A toute volée

De
Publié par

Jeunes femmes impertinentes provoquant leur amant et prenant le risque de réveiller le fauve qui sommeille, jeux amoureux, punitions recherchées ou redoutées, délices de la soumission… Plusieurs auteurs ont conjugué leurs talents pour vous faire vibrer avec douze nouvelles érotiques sur la fessée, tour à tour drôles ou émouvantes, troublantes ou féroces, toujours cinglantes.
Pour sa première anthologie dans sa collection L’ivre des Sens, L’ivre-Book est heureux de vous présenter ces textes réunis sous la direction de Clarissa Rivière… ou sous sa domination, à vous de choisir.
Publié le : mardi 9 décembre 2014
Lecture(s) : 5 950
Tags :
Licence : Tous droits réservés
Nombre de pages : 39
Prix de location à la page : 0,0001€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

cover.jpg

À toute volée

 

Nouvelles érotiques

 

Anthologie dirigée par Clarissa Rivière

 

 

 

 

 

 

 

Illustration : Denis Verlaine

 

 

 

 

Éditions L’ivre-Book

La Portière – Miss Kat

 

 

 

La portière claque. Elle ignore encore que ce bruit restera gravé dans sa mémoire, de même que le mouvement de sa queue de cheval sur sa nuque alors qu’elle se dirige vers la porte de son appartement. Il ne la suit pas. Elle ne le regarde pas. C’est fini. Elle ne l’appellera plus. Elle entend la voiture redémarrer, puis s’éloigner. Puis plus rien.

Elle allume toutes les lumières, met la télé, l’éteint, fait bouillir de l’eau pour un thé, se souvient qu’il est tard. Elle ne sait plus depuis quand elle a son téléphone dans la main. Menu, répertoire, son nom. C’est fini. Il ne l’appellera plus.

La nuit est tombée, le silence avec elle. Depuis sa fenêtre, elle aperçoit l’endroit où il était garé. Elle se revoit descendre, la tête trop haute. Trop fière. Elle lui a dit non. Mieux : elle lui a fait comprendre qu’elle n’était pas d’accord, en quittant la voiture sans un mot. Quel était le sujet ? Moins d’une heure après, elle ne s’en souvient plus, tant l’important était que, pour une fois, elle décide. De mettre fin à leur relation ? Elle n’avait pas mesuré les conséquences de son geste. Sur le moment, seul comptait le fait de lui montrer qu’elle pouvait être la plus forte.

Pas évident de se faire sa place quand l’homme dont vous êtes amoureuse a presque vingt ans de plus que vous… Elle ne sait pas réagir avec mesure. Avait-elle besoin de claquer la porte ? S’il ne la rappelait pas, elle l’aurait bien cherché.

Le téléphone vibre dans sa main. Son cœur se met à danser : il la rappelle déjà ! C’est sa mère. Elle n’écoute pas et coupe la conversation. Plutôt mourir que d’attendre le téléphone à la main. Elle pose l’appareil et va se faire couler un bain. La soirée et la nuit passent entre mépris pour le petit combiné et œillade en coin. Il ne sonnera plus de la soirée.

 

Toute honte bue, elle l’appelle le lendemain. Elle s’apprête à implorer son pardon, quitte à fondre en larmes. Il comprendra qu’elle a été stupide. Elle s’attend à un ton froid, distant. Elle est surprise de le trouver charmant. De sa voix la plus douce, il veut savoir comment elle va, assure ne pas lui en vouloir, envisage de la voir très bientôt…

« Tu imagines bien que je ne vais pas laisser passer ton insolence, chérie. »

Elle est tellement soulagée qu’elle ne perçoit pas le sous-entendu :

— Je me repends, mon amour, je t’assure !

— Je n’en doute pas. Tu vas même le prouver.

Elle rit.

— Tout ce que tu veux !

— Ne crois-tu pas que ta sortie d’hier mérite une bonne fessée ?

Son cœur manque un battement. Un blanc s’installe. Elle n’est pas surprise : pas plus tard qu’hier, il évoquait son goût pour ce jeu. Elle avait écouté. Elle ne connaît pas cet univers, mais il l’attire. Il l’a évoqué de telle manière que les images s’étaient imposées à elle : une jeune femme les mains dans le dos, la culotte aux chevilles, les fesses rouges. La même (elle, déjà ?) en travers des genoux de son amant, le cul à l’air… La marque rouge qui s’imprime sur la peau blanche… Sa voix la sort de son fantasme :

— Alors ? Qu’en penses-tu ?

— Oui…

— Oui, quoi ?

Sa voix a changé. Rauque, plus ferme. Partagée entre la peur et l’envie, elle sait que sa réponse déterminera leur prochaine rencontre.

— Oui, tu as raison.

Plus tard, quand elle repensera à cette conversation dans la solitude de sa chambre, elle se dira qu’elle avait peur de le perdre.

— Dis-le.

Elle tremble. Le désir lui mord le ventre, les images s’entrechoquent. Elle respire à fond :

— Je mérite une bonne fessée.

— Et tu vas la prendre, crois-moi.

Il raccroche.

Il lui fera souvent répéter cette phrase avant de la revoir. Elle peut dire aujourd’hui que cette fessée fut la plus fantasmée de son histoire. Chaque conversation la laisse à la fois en feu et glacée de trouille. Il en joue, tantôt cajoleur, tantôt froid. Il veille à l’avoir en main.

Enfin, ils fixent une date. Elle voudrait se faire belle pour lui, mais il la douche d’une phrase :

« Les pisseuses s’habillent en jeans. »

 

C’est donc vêtue en l’étudiante qu’elle est encore, qu’elle le retrouve ce jour-là. Elle entre dans la voiture. La porte claque. Il roule, les yeux sur la route. À une ou deux reprises, elle tente une approche, un mot… Son babillage se perd dans l’habitacle. Elle se laisse conduire en silence jusqu’à la lisière d’une forêt. Le trajet lui a semblé durer une éternité, pourtant, ils ne sont qu’à quelques kilomètres de chez elle.

« Donne-moi ta bouche. »

Encore cette voix, sans réplique. Elle l’embrasse, heureuse de retrouver enfin un peu de proximité. Une main sur sa nuque, il la dévore. Elle promène ses mains sur son pantalon, jusqu’à son entrejambe. Il bande. Comme chaque fois qu’elle sent l’effet qu’elle lui fait, elle se sent rassurée. De son autre main, il dégrafe son jeans. Sa main se glisse entre ses lèvres. Sans qu’il ne le lui demande, elle écarte un peu plus les cuisses. Le dernier bouton de son jeans saute sous l’assaut. Il titille son clitoris. Elle mouille et soupire de plaisir.

« Sors. »

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Avertissement

Ce thème est destiné à un public légalement majeur et averti. Il contient des textes et certaines images à caractère érotique ou sexuel.

En entrant sur cette page, vous certifiez :

  • 1. avoir atteint l'âge légal de majorité de votre pays de résidence.
  • 2. avoir pris connaissance du caractère érotique de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 5. consulter ce document à titre purement personnel en n'impliquant aucune société ou organisme d'État.
  • 6. vous engager à mettre en oeuvre tous les moyens existants à ce jour pour empêcher n'importe quel mineur d'accéder à ce document.
  • 7. déclarer n'être choqué(e) par aucun type de sexualité.

Nous nous dégageons de toute responsabilité en cas de non-respect des points précédemment énumérés.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant