Ciel Mer Terre

De
Publié par

Ciel , Mer, Terre Face auciel età lamer, Dans ce paysage mouvant Il ne fait jamais triste Quel que soit le temps. Il ne fait jamais mauvais.

Publié le : vendredi 16 octobre 2015
Lecture(s) : 10
Licence : Tous droits réservés
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Ciel , Mer, Terre
Face au ciel et à la mer,
Dans ce paysage mouvant
Il ne fait jamais triste
Quel que soit le temps.
Il ne fait jamais mauvais.
Il fait la vie
Il fait l’espoir
Il fait la liberté
Il fait le bon.
Il fait l’apaisement
La source
Le commencement.
Il fait « Ah, je respire ».
Partout ailleurs
On peut dire qu’il fait mauvais,
Mais pas ici.
Ici le ciel et la mer
Parlent, chantent
S’engueulent parfois
Sous des couleurs diérentes.
Ici il fait gris clair,
Gris lumineux,
Gris joyeux
Gris qui a quelque chose à dire.
Et quand il fait gris fonçé ?
C’est pareil,
Il fait gris qui raconte des histoires.
Et quand il pleut ?
Quand il pleut
Mettez vous à l’abri et écoutez…
Regardez…
Prenez- en plein les yeux
Et le visage.
Après la pluie
Quand le vent a séché en partie la digue,
A ciel ouvert vous y serez comme au cinéma.
Le ciel et la mer de l’asphalte
A vos pieds
Vous orira son spectacle :
Un ours, un requin, un hippocampe
Viendront vous saluer.
Des continents, de l’art moderne,
Il y en a pour tous les pieds.
Des bras qui se tendent et forment des cœurs
Comme des amoureux qui prennent un selîe sur la plage.
Il y a Bart Simpson, Barba maman
Il y a le coin des dinosaures, toute une galerie.
Un peu d’anatomie,
Un bassin, un fémur et tout un joyeux mélange
Et par-dessus
L’empreinte d’un pas, parfois.
Et puis il y a ce que vous y verrez.
Sur le sable quand vous relevez la tête,
Une étendue de mouettes.
On pourrait jouer aux dames.
Les vagues et les mouettes se parlent.
Certaines prennent un bain de pattes, d’autres dorment
Certaines courent et slaloment, d’autres font leur toilettes.
Pendant que la mer monte
Une isolée sur son petit rocher
Mangera sa moule,
Avant que la mer ne gagne
Et ne la fasse s’envoler.
A l’atelier de peinture sur la digue
Des hommes et des femmes en blouses blanches
Peignent, joyeux comme des mouettes,
Des tableaux colorés que la nature ore à leurs pieds.
Juliasmile1 16 octobre 2015
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Tu me hurles

de juliasmile1

2 avril 2011

de juliasmile1

suivant