Mutilée, voire même violée

Publié par

J'ai songé à cette douleur immense, ces larmes sans que personne ne me comprenne... Je souffre, certainement en silence.

Publié le : mardi 7 janvier 2014
Lecture(s) : 118
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
J'ai songé à cette douleur immense, ces larmes sans que personne ne me comprenne... Je souffre, certainement en silence. Chaque soir pourtant, je me coupe un peu plus la peau, mon avant-bras est devenu la marque d'une terrible souffrance. Je n'en peux plus. Mon poing se serre tellement fort, j'ai envie de mourir chaque jour. Ma meilleure amie, me rappelle ô combien je compte pour elle, souvent... J'en ai les larmes aux yeux car je ne voudrais pas la quitter... J'ai vu son regard briller, ses mains trembler quand elle a vu le corps dont j'étais prise au piège. Tard le soir, il m'arrivait de devoir écrire ces quelques mots, greffés sur un petit bout de papier, je voulais partir... Certainement abandonner. Comment pourrais-je avoir confiance, maintenant ? Et dire qu'au lieu de me soutenir, on me juge... On me rejette... La poitrine serrée, je sais qu'un jour, je m'en irai pour de bon. Ma maman, que j'aimerai pour la vie, découvrira qu'en fait j'aurais terriblement eu besoin d'elle. Elle l'ignore sûrement, car je me tais, je ne prononce de phrase. Je veux tellement la voir heureuse... Mais honnêtement, je ne le suis pas... Alors, à ma façon, aussi modeste soit-elle, je voudrais vous dire merci, à vous mes lecteurs. Le voyage se fera donc sans moi. Mon heure est certainement venue... Mais je n'en peux p...
La fillette de 14 ans, après avoir écrit ce texte, est morte, dans un bain de sang. Sa maman, divorcée depuis des années, s'est suicidée le lendemain...
Les commentaires (2)
Écrire un nouveau message

17/1000 caractères maximum.

Steven.Vadcar

Je voulais vraiment accentuer l'idée de pouvoir ressentir un choc émotionnel, quelque chose de violent, de poignant. Ce texte provient d'un ressenti extérieur, une confidence presque muette, tant les mots ont dépassé la douleur. Je trouve ça encourageant de pouvoir s'exprimer véritablement, avec dureté.

Merci pour votre commentaire PapyEmile !

jeudi 23 janvier 2014 - 21:36
PapyEmile

Le texte est émouvant, traite d'un sujet difficile mais malheureusement très réel... Mais je suis dérangé par la dernière phrase du récit.
L'expression de la difficulté à porter au quotidien le poids de cet événement, de supporter les vives séquelles que cela a laissé, se suffisait. L'absence de fin au récit - telle une vie en suspens - aurait renforcé le propos.
Mais cette dernière phrase a un goût de recherche du sensationnel, semble vouloir choquer. Le sujet n'est-il pas suffisamment choquant de nature pour souhaiter choquer davantage ? N'est-on pas dans une surenchère qui fait basculer le texte dans le malsain ?

mercredi 8 janvier 2014 - 09:46