Anthologie de la poésie du Melhoun marocain

De
Publié par

La poésie du Melhoun est sûrement la plus brillante et la plus florissante du génie marocain. Né il y a plus de cinq siècles, le Melhoun a d'abord fait son apparition dans le sud du Maroc, pour se propager progressivement à Marrakech, Fès, Meknès, Salé, Errachidia et Taroudant qui constituent aujourd'hui les pôles incontournables de cet art.
Publié le : mardi 2 décembre 2014
Lecture(s) : 51
Tags :
EAN13 : 9782336364681
Nombre de pages : 576
Prix de location à la page : 0,0270€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Fouad GUESSOUSAnthologie de la poésie
du Melhoun marocain
La poésie du Melhoun est sûrement l’expression la plus
brillante et la plus orissante du génie marocain. Né il
y a plus de cinq siècles, le Melhoun a d’abord fait son Anthologie
apparition dans le sud du Maroc, pour se propager
progressivement à Marrakech, Fès, Meknès, Salé,
Errachidia et Taroudant qui constituent aujourd’hui de la poésie
les pôles incontournables de cet art. Il s’est développé
au l du temps, connaissant des moments d’apogée,
mais aussi de léthargie. De nos jours se manifestent un du Melhoun
regain d’intérêt justi é et une reconnaissance tardive de
la part de chercheurs universitaires et de la génération marocainfrancophone.
Fouad Guessous, après des études en droit et
Sciences Po à Paris, a exercé pendant plus de trente
ans le métier de banquier. Ce n’est que récemment
qu’il a découvert la splendeur et la richesse de ce
patrimoine et euron de la littérature populaire des
pays du Maghreb. En traduisant dans la langue de Molière ses plus
beaux poèmes (quacidas), son souci est de faire connaître à tous Édition bilingue
les francophones la beauté de cet art auquel s’ouvrent désormais
de nouveaux territoires de partage culturel et de reconnaissance
littéraire.
Cet ouvrage fait suite à un premier tome publié en 2008
(Imprimerie Najah Al Jadida, Casablanca).
ISBN : 978-2-343-04600-6
9 782343 046006
45 €
Anthologie de la poésie
Fouad GUESSOUS
du Melhoun marocainAnthologie
de la poésie
du Melhoun marocain© L’HARMATTAN, 2014
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-04600-6
EAN : 9782343046006 Fouad GUESSOUS
Anthologie
de la poésie
du Melhoun marocain
*
Tome 2
L’HARMATTAN DU MEME AUTEUR


Noukates
Euphorie, le procès du temps (roman)
Le melhoun marocain dans la langue de Molière (Tomes 1, 2, 3, 4, 5-6, 7-8)
Anthologie de la poésie du melhoun marocain (tomes 1 et 2)
Le Harraz (cerbère) dans l’imaginaire marocain
Journal de Fatma la bonne (Journal)
Le melhoun marocain dans la langue de Molière (CD 1 à 5)
Du coq à l’âne (traduction diwan Larbi Aichane)
Regards hagards (recueil de poèmes) A Chamsy et Kamil
De son vivant le poète honore,
Pour ce faire n'attends pas qu'il soit mort.
F.GBoumediene Bensahla Tlemssani6
Hommage au poète algérien :
Boumediene Bensahla Tlemssani
ePoète algérien natif de Tlemcen, a vécu au XVIII siècle.
''Ah...ce jeudi''
Youm lekhmis
Gloire au Seigneur mon Maitre et mon Créateur,
Qui ne dort et connait des secrets la teneur.
Dieu a décrété et fixé ma destinée,
J'ai trainé et mes yeux ont été fascinés
A la vue de celle qui emporta mon cœur,
Par sa beauté son éclat et sa splendeur.
Mais que diable suis-je allé faire ce jeudi,
Où j'ai trouvé Fatma aux yeux qui incendient !
De son amour je pâlis et je verdis.
Oui, ce jeudi je me suis laissé entrainer
Le long de l'avenue où j'ai longtemps flâné,
Et là j'ai rencontré Fatma la sublime,
Fatma, pleine lune de beauté rarissime.
Rien, rien en ce bas monde ne lui ressemble,
Elle est la reine des nymphes, il me semble !
Le corps foudroyé d'un feu si intense,
Je m'en retournais l'âme emplie de souffrances.á∏¡°S øH øjóeƒH ÊÉ°ùª∏àdG 7
: …ôFGõédG ï«°ûdG ºjôμJ
á∏¡°S øH øjóeƒH ÊÉ°ùª∏àdG
Ω 18 ¿ô≤dG ‘ ¢TÉY h ¿É°ùª∏J áæjóà ódh .…ôFGõL ôYÉ°T
¢ù«ªÿG Ωƒj Ió«°üb
QGô˘˘˘˘˘˘˘˘˘°S’G ⁄ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘Y »˘˘˘˘˘˘˘˘˘HQ Ωɢ˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘j ’ ø˘˘˘˘˘˘˘˘˘e Êɢ˘˘˘˘˘˘˘£˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘°S »˘˘˘˘˘˘˘˘≤˘˘˘˘˘˘˘˘dɢ˘˘˘˘˘˘˘N ¿É˘˘˘˘˘˘˘˘ë˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘°S
ÊÓ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Hh ‹ OGQGh Q󢢢˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘bQɢ˘˘˘˘˘°üH’ɢ˘˘˘˘˘˘H äô˘˘˘˘˘˘˘¶˘˘˘˘˘˘˘f Ω󢢢˘˘˘˘≤˘˘˘˘˘˘˘dɢ˘˘˘˘˘˘H ⫢˘˘˘˘˘˘dR
»˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘°S ø˘˘˘˘˘˘˘e ⫢˘˘˘˘˘˘≤˘˘˘˘˘˘˘d ≈˘˘˘˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘˘˘˘MQGô˘˘˘˘˘˘°ùŸG ø˘˘˘˘˘˘jõ˘˘˘˘˘˘dGh Aɢ˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘dGh ø˘˘˘˘˘˘˘°ù◊ɢ˘˘˘˘˘˘H
ÊGOG ¢TGh ¢ù«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘ªÿG Ωƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘jQɢ˘˘˘Ø˘˘˘˘˘°T’G ᢢ˘˘˘Zƒ˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘°üe ᢢ˘˘˘ª˘˘˘˘˘Wɢ˘˘˘˘a ⫢˘˘˘˘≤˘˘˘˘˘d ≈˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘M
Êɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°†e ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘eGô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Z »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG
´Qɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°ûdG ¢SGQ 󢢢˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘d »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘LQ ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘H äQɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°S ¢ù«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘ªÿG Ωƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘j
™˘˘˘˘˘˘˘˘˘dɢ˘˘˘˘˘˘˘˘£˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG ∫Ó˘˘˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG ᢢ˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°T ᢢ˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘ª˘˘˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG ᢢ˘˘˘˘˘˘˘˘ª˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Wɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘a ⫢˘˘˘˘˘˘˘˘˘≤˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘d
ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘f󢢢˘˘˘˘˘˘dG ‘ π˘˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘ã˘˘˘˘˘˘˘˘˘e ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘d ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘e™˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘ª˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°ùJ ø˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘e ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘j Ωɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘jQ’G êɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘J
ᢢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘jƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘b Qɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘H »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘JGƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘c™˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘e ΩGô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘¨˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘H ⫢˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°ûeh
CCCCCCBoumediene Bensahla Tlemssani8
Je m'en retournais par l'amour anéanti,
Le cœur et l'âme dans les cendres engloutis.
Je n'ai point d'ami qui compatisse à mon sort,
Et aille la trouver, ma belle mon trésor.
Qu'il me revienne et me donne ses nouvelles,
Il sera récompensé par Dieu l'Éternel.
Mais que diable suis-je allé faire ce jeudi,
Où j'ai trouvé Fatma aux yeux qui incendient !
De son amour je pâlis et je verdis.
Mais que diable suis-je allé faire ce jeudi !
Il se promenait cet ange du paradis,
A sa vue mon âme troublée se décompose,
Ma belle aux cheveux noires et aux joues si roses,
Voulant l'aborder, elle me dit en substance :
"Ressaisis-toi, il n'y a aucune chance,
Ces piètres jaloux m'en veulent ils me haïssent,
La nouvelle se propagera, destructrice,
Ne te rends-tu pas compte que les gens m'observent !
Sois bien sage et ta lucidité conserve !"
Elle s'en est allé et me laissa en plein drame ,
Troublée accablée anéantie est mon âme !
Sa splendeur m'ensorcelle et m'emballe,
Son front est rayonnant comme le cristal,
Et ces yeux aux noirs cils et sourcils,
Ses joues fleurs de grenade au rouge pistil !
Son avisé soupirant la garde sans failles ,
Il l'a cernée de grilles et de murailles.
Mais que diable suis je allé faire ce jeudi,
Où j'ai trouvé Fatma aux yeux qui incendient.
De son amour je pâlis et je verdis.á∏¡°S øH øjóeƒH ÊÉ°ùª∏àdG 9
Qɢ˘˘˘æ˘˘˘˘dG ¬˘˘˘˘«˘˘˘˘a â∏˘˘˘˘©˘˘˘˘°T …ô˘˘˘˘Wɢ˘˘˘˘Nh »˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘b Êɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘a ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘gGƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘g ø˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘e ⫢˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°ûe
Qɢ˘˘˘˘˘˘Ø˘˘˘˘˘˘˘˘°T’G ᢢ˘˘˘˘˘˘Zƒ˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘°üe ɢ˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘˘d »˘˘˘˘˘˘˘˘°ûÁ Êô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘j ø˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘e ≥˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘j󢢢˘˘˘˘˘˘˘°U ‹ ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘e
Qɢ˘˘¡˘˘˘≤˘˘˘dG ¬˘˘˘˘j󢢢˘¡˘˘˘˘j ɢ˘˘˘«˘˘˘˘a π˘˘˘˘«˘˘˘˘ª˘˘˘˘L π˘˘˘˘ª˘˘˘˘©˘˘˘˘j »˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘é˘˘˘˘˘˘˘jh ɢ˘˘˘˘˘˘gQɢ˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘NG ‹ Ö«˘˘˘˘˘˘˘é˘˘˘˘˘˘˘j
Qɢ˘Ø˘˘°T’G ᢢZƒ˘˘Ñ˘˘°üe ᢢ˘ª˘˘˘Wɢ˘˘a ⫢˘˘≤˘˘˘d ≈˘˘˘à˘˘˘M ÊGOG ¢TGh ¢ù«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘ªÿG Ωƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘j
Êɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°†e ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘eGô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Z »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG
¢Sƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘ë˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘j ∫Gõ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘¨˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘M ⫢˘˘˘˘˘˘˘˘˘≤˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘d ÊGO
¢ùYɢ˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘dG π˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘ë˘˘˘˘˘˘˘˘c OhóÿG ô˘˘˘˘˘˘˘˘ª˘˘˘˘˘˘˘˘MG Êɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘f ø˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘M ¬˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘H â≤˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘a ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘e
¢ùjG ÒZ ∂j󢢢˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘j »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Hhɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘L ¬˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘f ⫢˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘L
¢S󢢢˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘j ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘e ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘fQɢ˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘N ™˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°ûjh ʃ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘gô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘μ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘j Oƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°ù◊G ∑hP
¢ù«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘c º˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘gɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘a ⫢˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘d ø˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘c ʃ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘aɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°T º˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘gGQ ¢Sɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG
¢ùjɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Zh ¿ƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘ë‡ ¿ƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘£˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°ûe ÊÓ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘N Ëɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘g π˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘≤˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Y Ó˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘H
QGô˘˘˘˘˘˘¨˘˘˘˘˘˘dG π˘˘˘˘˘˘˘ã˘˘˘˘˘˘˘e ‘ɢ˘˘˘˘˘˘°U ÚÑ˘˘˘˘˘˘˘L √󢢢˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘Y »˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘Hò˘˘˘˘˘˘˘˘˘Y Aɢ˘˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘˘dGh ø˘˘˘˘˘˘˘˘˘jõ˘˘˘˘˘˘˘˘˘dɢ˘˘˘˘˘˘˘˘H
Qɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏÷G äɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘a —ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘a OQh Oh󢢢˘˘˘˘˘˘˘˘˘Nh ÊGOƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘°S º˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘gô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ø˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°T ¿ƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dGh
QGƒ˘˘˘˘˘˘˘˘°S’Gh ¿É˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘dG QhO ¬˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘Y Êɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°ù«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°S √RQɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘M √’ƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘e
Qɢ˘Ø˘˘°T’G ᢢZƒ˘˘Ñ˘˘°üe ᢢ˘ª˘˘˘Wɢ˘˘a ⫢˘˘≤˘˘˘d ≈˘˘˘à˘˘˘M ÊGOG ¢TGh ¢ù«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘ªÿG Ωƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘j
Êɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°†e ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘eGô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Z »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG
CCBCCCCCCCBoumediene Bensahla Tlemssani10
Cette gazelle est d'une beauté, d'un charme,
Si grands que les fleurs et les roses désarment.
Ah comme les cils sont si beaux à voir,
Et les yeux de khôl maquillés avec art,
Chevelure, ténèbres emplissant le désert
S'étale sur la poitrine dense et fière.
La bouche, bague ronde et éblouissante,
Les lèvres ocres pétulantes et appétissantes,
Croyez-moi mes chers, jamais pareille grâce
N'a envouté générations qui vivent ou trépassent.
Entends et savoure donc ma complainte,
Toi qui t'interroge, je décrirai sans crainte,
Je te conterai ce que mes yeux ont pu voir :
Ce cou majestueux de cristal et d’ivoire,
Et ces si belles parures qui m'épatent,
Prestance de palmier ployé par ses dattes !
Les poignets, des sabres portés comme attirail
Par soldat fier et brutal en pleine bataille.
Mais que diable suis je allé faire ce jeudi,
Où j'ai trouvé Fatma aux yeux qui incendient.
De son amour je pâlis et je verdis.
Comme les doigts et leurs bagues m'éblouissent,
Ils accentuent mon péril et mon supplice.
Le ventre, neige éternelle des montagnes,
Les fesses...les voir et l'anémie me gagne !
Il n'y a point de nymphes qui lui ressemblent !
Gloire au Seigneur qui par le beau nous comble !
