L'Etrange Maison

De
Publié par

I. La découverte  Nous sommes fin janvier 2001, dehors le décor est apocalyptique, la neige a tout recouvert, les arbres  sont entièrement nus, des vautours virvolent au­dessus de quelques cadavres de gibiers. Dans cette  bourgade Italienne, une seule maison attire le regard et suscite les ragots des passants. C’est une maison  construite en 1790 qui se trouve au bout de la rue, au fond d’une longue allée qui ne semblait jamais  finir. Devant se trouvait un portail avec d’inquiétant écriteaux. Un peu plus éloigné, trois adolescents se  baladaient le long d’un étang brumeux qui se situe derrière cette fameuse maison étrange. L’un deux vit  un homme louche à la démarche boiteuse, sortir de celle­ci ­ Eh, les gars !!! Vous l’avez­vous ?  ­ Qui ça ? Jude ! questionna Mark ­ Bah, le vieille homme qui vient de sortir de la maison, cette maison. Jude montra la fameuse demeure  étrange du doigt.  ­ Mais quel homme ? Et à quoi il ressemblait ? demanda Axel, le troisième adolescent.  ­ Les gars, vous plaisantez j’espère ? Quand je l’ai aperçu, on regardait tous au même endroit. Il portait  un vieux chapeau melon noir, un  costume de l’époque victorienne et tenait une canne en chêne. Vous  êtes certain que vous ne l’avez pas vu ?  ­ On en est sur et certain Jude, on te l’aurait dit sinon. Rétorqua Mark Jude ne savait plus quoi dire, ni quoi penser. Il était persuadé et sur de lui, sur de ce qu’il avait vu.
Publié le : mardi 18 mars 2014
Lecture(s) : 7
Licence : Tous droits réservés
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

I. La découverte 
Nous sommes fin janvier 2001, dehors le décor est apocalyptique, la neige a tout recouvert, les arbres 
sont entièrement nus, des vautours virvolent au­dessus de quelques cadavres de gibiers. Dans cette 
bourgade Italienne, une seule maison attire le regard et suscite les ragots des passants. C’est une maison 
construite en 1790 qui se trouve au bout de la rue, au fond d’une longue allée qui ne semblait jamais 
finir. Devant se trouvait un portail avec d’inquiétant écriteaux. Un peu plus éloigné, trois adolescents se 
baladaient le long d’un étang brumeux qui se situe derrière cette fameuse maison étrange. L’un deux vit 
un homme louche à la démarche boiteuse, sortir de celle­ci
­ Eh, les gars !!! Vous l’avez­vous ? 
­ Qui ça ? Jude ! questionna Mark
­ Bah, le vieille homme qui vient de sortir de la maison, cette maison. Jude montra la fameuse demeure 
étrange du doigt. 
­ Mais quel homme ? Et à quoi il ressemblait ? demanda Axel, le troisième adolescent. 
­ Les gars, vous plaisantez j’espère ? Quand je l’ai aperçu, on regardait tous au même endroit. Il portait 
un vieux chapeau melon noir, un  costume de l’époque victorienne et tenait une canne en chêne. Vous 
êtes certain que vous ne l’avez pas vu ? 
­ On en est sur et certain Jude, on te l’aurait dit sinon. Rétorqua Mark
Jude ne savait plus quoi dire, ni quoi penser. Il était persuadé et sur de lui, sur de ce qu’il avait vu. Les 3 
garçons partèrent en direction de la rue principale. En chemin Axel aperçu les vautours en train de 
grignoter ce qu’ils restaient sur le gibier en décomposition. 
­ Les mecs, regardez ! Comment ça se fait que des tas de gibier soit en décomposition dans la rue. 
Mais qu’est ce qui se passe dans ce village ! Cria Axel. Il regarda avec insistance et énervement ce tas 
de vautours en train de prendre son déjeuner. Et là, tous le monde resta bouche­bée. Axel venait, sous 
leur yeux, d’ôter la vie de ces vautours d’un simple regard. 
­ Ils sont… Morts ? Demanda Mark
­ Je ne sais pas. Répond Axel. Que c’est­il passé ? Qu’est ce que j’ai fais ?
Axel partit en direction de sa maison en sanglot. Il avait honte et avait peur à présent. Peur de faire du 
mal à ses amis, à son entourage, à d’autre volatiles… Il était effrayé et ne voulait en parler à personne, 
mais au fond de lui, il ne voulait pas garder ça pour lui. Il pris instinctivement la décision d’en parler à sa 
mère. Il ouvra la porte d’entrée, déposa ses baskets pleines de boue sur le tapis gris salis par la saleté 
des chaussures de chacun. Sa mère se trouvait dans la cuisine en train de préparer le goûter.
­ Maman ! 
­ Oui mon chéri ? rétorqua Anna, sa mère. 
­ Il faut que je te parle de quelque chose d’important.
­ Viens on va en discuter dans le salon. Ils se dirigèrent tout deux dans le séjour où la chaleur de cette endroit était toujours présente grâce au 
meubles en chêne, au mur couleur taupe et au lustre en cristal.
­ Maman il c’est passé quelque chose de très étrange tout à l’heure. J’ai regardé un tas de volatiles ou 
de vautours, je ne sais pas, avec assistance et là, sous les yeux de ébaïs de mes amis, ils ont perdu… 
perdu… la vie…
­ Qu’est ce que tu me racontes ? Je ne suis pas sur d’avoir bien compris. 
­ Bah, ils sont morts ! Quand je les regardaient. 
­ OH NON ! il a fallu que ça se passe maintenant. lâcha sa mère… Mon chéri il faut que je t’avoue 
quelque chose mais ne m’en veut pas de te l’avoir cacher tous se temps. Nos ancêtres étaient différents. 
­ Différents, comment ça ? Questionna Axel. 
­ Bien, tu risques sûrement de ne pas croire ce que je vais te dire. Ils étaient pour certains, sorciers, 
chamman pour d’autre invocateur… enfin tu vois ?! 
­ Quoi ! hurla Axel. Ce n’est pas possible, tu, enfin nous, sommes des magiciens ? 
­ Oui c’est ça. acquisiça sa mère.
­ Tu m’as cacher cela tous se temps ! c’est ignoble ! si tu m’en avait parlé avant, j’aurais pu m’y 
préparer. Là j’ai fait peur à mes amis et à moi­ même...Je suis un MONSTRE !
Axel partit en courant et en pleurant. Cette révélation l’avait profondément choqué.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi