Merci Jean Ferrat

De
Publié par

Samedi 13 mars 2010... La nouvelle est tombée : « Jean Ferrat s'est éteint aujourd'hui... » Je suis frappé par la douleur. L'artiste m'a construit, l'homme m'a ému. Deux heures plus tard, le téléphone sonne. C'est Julie, mon premier amour d'il y a 30 ans - Depuis que j'ai appris la mort de Ferrat, je ne pense qu'à toi. L'auteur se met à nu pour offrir un hymne au plus précieux des trésors : la fidélité des sentiments et la foi en l'homme.

« Chaque apparition, chaque prise de parole de Ferrat était un miracle d’éclat et de liberté. La chanson a ses vrais poètes : ceux que la musique a choisis pour dire l’essentiel. Jean Ferrat y ajoutait une conviction en l’homme et une force profonde. »


Publié le : jeudi 15 janvier 2015
Lecture(s) : 19
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782365921961
Nombre de pages : 69
Prix de location à la page : 0,0045€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
couv.jpg

 

 

Georges Grard

 

 

 

 

Merci Jean Ferrat

 

 

 

Grrrart_clap.jpg

 

 

 

Éditions GRRR…ART

3, Résidence Saint-Paul, 78660 Allainville aux Bois

Tél. / Fax : 01 30 41 89 50

Sites Internet : http://grrrart.free.fr

http://leoetlu.free.fr

 

ISBN : 978-2-36592-196-1

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction strictement réservés pour tous pays.

© Éditions GRRR…ART

 

 

Avertissement

 

 

Ce livre est un roman, le roman d’une vie.

De ma vie ?

Un peu, beaucoup, passionnément !

C’est surtout l’histoire d’une rencontre avec un artiste qui a marqué la création et notre culture, avec un homme vrai, sans prétention, et avec une œuvre incomparable…

J’avais envie de lui dire : merci d’avoir été là, d’avoir été cet « ami intime » depuis tant d’années !

C’est aussi l’histoire d’un amour, du premier…

 

C’est si peu dire que je t’aime 

Et je n’aurai dit que je t’aime

 

Poème d’Aragon

Le Fou d’Elsa,
extrait de « Journal de moi 
»
Musique Jean Ferrat (1965)

 

 

DU MÊME AUTEUR

 

 

Livres Jeunesse :

« Alphabet des métiers farfelus » (dès 8 ans) illustrations de Ludovic Joffrain (1999) /« Il était une fois moi un footballeur, moi une princesse » (7-9 ans) illustrations de José Jover et Michèle Rimoux (1999) /« Aujourd’hui : promotion » (dès 9 ans) illustrations de Francis Labarthe (1999) / « Alphabet-bêtes farfelues » (dès 8 ans) illustrations de Ludovic Joffrain (2000) / « Alphabet des inventions farfelues » (dès 8 ans) illustrations de Ludovic Joffrain (2003) / « Géo et la planète rose » (3 à 7 ans) illustrations d’Alexis Ferrier (2003) / « Toi m’aimes ? » (3-6 ans) en collaboration avec Evelyne Bonhomme. illustrations de Louvenn (2005) / « Géo et la planète noire » (3 à 7 ans) illustrations d’Alexis Ferrier (2008) / « Fables bulleuses » (à partir de 9 ans et plus si affinités !) nouvelles, jeux littéraires et poésies (2004 / « Ce qu’il faut… TERRE ! » (dès 7 ans) illustrations de Julie Petit (2010).

 

Bandes Dessinées :

« Léo et Lu » dessins de JAK Tome 1 « On est tous frère...soeur ! », Tome 2 « Au 2nd tour », Tome3 « Un mois sans toit », Tome 4
« Deux fois parents ! », Tome 5 « Eux à la neige ! », Tome 6 « En plein dans le Nil » / « La bande à Ed » dessins de JAK, tome 1 « La bande à Ed » Prix Handi-Livre du meilleur livre jeunesse 2007, tome 2 « Tous à Peyrax ! » / « Les Cheminotes » dessins de JAK (2009) / « Les 40 Plus grandes qualités des femmes » avec Jean-JacquesThibaud, dessins de West et El Souiri (2009) / « Les 40 Plus grandes qualités des hommes » avec Jean-JacquesThibaud, dessins de West et El Souiri (2009) / « Foot et moi… dehors ! » dessins de Paul Glaudel (2009) / « En direct d’Alzheimer » avec Jean-Jacques Thibaud. Dessins de Robin Guinin (2010).

 

Livres d’humour :

« Céleste » « Le premier de nous deux qui rira... » dessins de Michel Pichon (2006) / « Le Mot Tif » Humour dessins de JAK (2007) /« Mes rêves… rient » Pensées humoristiques « acéré-alistes », aphorismes… (2005).

 

Romans :

« La dernière lettre » (2007) / « Diam en TER » avec André-Bernard Cédaire (2008) / « Y-a-t-il un auteur dans la salle ? » avec Bernard Esposito et Anne Fatet-Pilote (2009).

