lecture analytique (bac français): "le pont mirabeau" Apollinaire

Publié par

« Le pont Mirabeau » Introduction: «Le pont Mirabeau» fut écrit par Apollinaire lors de la belle époque. Cette  dernière est une période euphorique et heureuse de 1890 à 1914 qui sera idéalisée lors  de la Ière guerre mondiale. Ce poème est inscrit dans l’esprit nouveau, mouvement  initié par Apollinaire lors d’une conférence en 1917. Il répond à 5 critères que sont:  l’effet de surprise, le poète qui occupe la place d’un prophète et d’un visionnaire,  l’inspiration   venant   du   quotidien,   l’exaltation   du   progrès   scientifique   et   enfin  l’utilisation d’un lyrisme moderne. L’auteur est un écrivain moderne et avant gardiste  de la première moitié du 20ème siècle. Apollinaire est voyageur et cosmopolite et  utilise ce pseudonyme en référence à apollon et à son grand père maternel. Son  oeuvres phare fut le recueil Alcools paru en 1913 qui mêle modernité et tradition. Ce  florilège doit son nom à Blaise Cendrars qui le souffla à notre écrivain lors d’un diner  chez les Delaunay. Apollinaire composa également d’autres recueils  comme Poèmes  à Lou et Il y a mais ne se cantonna pas seulement à faire de la poésie. En effet, il est  l’auteur d’oeuvres variés comme des calligrammes, des pièces de théâtre ou encore  des chroniques. «Le pont Mirabeau» est le 2ème cours poème du recueil, situé après  «Zone» qui est très long; ce qui octroi au recueil un certain  dynamisme.
Publié le : vendredi 4 janvier 2013
Lecture(s) : 1 196
Licence : Tous droits réservés
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
Introduction:
«Le pont Mirabeau»
«Le pont Mirabeau» futécrit par Apollinaire lors de la belleépoque. Cette dernière est une période euphorique et heureuse de 1890à1914 qui sera idéalisée lors de la Ière guerre mondiale. Ce poème est inscrit dans l’esprit nouveau, mouvement initiépar Apollinaire lors d’une conférence en 1917. Il répondà5 critères que sont: l’effet de surprise, le poète qui occupe la place d’un prophète et d’un visionnaire, l’inspiration venant du quotidien, l’exaltation du progrès scientifique et enfin l’utilisation d’un lyrisme moderne. L’auteur est unécrivain moderne et avant gardiste de la première moitiédu 20ème siècle. Apollinaire est voyageur et cosmopolite et utilise ce pseudonyme en référenceàet apollonàgrand p sonère maternel. Son oeuvres phare fut le recueil Alcools paru en 1913 qui mêle modernitéet tradition. Ce florilège doit son nomàBlaise Cendrars qui le soufflaànotreécrivain lors d’un diner chez les Delaunay. Apollinaire composaégalement d’autres recueilscomme Poèmes àLou et Il y a mais ne se cantonna pas seulementàfaire de la poésie. En effet, il est l’auteur d’oeuvres variés comme des calligrammes, des pièces de théâtre ou encore des chroniques. «Le pont Mirabeau» est le 2ème cours poème du recueil, situéaprès «Zone» qui est trèdynamisme. Apollinaires long; ce qui octroi au recueil un certain l’aécrit des suite de sa rupture avec Marie Laurencin ce qui en fait donc un poème autobiographique. Il a choisit ce précisément ce pont parisien car il venait s’y promener avec sa bien-aimée et sa structure métallique démontre une certaine modernité. Les grands thèmes de cette poésie sont la fuite du temps liéàl’eau qui coule et l’amour perdu. Nous pouvons donc nous demander: comment Apollinaire renouvelle-t-il le lyrisme traditionnelle? Pour répondreàcette problématique nousétudierons d’abords la faceélégiaque de ce poème puis le renouvellement du lyrisme et des clichés poétiques.
I Un poème Elégiaque
A.qiupsaesssreniotdupsemLpxe
Ce poème est dominéle temps pr parésent. A la 1ère strophe le poète utilise le présent d’énonciation ainsi que l’imparfait qui est un passéd’habitude et démontre une absence de la durée dans le temps. La 2ème strophe est entièrement au présent ce qui indique une tentative désespéréde faire ressurgir l’amour perdu. La 3ème strophe constituéde présent d’énonciation qui est le constat d’unéchec qui glisse vers un présent de véritégénéral. La 4ème strophe utilise le présent de véritégénéral qui souligne un passédéfinitivement révolu et un amour qui ne reviendra jamais. Le
refrain est un présent d’énonciation quiévolue vers un présent de vérité général grâceàsa répétition. Ce refrain traduit les 3 types de temps: la nuit qui est un temps de répit pour notre amoureux, les heures qui traduisent son ennuie et le jour révèle une certaine systématisation. Au vers 19«passent les jours et passent les semaines» fait apparaitre la monotonie, car c’est comme cela tout le temps et prend de l’amplitude. Beaucoup de termeévoquent la fuite du temps comme:«passer», «couler», «venir», «s’en vont», «passe», «s’en va», «revienne», «passage». Tout ceci fait référenceàl’eau qui coule qui est reliéàla disparition de l’amour. Ce qui nous dévoile deux thématiques que sont le temps qui nouséchappe et la tradition romantique. L’absence de ponctuation fait comprendre que l’auteur souhaite que le temps passe afin qu’il arrête de souffrir, il en est presque au point de vouloir mourir (légère tendance suicidaire).