Elle surpasse l'éclat des gazelles de Chine,
Elle est sublime et ses dents de beauté divine,á∏¡°S øH øjóeƒH ÊÉ°ùª∏àdG 11
¬˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘ã˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘e ô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘gõ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dGh OQƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘d IQƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°üdG »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘gɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘H ∫Gõ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘¨˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG Gò˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘g
¬˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Jɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘JGh ∫ƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘ë˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘μ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘H Ú©˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dGh Iô˘˘˘˘˘˘˘¶˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘dɢ˘˘˘˘˘˘˘H ¬˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘°ùMG ɢ˘˘˘˘˘˘˘e ô˘˘˘˘˘˘˘˘Ø˘˘˘˘˘˘˘˘°ûdG
¬˘˘˘˘˘˘˘˘Jɢ˘˘˘˘˘˘˘≤˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘W Q󢢢˘˘˘˘˘˘°üdG ≈˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘Y …hɢ˘˘˘˘˘˘˘˘g AGô˘˘˘˘˘˘˘˘˘ë˘˘˘˘˘˘˘˘˘°üdG º˘˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘¶˘˘˘˘˘˘˘˘˘c ⫢˘˘˘˘˘˘˘˘˘ã˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG
¬˘˘˘˘˘˘˘˘˘Jɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘fG ‘ …ô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘μ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Y ±ƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ø˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°Th Iƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘é˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘a ”ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘N Qh󢢢˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘e º˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ø˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG
Gƒ˘˘˘˘˘˘Jɢ˘˘˘˘˘a »˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘dG π˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘Lh ɢ˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘L ‘ Iô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°†M ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘j ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘jR ¿É˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘c ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘e
Qɢ˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘NG ∂«˘˘˘˘˘˘£˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘f »˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘dɢ˘˘˘˘˘°ùJ ø˘˘˘˘˘˘e ɢ˘˘˘˘˘j »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘e ™˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘ª˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°SGh ΩÓ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘μ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG ò˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘N
QÓ˘˘˘˘˘˘˘˘Hh êɢ˘˘˘˘˘˘˘Y ø˘˘˘˘˘˘˘˘e ᢢ˘˘˘˘˘˘eƒ˘˘˘˘˘˘˘˘≤˘˘˘˘˘˘˘˘˘e ᢢ˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘˘bQ »˘˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘˘˘˘H äô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘¶˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘f ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘e ∂jQƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘f
Qɢ˘˘˘ª˘˘˘˘ã˘˘˘˘H âdɢ˘˘˘e ᢢ˘˘˘∏˘˘˘˘˘î˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘dG π˘˘˘˘˘ã˘˘˘˘˘e 󢢢˘˘≤˘˘˘˘˘dG »˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘°S Ögò˘˘˘˘˘˘˘˘dG ¢ùeGƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘î˘˘˘˘˘˘˘˘˘H
QGõ˘˘˘˘˘˘Z ¢SQɢ˘˘˘˘˘a ¬˘˘˘˘˘˘°†Ñ˘˘˘˘˘˘b OGô˘˘˘˘˘˘˘£˘˘˘˘˘˘˘dG Ωƒ˘˘˘˘˘˘˘j »˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘jɢ˘˘˘˘˘˘˘˘°S ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘j ∞˘˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘°S 󢢢˘˘˘˘˘˘fõ˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG
Qɢ˘Ø˘˘°T’G ᢢZƒ˘˘Ñ˘˘°üe ᢢ˘ª˘˘˘Wɢ˘˘a ⫢˘˘≤˘˘˘d ≈˘˘˘à˘˘˘M ÊGOG ¢TGh ¢ù«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘ªÿG Ωƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘j
Êɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°†e ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘eGô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Z »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG
»˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘HGò˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Yh »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘æfi GhOGR ”Gƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘î˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘H Gƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘é˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘gƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘j ´É˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°U’G
»˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°ùj ¬˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘aOô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘H ¥É˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°ùdGh º˘˘˘˘˘˘˘˘˘°SGQ π˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘L ‘ è˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘K ¿ó˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG
»˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘HQ Qƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°üj ø˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘e ¿É˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘ë˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°S ΩQGƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG ‘ ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘ã˘˘˘˘˘˘˘˘˘e ¿É˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘c ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘e
Qɢ˘˘˘¨˘˘˘˘K’G ᢢ˘˘«˘˘˘˘aɢ˘˘˘˘°U Aɢ˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘dG ᢢ˘˘˘dƒ˘˘˘˘˘ª˘˘˘˘˘μ˘˘˘˘˘e »˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘°üdG ∫Gõ˘˘˘˘˘˘˘˘¨˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG ø˘˘˘˘˘˘˘˘˘e ≈˘˘˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘˘˘HG
CCCCCCCCBoumediene Bensahla Tlemssani12
Cette nymphe qui me fait pâlir et verdir
Vaut mille jouvencelles et mille repentirs.
Elle équivaut à mille courtisanes noires,
Elle vaut mille filles de peuples barbares,
Sa valeur surpasse les caves ottomanes,
Elle vaut l'or de Fez et tous les patrimoines.
Mais que diable suis-je allé faire ce jeudi,
Où j'ai trouvé Fatma aux yeux qui incendient.
De son amour je pâlis et je verdis.
Mes amis, je ne cesserai de la décrire
Cette beauté aux yeux noirs pour qui je soupire.
Je suis comme l'oiseau aux ailes fracassées,
Je crains que je ne sois par elle délaissé.
Car Dieu l'a dotée d'une parfaite beauté,
Point de fille qui lui ressemble, en vérité.
Quand donc compatira t-elle à ma demande,
Cette fée sublime dont mon âme est friande.
Je décline mon nom pour tous les connaisseurs,
C'est Ben Sahla qui pour sa belle se meurt.
Ah si son compagnon voulait bien acquiescer,
Et par la volonté divine m'exhausser,
J'irai bien la retrouver et nous serions seuls,
J'y resterai jusqu'au au grand jour du linceul.
Je ne lésinerai en rien et je le déclare,
Je dépenserai s'il le faut mille dinars.
Mais que diable suis-je allé faire ce jeudi,
Où j'ai trouvé Fatma aux yeux qui incendient,
De son amour je pâlis et je verdis. á∏¡°S øH øjóeƒH ÊÉ°ùª∏àdG 13
Qɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘μ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘HGh ܃˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘K äɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘e iƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°ùJ Êɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°†e ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘eGô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Z »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG
Qɢ˘˘˘˘˘˘Ø˘˘˘˘˘˘˘μ˘˘˘˘˘˘˘˘dG π˘˘˘˘˘˘˘˘gG ø˘˘˘˘˘˘˘˘e âæ˘˘˘˘˘˘˘˘H äɢ˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘e ÊGOƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°S ᢢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘jQɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘L äɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘e
Qɢ˘˘˘˘˘˘é˘˘˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘˘˘˘dG Qɢ˘˘˘˘˘˘˘jOh ¢Sɢ˘˘˘˘˘˘˘a ∫ɢ˘˘˘˘˘˘˘e iƒ˘˘˘˘˘˘˘˘°ùJ Êɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘ª˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘ã˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG ø˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘jGõ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘N iƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°ùJ
Qɢ˘˘˘Ø˘˘˘˘˘°T’G ᢢ˘˘˘Zƒ˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘°üe ᢢ˘˘˘ª˘˘˘˘˘Wɢ˘˘˘˘a ⫢˘˘˘˘≤˘˘˘˘˘d ≈˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘M ÊGOG ¢TGh ¢ù«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘ªÿG Ωƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘j
Êɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°†e ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘eGô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Z »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG
ᢢ˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘é˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘dG π˘˘˘˘˘˘˘˘ë˘˘˘˘˘˘˘˘c ∫Gõ˘˘˘˘˘˘˘˘¨˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG GP ‘ ∞˘˘˘˘˘˘˘˘°Uƒ˘˘˘˘˘˘˘˘f »˘˘˘˘˘˘˘˘˘Hɢ˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘˘MG ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘j ⫢˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘Y
ᢢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘àÿGh Q󢢢˘˘˘˘˘˘˘˘˘¨˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG ø˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘e ‘ƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘N ∞˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘jÉÿG Ò£˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG π˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘ã˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘e ÊGQ
ᢢ˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ø˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘W ‘ ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘jR ¿É˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘c ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘e ∞˘˘˘˘˘˘°üfGh ɢ˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘≤˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘N ø˘˘˘˘˘˘˘e ¿É˘˘˘˘˘˘˘ë˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘°S
ᢢ˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘éÿG ᢢ˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘gɢ˘˘˘˘˘˘˘˘H Ωɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘jô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG êɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘J ∞˘˘˘˘˘˘˘˘˘£˘˘˘˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘˘˘˘J ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Y iQO ø˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘e ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘j
ᢢ˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘°S ø˘˘˘˘˘˘˘H »˘˘˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘ch »˘˘˘˘˘˘˘ª˘˘˘˘˘˘˘˘°SG ±Qɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘d »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘ª˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°SG …Qƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘f
Qɢ˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘˘N’G ™˘˘˘˘˘˘˘˘˘eɢ˘˘˘˘˘˘˘˘°S »˘˘˘˘˘˘˘˘˘HQ 󢢢˘˘˘˘˘˘jô˘˘˘˘˘˘˘˘˘j GPG »˘˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ø˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°ùJ »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ø˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dh ¿É˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘c ƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘d
Qɢ˘˘ª˘˘˘˘Y’G ≈˘˘˘˘æ˘˘˘˘Ø˘˘˘˘J ≈˘˘˘˘à˘˘˘˘M ɢ˘˘˘¡˘˘˘˘©˘˘˘˘e ≈˘˘˘˘≤˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘f »˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘î˘˘˘˘˘˘˘˘˘j ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘g󢢢˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘Yh »˘˘˘˘˘˘˘˘˘°û‰
Qɢ˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘jO ∞˘˘˘˘˘˘˘dG ô˘˘˘˘˘˘˘˘°ù˘˘˘˘˘˘f 󢢢˘˘˘˘˘jô˘˘˘˘˘˘˘˘J GPG »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘eõ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘j ¬˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘eõ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘j »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG
Qɢ˘˘˘Ø˘˘˘˘°T’G ᢢ˘˘Zƒ˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘°üe ᢢ˘˘ª˘˘˘˘Wɢ˘˘˘˘a ⫢˘˘˘˘≤˘˘˘˘˘d ≈˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘M ÊGOG ¢TGh ¢ù«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘ªÿG Ωƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘j
Êɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°†e ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘eGô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Z »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG
CCCECCECCCCCCJilali Mthired14
*Jilali Mthired
Le cerbère
Harraz
Que j’aille trouver en son site le cerbère,
Celui qui enferme sans pudeur ma belle,
Cet infidèle a le cœur si amer,
Dans le combat il se bat avec zèle !
Ah mais quel cerbère infidèle et impie !
L’été comme l’hiver il me guette et m’épie,
Alerte, il brise tout ce que j’édifie,
Bien plus empâté que moi, il est si bouffi !
Toutes les portes que j’entrouvre, il les claque !
J’ai beau l’épier le duper, jamais il ne craque !
Il me hait profondément de toute son âme,
Dès qu’il me voit, il s’emporte et devient infâme !
Je lui semble aussi lourd qu’objet métallique !
Mon ombre même le rend si allergique !
Il affiche une triste mine et devient vil,
Plus dur que pierre, et de plus en plus hostile !
Ni sympathie ni pitié pour ses congénères,
Il est absolument d’une impiété foncière !
* Voir tome 1 page 34.OÎe ‹Ó«÷G ï«°ûdG 15
*OÎe ‹Ó«÷G ï«°ûdG
RGô◊G Ió«°üb
áHô◊G
áeÉ°Sôd ád’ RGôM
RGôZ ¬aQÉY ∞«c ÊGô°üf ¬Ñ∏b Ö«°üfG ¬à«L
»eG É«g GOGO
∫h’G º°ù≤dG
ÊGô°üfh ôaÉc RGôM
ÊÉYÒc ∞«°Uh Iƒà°T
¬ÑjôjG »æÑæc Ée πc ¢ùjôMG »°VÉM
»HhõNG øY GhGóY ¬HhõNGh
√ó°ùj ¬d âëàaG ‹G ÜÉÑdGh
»∏ãe √óæY ƒg Ée Ö«bQG ≈àM ÉeÉ©àj ≈¨HÉe ΩGôMG
¬JGO πNGOh ¬MQGƒLGh ¬Ñ∏b øe »ægôμj
¥ÉØfGh ∫Ó°VG ójõjGh ɪ©dG QhÉfiÉH πëμàj »æaƒ°ûj ’h
√óæY ¢UÉ°UôdG øe π≤JG ‹ƒfGh
‹É«NG ‘ Égôμj IóMh áaƒ°T
ΩÓXG ¬Ñ∏b ‹ƒjh ¬àØ«°S ‘ á°ùÑY ó≤YGh ¬à¡ÑLG π≤°ùj
¿É«∏j ’h ÜÉWôj ¢ù«d º°üdG ó∏°U øe ≈°ùbGh
»HQ ó«ÑYG øe ≥Ø°ûj ’h øëjG Ée
QÉØμdG ádÓ°SG øe …Oɪàe ôaÉc ∞«£d Éj ¬Ñ°ùëf
.∫h’G Gõ÷G 34 áëØ°U ô¶fG *
CCpCCErJilali Mthired16
Mais je l’aurai bien par la ruse et la raison,
Et il savourera mes duperies à foison !
Je vins à lui déguisé en riche marchand,
Achetant peu et vendant à tout bout de champs,
Esclaves et mules pliant sous l’or et l’argent !
Tenues flamboyantes portées par mes gens !
Il me lança : – "Que veux-tu, que viens-tu chercher ?"
– "Je suis un marchand, lui dis-je pour l’aguicher,
Prends ces biens et associe-moi aux bénéfices !"
Il me répondit : – "Oublie-moi ! Allez, ratisse !
Que je ne te vois plus et montre moi tes pas !
S’associer n’apporte que poisse ! Je n’en veux pas !
Tu ne m’auras pas même en me couvrant d’or,
Ici-bas, même dans l’au delà je t’ignore !
Du vent ! M’associer ! dit-il ! Ah quel toupet !"
De chagrin et de stupeur je suis frappé !
Ainsi vilipendé je me mis à pleurer,
Il claqua la porte et me laissa effondré !
Je repris le combat en combattant acerbe,
Et revins à lui mais déguisé en Thaleb,
Muni de ma planchette, encrier et plumes,
Les yeux comme un voyageur emplis d’amertume.
– "Le gîte et le couvert, pour l’amour de Dieu !
Je ne connais personne ici bas sous ces cieux !
Prends soin de ma personne et héberge-moi,
J’éduquerai tous tes enfants avec foi,
Je suis solitaire et la foule ne tolère,
Ton gîte m’abrite je n’en sortirai guère,
Je hais la promiscuité car je crains Dieu,OÎe ‹Ó«÷G ï«°ûdG 17
ÊÉãdG º°ù≤dG
»Ø°üæH âÑ©dG »JQÉ£°ûH
‘ô©H ¬«a ⪰ûf …hÉf
∫Ée hO áLGƒNG áØ«°U ‘ ¬à«L
ΩÉY ‘ iôNG …ô°ûf ô¡°TG ‘ áLÉM ™«ÑfG
á°†ah õjÈj ¬≤°SGh áØbGh ∫ɨHGh …ó«ÑYG
∞«°üfG Ó°T »Yƒ∏°SGh ábQÉàÑdG π¨°T »Jƒ°ùcGh á∏jÉ°U
πª©J â«L ¢TGh ⫨HG ¢TG ‹Ébh ƒg ≥£fG Ú◊G ‘
ôLÉJ ¬d â∏b ÉfG â≤£fG
π°†ØdG ∂jô°TG ’G ÉfGh ¬àÑg ∂«d ∫ÉŸG Góg
ô¶ædG á∏b »à«£YG h ÊÉ°ùfG ‹ ∫Éb »æÑLGh
§ØÿÉH ‹ »YOGh ∂«∏LQ íjÉØ°UG ±ƒ°ûfG äOQ
»H ≥«∏JG Ée á«ÑZR ácô°T πc
»æ«æ¨J Éeó©H ¬∏dG h º¡à©æ°UG ∞°UÉæeG ’G GhOÉg
∂«a âØ°T ’ ∂àcô°TG ‘ IôNGh É«fO
∂cô°ûfG ∑É©°SGh ∑Gó◊ Üô≤fG ’h
QGócG h áæfi OGR ‹
Ωf »YƒeOG ‘ â«dh Êô¡fG h Êô¡bG ÚæeG
QGódG ÜÉH ó°Sh »æY IQó¡dG ” Ö«bôdG øHh
ådÉãdG º°ù≤dG
ÜQÉëfG Ühô◊G ‘ â«dh
ÖdÉW áØ«°U ‘ ¬d â©LQGh
Ωƒ∏≤dG áÑ©LGh ájGhódGh »àMƒd ¥GRôf
ôaÉ°ùŸG ádÉM ≈ØîJ Ée »æjƒYG ™e äGôØ°ùJ
ÖdÉW ¬d â∏b ¬∏dG ∞«°V
º°û¨eG OÓÑdG ‘ óM ±ô©f Ée
∑QGO ‘ ‹RÉæeG ôjóJG h »æÑJôJG ∂૨HG ÉfGh
∑O’hG …ô≤fG ¬H …Qó°U ‘ Ée πc
»æ°Tƒ°ûJG »°TɨdG Iƒbh …ƒ∏N »©ÑW ÉfGh
É¡æe êôîf Ée ʃ«YG ¿ƒ°üJG ∑QGOh
»HQ ±ÉîfG »æj’ ΩOG øHG ôjÉ°S ‘ Iƒ¡°T ‹Ée
CCCCCCCCECCEJilali Mthired18
Tu aimes les Tolbas, prends-moi chez toi monsieur !"
Il prit le temps de réfléchir avant de dire :
– "De Tolbas les mosquées sont pleines à ravir !
Si tu cherches une fatwa, là tu la trouveras,
Et dans la maison de Dieu bien mieux tu seras !
Enseigne les sciences et le bien tu cueilleras !
