Bulletin n° 109 en cours

De
Publié par

JUILLET 2011 - N° 118Les Nouvelles de la Grèce et des Grecs à ParisMENSUEL DE LIAISON ET D'INFORMATIONginaire d’Egypte. Elle est arrivée sur l’île au sommation, ainsi qu’une baisse du seuil d’im-19e siècle par les marins grecs de Suez. Capable position sur le revenu. Quelque 86 000 emploisde résister à la sécheresse, cette variété a trouvé dans le secteur public doivent être supprimésEditod’ici 2015.Un autre texte, détaillant les modali-Chères lectrices, chers lecteurs, tés d’application des mesures d’austérité, a étéadopté par 155 voix contre 136. Le PremierNous vous souhaitons de passer d’excel- ministre socialiste Georges Papandréou avaitlentes vacances, et de nous retrouver à la exhorté les députés à remplir un «devoir pa-rentrée pour commencer, détendus et re- triotique» en adoptant les nouvelles mesures.posés, les cours pour les uns, les études ou «Nous devons tout faire pour éviter l’effondre-le travail pour les autres. Notre bulletin ment du pays», a-t-il dit. Source : eitb.comvous parviendra en octobre. Nous vousCartes forestièresremercions de votre soutien et de l’intérêtLa Grèce s’est dotée de ses premières cartesque vous portez à cette publication. Bon-à Santorin la terre idéale pour être cultivée. La forestières depuis sa fondation en 1830, unnes vacances et à bientôt.brume nocturne qui s’étend sur l’île fournit outil censé mettre fin à la construction immo-l’eau nécessaire à la tomate et lui confère ce bilière sauvage qui prospère en Grèce ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 48
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Les lles LNles LesNouvelles de la Grèce et des Grecs à Paris
JUILLET 2011 - N° 118
M E N S U E LD EL I A I S O NE TD ' I N F O R M A T I O N
Edito Chères lectrices, chers lecteurs, Nous vous souhaitons de passer d’excel-lentes vacances,et de nous retrouver à la rentrée pour commencer, détendus et re-posés, les cours pour les uns, les études ou le travail pour les autres. Notre bulletin vous parviendra en octobre. Nous vous remercions de votre soutien et de l’intérêt que vous portez à cette publication. Bon-nes vacances et à bientôt.
Histoire Mariage dans l’antiquité Le mariage légitime entre un citoyen et une fille de citoyen est caractérisé à Athènes par l’engyésis(littéralement « remise en main d’un gage »). C’est une convention orale, mais solen-nelle, entre deux personnes : d’une part le pré-tendant, d’autre part lekyriosde la jeune fille, qui est naturellement son père, si celui-ci est encore vivant. Il y a échange de poignées de main et de quelques phrases rituelles. Des té-moins doivent assister à cet accord pour pou-voir affirmer, le cas échéant, qu’il a bien eu lieu. La future épouse ne prend aucune part ac-tive. Les hommes se mariaient en général vers 30 ans et 14 ans pour une jeune Athénienne. Les filles pouvaient être mariées dès qu’elles étaient pubères, vers douze ou treize ans. Les jeunes gens ne se mariaient jamais avant leur majorité, à dix-huit ans, etattendaient sou-vent bien au-delà de leurs deux annéesd’éphébie, c’est-à-dire de service militaire, qu’ils faisaient de dix-huit à vingt ans. La différence d’âge entre les époux était souvent considérable. La raison première du mariage est d’ordre reli-gieux, et avant tout pour avoir des enfants mâ-les, au moins un, qui perpétuera la race et assu-rera à son père le culte que lui-même a célébré pour ses ancêtres.
Produits régionaux
La tomate de Santorin Les tomates cerises comptent plusieurs varié-tés ; celle de Santorini, cultivée dans l’île de Santorin, est réputée pour son goût. Ceci est essentiellement dû à la qualité de la terre vol-canique de l’île. La tomate de Santorini est ori-
ginaire d’Egypte. Elle est arrivée sur l’île au 19e siècle par les marins grecs de Suez. Capable de résister à la sécheresse, cette variété a trouvé
à Santorin la terre idéale pour être cultivée. La brume nocturne qui s’étend sur l’île fournit l’eau nécessaire à la tomate et lui confère ce goût unique. La culture reste traditionnelle. Le sol n’est pas labouré en profondeur afin de garder son humidité et la récolte se fait à la main, à partir de mi juillet et jusqu’en août. La tomate de Santorin se mange crue, en salade et sous forme concentrée. La production de ces tomates est minime. Un hectare produit 500 kilos de tomate contre 15 tonnes pour une tomate produite industriellement.
