C'est l'automne mais il n'est pas trop tard

De
Publié par

Catherine Chatelain, auteur de trois autres livres dont Les Déchirés sorti en juillet 2013, nous livre dans ce nouveau roman le combat intérieur d'une femme, proche des 50 ans, qui est confrontée à un choix : quitter son mari, partir ou rester sans faire de bruit. Nous retrouvons la sensibilité de Catherine, son attention aux fêlures invisibles. Elle sait nous dire, sans jugement, comment l'existence peut parfois s'engluer et combien il est difficile d'ouvrir son propre chemin. Non, il n'est pas toujours trop tard pour les femmes en automne.
Publié le : dimanche 5 octobre 2014
Lecture(s) : 7
EAN13 : 9782336358581
Nombre de pages : 124
Prix de location à la page : 0,0075€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Catherine Chatelain
Catherine Chatelain, auteur de trois autres livres dont
Les Déchirés sorti en juillet 2013, nous livre dans ce nouveau
roman le combat intérieur d’une femme, proche des 50 ans,
qui est confrontée à un choix : quitter son mari, partir ou rester C’est l’automne
sans faire de bruit.
« Souvent, elle avait l’étrange impression de se dédoubler, mais il n’est pas trop tardelle se regardait vivre cette vie idiote où elle n’était plus
présente.­ ­ Elle­ r egar dait­ sa­ vie­ comme­ un ­ vieux­ flm­ qui­ ne­ l u i­
appartenait ­ plus,­ actrice ­ sortie­ du­ flm, ­ hér os­ mort ­ sans ­ l’êtr e.­ »
«­ Elle­ apprit­ doulour eusement­ qu’on­ n’oublie ­ pas­ son­ passé,­
on vit à jamais avec.
On n’oublie pas toutes les étreintes, les rires, les larmes
d’avant.
On­n’oublie ­pas­tous­ceux­que­l’on­ne­r everra ­plus.­»
« Elle a, dans la douleur, choisi la vie.
Comme ­un­autr e­accouchement.­ »
Nous retrouvons la sensibilité de Catherine, son attention aux
fêlures invisibles. Elle sait nous dire, sans jugement, comment
l’existence peut parfois s’engluer et combien il est diffcile
d’ouvrir son propre chemin. Non, il n’est pas toujours trop tard
pour les femmes en automne.
Illustration de couverture : Gérard Daguet
ISBN : 978-2-343-04240-4
13,50 €
Catherine Chatelain - C’est l’automne mais il n’est pas trop tard
C’est l’automne
mais il n’est pas trop tard Collection « Vivre et l’écrire »
dirigée par Pierre de Givenchy