Et ta subsistance en ces lieux te parviendra !
Quant à ma demeure, il n’en est pas question,
Tu n’y mettras pas les pieds, petit trublion !
D’acier sont les sept murailles de mon bastion !"
Tous mes plans et toutes mes ruses sont brisés !
Je revins à nouveau mais en Saint déguisé,
Sur le chef un turban vert, canne et sandales,
Tapis de prière, rosaire, pudeur totale !
M’ayant perçu, il souhaita la bienvenue,
Ajoutant : – "Mais quoi faire ici es-tu venu ?"
– "Viens que je te bénisse puis allons chez toi !
Je bénirai tes enfants de vœux adéquats,
J’y ferai des prières, tu me sembles en manquer !"
– "Ne rêve donc pas dans ma maison débarquer,
Tu veux me déplumer je me méfie de toi,
Tu veux me priver de la belle de mon toit,
Me la prendre et m’abandonner comme toi coi !
Tu ne cesses de te masquer empli d’effroi !
Je le jure ! Au grand jamais tu ne pourras
Espérer la voir, espèce de scélérat !"
Réflexion faite, mes ruses n’ont pas fait long feu !
Que puis-je donc sinon m’en remettre à Dieu !
J’y retournais mais déguisé en mokhazni,
Comme ceux du roi, à cheval qui frémit
Et rappelant Bouargoub le vétéran,OÎe ‹Ó«÷G ï«°ûdG 19
¬Ñ∏£dG ÖëJG âfG ¤G QGó∏d »H ójR h IQó¡dG ”
ÖdÉW âfG ¿Éc »d ∫Ébh GhPGh ¬HGƒLG »a ºªN
áÑ∏£dG ¬«a ™eÉ÷G √GQ
É¡Ñ«°üJG ” Iƒàa »àLÉàMG ’G
…QGO øe ∂d ÒN ¬∏dG â«H ó°übG
ôL’G …óJ º∏©dG …ôb
∂©°VƒŸ ≈àM ∂∏°UƒjG äƒ≤dG øe ∂bRQ
É¡d πNóJ ΩGôMG …QGO ÉeGh
∂fGôbG ≈∏Y IƒæY ÉfGh É¡aƒ°ûJG ’h
QGhOG ™Ñ°S QGó÷G ≈∏Y ƒ÷G ‘ É¡d äQO óæ¡dG Qƒ°U øe
™HGôdG º°ù≤dG
‹É«MGh »ÁGõYG äQÉH
‹Gh áØ«°U ‘ ¬d â©LQGh
πjÉ©ædGh RÉμ©dGh Iô°†N áeɪYG ôjGO
øjQhófi »æ«Y ¬£HÉb »ë«Ñ°ùJ IOÉÑ©dG IQhó«g óaGQ
ÉÑMôe ∫Éb »æª¡aGh ‘ ±É°T
πª©J â«L ¢TG âfG ¢SGó≤dÉH
QGó∏d ójRGh »æe ∑Èà°SG ¬d â∏b ¬∏dG ‹h
á◊É°U IƒYO »°T »Yóf ∑O’hG ÊhQhõj
ÉYódÉH ¢Uƒ°üfl âfGh ™ØæJ ¿ÉeõdG ‘ ‹h IƒYO ºμ«d
É¡d »à∏NOG ’ ¬∏dGh …QGO ‹ ∫Ébh ¬HGƒLG ‘ ºªN
‹GõZG ‘ ôjóMG ∫Éàîf »æÑéYG Ée ∂dÉM É¡ØàæJ »à«◊ ‘ƒN
»à«≤HG ɪc »æ«∏îJGh »Ñ∏b á©«°VQG …óJ ∂°VôZ
∂°SÉjG ™WÉb ±Éæ°U’G ‘ ∫óÑàJ
QÉæÿG âcƒJ ∫ɪLG ‘ ∑ôªY »Jô¶fG ’ ¬∏dGh
¢ùeÉÿG º°ù≤dG
‹É«MG â©ØfG Ée ⪪N
‹É©dG Ëôμ∏d â«μ°TGh
Qƒª°ûe ÊõflG â©LQG »àYÉ°S øe
π°ü«e OGƒLG ÖcGQ óªfi …ó«°S ¬ªMôjG ¬∏dG ∂∏ŸG ÜÉë°UG øe
܃bôYƒH õjÉØdG ájÉæ°VG øe
CCEnCCsCEEEssrEnqrCJilali Mthired20
Poignard arborant, et fusil et ceinturon !
Mon arme brillait et ma tenue scintillait !
Je rayonnais, la grâce du roi m’habillait !
Qui donc a pu ce geôlier aviser ?
Car il me guettait, il était mobilisé :
Il apporta des offrandes pour Monseigneur..
– "Reste où tu es !" me dit-il haut le cœur.
– "Fais-moi entrer chez toi que je m’y repose,
Y’a pas de mal à cela, ne sois pas si morose !"
Il marqua une pause puis me dit : – "Frère !
Prends ces offrandes pour Monseigneur, mon cher !
Et pas un mot de plus !". Il n’avait pas si tort !
J’en ai fait mon deuil ! Qui peut prétendre dès lors
Souffrir autant de l’amour qui me dévore !
A bien y réfléchir, il est si clairvoyant !
Je revins alors déguisé en mendiant.
Un gueux sans le moindre sou et bien miséreux
Méritant l’aumône, faisant pitié aux non piteux,
Bien affamé j’avais l’air d’être aux abois,
– "Sauve-moi et apporte-moi n’importe quoi,
Lui dis-je, n’ajoute pas à mon désarroi !
Ne me repousse pas ! Et Dieu te le rendra !"
– "Voilà trois jours que je n’ai rien sous le bras,
Rien à siroter, rien à bouffer sous mon toit !"
Me répondit-il de son air narquois !
– "Fais-moi donc entrer, apporte-moi ne serait-ce
Qu’un verre d’eau pour réduire ma détresse !
L’année est bonne et le blé à portée de tous !
Sais-tu que l’avare a l’enfer à ses trousses !
Ne sois pas radin avec les hôtes de Dieu !"
– "Va place du marché et bosse ! dit-il hargneux,
Tu es bien jeune, pourquoi la mendicité ?
Ce qui nous distingue est bien la ténacité !
La bouffe a vu sa belle vaisselle estropiéeOÎe ‹Ó«÷G ï«°ûdG 21
»à∏ëμe ∑GócGh ᪰†eGh ∫ƒØ≤e …ôéæN
É¡«a Ú©dG ≈¡ØJ »Jƒ°ùcGh Iô≤æe áæjR
‹É«NG ≈∏Y …ó«°S áÑ«g É«∏YG ábQÉ°T ø°SÉfiGh á«bóæH ™«aQG Úμ°S
…ÈN √É£YG øe ±ô©f Ée
ÊÉYôj É°†ØdG ‘ OƒLƒe ¬àÑ°U
…ó«°S ájógG ™eG Iôî°ùdGh áfƒŸGh ÉcõdG ÜÉL
” øe ™LQG ‹ ∫Ébh GhOGh
∑QGO ‘ áYÉ°S ÒZ ìÉJôf »æ∏NO ¬d â∏b âjhOGh
ÜGƒ°UG ≈£îJ’ âHÉL Ée äGOG Ée
¬£Ñb …ó«°S ∂∏°SQ ¢TÓYG »∏dh ÉjƒNG ‹Ébh ¬HGƒLG ‘ ºªN
»°SGQ ‘ ∫hóY Éj ≥◊G äÈLGh ‹GôLG Éà …óYGh IQóg ÎμJG ’h
QÉÑ°U iƒ¡dG ÜQÉ°ùeG ‘ »∏ãe Ée »ÑjGôZ Éj »Ñ∏b ≈∏Y QÉæªc ⫪cGh
¢SOÉ°ùdG º°ù≤dG
»YGQ ¬àÑ°U ¬«a ⪪N
≈YÉ°S áØ«°U »a ¬d â©LQGh
»YGQ áØ«°U ‘ ¬d â©LQGh
áØ«©°VG »àdÉMh Ò¨°UG ¢ù∏ØH ≥M’ ¢ûjhQO
ábó°üHG óM ÊRhój Ée »àdÉM ‘ iQÉ°üædG ܃∏bG ‘ ™£≤f
᪩ædG ¥ƒ°T øe É°†©dG ∞NÉ°S
¬Ñ«L ∑QGO ‘ óLhG Ée πμH ìhôdG ≥àYG ¬d â∏b
ÉæHQ óæY ¬Ñ«°üJG º«¶YG ôLG øe Éeh πjÉ°ùdG ô¡æJG ’h
…óæY ᪩ædG äô£NG Ée ΩÉjG å∏K …OÉg ‹ ∫Éb áæjR ábó°üdGh
Éæ≤àYG ΩÉ©°Th AÉŸG ¿Éc ƒdh ‹ Ö«L QGó∏d »æ∏NO ¬d â∏b
¢ü«NQG ´QõdGh »NGQ ∫É◊G Góg
QÉæ∏d É橪°SG π«îÑdGh
ÉæHQ ∞«°V ™e í«ë°TG ¿ƒμJG ’
™Øæà°SGh ΩóNG ‹ ∫Éb ∞bƒŸG óYh
È°üdÉH ÒZ ∂àa Ée ájÉ©°ùdG GP ¢TÓYGh ∂HÉÑ°TG ó¡L QÉ«NG Góg
íàØj ¬∏dG ÉjƒNG ÒÑdG ‘ ƒdódG ìÉW ¢ùeÉjÉŸGh ¬æY ÉeG Ghô°ùμJG äƒ≤dG
QGó≤e ƒd äóLhG ’h áª∏X »Ñ∏bh …ôWÉN ‘ â«dh
CCrnCCCCpJilali Mthired22
Et hier le remonte puits s’est noyé,
Allez ! Que le Seigneur te vienne en aide !"
Dès lors je m’en retournais le cœur meurtri,
Ne sachant que faire avec ce mal appris.
Décidé, je revins avec mon plumier,
Déguisé en fétichiste bien édifié,
Maîtrisant la science de Znati l’éminent
J’en connaissais tous les bouts et tous les tenants,
Et même l’astrologie je l’ai apprise !
– "Venez monsieur, lui dis-je, que je vous lise
Votre avenir, et ce sans sou débourser !"
– "Personne chez moi n’est souffrant, pour commencer,
Je n’ai ni détenu ni même rien perdu,
J’ai tout et de ma belle je suis l’éperdu !
Elle est mon univers et ma raison d’être !
Ne se fient aux charlatans que les piètres
Les imposteurs et les gens de mauvais aloi,
Ainsi que la horde de gens sans foi ni loi !
Ça suffit ! Cesse de me mener en bateau !
Mais repens-toi ! Seul Dieu sait l’incognito !
Fiche-moi le camp ! Raconte ça à d’autres, va… !"
Il me malmène ce mal appris puis s’en va
M’abandonnant le cœur qui se consume,
Bouillonnant de haine entre feu et enclume.
J’ai décidé d’agir comme Fidaoui
En me déguisant alors en serf gnaoui,
Joues balafrées, philosophe, gnaoui émérite,
Faisant peu de cas de sa couleur sémite !
– "Que se passe t-il, rejeton de la blanche !
Que veux-tu" me dit-il d’une voix franche.
– "Je suis, lui répondis-je, gnaoui asservi,OÎe ‹Ó«÷G ï«°ûdG 23
™HÉ°ùdG º°ù≤dG
¬à«Lh âeõYG »àjGhóH
¬àjQOG õeQ πc •É£N
∫Éμ°T’Gh ¬LhôHG h »JÉfõdÉH Ωƒ∏©e
∫ɪμdÉH ÜGƒ°UG øY …Qóf ¬HÉ°ùMGh
¬dɪcG ÜGƒ°UG øY º«éæàdG º∏Y …QÉb
ºgGQOG ÓH ¬HÉL’ ∂dÉa ™ª°ùJ ójR ¬∏d …ó«°SG ¬d â∏b
…QGO ‘ ¢†jôeG ‹ ∫Éb …óæY Ée
áLÉM ‹ äÉ°ûeG ’h ÖjÉZ ’h Ò°ùjG ’h
»æ«ØμJ »àdGõZG …óæY Iƒ¡°ûH »æe ¢VGôZG »∏jG ’h
¥ó°U øe πc ™«ªLGh …ÉæeGh »JÒNOG »g
∞dG äÉ«eG ÜGóc ¿GôcG •É£N »°T
É«ÑfÓd ÉaGƒdG ¢SÉf øjô°û©dGh á©Hôd ∂dGócGh
ÜhóμdG øe ÜôHG É¡æJh ¢Vƒf ¬∏d
»HQ ÒZ Ö«¨dG ‘ øcÉ°S Ée º∏©j Ée ¬∏d ôبà°SG
º°û¨JG øe ±ƒ°T ∂ehôLGh ∂Jƒ¡HG …OG »∏YG Ò°S
Iƒæ©dÉH É°ûeGh ∫É©a’G ¢übÉf Êô¡bGh
iƒ∏j ¢üjɨàdG øe »Ñ∏b ≈∏N »æYó°Uh
QÉædG ó¡°U ÚHh ÉŸG ÚH iƒ°ûàf â«≤HG ÉfGh
øeÉãdG º°ù≤dG
…hGóaG πªYG Ée â∏ªYGh
…hÉæcG óÑY ¬«d â©LQGh
IhÉæcG QÉ«NG øe »Ø°SÓaG Ühóeh ∑Éæ◊G •ô°ûeG
á°†«ÑdG ódhÉj ÒN ‹ ∫Éb ádƒëμdG »æÑ«©J Ée
܃°ùμe ÊGQ óÑY ¬d â∏b ÉfG âjhOGh πª©J â«L ¢TG
CCCCCCECJilali Mthired24
Je veux être à ton service toute la vie"
– "Père et mère m’ont donné un bon conseil,
A-t-il répondu, et saches que j’y veille :
Ne posséder nègres ni nègres fréquenter,
Et si le noir de l’œil pouvait être ôté,
Je l’aurai fait aussitôt et sans hésiter !
Si je pouvais écrire avec du lait
j’aurai abandonné l’encre dans la foulée !
Que Dieu ait dans Sa Sainte Miséricorde
Sidi Bouamr qui sur ce sujet déborde :
"Toute demeure où le nègre M’barek demeure,
N’a la baraka et ne connaît le bonheur !"
Je me repris pour lui dire : – "Oui je suis un noir !
Un noir éduqué que sa couleur n’effare !"
Il semblait réfléchir à ce qu’il allait dire :
– "Veux-tu t’éloigner de moi ! Il faut en finir !
C’est vraiment la fin du monde, quoi ! Un intrus
Cupide et sans foi ni vertu, qui l’aurait cru
S’évertue à faire des entourloupettes,
Le corps teint en noir le malhonnête !
Il resta troublé par ce qu’il venait d’entendre,
Entra subitement chez lui sans attendre,
Affecté, dans un piteux état et en pleurs.
C’est alors que le questionna ma splendeur,
Sur ce qui le tracassait et le chagrinait.
– "Sais-tu chérie, je suis tous les jours peiné
Par une bande qui m’envoie un forcené,
Chaque fois autrement accoutré et déguisé
J’en ai marre de les affronter pour les briser !
Leurs discours creux m’agacent réellement !
Ma splendeur a compris que c’était son amant !
Elle s’effondra sur son lit immédiatement !
