Lettre d’un soldat républicain stationné dans la forêt de Fougères lors de la guerre avec les

De
Publié par

Lettre d’un soldat républicain stationné dans la forêt de Fougères lors de la guerre avec les chouans au cours de la période révolutionnaire.Le soldat évoque sa situation dans un camp situé au lieu-dit St François dans la forêt de er Fougères lors des affrontements de l’armée républicaine avec les Chouans. Il écrit le 1frimaire an III soit le 21 novembre 1794 en réponse à une lettre qu’il a reçu de ses parents le 18 vendémiaire (9 octobre 1794). On observera que la lettre des parents a mis environ un mois et demi pour arriver au camp.La lettre comporte la marque postale « 34 FOUGÈRES », la taxe est de 10 sous soit, selon le tarif de la loi du 22 août 1791, une distance comprise entre 60 et 80 lieues à vol d’oiseau entre le camp et l’Isle Adam, lieu de destination.La levée d’impôts supplémentaires, le nouveau statut des prêtres, la suppression en 1789 de certaines des coutumes particulières à la Bretagne, l’enrôlement obligatoire de nouveaux conscrits, la défense de la monarchie créèrent les conditions d’un mouvement contre-révolutionnaire de grande ampleur. C’est qu’on appellera la Chouannerie. En particulier à Fougères que les Chouans prirent au début du mois de novembre 1793 mais n’y restèrent que très peu de temps.Honoré de Balzac écrira en 1829 un livre « LES CHOUANS ou LA BRETAGNE EN 1799 » èreoù l’action se situe principalement à Fougères. (1 édition chez URBAIN CANEL)« Du camp du ruisseau St François au milieu de la forêt de Fougères. Ce premier ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 116
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Lettre d’un soldat républicain stationné dans la forêt de Fougères lors de la guerre avec
les chouans au cours de la période révolutionnaire.
Le soldat évoque sa situation dans un camp situé au lieu-dit St François dans la forêt de
er
Fougères lors des affrontements de l’armée républicaine avec les Chouans. Il écrit le 1
frimaire an III soit le 21 novembre 1794 en réponse à une lettre qu’il a reçu de ses parents le
18 vendémiaire (9 octobre 1794). On observera que la lettre des parents a mis environ un mois
et demi pour arriver au camp.
La lettre comporte la marque postale « 34 FOUGÈRES », la taxe est de 10 sous soit, selon le
tarif de la loi du 22 août 1791, une distance comprise entre 60 et 80 lieues à vol d’oiseau entre
le camp et l’Isle Adam, lieu de destination.
La levée d’impôts supplémentaires, le nouveau statut des prêtres, la suppression en 1789 de
certaines des coutumes particulières à la Bretagne, l’enrôlement obligatoire de nouveaux
conscrits, la défense de la monarchie créèrent les conditions d’un mouvement contre-
révolutionnaire de grande ampleur. C’est qu’on appellera la Chouannerie. En particulier à
Fougères que les Chouans prirent au début du mois de novembre 1793 mais n’y restèrent que
très peu de temps.
Honoré de Balzac écrira en 1829 un livre « LES CHOUANS ou LA BRETAGNE EN 1799 »
èreoù l’action se situe principalement à Fougères. (1 édition chez URBAIN CANEL)
« Du camp du ruisseau St François au milieu de la forêt de Fougères. Ce premier frimaire l’an
ème3 de la République française.
Mon cher père et ma chère mère,
Je vous écris ces lignes pour faire réponse à votre lettre qui était datté du 18 vendémière
dernier qui ma fait un sensible plaisir d’apprendre que vous jouissé d’une parfaite santé pour à
regard de la mienne elle est très bonne ainsi que celle de mes camarades grâce à l’être
suprême.
Je suis très charmé que le rapport que l’on ma fais en votre personne en disans que vous étiez malade est un rapport en vain, mais vous me marqué que cest ma tante Misi. Il faut espérer
que la maladie ne sera point une continuation et même qu’a la reçu de la présente quelle sera
mieux que quand j’ai revu votre dernière lettre. Je vous disai que je ne peut point vous donner
de nouvelle de mon cousin attendu que je ne l’ai point vus depuis le camp de Karentoir et je
peut point vous faire passer mon certificas attendu que comme nous sommes toujours campé
je ne peut le faire passer eu Conseil de l’administration mais cependant comme je vois que
vous me le demandé je vas faire attention a cela et sitôt que depuis que je ne vous ai écris.
Voilà pour le troisième camp que nous faisons, mais la celui ou nos sommes présentement est
encore plus mal placé que tous les autres que nous avons déjà été car nous sommes dans la
forêt de Fougères qui est à deux lieu de la ville de Fougères et nous ne sommes que notre
compagnie car on est campé que par compagnie nous sommes dans le milieu ou sont les
Chouans et les Conspirateurs. Car nous sommes sur le bord de la route ou les Chouans volait
et assasinait preste tout les jours, mais depuis que nous y sommes nous en avons pas encore
vus aucun mais je pense que vous n’aurons jamais grand attaque de ses coquin là car il ne sont
point hardis quand il nous voyent mais cependant il faut toujours se mettre sous ses gardes car
pour nous nous voudrions bien qu’il vienne voir la fin de ses conspirations mais nous sommes
en train de faire toute ces moyens possibles pour tacher de les détruire et nous espérons avant
un mois que tous ces Chouans soit anéantis et bientôt le pais et lunion sera dans la
République.
Je vous prie de me marquer combien ave vous vendu la fillace et de me marquer des nouvelles
du pays. Je n’ai rien autre chose à vous marqué pour le présent que bien des compliments à
mon parin et ma maraine ainsi qua mes oncles et tante, cousin et cousines ainsi qu’à tout mes
voison et voisine.
Voisi mon adresse Guillaume Hude
ème èmeCitoyen Guillaume Hude dans le 2 bataillon de la 19 demie brigade infanterie légère
campé au camp situé à la forêt de Fougères au lieu dit St françois département de la manche
par St Hilaire pour gagner la forêt de fougères.
Bien des compliments au père Cenelier de la part de son fils. ».
NB : filasse est le nom d’une fibre végétale comme le jute et le chanvre.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.