Voir en fin d’ouvrage la liste des titres de la collection










Catherine Chatelain
C’est l’automne
mais il n’est pas trop tard




































© L’Harmattan, 2014
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-04240-4
EAN : 9782343042404
À Toi pour notre Nous
À vous mes amis
« Le seul échec est de ne pas vivre tant qu’on est vivant. »
Bernie Siegel
« Ose ta vie, toi seul la vivras »
Jacques Salomé
automne_pas_trop_tard_23_9_14.indd 7 23/09/14 23:06automne_pas_trop_tard_23_9_14.indd 8 23/09/14 23:06Elles sont trois femmes, trois amies, elles parlent fort, heureuses
de se retrouver, de nombreux kilomètres les séparant à présent.
Elles s’engouffrent dans la boutique et la vendeuse qui attendait,
sans y croire, un improbable client par ce temps de pluie battante,
sursaute. Elle somnolait dans cet après-midi sombre, longuet à
en mourir et voici comme un grand coup de vent qui surgit. Elles
sont trois et il semble pourtant que sa petite boutique est pleine,
il faut dire qu’elles circulent toutes le regard vif comme à la
recherche d’un trésor . On dirait trois enfants un peu fous, excités
de cette aventure. Il émane de toute trois une énergie particulière,
elles ont toutes le sourire et semblent très complices. Si proches
et si différentes pourtant. Elles viennent acheter à trois un joli
cadeau pour leur amie qui les reçoit pour une soirée, comme elles
aiment en faire, chacune recevant à son tour chez elle.
Elles veulent lui apporter un cadeau qui ait le sens de toute leur
amitié et qui soit un message de vie. Éliane est la douceur même.
toujours une oreille attentive à chacune. Elles veulent un cadeau
9
'HVGLI?FXOWpVGHHHWVDQWpXQHOXLVDJHVVHRQWHOOGRQQpDJUDQGH
automne_pas_trop_tard_23_9_14.indd 9 23/09/14 23:06qui les représenterait et qu’Éliane pourrait regarder en pensant à
elles.
C’est Elsa que l’on remarque le plus dans le magasin car elle
semble plus voler que marcher, elle se déplace telle une danseuse,
légère, son grand châle la suivant comme une aile de papillon.
Elle se met à chiner en souriant, elle touche, retourne, imagine
tout cela chez elle, sent les bougies et les voit déjà allumées pour
une soirée intime avec son grand amour.
Elsa est la plus jeune des trois femmes. Quand elle a fêté ses
35 ans, elle s’est exclamée : « Mon Dieu déjà, non j’ai 30 ans,
j’aurai 30 ans toute ma vie. » « Tu as l’âge que tu as dans ta tête,
ma belle » lui avait répondu Louise. Dans sa tête, Elsa n’a que
25 ans ou 20 peut-être, elle vit sa vie au jour le jour, elle aime
jouer de tout, elle danse à tout moment dès qu’une musique lui
plaît, qu’importent le lieu et l’heure, elle a la légèreté de l’oiseau
libre, elle est puérile, ce qui amuse son ami plus âgé qu’elle. Elle
a l’insouciance dont il avait besoin, ses éclats de rire lui sont écho
oublier. Elle aime ses jeux de mots, ses blagues et il se régale de
retrouver son ancienne légèreté d’esprit, il est prêt à être le plus
beau clown, l’excellent, rien que pour voir son adorée rire à en
pleurer.
« Elsa, qu’est-ce que tu penses de ce joli tableau ? »
Elle sursaute, regarde ce que Louise lui montre, oui c’est joli, oui
cela peut lui plaire, même sûrement, ce paysage, cette fraîcheur
ira droit au cœur d’Éliane.
Toutes deux cherchent Clarisse, elle est plantée devant un photo-
phore, une sorte de boule aux mille facettes qui brilleront toutes
différemment lorsque la bougie sera allumée, mille fenêtres de
vie.
Clarisse semble songeuse devant cet objet et quand elle se re-
tourne vers ses amies, son regard semble encore bien loin de
cette boutique, loin dans son passé qui a resurgi sans qu’elle s’y
attende, parce que les multiples facettes du photophore lui ont
fait penser à toutes celles de sa vie.
C’est ainsi depuis trois ans, sans crier gare, les événements
simples de tous les jours la ramènent à ses hiers lointains et c’est
tout le passé qui resurgit.
10
DLWIHOOHSUpVHQWYHXWGHWRXWjYLHTX?LOOHVOD?QLHVDQJRLVVHVOXL
automne_pas_trop_tard_23_9_14.indd 10 23/09/14 23:06légers, le temps des cadeaux sous le sapin, les bourgeons qui
éclosent comme soudainement réveillés d’un long songe, les
soirs d’été, les rires des enfants, les balades dans le village avec
les amis le temps des mûres, les rentrées scolaires, les couleurs
de l’automne… Tous ses souvenirs, ses marques du passé, tout
ce qui l’a construit et qu’elle ne peut plus que regarder avec
nostalgie.
Un temps lointain, un temps d’avant.
Elsa et Louise connaissent ce regard, ce voile devant les yeux
de leur amie, et ce petit sourire mélancolique qu’elle leur envoie
quand elle demande pardon de s’être égarée dans le passé.
« Et ce photophore aux mille fenêtres, qu’est-ce que vous en
pensez ? »
« Ah oui ça aussi j’adore » s’exclame Elsa qui aurait bien du mal
à dire ce qu’elle préfère parce qu’Elsa est incapable de choisir,
elle le sait, elle fuit tout ce qui lui imposerait vraiment un choix.
Elle prend tout ce qu’elle aime, elle ne trie rien, elle vit à cent à
l’heure, ne se prive de rien, qui sait de quoi sera fait demain, « je
est sa philosophie, elle a trop peur de mourir demain et de ne pas
avoir eu le temps de vivre tout ce qu’elle aimerait.
« Eh bien, nous voila bien maintenant avec deux cadeaux qui
plaisent » s’exclame Louise. Elsa soupire, fait la moue.
« Ils sont bien tous les deux, pourquoi pas les deux ? »
photophore tournoyant de mille couleurs.
« Non Elsa, on ne peut pas prendre les deux, il faut choisir. »
Choisir ce mot résonne dans la tête de Clarisse, son cœur bat un
peu plus fort, juste un peu plus fort, en silence. Avec le temps,
elle a appris à ne pas le laisser s’emballer.
C’est avec un regard franc, un sourire ironique pour chasser les
fantômes qu’elle déclare « choisir, ça me connaît ».
Clarisse n’est plus dans ce magasin elle est loin, loin en arrière
dans sa vie, sa vie bouleversée, parce qu’un jour dans sa vie elle
cadeau. Elle n’avait aucune alternative possible, et ce choix l’a
déchirée.
11
WHWRPEHQW/HVGLI?FLOHWRXW?RFRQVF?HVWXQHW/HQHLJHWDEOHDXOHVUHSUpVHQWDQWFRQIURQWpHXQEHDXFRXSSD\VDJHFHOXLSDLVLEOHSUR?WHXQHTXLLPDJHGH?[HSUHPLHUVOHDQQLYHUVDLUHVoDIXWFRPPHjF?HVWFKRL[YLVSOXVMHTXHHWG?XQDXMRXUG?KXL?OOH
automne_pas_trop_tard_23_9_14.indd 11 23/09/14 23:06

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.