Nouvelles de Grèce
Des milliers de morts toucheraient une retraite en Grèce L’Etat grec continue de verser des pensions de retraite à des milliers de personnes pourtant mortes depuis longtemps, a déclaré la ministre grecque du Travail, Louka Katseli, s’est enga-gée à lutter contre la fraude aux prestations sociales, un phénomène qui pèse sur le budget de la Grèce. Le nombre suspect de centenaires percevant une retraite, s’élève à environ 9 000. Une lutte plus efficace contre la fraude per-mettrait à la Grèce de remplir une grande partie de ses objectifs sans avoir à rogner sur les pres-tations sociales, juge le gouvernement.Source : d’après Harry Papachristou - Reuters
Que prévoit le plan de rigueur ? Le nouveau plan de rigueur prévoit des éco-nomies budgétaires de 28 milliards d’euros sur cinq ans, de nouveaux impôts et un programme de privatisations de 50 milliards, qui concerne des aéroports, infrastructures ferroviaires, com-pagnies de l’eau, du gaz, de l’électricité, établis-sements bancaires ou postaux. Le plan, dont l’objectif est de ramener le déficit budgétaire de 9,3% en 2010 à 7,9% en 2015, va se traduire notamment par une hausse des taxes à la con-
sommation, ainsi qu’une baisse du seuil d’im-position sur le revenu. Quelque 86 000 emplois dans le secteur public doivent être supprimés d’ici 2015.Un autre texte, détaillant les modali-tés d’application des mesures d’austérité, a été adopté par 155 voix contre 136. Le Premier ministre socialiste Georges Papandréou avait exhorté les députés à remplir un «devoir pa-triotique» en adoptant les nouvelles mesures. «Nous devons tout faire pour éviter l’effondre-ment du pays», a-t-il dit.Source : eitb.com
Cartes forestières La Grèce s’est dotée de ses premières cartes forestières depuis sa fondation en 1830, un outil censé mettre fin à la construction immo-bilière sauvage qui prospère en Grèce sur les hectares de forêts brûlées chaque été. La pu-blication de ces cartes, qui doit déboucher à terme sur un registre forestier couvrant l’en-semble du pays, constitue «une petite révolu-tion» pour «sauver ce qui reste» des forêts grec-ques, a souligné la ministre de l’Environne-ment, Tina Birbili,. La couverture forestière du pays, en principe non-constructible, repré-sente environ la moitié de la surface de la Grèce, selon les experts.
A Athènes Petit tour au Jardin National
C’est la reine Amalia d’Oldenbourg, épouse du er roi Othon Ide Grèce, qui a eu l’idée de la création du Jardin National, anciennement Jar-din Royal d’Athènes. En 1836, sa surface de 15 hectares a été délimitée par l’architecte alle-
mand, Friedrich Gertner. En 1839, les premiè-res plantations ont été réalisées parl’agronome allemand Smarat puis par le botaniste Frie-drich Schmidt. 15 000 arbres et arbustes ont été importés d’Italie mais aussi de l’île d’Eubée et du cap Sounion. 500 variétés animales et végé-tales sont égalemen importées mais beaucoup disparaissent à cause de la sécheresse. Le pay-sagiste français, François-Louis Barreaud, a été appelé pour assurer la direction du jardin, de 1845 à 1854. Il s’est occupé notamment du choix de végétaux et d’arbustes adaptés au climat de l’Attique et de leur emplacement. Le jardin était le lieu de rencontre de l’aristocratie. La reine en personne se promenait, ainsi que sa Cour. En 1927, il prend le nom de Jardin Na-tional. Situé juste derrière le siège du Parle-ment hellénique et à quelques pas du palais présidentiel et de la Villa Maximos, résidence et bureau du Premier ministre, le jardin s’étend dans la zone où sont situés le Zappeion et le stade olympique de Kalimarmaro. Ses allées, qui constituent un réseau de 7,5 km, ses bassins et pelouses offrent un cadre reposant, une oa-sis au sein d’une ville bruyante et polluée. Le jardin recense actuellement quelque 519 espè-ces végétales, dont des palmiers, cyprès et oran-gers. Il y a également des étangs avec des ca-nards, un petit zoo, un café, une bibliothèque pour enfants et une aire de jeux.On y trouve aussi un petit musée de botanique. Un ca-dran solaire se trouve à l’entrée du jardin, avenue Amalia ainsi qu’une mosaïque à l’en-trée de l’avenue Vassilissis Sofias. Le jardin est ouvert au public du lever du jour à la tombée de la nuit.