Par l’amour est transi et brûlé tout son corps,
Comme je le suis moi-même, encore et encore.OÎe ‹Ó«÷G ï«°ûdG 25
…ôªY ôjÉ°S øY ∂«d ∞«°UhG ¿ƒμfG äOQ
…ôªY É¡«a •ôØfG Ée »eGh ÉjƒH á«°UhG h ‹ ∫Éb
…É°ü«°U ¢ùÑ∏f ’h √ô°TÉ©fG ’h πëμH ôضf Ée
¬©∏μfG ™∏μæj Ú©dG πëcG ¿Éc ƒd
OGóŸG ∑Îf Öàμj Ö«∏◊G ¿Éc ƒd
ôªYƒH …ó«°S ¬∏dG ºMQ
ácQÉÑeG ≈àM ’h ∑QÉÑeG ’h ácôH É¡«a Ée ácQÉÑeG »∏dG QGódG ∫Éb
á∏ëc »æÑ«©J Ée »HôeG óÑY â∏bh ÉfG â≤£fG
»eÉ°SQG íjGƒ°S ‘ …Oh Éj ó©H ≈d ∫Éb ¬HGƒLG ‘ ºªN
QÉ≤dG ±Éæ°UG √ó«°üjG ¬«a ™ª£j AÉ«MG ÓH ÊÈdG OÉY Góg ¿ÉeõdG ÒNÉJ
™°SÉàdG º°ù≤dG
¬eGó©J ±ó°UG »≤d Ée øe
¬eÉ°Sôd Ωõ©dÉH πNOGh
ájô› ¬à©eO Ωƒª¡e ádÉM ’ ¬àdÉM ¿Góμf
É¡ÑdG ádƒªμe …QÉæN ¬àdÉ°S Ú◊G ‘
¬H Qó°UG ¢TGh ¬ÑjÉéYGh ¬ÑjGôZGh ¬dÉM øY
¿Éeƒb »°T »H π≤©dG áMGQÉj É¡d ∫Éb
áØ°üH º¡æe óMGh »æ«éjG Ωƒj πc
äóLhG Ée ÜQÉëfGh ójÉμfG Ée â««YG
‹É«NG ÜhójÉc º¡dÉ≤eG øe áMGQ
É¡HƒÑfi øjGh áÑ«Lƒd ⪡ah
ÉgÉ°†YG ÒeG ‘ ÉgOÉ°U ÉjGƒ¡H á°†jôeG É¡°TGôaG ¥ƒa âMÉWh
QÉØ≤dG ≈∏Y Ωƒ¡fG ÉgGƒ¡H ÉfG ≈àM â«≤HG ɪcG
CCECCCCsCECrnJilali Mthired26
Je revins vite en courant jusqu’à son gîte,
J’étais déguisé en médecin émérite !
M’ayant vu il sourit, mais d’un sourire
De quelqu’un sachant qu’il allait périr !
Cette fois-ci j’en suis sûr, l’affaire est gagnée.
– "Vous êtes là ! Ah quel bonheur ! dit-il résigné.
Ta bonté et ta splendeur n’ont point d’égal,
C’est Dieu qui t’envoie jusqu’à moi, c’est génial !"
– "La médecine ! Je la maîtrise parfaitement !
Interroge-moi ! Tu sauras tout ! Et comment !"
Puis je lui ai tenu un très beau discours,
Comme un rossignol chantant les mots d’amour !
Je l’ai si bien épaté qu’il m’a invité
A pénétrer chez lui,en toute intimité !
Alors, ma beauté … la sultane des muses..
– "Bienvenue mon chéri, dit-elle confuse,
Avance donc par ici et pas un mot !"
J’ai aussitôt rendu grâce à Dieu le Très Haut
Je m’avançais de quelques pas comme un héros,
Et trouvais ma splendeur ma belle sultane,
Dans un site d’une beauté ottomane !
Oui ! Mes amis ! Puis je posais ma main sur elle,
Oui ! Elle était bien saine et sauve ma gazelle !
Elle est comme moi sujette aux palpitations
Des feux ardents de l’amour et de la passion !
– "O lumière qui éclaire mes ténèbres !
Lui dis-je, j’ai un remède des plus célèbres !"
– "Quel est-il ?" Me dit-elle. – "Oui, ce remède
Est infaillible certes, mais il me faut de l’aide !OÎe ‹Ó«÷G ï«°ûdG 27
ô°TÉ©dG º°ù≤dG
…õ‚ áYÉ°S ‘ ¬d â«dh
…ôgOh º«μMGh Ö«ÑWG
ôcóJ ɪc Ö£dG πjÉ°ùeG …Qóf
OGƒdG ¬H …OɨdG áμë°V ∂ë°VG h ñô°UGh ‘ ±É°T
‹ ∫Éb OƒNƒe …ó«°SG OƒNƒe ¬àaôYG
‹ ∫Éb …ó«°SG »HQ ÒZ ∂H ÊÉ≤dG ‹ ∫Éb ∂fÉ°ùMG
᪫b ¬«∏jG Ée ∂dɪLGh ∂fÉ°ùMG
áÁôLG ÓH ¤ƒŸG ∂«H »æªMQG ‹ ∫Éb …ó«°SG
Ö«°üJG »°ü≤°S âfG h …óæY ⫨HG »∏dG Ö£dG
πÑ∏ÑdG ∫ÉëHG ¿É°ù∏dG óMGƒHG ¬«∏Y â≤∏£Jh
√QGód √É©eG ÊGOh ¬à∏°üM ∫õ¨dG ‘
‹Gƒ¨dG áfÉ£∏°S ‹GõZG ÜÉLƒdG ‘ âdÉb
‹É¨dÉj ∂«éà ÓgG
ΩÓcG ÓH Éæ¡dG ójR
‹É©dG ÉæHôd §«Y
ΩGó≤dG áLQóH âØ∏N
‹Gƒ¨dG áfÉ£∏°S È‚
ΩGôcÉj ™«aQG •É°ùH ‘
‹GõZG ≈∏Y …ójG â«£M
ΩÉ≤°SG É¡H ÉeÈ‚
‹ÉëHG Góμg á°Sƒ«≤e
‹É‚G É«°VÉj É¡d â∏b ΩGô¨dGh ≥°û©dG QÉf øe
ΩGƒ©dG ≈∏Y ‘ÉL »Wô°T
…óæY É¡d â∏b •ô°T ‹ âdÉb
ádÉ°ùeG ¬à°üN øμd Üô›G GhOG Góg
CCCECEJilali Mthired28
Ai-je ajouté, seul ton mari peut le faire,
En allant chercher sur le champ cet auxiliaire !
Il m’a certes juré qu’il se procurera
Coûte que coûte tout ce qu’on lui demandera !"
Dès lors je sortis le gourde de ma poche
– "Remplis la moitié dans le détroit le plus proche,
Le reste tu le rempliras dans ce secteur...
L’imbécile s’exécuta à contre cœur !
Il partit pour n’en revenir qu’expirant.
Et nous cueillîmes nos jours six mois durant !
Le mois suivant la nouvelle s’est propagée :
Le rustre s’est noyé, nous sommes soulagés !
Enfin ! Qu’elle et moi ! J’ai assouvi mes désirs
Et elle sombra de même dans le plaisir !
Dieu compatit à l’amour que je porte
A celle dont le nom m’exalte et m’emporte !
Je m’en réjouis et je lui suis redevable,
Je me réjouis de ma splendeur ineffable !
Soyez en témoin ! Je suis son docile esclave,
Pour l’éternité et sans aucune entrave !
O mes chantres ! Chantez, chantez et enchantez !
Savourez de cette broderie la beauté !
Je salue nos chouioukhs émérites, nos maîtresOÎe ‹Ó«÷G ï«°ûdG 29
∂∏LGQ ÒZ øe ∂ë°üæjh É¡Ñ«éjG øeG ¿Éc Ée
»àWô°T Ée πμHG ∂«JÉf ≈àM ΩGô◊ÉH ‹ ∞∏Mh
ΩGõeõdG ¬«d âÑL »Hƒàμe øe
RÉZƒÑdG øe ôª©j ¢üf
á«÷G ∑GO ‘ øe ¬∏ªch Ò°S ¬«÷G Góg øe ¬Ø°üf
¬æe RõdÉH π«dódG ¢VÉf
±Gô£dÉH ™£≤eG ÒZ »éj Ée ≈°ûeGh
Qƒ¡°ûdG øe ¬à°S Éfó©bG
ôëÑdG ‘ ¥hô¨e »∏μ©dG ¢SGQ QÉÑNG ÉfÉL ™HÉ°ùdGh
ΩÉæj’ øe óMGƒ∏d ôμ°ûdG ‘ äÌch äóªMG
É¡°VôZ ËôdG äÉØ°TGh »°†«Z â«Ø°TG »gh ÉfG ÒZ
᫪°ùdG áæjR ÉgGƒ¡f øe É¡HG ‘ ìɪ°S ¤ƒŸGh
»∏Y ÉgÒN á«ægGh
ájÎdG âcƒJ á«ægGh
QGõ– ’ ΩGhódG ∫ƒW Ö°ùμàe É¡eÓZG »æd Ghó¡°T
ô°ûY …OÉ◊G º°ù≤dG
»XÉØM Éj ∫ƒ°Uh »æZ
»XÉØdG Rô£H ≈∏–Gh
øjôgÉŸG ñÉ«°T’G ≈∏Y ÉæHQ ΩÓ°SGh
CCCCCJilali Mthired30
Dans l’art du symbole, et ce de tout mon être.
Aussitôt que l’aigle croasse et fustige,
La couvée des hiboux se serre et se fige
Dans son gîte tout comme les oiseaux grigous.
Je me soucie si peu de ces hordes de loups,
Car l’inspiration divine m’accompagne
Et jamais de ma compagnie ne s’éloigne !
Même si durant des siècles ils s’éternisaient,
Ils ne pourront jamais les mots apprivoiser !
Ils savent que je monte un destrier fougueux,
Dans le combat je porte des coups à ces gueux,
Les abandonnant à leur état piteux !
Tout compte fait, je ne ressemble en rien en eux
De ce qui ne me regarde je m’esquive,
Aux poètes je voue mon estime expressive,
A tous les hommes de l’art je suis fidèle,
Salut renouvelé autant de fois que fleurs
Et roses et lys propagent leurs senteurs.
Mon nom n’est point inconnu, Abdeljalil,
Dans la cité ocre j’y combats les hostiles !
Mon style est parfait les renégats il défait.
Qu’ils sachent que dans les mots je ne suis forfait !
Mais ces haineux qui n’ont ni maître ni style,
Ont survécu anodins vils et stériles !
Ils n’ont ni saveur ni le moindre mérite,
Je ne me soucie guère de ces hypocrites !
O chantre ! Chante et enchante avec zèle,
Que Dieu nous pardonne et jamais ne nous emmêle !OÎe ‹Ó«÷G ï«°ûdG 31
¿É°Sƒ°Sh ôgõdGh OQƒdG ìÉa Ée ≈æ©ŸG ¢SÉf
π«∏÷G óÑY ≈Øîj Ée »ª°SGh
Oƒë÷G ΩGõg áé¡ÑdG ‘
ó«ëLG ¿Éc øe ¬≤ë∏jG Ée ´ƒæ°ûe ‘É°U ¬dõZ
É¡æàj Ée ΩGôμdG ô°S ‹ÉØ°S …ódGh
π≤Y’ õ«e’ GƒNÉ°T ñÉ«°TG ’ ®ÉØd’G ’ áÑà¨dG Ωƒb Ú°†ZÉÑdGh
¥ÉØædG Ωƒb »°T ʃª¡jG Éeô°S ’ áÑ«W’
GhóªîjG ΩƒÑdG ñGôaG ≈∏Y ô°Uô°U ¤G RÉÑdGh
iô≤°ùdG ø°TGôWG ∂dóch ôjɨŸG ‘
‹ÉØ°S øe äRôH Ée ¤ƒŸG áªμMGh ÜÉjOG øe ≈°ûîJ Ée
ΩÓμdG áæ©e »°Tƒª¡Øj Ée ÜÉ≤MG øªc Gƒ°û«©jG ¿ÉeõdG ‘ ¿Éc ƒd
™jô°SG ¿É¡«°T ÖcGQ Ühô◊G Ωƒj ʃaô©jG
π°†æ◊G ¬«≤°ùf ¿Gó«e ‘ ’É°T øe πc
óæ¡dG ∫ÓZG ‘ ô°ù«eG ¬MhôfGh
óë‚ ÉfÉe »YGO ÉfÉe ∫É≤ŸG í°U h ∫ƒ≤dG ΩÉ“Gh
Gô©°û∏d º∏°ùeG ∫ƒ°†Ø∏d …ôªY πNGO ÉfÉe
QÉØZ ÉæHQh ÊÉZ Éj ÉjÉæ¨H ∫ƒ°Uh »æZ øØdG ÜÉHQG ™jÉWh
¬∏dG ¿ƒ©H â¡àfG
EEEEEJilali Mthired32
Sois équitable ! Oh Fatma !
Fatma chraa Allah maak
Pour toi o ma muse, mes larmes coulent à flots
Écrivant sur mes joues d’amour les mots !
Ensemble, nous étions si heureux et en liesse,
Ton tonnerre gronde et amplifie ma détresse !
Te voilà dévoilée, je souffre le martyre !
Du Bien les Justes ne se laissent départir !
Le Bon sait patienter, les jours ne l’offensent,
Mais le Mauvais aura ses actes en récompense !
O Fatma, en la présence des belles soit équitable,
Abandonner ainsi son amant n’est valable !
Comment puis-je oublier o Fatma tes splendeurs !
Mais toi de la bonté est départi ton cœur !
Tu as ouvertement dévoilé nos secret
Et les règles d’or de l’amour altéré !
Constructions sans fondations se laissent effondrer…
Si tu étais une gazelle timorée,
Ceux qui te miraient te respectaient et t’honoraient,
Si même tu étais de l’aube la lumière,
C’est à mon astre rayonnant que tu t’éclaires !
Si tu étais un sabre aiguisé et tranchant,
Avant sa rouille j’ai satisfait mes penchants !
Et… si tu étais un royal destrier,
J’ai largué la selle, te monter me répugnait !
Si même les hautes sphères tu surplombais,
Les murs surélevés finissent par tomber !
Si tu étais un jardin embaumé de senteurs,
J’ai fais fleurir ses parfums frais et ses fleurs !