 

Contes :

« Les contes de la forêt de Rambouillet » Ouvrage collectif (« Le cerf et le roi ») (2008) / « Contes et légendes d’Eure-et-Loir » Ouvrage collectif (L’homme et l’enfant) (2009) / « Mystères et légendes du Béarn » Ouvrage collectif (« Le jour où les enfants…») (2010) / « Contes et légendes de Vendée » Ouvrage collectif (« La Faute ») (2010) / « Contes et légendes des Yvelines » Ouvrage collectif (« Le Gabiot d’Allainville aux bois ») (2010).

 

Jeux :

« Les Handispensables » Jeu de cartes sur les handicaps avec Benoît Carpier (Keski) et des dessins de JAK (2009) / « Jeux à la carte » 50 jeux littéraires (mots-valises, rimes, énigmes, périphrases…) avec Jean-jacques Thibaud (2010).

 

 

Tous les livres à GRRR…ART EDITIONS
http://grrrart.free.fr

Sauf « Aujourd’hui : promotion » chez Tartamudo Editions

 

 

Tu aurais pu vivre encore un peu

Pour notre bonheur, pour notre lumière

Avec ton sourire, ton esprit rebelle

Ton air généreux… 

 

« Tu aurais pu vivre »

Paroles et musique

de Jean Ferrat (1991)

 

 

Samedi 13 mars 2010, 20 heures.

 

 

J’allumai la télévision… J’aimais voir le décolleté des égoïsmes et des prudes vertus. Les informations offrent avec exaltation leur lot d’orgueils, d’hypocrisies et de violences insensées. Mais ce soir-là, une photo de Jean Ferrat s’affichait plein écran. Non, pas lui ! Pas Ferrat ! Je ne pris que quelques bribes du commentaire :

« … Jean Ferrat s’est éteint… ». Je pleurai aussitôt…

Tout mon corps était secoué de spasmes chaotiques, irrépressibles… Mes jambes ne me portaient plus. Je m’effondrai sur le sol carrelé.

Ève m’observait. Je sentis de l’étonnement, ou pire… Nos regards se croisèrent. J’appelais au secours mais les yeux d’Ève me lançaient des lames froides. Elle tenta un sauvetage maladroit :

– C’est triste… ce n’est que Ferrat !

– Que Ferrat ! Mais qu’il crève ton Pagny !

J’aurais pu dire Maé ou Noah… Ça n’avait pas de sens.

Ève se tut. Elle n’aimait pas les conflits. Cette violence verbale l’avait bousculée et les excuses n’y changeraient rien.  Elle se leva, prit ses affaires et s’en alla.

– Je reviendrai quand tu seras en paix ! lâcha-t-elle.

Le constat était terrible… Ève ne connaissait rien de moi !

Les images défilaient dans la lucarne… Le message présidentiel, une hérésie au milieu d’un concert de louanges. Puis, les nouvelles du monde… Je passai sur TF1... Service minimum… On ne doute pas qu’ils se rattraperont à la mort de Johnny…

À la télé aujourd’hui, ils transforment tout en farce, en banalité, en nouveau concept, en polémiques… Les rumeurs font place aux demi vérités. J’avais l’impression que plus personne ne contrôlait rien, qu’il suffisait d’affirmer pour être sincère, de se moquer pour être drôle, de dévoiler pour être crédible. Un rythme soutenu, un flot de nouvelles, une cour d’experts, et l’affaire était pliée…

Michaël Jackson était mort en juin 2009, quinze jours de folie médiatique en attendant la sortie du film et des prochains disques. Mort le roi de la pop ? Pensez donc… Qui a vu son corps ? Et le rapport d’autopsie ?Vous avez entendu le lapsus de son frère ? C’était reparti… On ressortait les mêmes connaisseurs, les grands spécialistes, le tout-venant et la cohorte des proches à quelques mois d’intervalle. La machine s’emballait à nouveau…

Ferrat, tu ne peux pas partir, ils sont devenus fous ! Ou alors, ils ont mis sur pied un plan « d’ abêtisation » qui profite aux élites et aux tenanciers du pouvoir. Rendez-vous compte, ils ont même inventé la télé-réalité, ils tronquent les mots, s’approprient notre réel et le transforment en néant, en vide sidéral, pour nous refourguer leur boisson gazeuse et autres sucreries informatiques. Entre cireurs de pompes, funèbres pseudo-philosophes, journalistes de l’instant, chamans cathodiques, présentateurs vedettes, bonimenteurs assermentés, people à la botte, tout est faux… semblant ! Et la vérité du jour passe dans le virtuel des bas instincts. L’info pousse l’info et on tire la chasse. Petits lapins crétins qu’on noie avec l’eau du bain. Il est trop tard pour réagir… La télé commande !

 

 

Ferrat n’est plus…

Et pour moi, c’est le début d’un deuil.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Mon frère

de grrr-art-editions

suivant