Activités du mois
Concert XConcert de rentrée au Théâtre des Mathurins, 36 rue des Mathurins (8e). Avec Despina Scarlatou et Antonios Syrianos, chant, Theodoros Kotepanos, piano, Giorge Kontogiannis, bouzouki et violon Théodorakis, Hazidakis... le 12 septembre 2011 à 20 h 30. Location ouverte dès juin au 01 42 65 90 00.
Expositions XProlongation de l’exposition de peinture de Maria Helena D’Hanioti-Ragusi, artiste-pein-tre. Elle expose ses peintures et des toiles de sa collection privée, jusqu’à fin juillet 2011 à la Société Générale, 118 rue La Fontaine (16e). XAristide Patsoglou présente ses sculptures et ses peintures à la bibliothèque Antoine de Saint-Exupéry, 66 av. Jean-Jaurès à Domont (95330), du 2 au 12 juillet 2011, du mardiau samedi, de 14 h à 18 h. Vernissage le 2 juillet, à 16 h. Tél. : 01 74 04 22 10. X«I love Greece» oeuvres de Sophia Vari, jusqu’au 30 septembre 2011. Galerie Pièce Unique, 26 rue Mazarine (6e). Tél. : 01 43 26 85 93. X«Escapades» de Irini Iliopoulou, jusqu’aun 9 juillet 2011. Galerie Lefor Openo, 29 rue Ma-zarine (6e), du mardi au samedi de 14h à 19h.
Piano cabaret XLe rebetiko rejoint la Klezmer et les mélodies slaves avec Grigoris Belavilas en solo
piano et aussi l’aventure légendaire d’«Alexandre le Grand et le méchant Ser-pent», mise en scène, interprétation : Grigoris Belavilas. Le 7 juillet 2011, à 20 h et le 12 juillet, à 21 h 40 au Kibélé, 12 rue de l’Echi-quier (10e).
Spectacle X«Retour à Ithaque» d’après l’Odyssée d’Ho-mère, du 31 août au 5 novembre 2011, du mardi au samedi à 18 h 30. Production Compagnie RL www.compagnierl.com - Avec cette adaptation théâtrale, le spectateur re-trouve le plaisir de la langue d’Homère. Théâ-tre du Lucernaire, 53 rue Notre-Dame des Champs (6e). Réservations : 01 45 44 57 34.
Stage de chant XApprendre à chanter dans la tradition mil-lénaire du chant byzantin du 16 au 24 juillet 2011 à Saint-Jean en Royans (Drôme). Stage d’initiation et de perfectionnement en fran-çais. Association Stoudion. Renseignements : 06 84 48 57 60.
A lire X«Le trou du péché» de Yorgos Maniotis, tra-duit du grec par Michel Volkovitch. Athènes, la nuit. Le chantier où s’active une bande de travelos est pris d’assaut par les défenseurs de la vertu sous l’oeil obscène des caméras de télévision. «Le trou du péché», farce et cau-chemar, délirant, explosif, provocateur, est en même temps la critique d’une société in-tolérante, un cri de rage dont la véhémence demeure nécessaire, hélas, un quart de siè-cle après sa sortie.
Spécialité culinaire
Beignets de tomates
Ingrédients : 1 kg de tomates cerise de grande taille, 5 oignons nouveaux, 1 gousse d’ail, quelques feuilles de menthe fraîche et de basilic, 300 g de farine, 1 oeuf, sel et poivre, piment doux, huile de friture. Préparation : coupez grossièrement les tomates et plus finement les oignons et l’ail. Ciselez la men-the et le basilic. Ajoutez le sel, le poivre et le piment puis la farine petit à petit, ajoutez l’oeuf tout en mélangeant avec une four-chette. A l’aide d’une cuillère, confectionnez des boules et mettez-les délicatement dans l’huile bouillante. Laissez cuire jusqu’à ce que les beignets soient bien dorés des deux côtés. Egouttez-les sur du papier absorbant. Servez chaud. Vous pouvez les réchauffer au four.