Si étoffe tu étais, je m’en suis drapé,
La traînant par terre sans m’en préoccuper !OÎe ‹Ó«÷G ï«°ûdG 33
∑É©e ˆG ´ô°T áªWÉa
áHô◊G
ƒ˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘M ’’G Rh󢢢˘˘˘˘˘j Ö«˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ◊G ¢TGh Ωɢ˘˘˘jô˘˘˘˘dG ÚH ∑ɢ˘˘˘©˘˘˘˘e ¬˘˘˘˘∏˘˘˘˘dG ´ô˘˘˘˘˘°T ᢢ˘˘˘ª˘˘˘˘˘Wɢ˘˘˘˘a
∫h’G º°ù≤dG
ƒ˘˘˘Ñ˘˘˘«˘˘˘à˘˘˘c Gƒ˘˘˘¡˘˘˘dG π˘˘˘˘¡˘˘˘˘d í˘˘˘˘°Vh …󢢢˘N ¥ƒ˘˘˘˘a Ωɢ˘˘˘é˘˘˘˘°S π˘˘˘˘LGƒ˘˘˘˘æ˘˘˘˘dG ™˘˘˘˘eO ɢ˘˘˘gGƒ˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘H ‹ ɢ˘˘˘˘j
ƒ˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘«˘˘˘˘μ˘˘˘˘°S ƒ˘˘˘˘æ˘˘˘˘JGô˘˘˘˘Ø˘˘˘˘H π˘˘˘˘£˘˘˘˘gh ∑󢢢˘YQ ΩGR ΩGôŸG Ö«˘˘˘Wh Gô˘˘˘°û©˘˘˘dG ∫ɢ˘˘ª˘˘˘c ø˘˘˘°ùM 󢢢©˘˘˘˘H
ƒ˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘j ɢ˘˘˘˘e ∫É◊G ∫ɢ˘˘˘˘W ƒ˘˘˘˘˘d ɢ˘˘˘˘˘«◊ ¢Sɢ˘˘˘˘˘f Ωɢ˘˘≤˘˘˘°S ìQGƒ˘˘˘é˘˘˘˘∏˘˘˘˘d Êɢ˘˘˘°ûNh ∂Ñ˘˘˘˘«˘˘˘˘Y ¿É˘˘˘˘H
ƒ˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘«˘˘˘˘°üJ ƒ˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘jɢ˘˘˘°üeh ƒ˘˘˘˘dɢ˘˘˘©˘˘˘˘a í˘˘˘˘«˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘≤˘˘˘˘˘dGh Ωɢ˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘d √G󢢢˘˘˘Yɢ˘˘˘˘˘°ùeh 󢢢˘˘˘Yɢ˘˘˘˘˘˘°ùe í˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘∏ŸGh
»Hhô©dG
ƒ˘˘˘˘°Sɢ˘˘˘f ø˘˘˘˘e »˘˘˘˘à˘˘˘˘«˘˘˘˘ë˘˘˘˘°V ɢ˘˘˘e ¿É˘˘˘˘°ù◊G âfGh √ɢ˘˘˘˘˘°ùæ˘˘˘˘˘˘f ɢ˘˘˘˘˘e ∂fɢ˘˘˘˘˘°ùM ᢢ˘˘˘˘ª˘˘˘˘˘˘Wɢ˘˘˘˘˘a ɢ˘˘˘˘˘j ɢ˘˘˘˘˘˘fG
ƒ˘˘˘˘°Sɢ˘˘˘ë˘˘˘˘f ∞˘˘˘˘°ûc ƒ˘˘˘˘©˘˘˘˘Hɢ˘˘˘˘W Ö뢢˘˘˘dG Qɢ˘˘˘˘«˘˘˘˘˘Y √ɢ˘˘˘˘£˘˘˘˘˘¨˘˘˘˘˘H »˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘Mƒ˘˘˘˘˘dh ɢ˘˘˘˘fô˘˘˘˘˘°S »˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘˘Ø˘˘˘˘˘˘°ûc
ƒ°SÉ`°ùd ¿hO ≈∏Y Ée ¿É``«æH ÉàM
ôYGƒædG
Gƒ˘˘˘˘gRh õ˘˘˘˘Y ø˘˘˘˘jô˘˘˘˘°†æ˘˘˘˘∏˘˘˘˘d »˘˘˘˘à˘˘˘˘æ˘˘˘˘c …󢢢˘æ˘˘˘˘˘Y ∫ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°V …Oɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°T âæ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘c ¿É˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘c
Gƒ˘˘˘°Vh π˘˘˘˘∏˘˘˘˘¡˘˘˘˘J »˘˘˘˘æ˘˘˘˘°SÉfi Qhô˘˘˘˘°S Qƒ˘˘˘˘f ø˘˘˘˘e ∫ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘àŸÉ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘a Q󢢢˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘H âæ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘c ¿É˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘c
Gƒ˘˘˘Ø˘˘˘g ø˘˘˘ª˘˘˘c ¬˘˘˘«˘˘˘H âæ˘˘˘˘μ˘˘˘˘e ɢ˘˘˘Ø˘˘˘˘ë˘˘˘˘j Ó˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘b ∫Ó˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘a ΩQɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°U »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘c ¿É˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘c
»fÉãdG º°ù≤dG
ƒ˘Ñ˘«˘cQ ɢ˘°Vô˘˘dG ≈˘˘∏˘˘Y ⫢˘¨˘˘dh ∂Lô˘˘°S â◊ Ωɢ˘ª˘˘¡˘˘dG ähô˘˘°S ø˘˘˘e ɢ˘˘«˘˘˘Jô˘˘˘°S »˘˘˘à˘˘˘æ˘˘˘c ¿É˘˘˘c
ƒ˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘jô˘˘˘˘˘j ɢ˘˘˘˘gQGƒ˘˘˘˘˘°S ¿É˘˘˘˘˘£˘˘˘˘˘˘«◊G äÓ˘˘˘˘˘˘Y ƒ˘˘˘˘˘˘d Ωɢ˘˘≤˘˘˘ª˘˘˘a Üɢ˘˘é˘˘˘æ˘˘˘dG ∫ƒ˘˘˘ë˘˘˘a ÚH âæ˘˘˘c ¿É˘˘˘c
ƒ˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘W ìɢ˘˘˘˘ah hô˘˘˘˘˘gR í˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘a ɢ˘˘˘˘˘j󢢢˘˘˘°T ø˘˘˘˘˘˘e Ωɢ˘°ùæ˘˘˘d ∂«˘˘˘a äɢ˘˘cO ¿É˘˘˘à˘˘˘°ùH »˘˘˘à˘˘˘æ˘˘˘c ¿É˘˘˘c
ƒ˘˘˘Ñ˘˘˘«˘˘˘ë˘˘˘°S GÎ∏˘˘˘d ɢ˘˘æ˘˘˘«˘˘˘NQ Ωɢ˘˘˘ª˘˘˘˘μ˘˘˘˘dG ¢Vô˘˘˘˘Y ΩGô˘˘˘˘μ˘˘˘˘dG ÚH ∑ɢ˘˘˘æ˘˘˘˘°ùÑ˘˘˘˘d ܃˘˘˘˘K âæ˘˘˘˘c ¿É˘˘˘˘˘c
CpCCrsJilali Mthired34
Mais réveille-toi donc de ta turpitude,
Ta désinvolture ruinera ta quiétude !
Réfléchis donc à tous ceux qui t’ont précédée,
Comme ils se sont tus tu te tairas sans tarder !
Que s’abreuve de sa muserolle bardé,
Ton cheval la tête et le museau bridé !
Quoique tu fasses, amoindrie sera ton âme !
Car, bienséance est l’apanage des dames !
Envers ton amant, ne fais pas de faux pas !
Respecte les bonnes gens, ne t'emporte pas !
Fuir après tant de bons plaisirs est malvenu,
L’égoïsme n’entraîne que déconvenue.
Ne sois pas dupe des belles apparences,
Les manigances échouent et... c’est une évidence !
Que ton astre s’élève et brille dans les airs,
Viendra la nuit pour éteindre sa lumière !
Si tu vivais ce qu’ont vécu les pyramides,
Tu serais remplie de blancs cheveux intrépides,
Si tu décrétais d’inéquitables sentences,
Ce temps passera, s’imposera le silence !
Par ces mots je te livre mes prudes conseils,
Ressaisis-toi donc et retrouve ton soleil !
Retrouve ta foi,dissimule tes faiblesses !
Clarté… sincérité …sont joie et allégresse !
Oui je te reproche de m’avoir quitté,
Je ne cesserai de le faire en vérité !
Et pourtant je ne t’ai jamais abandonné !
Ingrate tu es envers ton passionné !
Mon secret envolé au grand jour éclate !
A qui me plaindre de tes méfaits, ingrate !
Poètes et connaisseurs l'ont si bien dit :
Qui ne fait le bien sombre dans la perfidie !
Sois loyale envers celui qui t’est fidèle,
Tout mal trouve son remède sans appel !
Ton absence a trop duré, rejoins-moi vite !
Du sein des justes jamais bon lait ne les quitte !
Sois noble ! La clémence aura sa récompense,
Face aux cupides les bons restent de faïence !
L’hommage épique que je te porte, je l’avoue,
Mais de tes splendeurs mon cœur ne dévoue !OÎe ‹Ó«÷G ï«°ûdG 35
»Hhô©dG
ƒ˘˘˘˘˘eɢ˘˘˘˘j ∂jô˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘J ¬˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘dG »˘˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘J Ó˘˘˘˘˘˘jh ∑ƒ˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘°S ∫ɢ˘˘˘˘M ø˘˘˘˘˘˘e »˘˘˘˘˘˘°†≤˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘J »˘˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘°S ¿É˘˘˘˘˘˘c
ƒ˘˘˘˘˘eɢ˘˘˘˘Mõ˘˘˘˘˘H ∂bƒ˘˘˘˘˘°S Æô˘˘˘˘˘Ø˘˘˘˘˘j ƒ˘˘˘˘˘Zô˘˘˘˘˘a ɢ˘˘˘˘ª˘˘˘˘˘c ∑ƒ˘˘˘˘≤˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘°S ‹G ∫ɢ˘˘˘˘é˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘dG í˘˘˘˘˘eÓà …ô˘˘˘˘˘° †f
ƒeÉé∏H ∑OƒY Üô°ûj ÉàM …Ò°S
ôYGƒædG
ɢ˘˘Ñ˘˘˘°ùæ˘˘˘dG Ö«˘˘˘W ∫ɢ˘˘ª˘˘˘c ≈˘˘˘∏˘˘˘Y ∫󢢢j ÜG󢢢˘d Qɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘¨˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°üj ∑Q󢢢˘˘˘˘˘˘˘˘b »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘aô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘J ƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘d
ɢ˘˘HOƒ˘˘˘dG ¿ƒ˘˘˘«˘˘˘Y ≈˘˘˘∏˘˘˘Y ∑Ó˘˘˘H ¿É˘˘˘£˘˘˘˘«˘˘˘˘°T …OQ Qɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Y ∂Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘ë˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘a ‘ô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°üJ ’
É˘Ñ˘˘ë˘˘°U ƒ˘˘dɢ˘e Üɢ˘ë˘˘°üdG ÚHh Oô˘˘Z ÖMɢ˘°U Qɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Z π˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°Uƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG 󢢢˘˘˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘H ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ø÷Gh
ådÉãdG º°ù≤dG
ƒ˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘«˘˘˘˘£˘˘˘˘j ɢ˘˘˘e •Ó˘˘˘˘¨˘˘˘˘dG π˘˘˘˘g Qhô˘˘˘˘˘°S ô˘˘˘˘˘ª˘˘˘˘˘Y Ωɢ˘ª˘˘μ˘˘dG ¢Vɢ˘«˘˘H …ô˘˘°†æ˘˘J ÚM »˘˘£˘˘∏˘˘˘¨˘˘˘J ’
ƒ˘˘Ñ˘˘«˘˘é˘˘M ɢ˘¡˘˘Ø˘˘∏˘˘î˘˘a …Oɢ˘˘æ˘˘˘j π˘˘˘«˘˘˘∏˘˘˘dG ɢ˘˘æ˘˘˘Z’ ΩÓ˘˘Y ∂°ùª˘˘°T ƒ˘˘é˘˘˘∏˘˘˘d âM’h âbô˘˘˘°T ƒ˘˘˘d
ƒ˘˘˘Ñ˘˘˘«˘˘˘°T ó˘˘˘æ˘˘˘˘L ∂«˘˘˘˘Jɢ˘˘˘j Èμ˘˘˘˘dG ø˘˘˘˘e ɢ˘˘˘æ˘˘˘˘Z’ ΩGô˘˘¡˘˘dG ¿É˘˘eõ˘˘dG »˘˘a â°Tɢ˘Y ɢ˘e »˘˘°û«˘˘©˘˘J ƒ˘˘d
ƒ˘˘˘Ñ˘˘˘«˘˘˘¨˘˘˘j ɢ˘˘¡˘˘˘°Sɢ˘˘fh äƒ˘˘˘Ø˘˘˘J º˘˘˘∏˘˘˘°†dG âYɢ˘˘˘°S Ωɢ˘˘μ◊G Æô˘˘˘Ø˘˘˘j »˘˘˘à˘˘˘ª˘˘˘μ–h »˘˘˘à˘˘˘ª˘˘˘μ˘˘˘˘M ƒ˘˘˘˘d
»Hhô©dG
‘ɢ˘˘˘˘˘°Uƒ˘˘˘˘˘˘a ‹ƒ˘˘˘˘˘˘Lh ɢ˘˘˘˘˘Ø÷G 󢢢˘˘˘˘°U »˘˘˘˘˘˘˘cô˘˘˘˘˘˘˘J ¬˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘J π˘˘˘˘˘˘bɢ˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘d åjó◊Gh ∂J󢢢˘˘˘M
‘Gƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG ¥ó˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°üdGh ÒN ∫ƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘b Ófi ¬˘˘«˘˘£˘˘Z ¢übɢ˘æ˘˘dG ∂Ñ˘˘«˘˘Yh ¬˘˘«˘˘˘fƒ˘˘˘°U ∂°Vô˘˘˘Y
‘É`ëf âdR Éeh ÉØ÷ÉH ∂`à«ØM
ôYGƒædG
ɢ˘˘Ø˘˘˘μ˘˘˘j ‘ɢ˘˘¨˘˘˘L ø˘˘˘e ÒN ɢ˘˘˘¡˘˘˘˘«˘˘˘˘a’G ø˘˘˘˘e ɢ˘˘˘j ¿Gô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘é˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘g »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘e ∂∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘J 󢢢˘˘˘˘˘˘˘M ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘e
ɢ˘˘aƒ˘˘˘˘dG â∏˘˘˘˘«˘˘˘˘∏˘˘˘˘b ɢ˘˘˘j ∑ɢ˘˘˘Ø˘˘˘˘é˘˘˘˘H »˘˘˘˘μ˘˘˘˘°ûf øŸ ¿É˘˘˘˘˘˘˘˘˘ª˘˘˘˘˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘˘˘˘˘μ˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG 󢢢˘˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘H …ô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°S ìɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘H
ɢ˘aô˘˘©˘˘˘e √ɢ˘˘©˘˘˘e ɢ˘˘e ¿É˘˘˘°ù뢢˘H ø˘˘˘°ù뢢˘j ’G ø˘˘˘e ¿É˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘aô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dGh Gô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°ûdG âdɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘b
™HGôdG º°ù≤dG
ƒ˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘«˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘W ƒ÷ɢ˘˘˘˘Y ɢ˘˘˘˘e Gô˘˘˘˘˘H ìô˘˘˘˘˘L ø˘˘˘˘˘e ¢TGh Ωɢ˘˘˘˘μ˘˘˘˘˘°ùj ∂«˘˘˘˘˘H ∑ɢ˘˘˘˘ah ø˘˘˘˘˘e ‘Gh ɢ˘˘˘˘aƒ˘˘˘˘˘˘dɢ˘˘˘˘˘H
ƒ˘˘Ñ˘˘«˘˘∏˘˘MG ø˘˘˘e Rô˘˘˘Z ɢ˘˘e IOƒ˘˘˘é˘˘˘dG ¢Sɢ˘˘f ´ô˘˘˘°V ΩG󢢢≤˘˘˘dG ´ô˘˘˘˘°ùH »˘˘˘˘æ˘˘˘˘jQhR ɢ˘˘˘Ñ˘˘˘˘«˘˘˘˘¨˘˘˘˘dG âdɢ˘˘˘W
ƒ˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘«˘˘˘˘©˘˘˘˘˘jɢ˘˘˘˘e OGƒ÷G Ó˘˘˘˘˘î˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘dG Ö«˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘Jƒ˘˘˘˘˘d Ωɢ˘˘˘Mô˘˘˘˘J Úª˘˘˘˘MGô˘˘˘˘dGh »˘˘˘˘ª˘˘˘˘Mô˘˘˘˘J ∑ɢ˘˘˘æ˘˘˘˘˘Z’
ƒ˘˘˘Ñ˘˘˘«˘˘˘°üf »˘˘˘æ˘˘˘cɢ˘˘°ùd ∑ɢ˘˘¡˘˘˘Ñ˘˘˘a »˘˘˘˘©˘˘˘˘£˘˘˘˘≤˘˘˘˘J ’ ΩGô˘˘˘˘¨˘˘˘˘dɢ˘˘˘˘a ɢ˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘LGh »˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘Y ΩR’ ∂à˘˘˘˘˘Yɢ˘˘˘˘W
nrrrnnnrorronpJilali Mthired36
Qui de ses mille péchés livre son amant
Le brade à un cours d’avilissement !
Mon cœur n’a cessé de battre que pour toi,
Le tien est de roche la plus dure qui soit !
Que de pleurs n’ai-je versé le corps aux abois !
Mais comment as-tu pu ainsi te transformer,
Pour désavouer sans raison ton bien-aimé !
Tu en compatiras et sois en bien certaine !
Point de salut pour qui à ce point est obscène !
A la fin tu pâtiras de tes faits et gestes !
Ressaisis-toi donc, ne sois pas distraite !
Respecte qui t’estime, largue tes rancunes !
Ton Roméo ne mérite telle infortune !
Arme-toi donc o ma belle de bon sens,
Il t’épargnera des poètes la médisance !
De toutes les belles tu es la plus belle,
Reviendra le fuyard, quel que soit son zèle !
Réponds-moi donc si tu lis mon poème,
Cœur d’amant peut il nier qui l’aime ?
Si j’ai failli pardonne moi ma belle dame !
Je m’adresse à toi transi et le feu dans l’âme !
Ta bonté légendaire s’est elle tarie ?
Retrouverai-je avec toi nos jours fleuris ?
Qui se montre ingrat est dit-on un proscrit !
Et même si tu me vendais comme une bête,
Au grand jamais je ne t’en voudrai ma Juliette !