A.epoLème est une complainte sur l’amour disparu
La comparaison centrale du poème est celle de l’amour et de l’eau qui reflète un lyrisme traditionnel qui faitécho au premiervers. Le passage de cette eau sous le pontévoque une analogie entra l’eau et le temps donc l’amour et le temps qui passe. Ce poème présente une caractéristique du registre lyrique et du genreélégiaque: la mort de Marie pour Apollinaire. Les thèmes lyriquesévoqués sont les suivant: la nature, la mort, le souvenir, le temps qui passe et l’utilisation de la 1ère personne. Les thèmesélégiaque sont la souffrance et la sensation de colère et d’être victime. Ce poèdu mouvement romantique.me fait donc parti
I.Une image symbolique de la permanence de l’être
Le pont est une figure solide, immobile et statique qui représente la permanence et l’éternité. Ce qui fait référenceà lacroyance de tout les jeunes couples qui s’imagine que leur amour durera toute leur et vie (seraéternel) cf vers 7. Le pont est un lien entre les 2 rives qui crééun passage. Il y a un parallélisme de conçu entre le pont et le poète. Ce ci rejoint l’image du pont qui s’opposeàl’eau qui bouge.
II Le renouvellement du lyrisme et des clichés poétiques: un poème musical et incantatoire
A.Lrlesnetfraiereépétitions: une forme-sens fondée sur la circularitéet les répétitions
Les enjambements jouent un rôle important dans le poème car ils rompent avec la
tradition et brouille les pistes (processus chère au coeur des cubiste). Par exemple les V1 et 2 en forme un ou les vers 1, 2 et 3 en forme un autre ce qui donne des vers polysémiques car le sens change. Pour le premier il y a association des thèmes de l’eau et de l’amour alors que pour le 2ème l’amour est le COI du verbe souvenir ce qui embrouille le lecteur. De même pou l’absence de ponctuation. Le refrain crééune ambiguitécar on peut placer une virgule après «vont» qui est remplaçable par «et» et «mais» qui produisent un sens toutàfait différent: avec «mais» l’auteur prend la place d’une victime alors qu’avec «et» c’est plutôt une affirmation. Ce qui confère une grande richesse au texte et affirme sa modernité. La 2ème strophe n’est construite que d’enjambements qui traduisent la lutte et la résurgence du souvenir teintéd’un certain emballement car Apollinaire veut que le souvenir revienne, il veut retenir le temps mais c’est unéchec. Dans 3ème strophe le poète apparait comme abattu et découragé:«je demeure tout seul». Il n’y a donc pas d’enjambements. A la 4ème strophe les enjambements ont disparu et le poème en devient fluide (comme de l’eau qui coule) Ce poème est une chanson car il contient un refrain qui rend un effet cyclique et donne une certaine rengaine qui est marquépar la répétition de vers. Vers 1 et 2, Vers 13,«comme»vers 16. Le poème acquière une structure symétrique comme aux vers 7, 8 et 9 ainsi que les vers 20 et 21. Un effet sonore est créé, c’est la musicalitéde la chanson.
A.usmalicitaLédu poème: un rythme qui crée des ambiguïtés et des sonorités très travaillées.
Les rimes du «Pont Mirabeau» sont principalement féminine ce qui crée des rimes ouvertes qui vibrent et sont indéfinie. Ces rimes suggèrent donc la plainte de l’auteur comme cette sonoritéen «hou». Le refrain rend un effet de circularitérépétitive. Au vers 16 il y a une diérèse:«violente». «La vie est lente?» estun vers impair du refrain et particulièrement musical.
I.implicitLaséet la pudeur extrêmes dans l’expression du sentiment.
Les marque de personnes au cors du poème sont assez différente: NosÞcouple/ lecteur JeÞ} bascule dans le «je» m’Þ} nos/vousÞApollinaire et Marie je 3ème personne Je les je
L’auteur passe de«nos amours»à«les amours»qui est une g ceénéralisation qui souligne une pudeur. Ceci montre qu’il se défait petità petitde Marie. Ces 2 remarques font preuves de modernité.
Conclusion:
En somme, Apollinaire renouvelle le lyrisme grâceàl’expression du temps qui passe,àla complainte de son amour perdu et de l’image symbolique que formele pont sur la permanence de l’être. Il y parvientél’usage de rgalement parépétitions, du refrain, de la musicalitécertaine du poème et enfin de la simplicitéet de la pudeur dont il fait preuve pour l’expression de ses sentiments. Cependant nous pouvons remarquer un certainécho entre ce poème et «Cors de chasse» car il sont tout deux une complainte sur la perte de l’être aimée et conservent une relation au temps qui passe particulière. Leur musicalitéest semblable et tout deux nous emportent par un effet de circularitéde part les rimes et les répétions.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Lisez à volonté, où que vous soyez
1 mois offert, sans engagement Plus d'infos

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi