La Manche qui tue

De
Publié par

La Manche qui tue
Le joueur entra sous les applaudissements du public… il s’écroula!
Publié le : dimanche 29 juin 2014
Lecture(s) : 5
Licence : Tous droits réservés
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
LA MANCHE QUI TUE En ce matin de printemps ensoleillé, un joueur de tennis se réveillait quelque part dans un quartier de Londres. Il avait sa mine des mauvais jours. Il voulut enfiler sa chemise préférée mais constata que les manches étaient toutes tâchées. Il se rabattit alors sur une autre chemise prise au hasard dans son armoire. Après un petit détour par la salle de bain, il alla à la cuisine pour prendre son petit déjeuner. Pendant qu’il chauffait le lait, il pensait à cette journée importante qui l’attendait. Il pensait notamment à ce grand tournoi de tennis qu’il allait disputer dans quelques heures. Tout à ses pensées, il oublia sa casserole et le lait déborda. Il saisit la manche de la casserole et dans la précipitation, il en renversa le contenu sur lui. Décidément la journée commençait bien mal. Découragé, il renonça à son petit déjeuner et alla se changer avant de s’engouffrer dans un taxi pour aller prendre le bateau qui devait l’amener en France. Pendant que la traversée de la Manche s’effectuait, il pensait au début de sa journée chaotique. Était- ce un mauvais présage? Il pensait aussi au tournoi auquel il se rendait. En effet, il devait disputer une manche de tennis avec un joueur qu’il redoutait bien qu’il l’ait toujours battu à chaque rencontre. Pendant qu’il était perdu dans ses pensées, il se laissait langoureusement bercé par les bruissements de l’eau, La Manche était vraiment très calme. La traversée se déroula donc sans encombre et quelques heures plus tard, notre joueur entra sur le terrain sous les applaudissements du public. Malgré ses efforts répétés, il ne parvint pas à s’imposer. Il perdit toutes les manches surpris par la ténacité et la puissance de son adversaire. Cependant, il essaya de sauver l’honneur avec la dernière manche, en vain. Il perdit aussi cette dernière manche et le jeu. Après tout, il n’était pas plus à une manche près. Épuisé, assommé, sentant ses jambes se dérober, il s’écroula et ne se réveilla plus jamais.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

ANIN ENTRE LES MAINS DU LOSC

de le-foot-gazette-des-transferts

Vitedi

de motorevue

suivant