Ta passion emplit et régénère mon cœur,
Mais ton amour s’est tari après la saveur !
Ah si les beaux jours pouvaient revenir,
Ta bonté emplirait nos jours de plaisirs !
En ta compagnie je savoure tes splendeurs,
Humant des jours heureux les si douces saveurs.
Pense à moi rejoins-moi dans l’éveil ou le rêve.
Que belle se fâche, sa clémence s’élève !
Abdeljalil te rend ses hommages épiques,
Docile...mais le perfide aura sa réplique !
Mais ma belle, le mensonge est bien une tare,
Je t'en supplie,adoucis mes feux expiatoires !OÎe ‹Ó«÷G ï«°ûdG 37
»Hhô©dG
¢ù«˘˘˘˘∏˘˘˘˘a ¢ù«˘˘˘˘î˘˘˘˘H Ωƒ˘˘˘˘°ùH ɢ˘˘˘£ÿG ™˘˘˘˘«˘˘˘˘H ƒ˘˘˘˘˘YÉH ’R ∞˘˘˘˘˘dɢ˘˘˘˘H hô˘˘˘˘˘Wɢ˘˘˘˘N Ö«˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘MG ´É˘˘˘˘˘˘H ø˘˘˘˘˘˘e
¢ù«˘˘Ñ˘˘j Oƒ˘˘ª˘˘˘∏˘˘˘L ô˘˘˘é◊G ɢ˘˘ª˘˘˘c ∂Ñ˘˘˘∏˘˘˘b âfGh ’h ɢ˘˘˘˘˘˘e ∂eGô˘˘˘˘˘˘˘Z ≈˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘Y »˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘b ɢ˘˘˘˘˘˘fGh
¢ù«‰h ∫ó©f ∂à©«∏H ÊÉμÑe Éj
ôYGƒædG
ɢ˘˘˘jƒ˘˘˘˘˘f Ò¨˘˘˘˘˘H …󢢢˘˘gɢ˘˘˘˘Y »˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘Ø˘˘˘˘˘dɢ˘˘˘˘N ɢ˘˘˘˘à˘˘˘˘˘M ∑G󢢢˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Lh ∂fɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°ùM π˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘b ¢TG
ɢ˘˘«˘˘˘f ’h ¥ó˘˘˘°U ¬˘˘˘«˘˘˘aƒ˘˘˘d ’G ø˘˘˘˘e ɢ˘˘˘é˘˘˘˘æ˘˘˘˘j ɢ˘˘˘e ∑ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘≤˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘j ∂dɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘a í˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘b ô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°T
π˘˘˘«˘˘˘¡˘˘˘°S ¿ƒ˘˘˘μ˘˘˘˘J ’ ∑ɢ˘˘˘é˘˘˘˘æ˘˘˘˘d ∂°ùØ˘˘˘˘f …OQ ∑ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Z Qƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘£˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°ùe ⫢˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘gɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘f ‘
¢ùeÉîdG º°ù≤dG
ƒ˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘«˘˘˘˘b QGƒ˘˘˘˘g ≈˘˘˘˘∏˘˘˘˘Y ∑ɢ˘˘˘˘°Uh ∂Ñ˘˘˘˘˘M ¢ù«˘˘˘˘˘b ΩÓŸG Ωƒ˘˘˘˘˘˘b »˘˘˘˘˘˘¨˘˘˘˘˘˘dh ∂Yɢ˘˘˘˘˘W ø˘˘˘˘˘˘˘e ™˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘W
ƒ˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘«˘˘˘˘¡˘˘˘˘j ɢ˘˘˘æ˘˘˘˘Z’ π˘˘˘˘bɢ˘˘˘©˘˘˘˘dG ñɢ˘˘˘«˘˘˘˘°ûdG Qɢ˘˘˘˘Y ΩGõ˘˘˘˘M ΩQGƒ˘˘˘˘©˘˘˘˘dG êɢ˘˘˘J ɢ˘˘˘j …Oɢ˘˘˘°T π˘˘˘˘˘°Uƒ˘˘˘˘˘dG
ƒ˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘é˘˘˘˘˘j ɢ˘˘˘˘Ø÷G ø˘˘˘˘˘e 󢢢˘˘H’ §˘˘˘˘˘dɢ˘˘˘˘Z π˘˘˘˘˘c Ωɢ˘˘e󢢢dG ∂«˘˘˘˘d ⫢˘˘˘YQ ≥˘˘˘˘M ¢ùfGƒ˘˘˘˘©˘˘˘˘dG ÚH
ƒ˘˘˘Ñ˘˘˘«˘˘˘∏˘˘˘W ≈˘˘˘∏˘˘˘˘Y ɢ˘˘˘Ø˘˘˘˘°U ܃˘˘˘˘ÑÙG Ö∏˘˘˘˘b ¢TGh ΩÓ˘˘˘°ùH ¬˘˘˘«˘˘˘Hhɢ˘˘L …Qƒ˘˘˘£˘˘˘˘°ùe »˘˘˘˘à˘˘˘˘jô˘˘˘˘b Ó˘˘˘˘j
»Hhô©dG
»˘˘˘˘˘˘˘eGô˘˘˘˘˘˘˘˘Z ¥ƒ˘˘˘˘˘˘˘˘°T ø˘˘˘˘˘˘˘˘e âjhO ɢ˘˘˘˘˘˘˘fG Ó˘˘˘˘˘˘˘˘jh º˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘j í˘˘˘˘˘˘ª˘˘˘˘˘˘°ùdG ⫢˘˘˘˘˘Jh Ó˘˘˘˘˘˘j »˘˘˘˘˘˘J’ƒ˘˘˘˘˘˘˘eG
»˘˘˘eɢ˘˘˘j ∑ɢ˘˘˘©˘˘˘˘e âfɢ˘˘˘c ∞˘˘˘˘«˘˘˘˘c ™˘˘˘˘Lô˘˘˘˘J π˘˘˘˘g º˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘f Ωƒ˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘©ŸG ∑ÒN ¢TGh »˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘j󢢢˘˘˘«˘˘˘˘˘˘Y
»eGôM ¢SÉædG âdÉb ÒÿG QÉμf
ôYGƒædG
Ó˘˘˘Ñ˘˘˘Y âØ˘˘˘«˘˘˘∏˘˘˘˘N ɢ˘˘˘j ÒN ∂∏˘˘˘˘j󢢢˘Ø˘˘˘˘f ɢ˘˘˘°ûM Oɢ˘˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°ûdɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘Y »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘J ƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘d
Ó˘˘˘M 󢢢©˘˘˘H ø˘˘˘˘e ∫’O ƒ˘˘˘˘Hɢ˘˘˘j ™˘˘˘˘£˘˘˘˘≤˘˘˘˘f ƒ˘˘˘˘dɢ˘˘˘e OG󢢢˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘L ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘H ∂≤˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°ûY ¿É˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘c
Ó˘˘˘ª˘˘˘˘ë˘˘˘˘H Ωƒ˘˘˘˘j π˘˘˘˘c ¢†«˘˘˘˘Ø˘˘˘˘jh hÒN ™˘˘˘˘a󢢢˘H Oƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘j âjɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ø˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG √Gô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘J ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘j
¢SOÉ°ùdG º°ù≤dG
ƒ˘˘˘Ñ˘˘˘«˘˘˘∏˘˘˘L ɢ˘˘°Vô˘˘˘dG º˘˘˘˘«˘˘˘˘°ùf ´ƒ˘˘˘˘°†j Ωƒ˘˘˘˘j π˘˘˘˘c Ωɢ˘˘˘à˘˘˘˘dG ∂fɢ˘˘˘°ùM »˘˘˘˘æ˘˘˘˘«˘˘˘˘à˘˘˘˘Ø˘˘˘˘˘dGh GQɢ˘˘˘˘jõ˘˘˘˘˘dɢ˘˘˘˘H
ƒ˘˘˘Ñ˘˘˘«˘˘˘°†Z ø˘˘˘e í˘˘˘˘jô˘˘˘˘j ¿É˘˘˘˘°ù◊G Ö°†Z ¿É˘˘˘˘c Ωɢ˘˘˘æŸGh ɢ˘˘˘°†≤˘˘˘˘«˘˘˘˘dɢ˘˘˘a »˘˘˘˘æ˘˘˘˘jQhR »˘˘˘˘æ˘˘˘˘j󢢢˘cɢ˘˘˘˘a
ƒ˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘°ùM ɢ˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘HQ QOɢ˘˘˘˘¨˘˘˘˘˘dGh ɢ˘˘˘˘Yɢ˘˘˘˘˘W ∂«˘˘˘˘˘˘d Ωɢ˘˘˘e󢢢˘dG ≥˘˘˘˘M ∂∏˘˘˘˘«˘˘˘˘YGô˘˘˘˘j π˘˘˘˘«˘˘˘˘∏÷G 󢢢˘Ñ˘˘˘˘Y
ƒ˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘d …Oô˘˘˘˘˘˘˘H ∂eGô˘˘˘˘˘˘˘Z ∑ƒ˘˘˘˘˘˘˘∏‡ ∫ɢ˘˘˘˘˘˘b ΩGô˘˘˘˘˘M ÖgGóŸÉ˘˘˘˘˘a »˘˘˘˘˘˘J’ƒ˘˘˘˘˘˘eG Üh󢢢˘˘˘μ˘˘˘˘˘˘dGh
rpCrCCCCnrCorpprrCnpM’Hamed Mghari38
M’Hamed Mghari
Contemporain du sultan Moulay Ismail (1672 – 1727)
Le cerbère de Radia
Harraz Radia
Pourquoi ton cerbère, o ma belle Radia,
Est-il si rusé ? ..Mais vite, il s’embrouilla !
Mon cœur est transi et brûlé par ton amour !
La passion attise les braises de son four,
Le calme et la joie désertent mon rivage,
Mon cœur, o ma belle, brûle de rage !
De mes yeux les larmes ne cessent de couler
Depuis le jour où ta lueur s’est envolée !
Je cache ma peine, je tais ma souffrance,
Et j’endure en silence ma potence !
Esseulé, je me lamente sur mon sort !
Transis et brulés sont mon âme et mon corps !
De quelles ruses userai-je pour l’avoir,
Ce cerbère qui a ravi de mon regard,
Ma belle, ma fée, ma splendeur et mon phare !
Il l’a cloîtrée ! Personne ne peut la voir !
Il ne la quitte plus me laissant dans cet enfer !…QɨŸG óªfiG 39
…QɨŸG óªfiG
(Ω1672-1727 π«Yɪ°SG …’ƒe ¿É£∏°ùdG ô°UÉ©e)
á«°VGQ RGôM
áHô◊G
RG󢢢˘˘˘˘fG ø˘˘˘˘˘˘˘c’ ∫ɢ˘˘˘˘˘˘«◊G ¿É˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘H …Qɢ˘˘˘˘˘˘˘b ɢ˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘°VGQ ∫Gõ˘˘˘˘˘˘˘˘˘¨˘˘˘˘˘˘˘˘˘d ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘j ∑RGô˘˘˘˘˘˘˘˘˘M ∫ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘e
∫h’G º°ù≤dG
Rɢ˘˘˘˘ë˘˘˘˘˘fG Ö∏˘˘˘˘˘≤˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘d ΩGô˘˘˘˘˘¨˘˘˘˘˘dG ™˘˘˘˘˘e ¥ƒ˘˘˘˘˘˘°ûdGh ɢ˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘fɢ˘˘˘˘˘˘˘a ∑Gƒ˘˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘˘˘H »˘˘˘˘˘˘˘˘˘JGO ‹Gõ˘˘˘˘˘˘˘˘˘Z ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘j
Rɢ˘˘˘é˘˘˘˘YG󢢢˘μ˘˘˘˘æ˘˘˘˘dɢ˘˘˘H ΩGô˘˘˘˘Mƒ˘˘˘˘H ɢ˘˘˘˘j »˘˘˘˘˘eGô˘˘˘˘˘eh ɢ˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘dɢ˘˘˘˘˘˘˘°ùeG ’h ᢢ˘˘˘˘˘˘MGQ Ö£˘˘˘˘˘˘˘˘˘°ùf ¢ù«˘˘˘˘˘˘˘˘˘d
RGô˘˘˘˘˘MG ô˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘≤˘˘˘˘˘dɢ˘˘˘˘H ∑ɢ˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘HG ɢ˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘Y Ωƒ˘˘˘˘˘˘j ɢ˘˘˘jhɢ˘˘˘g ™˘˘˘˘e󢢢˘dɢ˘˘˘H ∑󢢢˘μ˘˘˘˘a ø˘˘˘˘e »˘˘˘˘∏˘˘˘˘LGƒ˘˘˘˘fG
ÊÉãdG º°ù≤dG
…Qɢ˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°UG Qɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘ª˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘LG ø˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Y âjƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Wh …QGô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°Sh »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Mô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘c âª˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘à˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘cG
RGô◊G ™˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘e π˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘ª˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°TG ∫ƒ‚h …󢢢˘˘˘˘Mh º˘˘˘˘˘˘˘ª˘˘˘˘˘˘˘î˘˘˘˘˘˘˘fɢ˘˘˘˘˘˘c ⫢˘˘˘˘˘˘≤˘˘˘˘˘˘˘˘Hh
ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘dG âcƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘J »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Y Rô˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘M √ɢ˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘e »˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘Ø˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘J Ó˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘M ø˘˘˘˘˘˘e ¢TGh
ÒZ ¿ƒ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘YG ø˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Y ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘¡˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Ñ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘é˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Mh ɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘«˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘ª˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°ùdG âæ˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘jR ‹Ó˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘ª˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°T
¥hô˘˘˘˘˘˘˘©˘˘˘˘˘˘˘dG Ö∏˘˘˘˘˘˘˘≤˘˘˘˘˘˘˘˘d ±É˘˘˘˘˘˘˘˘°†dG ø˘˘˘˘˘˘˘˘e »˘˘˘˘˘˘˘˘μ˘˘˘˘˘˘˘˘°ûf »˘˘˘˘˘˘˘˘æ˘˘˘˘˘˘˘˘cô˘˘˘˘˘˘˘˘Jh ΩGh󢢢˘˘˘˘˘˘dG ≈˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Y »˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘°Vɢ˘˘˘˘˘˘˘˘˘M ¢ù∏˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘Lh
CM’Hamed Mghari40
A ma vue, on s’interroge sur ma misère :
Est-il épris d’amour, est-il un dément ?
Seuls compatissent à mon sort les amants !
Qui n’a point vécu les affres de ma détresse
Ne peut saisir du cerbère la bassesse !
D’acier est fait son cœur ! Il ne compatit guère !
Mais… Je l’aurai par mes ruses à ma manière,
Car j’ai plus d’un tour dans ma gibecière !
Je l'aurai en fin de compte ce cerbère !
"Creuse-toi donc la cervelle ! me dis-je,
Tu auras ce cerbère et feras des prodiges !
Tu retrouveras bien ton bonheur, c'est sûr !"
Point de couture qui guérisse ma blessure !
Je retrouverai ma belle, elle sera aux anges,
Délacée en mon site de beauté étrange !
J’ai pensé o ma belle des ruse à dessein,
Et me présentai à lui déguisé en saint,
Un rosaire décrépi à la main droite,
Dans l’autre une canne de couleur agate.
En marchant, je louai les bienfaits du Seigneur,
Et mes yeux dégageaient d’intenses lueurs !
Mon visage brillait de lumière magique !
Je portai une veste d’un vert magnifique !
Tous reconnaissaient en moi le saint authentique,
Par Dieu doté d’une puissance angélique !
Dès qu’arrivé aux portes de sa demeure,
Je le perçus affaissé comme un lion boudeur !
Son visage portait des signes de rancœur.
Le saluant, il me dit avec vigueur :
– "Que me veux-tu ?". Aussitôt je lui lance :
– "Ne veux-tu pas profiter de mes connaissances ?
