La nuit africaine

De
Publié par

A l'aube du 21ème siècle, Pierre, un jeune officier, est envoyé en mission en Côte d'Ivoire. Une expédition à l'intérieur des terres le confronte aux réalités d'une brousse redevenue terra incognita par la force des troubles politiques et des violences. A la manière des premiers explorateurs, il parcourt les ruines du passé ivoirien et s'éprend de ce peuple qui a su se doter d'un double regard sur l'histoire et la vie, à mi-chemin entre les cultures locales et française.
Publié le : mercredi 1 octobre 2014
Lecture(s) : 7
EAN13 : 9782336358321
Nombre de pages : 152
Prix de location à la page : 0,0082€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Julien Eche
La nuit africainE
La nuit africainE
eÀ l’aube du 21 siècle, Pierre, un jeune ofcier français, est envoyé Roman
en mission en Côte d’Ivoire. Une expédition à l’intérieur des terres
le confronte aux réalités d’une brousse redevenue terra incognita par
la force des troubles politiques et des violences qui ont mis le pays
sous séquestre le temps d’une décennie. À la manière des premiers
explorateurs, il parcourt les ruines du passé ivoirien : les restes des
quartiers français laissés à la charge du temps et des saisons des pluies,
les derniers espaces sauvages sous la coupe des activités humaines,
les réalisations monumentales de l’Indépendance et les survivances
du système colonial. Pierre s’éprend de ce peuple qui a su se doter
d’un double regard sur l’histoire et la vie, à mi-chemin entre les
cultures locales et française, et qui va l’initier à la redécouverte de
la foi, une foi profonde et sensuelle qui a trouvé sous les latitudes
africaines son dernier bastion baroque.
La nuit africaine raconte la Côte d’Ivoire d’aujourd’hui, mêlant les
réfexions politiques, religieuses et sociétales à la poésie des grands
espaces d’un pays qui aspire, plus que jamais, à la paix et à la
réconciliation.
Né en 1986, Julien Eche est ofcier. Un séjour de
plusieurs mois en Côte d’Ivoire lui a fourni la matière
de ce premier roman.
ISBN : 978-2-336-30318-5
14,50 €
La nuit africainE Julien Eche












































































La nuit africaine




















































Julien Eche







La nuit africaine


Roman




























L’illustration de couverture est reproduite avec l’aimable
autorisation de Daniel Schintone,
peintre officiel de l’armée de Terre.

© Daniel Schintone
Traversée du marigot sous la pluie, 2000.
Collection privée AR

Les illustrations du chapitre V sont reproduites avec
l’aimable autorisation de Sandre Wambeke.

© Sandre Wambeke
Illustrations de la nuit africaine, 2014




































© L’Harmattan, 2014
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-336-30318-5
EAN : 9782336303185

Sommaire
__________




I
Le grand phare de la brousse


II
Le préfet de Séguéla


III
La Vierge pleure


IV
Les vieux Blancs


V
Illustrations







































Avertissement
__________











La nuit africaine est un roman.
Toute ressemblance avec des personnes ou des
situations existantes ne serait que pure coïncidence et
ne pourrait engager la responsabilité de l’auteur.
















































I

Le grand phare de la brousse




« Maxence, ayant achevé sa course, respira
profondément. Il se sentait libre, plus léger, plus hardi et,
bien qu'il n'eut que trente ans, plus jeune. Tout cela
était à lui, ces hommes, ces animaux, ces bagages,
cette terre même qu'il foulait en royal enfant gâté,
impatient de tout avoir et de tout oser. La France
lui avait donné, à lui, humble lieutenant des armées
de la République, cette immense contrée comme un
parc où il pût s'ébattre et bondir, aller et venir,
selon son caprice et comme un hasard de son bon
plaisir. »

Ernest Psichari (1883-1914),
Le voyage du centurion,
éd. Le livre de poche chrétien, 1962.




































Les effluves de la nuit s'installent aux
avantpostes de Yamoussoukro. La ville s'enfonce dans les
ténèbres épaisses et insondables d'une nouvelle nuit
africaine. L’odeur profonde de la forêt enveloppe
l'espace. L'éclairage projette sa lumière blafarde sur
le parterre nocturne. Yamoussoukro respire les
dernières lueurs du jour. L'intensité des nuits
ivoiriennes a surpris Pierre dès son arrivée sur le
continent africain. Il s'installait dans sa véranda et
scrutait, lumières éteintes et portes closes, ces ténèbres
d'un noir d'encre où la moindre lueur étouffe et
vacille, où le moindre bruit se perd et meurt. Ce soir,
sanglé dans sa vareuse de l'armée française et
accompagné d'une dizaine de soldats, il fend la nuit
ivoirienne aux enjambées des jeeps Renault.
L’expédition a quitté Abidjan en début
d’aprèsmidi et roule d’une traite en direction de la capitale
de la Côte d’Ivoire.
La nuit transforme Yamoussoukro en
labyrinthe. Le dédale des palmeraies et des ruelles
privées d'éclairage décourage Pierre. Ils n’arriveront
pas à temps. Des troupeaux rentrent à l'étable et
ralentissent une fois de plus leur progression. Ils ne
pourront pas visiter le Monument ce soir. Pierre,
installé dans le véhicule de tête, s'impatiente. S’ils
rejoignent le Monument quelques minutes avant le
coucher du soleil, il lui suffira de convaincre les
gardiens de les laisser entrer. Le convoi s’est attardé sur
la route pour éviter les ornières et préserver les
13

vieilles jeeps. Pierre commence à regretter de ne pas
avoir avancé l’heure de leur départ d’Abidjan. Ils
auraient gagné de précieuses minutes. Il croise et
décroise ses jambes engourdies par les heures de
route, boutonne et déboutonne le bas de sa veste
vert kaki. Enfin, la forme noire et imposante du
Monument, un paquebot échoué dans les
palmeraies, émerge à l'horizon.
– C'est la merveille de l'Afrique, le grand phare de la
brousse, s’enthousiasmait l'aumônier militaire
avant le départ du convoi de Pierre vers
Yamoussoukro.
Il n’est pas imaginable qu’un tel édifice se trouve
dans la brousse. A force de rêver aux cités perdues
de l’Afrique ou de l’Amérique du sud, il s’est trouvé
des hommes pour bâtir, en lisière de la forêt
tropicale, un colossal temple de marbre. Et ces hommes
sont Ivoiriens.
Ces descriptions ont inoculé dans l’esprit de
Pierre une curiosité maladive. Quel est ce
Monument dont tous parlent avec emphase ?
L’aprèsmidi du départ, il lance une volée d’ordres sans
équivoque : le convoi doit rallier Yamoussoukro
aussi rapidement que possible. Le Monument ne
peut pas attendre !
L’arrivée de Pierre en Côte d’Ivoire date de
quelques semaines à peine. Il ne connaît de
l’intérieur des terres que des noms de villes aux
consonances étranges et des récits de vieux soldats. Dix
14

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.