Histoires drôles XÐÝöôåé ï ÊáñáìáíëÞò êáé ï ÐáðáíäñÝïõ áðü ôïí Ðýñãï ôïõ ´Áéöåë, ðïéïò óþæåôáé ; Ç ÅëëÜäá. XÑùôÜåé ç äáóêÜëá, ðïý âñßóêåôáé ï Èåüò. - Óôçí ôïõáëÝôá ôïõ óðéôéïý ìïõ, ëÝåé ï Ôïôüò. - ÊáëÜ, ðþò óïõ Þñèå áõôü; - Íá, êÜèå ðñùß, ï ðáôÝñáò ìïõ óôÝêåôáé Ýîù êáé öùíÜæåé : «ÈåÝ ìïõ! Áêüìá ìÝóá åßóáé; XÌéá ðïõôÜíá ðÞãå óôçí åêêëçóßá ôïõ ÷ùñéïý ôçò íá åîïìïëïãçèåß óôïí ðáððÜ. - ÐáððÜ, ðÞãá ìå ôïí êñåïðþëç ôïõ ÷ùñéïý ìáò. - Óõã÷ùñåíÝíç íá´óáé. - ÐÞãá ìå ôïí ðáððÜ ôïõ äéðëáíïý ÷ùñéïý. - Ãéáôß ìùñÞ; Ôï äéêü óïõ ÷ùñéü äåí Ý÷åé ðáððÜ!!! XÔï êÜðíéóìá ìðïñåß íá áëëÜîåé ôç öùíÞ ôçò ãõíáßêáò; - Êáé ðïëý, ìÜëéóôá! ÄïêéìÜóôå íá ôéíÜîåôå ôéò óôÜ÷ôåò áðü ôóéãÜñï óôï ÷áëß! X´Åíá ðáéäÜêé ëÝåé óôç ìáìÜ ôïõ: - Ôé ùñáßï öüñåìá! Ï ìðáìðÜò óïý ôï ÷Üñéóå ; - Áí ðåñßìåíá áðü áõôüí ôïí ôóéãêïýíç, ïýôå åóÝíá äåí èá åß÷á! X ÄýïìÞíåò ìåôÜôï ãÜìï, ç ãõíáßêá ëÝåé óôïí Üíôñá ôçò: - ÁãÜðç ìïõ, ìüëéò Ýìáèá ôá åõ÷Üñéóôá íÝá. Óå ëßãï êáéñü, èá åßìáóôå ôñåéò óôï óðßôé. - ÁëÞèåéá ìùñü ìïõ, åßóáé óßãïõñç; - Íáé,íá óïõ äéáâÜóù ôï ôçëåãñÜöçìá ðïõ Ýëáâá áðü ôçí ìçôÝñá ìïõ.
Petites annonces XA louer meublé, 2 pièces de 50 m2, cuisine équipée à Kalamata. Proche du centre ville, du port et des plages. Disponible juillet, août, septembre. 150 E/semaine ou 500 E/mois. Tél. : 06 19 43 37 49 ou 06 82 52 15 47. XElève de l’Institut cherche place dans voi-ture pour aller à Athènes après le 20 juillet. Ne conduit pas. Participation aux frais. Tél. : 01 46 56 09 32. XSortie du premier album personnel de Dimitris Daskalothanassis du groupe «Man-dragore» avec le titre «Geografia» sous le la-bel «Studio Mythos» en Grèce, avec dix com-positions dont sept chantées par Katerina Vlahou. Textes grecs écrits par la poètesse Ira Feloukatzi.
Vous voulez parler rapidement, comprendre, lire et écrire le grec moderne. Venez rejoindre la première école d’enseignement du grec mo-derne à Paris : l’Institut d’Etudes Néo-Helléniques de Paris. Tél. : 01 48 74 09 56 - www.ienh.org
Le bulletin «Les Nouvelles» est édité par l’Institut d'Etudes Néo-Helléniques de Paris Etablissement d'Enseignement Privé 19 bis rue Pierre Fontaine - 75009 Paris - Tél. : 01 48 74 09 56 E-mail : ienh@ienh.org - Site internet : www.ienh.org Directeur du Bulletin : Pierre Davas- Rédactrice: Annie Dimitriou Maquette : Institut - Tirage : 800exemplaires Impression : Chrono Copy - Paris - Tél. : 01 42 85 25 55
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.