Fiche La Maladie de la mort

De
Publié par

La Maladie de la mort De Marguerite Duras Mise en scène CChhrriissttoopphhee RRoouuxxeell CChhrriissttoopphhee RRoouuxxeell Avec Anne-Cécile Richard et Christophe Rouxel Du lundi 20 au vendredi 24 octobre 2008 AA llaa CChhaappeellllee dduu GGrraanndd TT –– NNaanntteess AA llaa CChhaappeellllee dduu GGrraanndd TT –– NNaanntteess Photo : Théâtre Icare Le texte « Dans l’oeuvre de Marguerite Duras, La Maladie de la mort n’est pas répertoriée comme un texte de théâtre. Pourtant, comme elle le faisait souvent en passant du livre à la scène ou à l’écran, Duras envisage la possibilité de sa mise en scène et indique clairement la direction à suivre : « La jeune femme des nuits payées devrait être couchée sur des draps blancs au milieu de la scène. Elle pourrait être nue. Autour d’elle, un homme marcherait en racontant l’histoire. Seule la femme dirait son rôle de mémoire. […] L’homme lirait le texte. » Hasard ou nécessité, Christophe Rouxel a choisi de suivre d’assez près les indications de l’auteur. Car, ce dont il s’agit d’abord, c’est de faire entendre le texte. Il n’y a pas véritablement d’histoire à raconter, seulement deux êtres liés par un contrat : l’homme paye une femme pour que, plusieurs nuits durant, elle se tienne à sa disposition et qu’il découvre son corps et l’amour avec une femme, choses inconnues de lui. Et la femme lui dit qu’il est atteint d’une maladie, la maladie de la mort. Lorsque le livre est ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 52
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
La Mala
La Mala
La Mala
La Maladie de la mort
die de la mort
die de la mort
die de la mort
De
Marguerite Duras
Marguerite Duras
Marguerite Duras
Marguerite Duras
Mise en scène
Christophe Rouxel
Christophe Rouxel
Christophe Rouxel
Christophe Rouxel
Avec
Anne
Anne
Anne
Anne-Cécile Richard
Cécile Richard
Cécile Richard
Cécile Richard
et
Christophe Rouxel
Christophe Rouxel
Christophe Rouxel
Christophe Rouxel
Du
Du
Du
Du lundi 20
lundi 20
lundi 20
lundi 20 au
au
au
au vendredi 24 octobre
vendredi 24 octobre
vendredi 24 octobre
vendredi 24 octobre 200
200
200
2008
A la Chapelle du
la Chapelle du
la Chapelle du
la Chapelle du Grand T
Grand T
Grand T
Grand T – Nantes
Nantes
Nantes
Nantes
Le texte
e texte
e texte
e texte
« Dans l’oeuvre de Marguerite Duras,
La Maladie de la mort
n’est pas répertoriée comme un texte de théâtre.
Pourtant, comme elle le faisait souvent en passant du livre à la scène ou à l’écran, Duras envisage la possibilité
de sa mise en scène et indique clairement la direction à suivre : «
La jeune femme des nuits payées devrait être
couchée sur des draps blancs au milieu de la scène. Elle pourrait être nue. Autour d’elle, un homme
marcherait en racontant l’histoire. Seule la femme dirait son rôle de mémoire. […] L’homme lirait le texte. »
Hasard ou nécessité, Christophe Rouxel a choisi de suivre d’assez près les indications de l’auteur. Car, ce dont il
s’agit d’abord, c’est de faire entendre le texte. Il n’y a pas véritablement d’histoire à raconter, seulement deux
êtres liés par un contrat : l’homme paye une femme pour que, plusieurs nuits durant, elle se tienne à sa
disposition et qu’il découvre son corps et l’amour avec une femme, choses inconnues de lui. Et la femme lui dit
qu’il est atteint d’une maladie, la maladie de la mort.
Lorsque le livre est paru, la communauté homosexuelle le reçut comme une dénonciation.
La Maladie de la
mort
serait l’homosexualité. Pourtant, celle-ci n’est jamais nommée, et si l’on peut y voir le point de départ du
propos, le texte le dépasse de beaucoup. Ce dont il est question ici, c’est de vie et de mort, d’amour, de sexe, de
peur, d’émotion. Ce que dit la femme au long des nuits, avec le mouvement perpétuel de la mer (la mère ?) en
arrière plan, ce qu’elle dit avec une sorte de prescience ancestrale -«
on sait, sans savoir comment on le sait
»-
c’est l’indissoluble lien entre la vie et la mort, dont l’amour, le besoin d’aimer, serait la seule parade possible.