Je prierai pour ton bonheur et ta quiétude,…QɨŸG óªfiG 41
ƒdÉe óg ∫ƒ≤jÉJ ‹É«NG ±É°T øe πc
hõg iƒ¡d hG Ühó›
‹ÉM ƒaôY ΩGô¨d πgh
RGô◊G ÚH ±ôY ’h ÜôL Ée …ódG ÒZ øe
‹ÉM øe ≥Ø°T Ée iƒØ°U ƒÑ∏b ºgÉØdG Éj º¡ah
ƒYóîfG ∫É«ÿÉH øc’
∫ƒ≤©dG ≈¡ØJ É¡«a ∞°UÉæe »°T …óæY
óg Ö∏¨J ¢TÉH ºªN »°SGQG â∏b
âMGôHG RƒØJh íLôJ ¬H RGô◊G
É«°SÉf ∑GƒgG ∫ÉM ’ øe π≤©dG
RGôZG ¬«aôJ ø¶f Ée ÉgGƒgG ìôL
É«°VGQ Oƒ©Jh ‹Gõ¨H ôضfG
RGÈJ ‹ÉÑc RÈe •É°ùÑa
É«dÉ°ûŸG π¡d ≈ØîJ Ée »Ø°UÉæeG
RGô◊ …ƒ¨f ¢TÉH ∫É«◊G ™jÉæ°Uh
ådÉãdG º°ù≤dG
‹É«MG øjõdÉj äóLh
‹Gh âØ«°üa ƒd â«°ûeh
QÉØ°UG ƒ∏LÓd í«Ñ°ùJ …ój ‘ äQO ∑GócG
ôμ°ûdGh óª◊ÉH ìô°ùeG ¿É°ù∏dh ∫ɪ°TG RÉμYG
Ö«é©dG QƒædÉH ™£°ùj ¬LƒdGh äGôªL ‹É‚h
Gô°†N iƒ°ùc ¢ùH’
√É£YG »æ¨d É≤M ‹Gh ∫ƒ≤j ƒ≤j ÊógÉ°T Ée πc
ƒª°Sƒe ÜÉÑdG â∏°UhG Úë∏a
ΩÓ°ùdÉH â««MÉ“ ΩGhódG ≈∏Y ¢SƒÑYG ¿ÉÑ°†Z å«d øc ¢ùdÉL âÑ°üf
,óæY »JOô°TG ‹ ∫ÉbG Ú◊Éa ≥£f
ójGƒa »°T »æe …óJ ∑Éj ¿O’ÉH ∂à«L ƒ∏à∏b âjhOh
O’ƒdGh ÉcÈdGh ,ΰùdGh ô°ùdÉH ∂d »Yóf É°û◊G âMôc øe Éfh
CCCCM’Hamed Mghari42
Pour ta progéniture et ta béatitude !
Ressaisis-toi et adhère à mon discours,
Invite-moi à entrer chez toi sans détour,
Et sois donc bien généreux à mon égard,
Ne me déçois pas, n'anéantis pas mon espoir.."
– "Si vraiment tu détiens des saints le profil,
Ne compte que sur le Seigneur, me dit-il !
Les hommes ne te seront d’aucun apport,
Cherche l’imbécile qui a perdu le nord !
Allez ! Du vent ! Éloigne-toi de mon regard !
Tes allégations ne sont que des bobards !
Implore le Seigneur ! Tu auras moins de poisse !
Le monde est si grand, trouve-toi un espace !
Méfie-toi des hommes et tu seras indemne,
Mais gave-toi donc de plantes et de graines !"
Renvoyé je suis ! Infinie est ma peine !
Pourquoi ton cerbère, o ma belle Radia,
Est-il si rusé ?..Mais vite, il s’embrouilla !
Réflexion faite, c’était bien une crapule !
Dès lors, et comme jamais je ne capitule,
Je lui revins déguisé en riche marchand !
Si bien vêtu, attraits tranchants et alléchants,
Que tout l’or de Chine d’Inde et du Yémen,
D’Irak, des Grandes Villes, de contrées lointaines,
Ne pourraient jamais payer pareils micmacs !
Les mulets pliaient sous le poids de très grands sacs,
Emplis de métaux précieux, argent, topazes,
De perles et d’émeraudes qui vous embrasent,
De diamants et de coraux à vous pourfendre !
Aucun riche de ce monde ne peut prétendre…QɨŸG óªfiG 43
ÉYÉ£dG ¢û«YG
»HQ »àØ©°S Ój
Êô¡æJ ’ ∫É¡°S »∏H »æeôch ÊOh GQGó∏d »æ∏NO Ωõ©dÉH É«ZO
º°ü©à°SG OÉÑ©dG ¥RGôHG ¬∏dG ‹Gh í«ë°UG »àæc ¤G ‹ ∫Ébh ihOh
hó°üb ’ óÑ©dGh
ƒ°Tó≤JG Òª°†dG â∏≤HG ±ƒ°UƒŸG ±ƒ°T ΩÉæj ’ øe ó°übh
É«°TGQ QhõdG Oƒ≤©H »YGód Éj ∞bƒJ ’ ÉØ∏ÿÉa ójRh »Øc
É«°VÉØdG É©≤ÑdG QÉàNG ¢VQ’G øe RGõ©J É°ù©a Òãc »HQ óÑYG
.É«°†dGh êGódÉa ܃°û©∏H äÉ≤°ùJh RÉØ– ΩOÉæHG øY ∂°ùØf õØMh
QGõ≤J »Ñ∏b OGR √ɨdh ÊOôWh
™HGôdG º°ù≤dG
.ôLÉJ âØ«°üa ƒd â©LQh .ôLÉa ƒàHÉ°U ¬«a ⪪N
.øÁG ¥Gô©dGh óægG óæ°ùdG øe QÉéàdG äÉLƒd
.»Jƒ°ùcG º¡≤M øjõNG ∫Ée ¢ü∏N ’ Qƒ°TódGh …OÉÑdG øjGóŸG ∑Góch
.¿ÉªgôHG äƒ≤«dGh ÈàdGh É°†ØdG äÉfõNG óaGQ ∫ɨHh
.OôeõdGh OÉLôHõdGh ¿Éª«°†dGh .¿ÉLôeh ƒdƒdGh
.™«aôdG ¿Éª÷Gh
.∫GƒŸG ÜÉë°UG óæY ∫Ée Ωƒ°S ∑QGój Ée ôgƒ÷Gh
.∫ÉãeG É«fódG Éaƒd’h
DDCCECM’Hamed Mghari44
Avoir un trésor de pareille texture !
Et que de splendides étoffes de soie pure !
Que de coupons de brocart aux dessins variés !
Et que d’esclaves flamboyants et altiers !
Aussitôt arrivé devant le cerbère,
Il me demanda ce que j’étais venu faire.
– "Je suis marchand originaire de Juba*,
J’arrive et je ne connais personne ici-bas,
Je n’ai pu m’orienter dans ce labyrinthe,
Je suis étranger envahi par la crainte,
Et je souhaite que tu m’offres le gîte
Et que de ton savoir-faire je profite !
Tu seras mon associé, j’ai tout ce qu’il faut."
– "Depuis toujours on m’a conseillé sans défaut
Mille débiteurs plutôt qu’un associé !
Ont bien dit les hommes de sagesse imprégnés !
Et je n’ai que faire de ton association !
Elle porte la poisse, cherche un autre pion !
Tu trouveras bien quelque indigent qui acquiesce ,
Quant à moi, j’ai suffisamment de richesses !
L’association ne sied guère à mon caractère,
Faire du commerce ce n’est pas mon affaire !
Mais va donc demander conseil aux négociants,
Ils t’indiqueront l’endroit le plus attrayant !
Ils t’éclaireront sur l’offre et la demande,
Dans les souks du sultan la fièvre est si grande !
Tu pourras y commercer sans aucune peur,
Tu n’y trouveras ni malfaiteurs ni pilleurs !
Allez ! Allez ! Du vent ! Je ne veux plus t’entendre
Va-t’en avant que je ne te réduise en cendres !
Je revins vers lui les yeux de larmes débordants,
Mais déguisé cette fois en un pauvre mendiant,
* Ville du sud Soudan.…QɨŸG óªfiG 45
‘É°üdG ôjô◊G øe É©«aQG äÉ°ûªbh
ôHƒŸG ¢ù°SÉ≤Jh .‘É°Uƒa ∂d ∞«°üf ’É°T
Éjó¡dG ¿OÉ©eG â∏Ñc â∏°UhG Ú◊Éa .Gƒ°†¡ÑjG ó«Ñ©dGh ±Éæ°üd ≈∏Y
âjóHG ΩÓ°ùdÉH ƒà∏°Uh ɪ¡e
»à«¨Ñ°T ‹ ∫Ébh ihOh
OÓÑdG óg ‘ º°û¨àe â«L *ÉHƒL …OÓHh ƒ∏à∏b ôLÉJ
ÜQÉ°ùŸÉa Ò°ùfG Úa ±ô©f Ée
∑óæY ∫õæf äOQ ÖjôZG â«ë°Vh
∂cô°ûfG äÉ«°û∏aGh …ó«H óNÉJ GQÉéàdG âdÉëaG
¿ÉeRG øe ÉjÉ°UhG ‘ ‹ ∫Ébh ihOh .∂∏°†a ∫Ée ∂jô°TÉfh
É«ª◊G ºZGô°V QÉÑ◊ âdÉb ∂jô°T’h ¿Éjóe ∞dG
∂cô°ûjG ÜÉÑ°ùdÉa êÉàfi ‹G ±ƒ°T ÉgójôfÉe É«ÑZR .É«H ≥«∏J Ée Écô°ûdGh
≥«£f Ée »æ«ØμJ …óæY ∫Gƒe Éfh
.∫õæJ øjÉa ∑ƒ¡≤ØjG QÉéàdG ∫É°S Ò°S âfh iƒ≤f Ée iô°ûdGh ™«ÑdG ∫É◊Gh
É«dÉZh É°SƒîÑe ∑hÈîj ɪg
É«fÉg ™«ªLG ¥Gƒ°ùd …ô°Th ™«H RÉZôH øªc √GQ ¿É£∏°ùdG ¥Gƒ°ùa
Rɪg ’ ∂∏°UƒjG ÜÉ¡f »°TÉZ’
RÉ````cƒJ π```Ñb »```æe ó``©H É«LÉëe ɨ°üf Ée …ƒW ∫É≤ŸGh
¢ùeÉÿG º°ù≤dG
πjÉ°S âØ«°üa ƒd â©LQh .πjÉ°S »©e óHƒd â«dh
É«∏Y GôgÉX ô≤Ød âdÉM ô£°†e Qƒ¡≤e
.¿GOƒ°ùdG ܃æL »a áæjóe *
EEEEM’Hamed Mghari46
Dans un état de nécessité absolue,
De tous les bienfaits de dame nature exclu.
Les cœurs les plus durs me compatiraient,
Les âmes les plus viles seraient effarées !
Mes vertèbres au moindre coup de vent se voyaient,
Sur mes joues des torrents de larmes s’écoulaient !
L’air chétif, les pieds nus, l’estomac creux,
J’étais vêtu de haillons, mon teint était bleu !
Ah ! Mais dans quel état me suis-je présenté !
J’avais tout l’air du mendiant désenchanté,
Par tous délaissé et de compassion exclu .
L’apercevant je lui adressais mon salut,
Aussitôt, il me répondit : "Que me veux-tu ?"
– "Offre-moi le gîte, homme de vertu !
Mais pour l’amour de Dieu ne me déçois pas !
Tous les gens t’apprécient, tu leur ai sympa.
Mais veux-tu bien m’inviter à entrer chez toi,
Et épargner à mon corps tout ce désarroi !
Si tu savais depuis quand je n’ai pas mangé !
Ne me laisse pas dans cet état ravagé !"
– "Va t-en ! Les portes de Dieu sont grandes ouvertes !
Cherche ailleurs ! A la place du marché certes !
Tu es bien portant et de bonne stature,
Arrête de quémander, triste créature !
Retrousse tes manches, mets-toi au travail !
Loue une chambre et tu auras un bercail !
Pleure intensément sur ton triste sort !"
Je restais bouche-bée malgré tant d’efforts !
Toutes mes ruses sont donc tombées à l’eau,
Le corps transi, je m’en remets au Très Haut.
Je suis si consterné, je ne vois plus d’issue,
Toutes les portes sont closes, je suis déçu.…QɨŸG óªfiG 47
ø– ’h ≥Ø°ûJ Ée …ódG ܃∏≤a ™£≤f
º«°ùfG ÖgÉe âbh .±hô©e ’h .Éæ°ùM ôjóJ ’ ∞£©J ’ h
ΰùàj ɪ∏c ∑Góch .ÉjÉ°†YG ¿ÉÑJÉc íjôdG
.ÉØ◊Gh ∞©°†dGh . π°SΰùJ OhóNÉa ´ƒeOh
.’ÉM ‘ ƒd äô°S ¿ƒdG QGôØ°UGh iô©dGh ´ƒ÷ÉH »HGóYh
.ó«æ°SG ≈àM ƒd’h ¥GôØdG Ö°TÉ°ûæH …ƒ£ŸG Ò≤ØdG âdÉM ‘
.ƒàjóH ΩÓ°ùdÉH ¬«∏Y â∏Ñc ɪ¡e .ójôaG ÉHô¨dG ó©H É≤Hh
.Ò≤a Éj »à«¨H ¢TG ‹ ∫Ébh ihOh
.∂fÉμŸ ƒ∏à∏b ¬∏dG ∞«°V ∂d ÖdÉW
.Oƒ÷G Òe âfh .π°†ØdG ¢ùjGQÉj …ó°üb Ö«îJ ’ ¬∏d
.É«H ójR ∑É°VôH ∂eÉ≤Ÿ ɪàM .¢SÉædG ÒîH ∂«∏Y øe Éj
.»JGO ìhQ äƒ≤dÉH ≥àYh
.ÒîHG âfh ɪ©ædG â«∏c Ée ∫Éë°TG âjQ ƒd
.»æ∏îÑJ ’ OƒL ¬∏d ∑óæ©d â«L
.‹ ∫Éb ihOh
.ΩóîJ øjÉa ±ƒ°T íàØjG ¬∏dG ìhQ
.ÉeÉ≤dG ‘Gh í«ë°UG âfG ∑GQ ∞bƒª∏d ójRh »Øc
.äÉÑJG …ôc ΩóîJ ΩRÉY Ò°S ¬∏dG ´Éàeh ÉjÉ©°ùdG øe Gõj
.∑OÉfRG ≈∏Y »μHh ∂Ñ∏b óbQh
.É«∏Y ÜGƒ÷G ¿ÉÑ«H ≥∏Zh
.É«cÉ°T ¬∏d »JGóHG â©ŒQ h Qƒ°ùfl ‹ É°ûe â∏ªY Ée ™«ªLh
.QÉ›G ∂∏°ù∏d äóLh ’h â∏góf
.É«MÉf πc ‘ ∂∏°ùŸ »æY ¥É°V
BEM’Hamed Mghari48
Ma verve et mon inspiration se sont taries !
Dieu ! Faites que par le malheur il soit meurtri !
Bastonnade est le sort des hommes aguerris !
Plus décidé que jamais je revins à lui,
Déguisé en esclave noir qui séduit,
Travailleur bien élevé, épanoui,
La peau plus noire que le noir de la nuit.
Perles blanches alignées est ma dentition !
Et grande facilité dans l’élocution !
Je maîtrise le gnaoui à la perfection,
Dans sept langues je tiens la conversation.
Allure preste, agile mais grand gaillard,
Bref, garde noire défilant dans le méchouar.
Je m’avance vers lui et sa main lui baise,
Je recule d’un pas pour le mettre à l’aise.
– "Cher cousin ! Qu’êtes-vous venu faire ici ?"
– "Mes maîtres ont trépassés, et seul me voici !
Je viens à toi, o grand et bienveillant seigneur,
Tu sais ma valeur, je serai ton serviteur,
Docile et obéissant à tous tes ordres,
Je m’exécuterai sans jamais démordre
Et je te rendrai la vie bien plus facile,
Il est rare de trouver pareil profil !
Intelligent, éveillé, honnête et habile !"
– "Comment t’appelle-tu donc ?" me lança t-il.
Je lui réponds que je m’appelle Messaoud.
– "Bienheureux qui ne rencontre pas sur sa route,
L’ombre de ton visage noir qui déroute !
Si vraiment tu es ce que ton nom répercute,
Ne serait pas vidée la maison de tes maîtres !
