De la colère en l'Occident fantôme

De
Publié par

Mythique ou historique, l'Occident n'a cessé de bruire de colères, masquant sa volonté de puissance sous la bannière de " la civilisation ". Mais son devenir récent inquiète, tant la domination techno-industrielle, la religion du progrès s'avèrent aussi aventureuses qu'empoisonnées. Aux mutilations de la planète s'ajoutent la domestication des esprits, le façonnage d'un homme fonctionnel. Mais à mesure que croît le devenir fantôme de ce monde, la colère ne devrait-elle pas renouer avec les pouvoirs de la parole, comme contre-poison et refus de consommer le monde, tel qu'il nous y pousse ?
Publié le : samedi 15 novembre 2014
Lecture(s) : 2
EAN13 : 9782336361925
Nombre de pages : 108
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Vincent TeixeiraDE LA COLÈRE
EN L’OCCIDENT FANTÔME
Essai DE LA COLÈRE
Mythique ou historique, l’Occident n’aura cessé de bruire de colères,
engendrant une violence destructrice, dont il n’a certes pas le monopole,
mais qu’il a exportée un peu partout dans le monde, masquant sa EN L’OCCIDENT FANTÔME
volonté de puissance sous la bannière généreuse de « la civilisation ».
Mais le devenir récent de cette mondialisation (occidentale) n’incite
guère à l’optimisme, tant la domination techno-industrielle, Essai
l’hyperconsommation, la religion du progrès perpétuel, issues du
désir d’inventer le Paradis sur Terre, s’avèrent aussi aventureuses
qu’empoisonnées. Aux désastres et mutilations en cours de la planète,
s’ajoutent la domestication des esprits, le façonnage d’un homme
fonctionnel – autrement dit, une négation de l’homme, dans sa vie
intérieure. Prise dans l’engrenage de « nos horreurs économiques »,
la vie est ainsi gaspillée, au bénéfce du matérialisme qui gouverne le
parc humain. Mais à mesure que, déroutés, nous sentons l’horizon
se restreindre et croître le devenir fantôme de ce monde, la colère ne
devrait-elle pas renouer avec les pouvoirs de la parole, comme refus de
consommer le monde, tel qu’il nous y pousse, et contre-poison apte à
le bousculer ? Car le cours de la liberté s’étend toujours à perte de vue.
Vincent Teixeira, professeur à l’université de Fukuoka (Japon), est
notamment l’auteur de Georges Bataille, la part de l’art. La peinture du
non-savoir (L’Harmattan, 1997), Shakespeare et les boys band. Culture
jetable et marchandisation hédoniste (Kimé, 2014), et de nombreux
articles sur Bataille, Blanchot, Luca, Rodanski, Fardoulis-Lagrange ou Cravan.
Photographie de couverture :
La colère d’Achille, Charles Antoine Coypel
ISBN : 978-2-343-04859-8
12 €
Vincent Teixeira
DE LA COLÈRE EN L’OCCIDENT FANTÔME







DE LA COLÈRE
EN L’OCCIDENT FANTÔME


Vincent Teixeira



DE LA COLÈRE
EN L’OCCIDENT FANTÔME

















































© L'HARMATTAN, 2014
5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-04859-8
EAN : 9782343048598





Μῆνιν ἄειδε, θεὰ, Πη ληϊ άδεω Ἀχιλῆος

Homère, Iliade



L'Américain qui découvrit le premier
Christophe Colomb fit une méchante découverte.

G. C. Lichtenberg













Faisant écho à L’Afrique fantôme de Michel Leiris,
la formule Occident fantôme apparaît dans la postface
à La Réponse d’Ulysse et autres textes sur l’Occident de
Philippe Lacoue-Labarthe (Lignes / Imec, 2012),
signée par Aristide Bianchi et Leonid Kharlamov.
Mais depuis ses origines grecques, la hantise
équivoque (excluant toute nostalgie) de ce que le
terme d’Occident désigne, tout comme
l’universalisation de son économie marchande,
l’exportation sans limite de sa « religion du progrès »,
de ses dispositifs politiques, idéologiques et
technologiques, débordent ses frontières
géographiques, et renvoient désormais à un malaise
dans la civilisation moderne tout entière. Malaise qui,
pour avoir ses racines dans le monde occidental, n’en
est pas moins évident, à l’époque de la globalisation,
à l’échelle planétaire. C’est dans ce souci plus général
que s’inscrit, notamment par le prisme de la misère
symbolique, de la consommation culturelle et de la
9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.