De la vie approximative

De
Publié par

Trois livres, trois angles différents... Sans doute la même saison d'une pensée qui s'essaie tardivement à la sérénité [...]Ce n'est donc pas le lieu ici d'une leçon, mais d'un constat, parfois si difficile, de l'accord et des consonances. P.G.
Publié le : mercredi 4 février 2015
Lecture(s) : 10
Tags :
EAN13 : 9782336369471
Nombre de pages : 104
Prix de location à la page : 0,0067€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

636
Pierre GOLDINDe la vie approximative
Peut-être tu sauras ô combien j’ai rêvé l’espace sans limites et
le corps ubiquiste ; et c’est pourquoi la vie, aux normes de nos
heures, ne saurait être qu’approximative…
Vivre ? Ou bien plutôt se sentir vivre ? Ce qui me peine,
serait-ce ce sentiment d’impuissance à défnir ce qui nous porte
et nous emporte, un peu comme s’interrogerait l’oiseau sur la De la vie
nature du vent qui le soulève ?
Donner un sens humain à ce qui semble le caprice d’une
quelconque transcendance, c’est légitime en même temps que approximative
périlleux…
Aussi bien, je me suis contenté dans ce livre de marquer
quelques dissonances, avec en regard, tout autant d’occasions
de se concilier le présent, et d’y repeindre son espace avec les
couleurs de l’air et les humeurs de l’eau.
Et c’est pourquoi toujours je cherche un accord symphonique
avec le temps qui bouscule mes arbres.
L’accord,
C’était tentant, et je n’avais rien d’autre pour cela que la
musique de mes mots.
La musique ! Y a-t-il autre chose contre les preuves irréfutables
de notre inaptitude à l’éternel… ?
Pierre Goldin, ancien professeur de lettres, né en
1944 à Montbard en Côte d’Or, d’un père résistant,
mort en déportation, et d’une mère italienne dont il
a pris le nom pour signer ses œuvres, a déjà publié
chez L’Harmattan huit recueils dont beaucoup sont
636baignés de la lumière grecque dans laquelle il a choisi de passer une
grande partie de sa vie.
ISBN : 978-2-343-05480-3
12 e
Poètes des cinq continents
Pierre GOLDIN
De la vie approximative
Poètes des cinq continents









DE LA VIE APPROXIMATIVE

Poètes des cinq continents
En hommage à Geneviève Clancy qui l’a dirigée de 1995 à 2005.
La collection est actuellement dirigée par
Philippe Tancelin

La collection Poètes des cinq continents non seulement révèle les voix
prometteuses de jeunes poètes mais atteste de la présence de poètes qui
feront sans doute date dans la poésie francophone. Cette collection
dévoile un espace d’ouverture où tant la pluralité que la qualité du
traitement de la langue prennent place. Elle publie une quarantaine de
titres par an.

Déjà parus

635 – Serpilekin Adeline TERLEMEZ, Ames du cosmos, 2015.
634 – Catherine BOUDET, Journal du Gardien des Horizons, 2015.
633 – Natacha LAFOND, Sur les rives d’argile, 2014.
632 – Christine CADIOT, Les seuils du temps, 2014.
631 – Lajos NYÉKI, Ruptures - Elválasztás, 2014.
630 – Marie-Clémence ADOM, Anthologie de la poésie ivoirienne
tome 3, 2014.
629 – Marie-Clémence ADOM, Anthologie de la poésie ivoirienne
tome 2, 2014.
628 – Marie-Clémence ADOM, Anthologie de la poésie ivoirienne
tome 1, 2014.
627 – André LO RÉ, Premiers pas au pays des haïkus, 2014.
626 – Ioana GRUIA, Le soleil sur le fruit, 2014
625 – Jean-Pierre BIGEAULT, 100 poèmes donnés au vent. Suite de
poèmes, 2014
624 – Yves Patrick AUGUSTIN, D’ici et nulle part, 2014.
623 – Patrick WILLIAMSON, Tiens ta langue. Hold Your Tongue
(bilingue français-anglais), 2014.
622 – Michel JAMET, Partage son royaume !, 2014.
621 – Ayten MUTLU, Les yeux d’Istanbul. Istanbul’un gözleri, 2014.
620 – Philippe GUILLERME, Tout attaché, 2014.
619 – Patricia LAIGLE, La neige sur le museau des biches, 2014.
618 – Paul Henri LERSEN, Poèmes d’Ici, 2014.
617 – Omer MASSEM, Fragments sauvegardés, 2014.
616 – Umberto PIERSANTI, Lieux perdus, 2014.
615 – Thierry LASPALLES, Silence des saisons, 2014.
614 – Stella VINITCHI RADULESCU, Comme un désert de roses,
2014.
Pierre Goldin













DE LA VIE APPROXIMATIVE

























































































*















Du même auteur, chez L’Harmattan

Helladiques, 1995.
Paysages pendant la pluie, 1996.
Chants de la porte et du passage, 2003.
Arborescences, 2005.
Les chemins qui vont à la mer, 2007.
Territoires du vent, 2009.
Répertoire des simples, 2011.
Vue sur la mer depuis la fenêtre du haut, 2013.


























© L’Harmattan, 2015
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-05480-3
EAN : 9782343054803
En guise de préface
Trois livres, trois angles diférents… Sans doute la même
saison d’une pensée qui s’essaie tardivement à la sérénité
Car
Il m’était arrivé de l’oublier, et c’était malheureux,
mais au fond
J’ai toujours aimé les arbres, les jardins, et en général ce qui
surgit du dialogue élémentaire de la terre et des nuages, comme
de la mer et des vents.
Dialogue, symphonie concertante où je fûte de la parole
comme on joue du hautbois…
Enfn, j’essaie
Et je me trouve bien, fnalement, entre la peau du monde et le
vol paresseux des oiseaux de la mer.
Ce n’est donc pas le lieu ici d’une leçon, mais d’un constat,
parfois si difcile, de l’accord et des consonances.
P.G.
56I
Mouvement pendulaire
A. Entre demain et jamais
78Automne sur la mer
Les oiseaux sont partis, ceux qui se guident sur la lune et ceux
qui piquent le soleil
Ils sont partis avec ce que l’on sait du bleu
Le ciel n’a plus d’assise
Sauf en cela sur la peau, la brûlure du sel comme mémoire de l’été
Et c’est la mer pour un moment abandonnée, tandis que des
jours sans projet maintenant nous menacent
9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.