N’a-t-on dit que maison où règne bien-être
Et baraka, point de M’barek ou de M’barka !…QɨŸG óªfiG 49
.É«gGO ¬«£©j »æ¨∏dG ¬H â«μ°TG RGôZG º¶ædÉH ∫É«◊G …Q É«∏Yh
RGô¡j ÖLGh ≥«Ø°T Ö∏b ’ øe
¢SOÉ°ùdG º°ù≤dG
.ÊÉK Ωõ©∏H ƒd â«dh
.ÊGOƒ°S ôªà°ûe óÑYÉc
.∫ÉëcG ƒfƒd ʃd øe ÉLódGh .∞«£dh ÜOÉàe ÉÑ°üdG âdÉM øe
.ôWÉ°T π≤©d QGQOG øe …QɨJ ±ƒØ°Uh
.í°üØeG ΩÓμdGh Qó¡f
Éjhôe É¡≤≤M ≈∏Y ¿ƒ°ùdG ™Ñ°S …Qóf ±Éæ°üd πYÉjhÉæμdGh ¿hRƒeG ø◊ ÉZƒd πμH …hóf
.Üôfih »°ûŸÉa ∞«ØNh
.¬jójG â∏ÑbG ¬d äOR ∂∏ŸG ΩGób …QhÉ°ûe »æ©f
.πª©J »à«L ¢TG ¤ÉÿG ódh Éj .‹ ∫Ébh ihOh »Ø∏îHG â©LQG
.ÖjôZG â«ë°Vh ƒ∏≤àf ÉÁGó∏d .…OÉ«°S ƒ∏à∏b âjhOG
.GÒÑcG QGO ódh Ωƒ∏©e âfh ∑óæY â«L
.∞«°UhG ∂d ÉfG »àª«b ±ô©J
.∂eóîfG äÉ«°ûdG ™«ªéa .∑ôeG ∞dÉîf Ée ܃°ùμe iô°TG Ò¨HG ™jÉW
.hÈŒ ó«Ñ©dÉa äÉ¡«g »°VƒY Gó«©ÑdG Üô≤fh
.ÉbGóMh ÉaƒdGh ¥ó°üdGh ÉbÉ«ah π≤©dG âMÉLôH
¿ƒμà°T º°S’Éa ‹ ∫Éb ihOh
.ΩGób ∂JQƒ°U ∫É«NG ±É°T ’ øe ‹ ∫Éb Oƒ©°ùeG .Oƒ©°ùe ƒ∏à∏b
.∑OÉ«°SG ΩÉ°SQ äÓN ’ ∫ÉØdG Oƒ©°ùe »à∏b ∞«c ¿Éc ƒd
.êQój ∑QÉÑe ’h É¡«a ÉcôH ’ .ÉcQÉÑe ‹G QGódÉa ∫Éb ∑Éj
ECCCM’Hamed Mghari50
Allez ! Fiche le camp espèce d’indélicat !
Épargne-moi ton ombre noire répugnante !
Tu n’augures rien de bon sinon la tourmente !
Éloigne-toi tout de suite de ma personne !
Allez, allez, ouste ! Du vent ! Je te l’ordonne !"
Il entra spontanément dans sa demeure
Ses traits étaient marqués d’une intense frayeur,
Il fallait voir dans quel état il était !
Et ma splendeur le voyant si tourmenté,
Lui lança : – "Mais que t’est il donc arrivé ?"
– "Un serf à l’allure vous laissant captivé,
S’est présenté à moi dans un état d’errance !"
Ma belle comprit sur le champ la manigance !
Seul son bien aimé pouvait se permettre
D’approcher le vil cerbère, ce traître !
Seul l’oserait son amant brûlant de désir !
Elle se mit donc à se tordre et à gémir,
Dans cette mise en scène elle exagérait !
Et l’odieux cerbère en fut si atterré !
Son cœur est frappé d’une immense rancœur,
Son corps même est saisi d’intenses douleurs.
Qu’il soit possédé par une horde de djinns !
Qu’il soit à jamais frappé jusqu’à sa ruine !
Que son âme soit terrassée et abattue !
Il sortit de chez lui comme un oiseau battu.
Je revins déguisé en savant émérite,
Imprégné par tant de livres et sans limite,
Dans l’age avancé, éclairé et philanthrope,
Physionomie imposante, courtoisie non-stop,
Aisance dans l’expression, lecteur assidu,
Connaissant le Coran tel qu’Il est descendu,
Le déclamant comme le chantaient naguère…QɨŸG óªfiG 51
.»æ£ØNh »°ûŸÉa ´ô°SG
.ÓÿGh óμædÉH Êô°ûH ÊódG ∂dÉa .±ó©eG πëμdG ∂dÉ«îa
.»æjQhG ∂«∏LQ íjÉØ°Uh .ΩRÉY »æY ìhQh »Hôc øe ó©H
.ô°ûÑeG ∑Ó¡dG ógGƒ°ûH πNOh QGO ºØdG iôLh
.âdÉb ÉÑ«Lƒd äÉØ£f Qóμàe ƒàdÉM ∫ÉM ’
.∞«°Uƒd óMGh ÊÉJG É¡d ∫Éb Ú◊Éa .∂d Gôé°T ‹óY ¬∏d
.ËôdG âbÉaG ÉHô¨dÉH »æY ≈μà°Th .¢†¡Ñj ƒdÉ«NG
.RGô◊G πjOôdG ¢ùNÉÑdG QGó÷ π°Uƒj ≥«£j Ée âaôYG
.ÉÑÙGh ¥ƒ°ûdÉH ∞¨°ûŸ É¡≤«°ûYG ’G
.Oô¨Jh ÉμÑdG ÌμJh .»μ°ûJ ÉgÉ°†YG øe ÚæKG äÉë°Vh
.ÓàØdG ÜÉHôdÉa ójõàdGh
.ájOÉc ¿GÒf â∏©°T ƒL É¡eG ‘ π«gOG RGô◊G ¬jôμdG ¢†ZÉÑdGh
.É«JÉY ¿ƒæL ÚH ¬«a ≥MÉà°ùjh RÉëfh ƒÑ∏≤d óμædG É©«ªLh
.É«gGO äÉ≤àd ƒcÓNh ƒMQGƒL RGÈd ºéæj Ée º¡d Égƒμ∏e
RɪgG Ò£dÉc ™jô°SG …ó«°S Éj êôNGh
™HÉ°ùdG º°ù≤dG
.ºLGôJG πc RƒeQ QÉb .ºLÉf ÖdÉW ƒ∏à«dh
.Ö«Wh É°†©dÉa ÚdG Ö«‚ Ö«Ñd …ôgO
܃àμdG º∏Y …QÉbh ¿É°ù∏dG í°üØeh ∑Óÿ
.∫õfG ɪc Gƒ≤ëfG πjõæàdG
ECCCCCM’Hamed Mghari52
Kaloun ** Naffaa** Warch** et El Mekki** mon cher,
Et El Bezzi**, comme l’ont si bien rapporté
L’éloquent Kanboul*, El Basri le réputé.
Je détiens de mon maitre les enseignements
De Eddouri et de Soussi également
Je maitrise si bien Assem , Hafs et Chaaba
El Kissai comme Tmim le rapporta
Je revins donc à lui, o toi qui m’écoutes,
Et comme dit le conteur je fis une joute,
Car je maîtrise parfaitement l’assyrien
Et de Benzakouan je ne néglige rien,
Comme Hicham je déclame les versets,
Car je suis disciple Hamzaoui empressé,
Je connais ses enseignements depuis l’enfance
Tels que les ont rapportés avec éloquence,
Khalaf et l’émérite et ingénieux Khallad
Et c’est ainsi que j’en fis la sérénade
Si nombreux sont les livres que j’ai dévorés !
Avec sagesse et volonté délibérées !
J’excelle dans Hadrami* Aboujaafar*
Je maîtrise Bnou Wardane l’imam phare
Je connais les auteurs de l’ère moderne,
Et combien de sciences récentes je discerne !
La logique la rhétorique et la grammaire,
Je les connais, j’en maîtrise les matières.
Je domine al Mouatta* de l’imam Malik ,
J’ai lu Al Khorchi Zerhouni, c’est féerique !
La maitrise du Message je revendique !
Je connais de Sidi Khlil tous les écrits,
Et le livre des citations d’Al Boukhari*
Je connais la jurisprudence d’Al Mouak
* Auteurs arabes célèbres, ainsi qu'ouvrages incontournables pour tout musulman.
** Voix célèbres ayant magistralement déclamé le coran.…QɨŸG óªfiG 53
¢TQhG ¿ƒfÉb πJôŸGh ™aÉæHG √Gô≤f
.…õÑdG Ö«ÑdG ìÉ°U Éj »μŸÉH hOô°ùf
.º«¡a …ô°üÑdGh Éë«ë°üdG ƒàjGhQG ∫ƒÑæ≤dG í«°üØdG ∂dGóch
.ËóbG ï«°T øe ƒ≤ëfÉc .»°Sƒ°ùdGh …QódGh
.¢üØMG º°UÉY iô°†f
.åjó◊G Gòg »æe ∂dÉ°ùd Éj â«dh º«“ √hGhQ ɪc »FÉ°ù«μdÉH iô≤f π«ÑfG ÉjGhôdÉa ÉÑ©°T ºK
.âjhQG …hGôdG ∫Éb ɪc
.ƒaô©fÉc ¿GƒcR øHh .ÉjÉ¡ædG ≈∏Y »eÉ°ûdÉH iô≤æc
.ΩGhódG ≈∏Y QGƒ°ùd iô≤f ¬H ΩÉ°ûg ≈àM
.ÉÑ°üdG âdÉM øe ƒà¶ØM âæc .ΩGôcÉj …hGõªM ÖdÉW
.ƒàjhQ ∑Góμg OÓN ôgÉŸG Ö«ÑdGh .±ÓN ihQG ∞«c
.ƒàjôbG ÜÉàcG øe ∫Éë°TGh
.GQÉ£°ûdG h π≤©dÉH
.ƒ≤ëfÉc ôØ©LƒHGh
.øHG Ωɪ«d ™e G »eGô°†ÿGh
.Ò¡°ûdG ¿GOQh
.øjõjÉØdG øjô°ü©dG ≈àM
.¿É«ÑdGh »°Sƒæ°ùdGh ≥£æŸG º∏Y …QÉb øjóLGƒdG øjôNG Ωƒ∏Yh
.∂dÉe ÉgGhQ ɪc ÉWƒdGh É«Ød ’h »eô÷G ≈àM ójR
.»fƒgQõdG ∂dGóch »°TôÿG ºgó©H âjôb
.¥GƒŸG ºgó©H π«∏NG ÜÉàc ’É°SôdG ™e …QÉîÑdGh
CCM’Hamed Mghari54
Ainsi que les fameux écrits d’Al Zekkak
J’ai lu les diverses descriptions du Prophète
J’ai lu Zerkani et Attaini les vedettes
J’ai lu Ibnou Hajar aux cent mille latifs,
La Tradition d' Ahmed et ses impératifs,
Et tout cela depuis ma tendre enfance,
O toi qui m'écoute et en saisit le sens, !
Si tu es subtil et doté de connaissances,
Je veux te faire profiter mon très cher,
De l’art de parler et de faire des vers.
Je me suis imprégné de bien de philosophes,
Je peux citer le nom des théosophes,
Je suis fin connaisseur dans l’astrologie,
Je suis un grand maître dans l’art de la magie,
Je suis maître émérite dans la science du feu.
Que de djinns dociles obéissent à mes vœux !
Ainsi blindé je me présentais au cerbère,
M’apercevant il eut un sourire éclair :
L’affaire est dans la poche, me suis-je bien dit,
Son sourire cache bien une tragédie !
Faisant semblant de l’éviter, il vint à moi,
Il gémissait et il était bien aux abois !
– "Mais de quoi vous plaignez-vous mon très cher ?"
Lui dis-je, il répondit sur un ton amer :
– "Pour l’amour de Dieu ! Ne serais-tu pas Fquih ?"
– "Je maîtrise les sciences ! Tu seras conquis !"
– "Par Dieu ! Viens voir ce dont souffre ma poulette !"
Je transcris des chiffres sur une planchette,
Et lui dis : "Sans aucun doute c’est ta belle
Qui est possédée par un démon rebelle !…QɨŸG óªfiG 55
.¥ÉbõdG Ö«éædG ÜÉàch
.»æ«©dG ™e ÊÉbQõdGh πjɪ°ûdG âjôbh
.ÊÉØN Ée ôéM øHh
…ô¨°U øe ɨ∏dG ºgÉaG óªMG OÉæ°ùe ∂dGóc »eÉà«¡dG â©dÉW ÒÑμdG ´ƒªÛGh
.…ôgOh Ö«Ñd âfG Ój
.»eÓμH ∂Jóëf »ZÉH
.ɪμ◊G ÜÉë°U ≈∏Y …QÉb .»eɶfG RôWh »àMÉ£ah
.º«éæàdG º∏Y OÉY âjôbh ɪ°S’G º¡æY âjhQh
.QÉ£°ûdG √ƒØdÉîj Ó°T ∫hó÷G Ωƒ∏©dG º∏©eh º«μMh ôgÉe Ö«ÑdG »æd
.QÉædG º∏Y ÉØNÓH …QÉb
.‹Gƒ≤d É©jÉW ΩGóN …óæY äQÉØYG øe ∫Éë°Th
.º°ùÑJh »æaÉ°T âÑcQ .‹ÉY Ωõ©dÉH ƒd â«°ûeG
.OƒNƒe …óæY Góg â∏b Ú◊Éa
.óîà°ùe ¿Éc øe ⪫°ùÑJ GôgÉX
.…óæ©d …ÉL ”h ƒeÉ°SQ âÑæL
.…OÉæj QÉ«°ùdG âMôc øe
.ÖdÉW âfG ¢TGh ‹ ƒb ¬∏d .Góg Éj ƒ∏à∏b ∂dÉe
.ƒàjôb ÜÉ°ù◊Éa º∏Y øe ɪ∏c ƒ∏à∏b
.ƒàjóM OƒN ójôJ ‹h
.…ó«°S Éj ‹ ∫Éb Ú◊Éa
.ƒ©ªàLG ÜÉ°ù◊Gh ΩÓ≤H ÉMƒ∏dÉa Ωõ©dÉH â£≤f ÉjGóah »àégƒe Òe óμf øe øY ‹ ±ƒ°T ¬∏d
.ÉgOÉ°U ø÷Gh É°Sƒ«≤e ∂àØ«dhG Éμ°T ’ …óg ƒ∏à∏b âjhOh
CCM’Hamed Mghari56
Tu en es la cause, car ce fameux soir
Où tu l’as informée, tes yeux ont vu le noir !
Or ta belle est allergique à cette couleur,
Le djinn l’a frappée causant ainsi son malheur !
Il l’a possédée lui jetant le mauvais sort,
Mais mon cher, ressaisis-toi, n’aie pas de remords !
Fais-la protéger par une amulette,
Tu verras, tu reverras tes jours de fête !
– "Mais pour l’amour de Dieu ! Exorcise-la !
Me lança t-il, entre donc dans ma villa !"
Aussitôt je répondis :– "Que non ! Je ne puis !
Je ne peux franchir le pas de n’importe qui !"
Dès lors, il ôta son turban de sa tête,
Le lança à ses pieds et me fit la courbette,
Il se mit à m’implorer me baisant les pieds !
– "Mais avance donc" lui dis-je d’un ton éraillé !
Le pauvre insensé se laissa ainsi prendre,
Par ses tourments emporté dans ses méandres !
Il était bien frappé de cécité totale,
De son propre chef il choisit la voie fatale
En introduisant son bourreau dans sa demeure,
Ne se doutant guère que j'étais son destructeur !
En pénétrant je découvris ma lumière,
Seule mon absence accentuait sa misère !
– "De quoi souffre t elle, pour l’amour du ciel,
Dites-le moi o Fquih !" Me lança-t il frêle.
– "Cette pauvre fille est terrassée, lui dis-je,
Patiente donc un peu, tu verras mes prodiges !
Tu seras surpris, tu n’en croiras pas tes yeux."
Je me mis à prononcer des mots cafouilleux !
Des mots que personne ne pouvait comprendre,

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.