Séquences privées (Tome 1) - Troublante addiction

De
Publié par

Ancien réalisateur de talent pour Hollywood, Rill Pierce s’est installé à Vulture Canyon, Illinois. Jadis véritable bourreau des cœurs, l’Irlandais est aujourd’hui méconnaissable. Depuis la mort tragique de sa femme Eden, il noie son chagrin dans l’alcool et la solitude. Bien décidée à tirer Rill de ce mauvais pas, Katie Hughes plaque son job d’avocate à Beverly Hills pour venir le rejoindre. Elle est la petite sœur d’Everett, le meilleur ami de Rill, et l’ex-confidente d’Eden. Entre eux, toute liaison semble interdite, et pourtant, Rill a plus que jamais besoin de la chaleur d’une femme. La passion troublante que lui inspire Katie le sauvera-t-elle de ses démons ?
Publié le : mardi 8 juillet 2014
Lecture(s) : 11
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290077825
Nombre de pages : 416
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Troublante addiction
Du même auteur aux Éditions J’ai lu
Laisse-moi te posséder Semi-poche
BETH KERY
S É Q U E N C E S P R I V É E S – 1 Troublante addiction
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Célia Chazel
Titre original ADDICTED TO YOU (écrit sous le pseudonyme Bethany Kane)
Éditeur original Eternal Romance, an imprint of Headline Publishing Group, published by arrangement with Berkley, a division of Penguin Group (USA) Inc.
Bethany Kane, 2011 Pour la traduction française Éditions J’ai lu, 2013
Remerciements
Je remercie mon agent, Laura Bradford, et mon éditeur, Leis Pederson, pour leur soutien fidèle et leurs encouragements. Merci à Léa et Mary pour leur première lecture – votre aide est toujours inestima-ble. Je souhaite également exprimer mon immense gratitude à mes lecteurs. Vous m’êtes très précieux.
1
Sachant qu’aucune personne saine d’esprit n’aurait voulu lui rendre visite, Rill fut très surpris d’entendre frapper à sa porte. C’était peut-être Sherona Legion ? Il avait pourtant dit à la seule personne susceptible de s’intéresser à lui à des lieues à la ronde – la douce et généreuse She-rona – de s’abstenir de toute visite. Qui sait ce qu’il aurait pu lui faire, dans l’état où il se trouvait par sa propre faute ? Bien sûr, Sherona l’avait pris au mot depuis un an et demi. Il était donc bien incapable de dire qui tentait de faire irruption dans sa solitude d’ivrogne. Cet événement le prenait tellement au dépourvu qu’il retrouva brièvement les réflexes de son ancien moi – son moi civilisé – et se hâta d’aller ouvrir. Il tré-bucha aussitôt sur l’inutile petit tapis de l’entrée et s’effondra de tout son long, tel un arbre abattu. Une bordée de jurons aux lèvres, il se redressa. Le Rill Pierce sauvage et fier reprenait le dessus. 9
— Oh, Seigneur ! Comment ce vaillant guerrier 1 est-il tombé ? entendit-il dire au-dessus de lui. Il releva les yeux tout en se débattant avec le tapis et vit d’abord de longues jambes et des hanches sen-suelles. Non, ce n’étaitcertainementpas Sherona Legion. Son regard s’attarda un peu trop longtemps sur une merveilleuse entrecuisse, qui lui donna aussi-tôt des envies de débauche. Il afficha un large sourire. S’il avait enjoint à Sherona Legion de ne pas venir le voir, c’était pour une bonne raison. Quand il était saoul, il ne contrôlait quasiment plus ses pulsions. C’était aussi pour ça qu’il s’était juré depuis longtemps de ne jamais boire à l’excès en présence de femmes. Or celle qui se tenait devant lui, à Vulture Canyon, Illinois, ne pouvait pas être réelle. Rill en vint à la conclusion absurde qu’un ange du sexe, que Dieu avait vêtu d’un débardeur moulant et d’un jean fuselé, venait d’apparaître à sa porte. À supposer qu’une divi-nité quelconque fût chargée de veiller sur lui – ce dont Rill doutait fortement, sachant qu’il était le vice incarné – alors, cet être omniscient savait qu’il n’appréciait rien tant qu’une belle femme en jean moulant. Il se força à détacher les yeux de cet entrejambe ten-tateur et releva la tête. Il sourit comme un idiot en apercevant une couronne de cheveux bruns tissés d’or et des seins généreux, soulignés par un écrin de coton blanc. — Hé, hé, hé… qu’est-ce que nous avons là ? mar-monna-t-il d’une voix épaisse, tout en saisissant l’arrière des cuisses de la visiteuse entre ses mains.
1. Citation d’un verset de la Bible, Samuel II 1 :25. (N.d.T.) 10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Stagiaire

de numeriklivres

L'Enfant

de LIGARAN