Et c’est aussi la célébration superbe du corps de la femme, du corps du dehors, du corps enfoui. »
Pierre Leenhardt, collaborateur artistique
Marguerite Duras
Marguerite Duras
Marguerite Duras
Marguerite Duras,
,
,
, auteur
auteur
auteur
auteur (1914
(1914
(1914
(1914-1996)
1996)
1996)
1996)
Marguerite Duras est née le 4 avril 1914 en Indochine. Elle la quittera définitivement pour la France en 1933.
Rendue célèbre par son livre
Un Barrage contre le Pacifique
en 1950, elle sera reconnue dans le domaine de la
littérature, celui du théâtre (
Des journées entières dans les arbres
joué en 1965), mais aussi de la
cinématographie (elle écrit en 1958 le scénario d’
Hiroshima mon amour
avec Alain Resnais). Son premier film
en tant que réalisatrice
Détruire dit-elle
est tourné en 1969. Elle écrit
Elle écrit
Elle écrit
Elle écrit
La Maladie de la
La Maladie de la
La Maladie de la
La Maladie de la mort
ort
ort
ort
en 1982
en 1982
en 1982
en 1982.
Notamment engagée dans la résistance française lors de la seconde guerre mondiale, militante contre la guerre
d’Algérie, l’écrivain, dramaturge, réalisatrice et scénariste meurt le 3 mars 1996 à Paris.
Christophe Rouxel
Christophe Rouxel
Christophe Rouxel
Christophe Rouxel, metteur en scène
, metteur en scène
, metteur en scène
, metteur en scène
Depuis 1979, Christophe Rouxel mène une carrière
professionnelle consacrée au théâtre : acteur,
formateur, metteur en scène et directeur de
compagnie. Attaché à une éthique de théâtre exigeant
et populaire, il n’a cessé d’explorer des modes
singuliers de représentation pour favoriser la
rencontre avec de nouveaux publics, et le croisement
entre acteurs professionnels et amateurs. En 1984, il
fonde le Théâtre Icare basé à Saint-Nazaire. Depuis
1991, il s’attache essentiellement à la direction
artistique de cette compagnie, parmi lesquelles :
Gheel, Terre Promise
(2007),
Little Boy,
Little Boy,
Little Boy,
Little Boy,
présenté au
présenté au
présenté au
présenté au
Grand T
Grand T
Grand T
Grand T en octobre 2006
en octobre 2006
en octobre 2006
en octobre 2006,
Don Juan
(2005),
Un
drôle de silence
(2004),
Marat
Marat
Marat
Marat-Sade
Sade
Sade
Sade,
prés
prés
prés
présenté au
enté au
enté au
enté au
Grand T en novembre 2004
Grand T en novembre 2004
Grand T en novembre 2004
Grand T en novembre 2004,
Chant d’amour pour
Chant d’amour pour
Chant d’amour pour
Chant d’amour pour
l’Ulster
l’Ulster
l’Ulster
l’Ulster
, présenté au Grand T en mai 1999
, présenté au Grand T en mai 1999
, présenté au Grand T en mai 1999
, présenté au Grand T en mai 1999.
Durée du spectacle
Durée du spectacle
Durée du spectacle
Durée du spectacle
:
:
:
: 1h
Public
Public
Public
Public
:
:
:
: à partir de la Terminale
Tarif
Tarif
Tarif
Tarif
:
:
:
: 6€ par élève ou un pass-culture
Attention,
Attention,
Attention,
Attention, comédie
comédie
comédie
comédienne nue
nne nue
nne nue
nne nue
!
Contacts Jeune Public
ontacts Jeune Public
ontacts Jeune Public
ontacts Jeune Public
Marion Echevin
Marion Echevin
Marion Echevin
Marion Echevin
02 28 24 28 18
echevin@legrandT.fr
Pascale Degrieck
Pascale Degrieck
Pascale Degrieck
Pascale Degrieck
02 28 24 28 08
degrieck@legrandT.fr
Florence Danveau
Florence Danveau
Florence Danveau
Florence Danveau
02 28 24 28 16
f.danveau@legrandT.fr
Annie Ploteau
Annie Ploteau
Annie Ploteau
Annie Ploteau
02 28 24 28 17
ploteau@legrandT.fr
Photo : Théâtre Icare
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.