Les salles de pause

De
Publié par

Salles de pause Dans les salles de pause Sur le panneau d’afichage Il y a des aimants ramenés des vacances Des cartes postales d’endroits ou nous n’irons jamais, Des palmiers, des coquillages, du soleil et du ciel bleu, Parfois même, un

Publié le : samedi 23 avril 2016
Lecture(s) : 15
Licence : Tous droits réservés
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Salles de pause
Dans les salles de pause
Sur le panneau d’afichage
Il y a des aimants ramenés des vacances
Des cartes postales d’endroits ou nous n’irons jamais,
Des palmiers, des coquillages, du soleil et du ciel bleu,
Parfois même, un peu de sable d’une plage lointaine où bien sûr il fait
beau et où tout
était génial.
Et puis il y a aussi une carte postale d’hommes bronzés, musclés et nus :
l’équivalent des femmes en bikini qui montrent leurs fesses quand vous
mangez
votre sandwich et que vous relevez la tête.
Il y a aussi des faire- part
Des bébés, des mariés.
Des places de concert de Louane
Un voyage du CE
Un petit mot important au marqueur pour l’équipe,
Une liste à l’année de l’approvisionnement du café,
« Bénédicte la semaine prochaine c’est toi. »

Dans les salles de pause il y a des groupes par fonction qui déjeunent ou
prennent le café.
Ca piaille dans tous les sens et au milieu il y a parfois un homme,
Un peu eféminé à force.
Il y a Jeannine qui critique Françoise dans le couloir et Jeannine en salle
de pausequi raconte à Françoise la dernière de Sylviane avec un grand sourire.
Tout le monde cause et personne ne s’écoute vraiment.
La porte est fermée et si vous l’ouvrez
Par le hublot comme dans un bateau
Vous vous prendrez la vie de ce petit monde en plein visage, le brouhaha
assis, dans la chaleur étoufante d’une petite salle où les regards
prennent un air désapprobateur.
Fermez les yeux un instant et écoutez :
Ca ressemble à un essaim d’abeilles, un spectacle d’avions acrobates, le
vent dans les arbres pendant la tempête, des caddies qui roulent, un
concert où chacun accorde son instrument et où le concert n’aura pas
lieu, un restaurant bondé avec le brouhaha en toile de fond, le
périphérique, le métro qui passe, une piscine couverte, un forum étudiant
bondé.
Dans les salles de pause, il y a une cuisine, un frigo, des micro ondes, des
restes de nourriture que l’on n’a pas distribué.
C’est un peu comme à la maison mais pas vraiment.
Il y a des plateaux un peu jolis, souvenir de cadeaux d’anniversaire.
Des tasses ébréchées mais quand même plus jolies que celles du boulot.
Quelques tentatives de décoration pour personnaliser un peu le lieu.
La vaisselle après le repas est collective et conviviale et petit à petit
chacun repartira à ses occupations.
L’heure de la pause est fnie.
Juliasmile1 Vendredi 2 avril 2016 21 :40

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Tu me hurles

de juliasmile1

2 avril 2011

de juliasmile1

suivant