND,La Mer Rouge ou l’épreuve du Deux, 2014. Nadia SETTIMaria Graciete B et ESSE,: uneClarice Lispector pensée en écriture pour notre temps, 2014. Annie COHEN,Mademoiselle Clara. Théâtre rêvé, 2013. AdélaïdeDECHATELLUSMilagros E y ZQUERRO(dir.),Alejandra Pizarnik: el lugar donde todo sucede. Études, 2013. François BARAT,Face à la jeune fille suivi de La jeune fille des Gobelins. Récits cinéma, 2013 Elisabeth CAMPAGNA-PALUCH,La légende des femmes. Récit anthropologique, 2013. Clara JANES,Le mot et le secret. A propos de T.S. Eliot, Vladimir Holan, Yves Bonnefoy, Rilke..., 2012. Nadia MEKOUAR-HERTZBERG,Une autre écriture de l’intimité. Les jardins et les labyrinthes de Clara Janés, 2012.
Maria Graciete Besse
Lídia Jorge et le sol du monde
Une écriture de l’éthique au féminin
Études
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-05873-3 EAN : 9782343058733
Du même auteur
Aux éditions Edisud Littérature Portugaise, 2006. Aux éditions Indigo Côté-Femmes Cultures lusophones et hispanophones : Penser la Relation, direction de l’ouvrage, 2009. Les grands récits:miroirs brisés ?, en collaboration avec Michel Ralle, direction de l’ouvrage, 2010. Aux éditions L’Harmattan Femmes et écriture dans la Péninsule Ibérique, en collaboration avec Nadia Mékouar-Hertzberg, direction de l’ouvrage, 2004. « Une archéologie de la mémoire », Préface à l’œuvre de Maria Isabel Barreno,Un imaginaire européen.Essai sur l'identité européenne et les imaginaires nationaux des Portugais et des Français,2010. Maria Judite de Carvalho, une écriture en liberté surveillée, en collaboration avec José Manuel Esteves et alii, direction de l’ouvrage, 2012. Clarice Lispector : une pensée en écriture pour notre temps, en collaboration avec Nadia Setti, direction de l’ouvrage, 2014. Aux éditions Convivium Lusophone Futurisme et Avant-Gardes au Portugal et au Brésil, en collaboration avec José Manuel Esteves et alii, direction de l’ouvrage, 2011. Eduardo Lourenço et la passion de l’humain, direction de l’ouvrage, 2013. Partager les lucioles. Réflexions autour de la littérature portugaise, 2015. Aux éditions Petra José Saramago et l’Alentejo : entre réel et fiction, 2015. Quelques ouvrages de critique littéraire publiés au Portugal Contos Exemplares de Sophia de M. Breyner, Ed. Europa-América, Lisboa, 1990. Vergílio Ferreira: Manhã Submersa, Ed. Europa-América, Lisboa,1993. Alves Redol: o espaço e o discursoUlmeiro, Lisboa, 1997., Ed. Os limites da alteridade na ficção de Olga Gonçalves,Ed. Campo das Letras, Porto, 2000. Discursos de amor e morte - a ficção de Urbano Tavares Rodrigues, Ed. Campo das Letras, Porto, 2000. Percursos no feminino, Ed. Ulmeiro, Lisboa, 2001.
Peut-être bien que j’écris depuis ce jour où ma plume a glissé le long de ma table déversant de l’encre sur le papier et me conduisant au sol du monde. Lídia Jorge
Les récits recèlent et inculquent des formes d’affect, des formes de vie. Martha Nussbaum
À propos de ce livre
Au début de l’été, j’ai été très surprise par le contenu d’une certaine enveloppe marron, arrivée de Paris par la poste. À l’intérieur se trouvait un paquet de feuilles. Sur la première page, j’ai découvert un titre qui m’était adressé.
Il est vrai qu’au fil du temps Maria Graciete Besse avait déjà écrit à propos de mes livres. À diverses occasions, j’ai eu accès à ses articles, essais, communications et interventions diverses où elle se montrait très attentive à tout ce que je publiais. J’ai souvent pensé qu’il s’agissait d’une lectrice très proche, non seulement par sa façon d’interpréter mes textes, mais aussi par la manière dont elle les attendait. Quelqu’un que je pressentais comme une compagne discrète, la destinataire primordiale dont on n’attend pas forcément la louange mais le jugement critique.
Il est vrai aussi que la perspective éthique a toujours intéressé Maria Graciete Besse. Dans sa lecture tissée autour de mes batailles en forme de narration, elle a souvent privilégié ce domaine du devoir nostalgique d’une perfection quelconque, pour y fixer son regard et son point de mire. Cependant, j’étais loin d’imaginer que, peu à peu, Maria Graciete Besse était en train de construire l’essai qui occupe l’ouvrage publié aujourd’hui.
Il n’est donc pas facile d’expliquer publiquement les raisons de ma surprise. Les unes peuvent se dire par plaisir et par devoir, les autres sont indicibles à cause de la pudeur et de la proximité avec le corpus analysé. Nous allons donc évoquer les premières.
Contrairement à Maria Graciete Besse, qui révèle tout un savoir critique fondé sur la philosophie et l’esthétique, j’ai toujours envisagé l’éthique comme la branche vaporeuse de la morale, ou pour revenir sur ce que je disais auparavant, comme le lieu
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.