Serre, Mens

De
Publié par

Serre, Mens
On se blesse
parce qu'on ne se parle pas.
On se blesse,
On se ment,
à soi,
à toi en face.
On ...
Publié le : jeudi 7 avril 2011
Lecture(s) : 66
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Serre, Mens
On se blesse
parce qu'on ne se parle pas.
On se blesse,
On se ment,
à soi,
à toi en face.
On n’est pas prêt,
pas prêt au même moment.
On se blesse
et on ne s'en lasse pas.
Un coeur s'ouvre
un autre reste fermé.
Et puis les mois,
des mois à reconstruire
une histoire qui n'existe pas.
On ne comprend rien
on a beau chercher
on ne comprend jamais
rien n'y fait.
On ressemble à un grand champ
après un incendie.
Tout refleurit un jour
sûrement.
Pas de place pour les regrets
on a vécu intensément.
On se blesse,
on se ment.
On cultive un jardin secret
quand on ne rêve que d'un champ à ciel ouvert,
d'amis rassemblés et de serment.
Serre
Mens.
La vie est faîte de tout cela.
La vie nous attire, nous gâte
nous brûle et se retire.
On est capable de vivre tout cela.
On se blesse
on se ment
on se quitte et un jour
sûrement
on aime.
On se blesse
on se ment
on se quitte
on s'écroule
doucement
et puis on se relève,
on se relève
encore et encore.
On est debout,
debout
on arrête de regarder
son nombril.
Il y a bien pire
bien pire dans la vie
que des soupirs.
Il y a bien pire dans la vie
que des soupirs.
Juliasmile1 6 octobre 2010
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La désarticulation

de les-editions-semaphore

La désarticulation

de les-editions-semaphore

Tu me hurles

de juliasmile1

2 avril 2011

de juliasmile1

suivant