A, B ou C?

De
Publié par

Nous avons choisi l'option "Tous droits réservés". Il ne s'agit pas d'une nouvelle qui a été commercialisée. Néanmoins, étant donné notre jeune âge, cette nouvelle pourrait servir de piste à de futures oeuvres. Ainsi, nous protégeons notre création et le sens que nous avons voulu lui donner.
Publié le : lundi 1 février 2016
Lecture(s) : 20
Tags :
Licence : Tous droits réservés
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins
Les créatives A, B ou C?
1998 mots (titres et non du groupe compris)
1
Prologue
Après deux siècles de guerre nucléaire, la majorité de la Terre est rayée de la carte. Seule une parcelle de terre reste intacte. On l’appelle le Cercle.
Pour éviter une nouvelle guerre, l’Etat décompose le peuple en trois parties: les riches et supérieurs A (As) ; les banaux B; les ratés et moins-que-rien C.
Le peuple est dirigé par Le Maximus. Il vit dans la Tour des Métiers.
La loi dit qu’un A ne peut fréquenter un C, et inversement. Les C sont discriminés et seules les relations As/B sont possibles.
Les As, B et C, ne cohabitent pas ensemble: un grand village pour les As, une petite ville pour les B et une gigantesque ville pour les C... Malheureusement ils sont plus nombreux que les deux autres classes sociales.
Notre héros va grandir et apprendre parmi les As.
2
3
Sac sur le dos, j'écoutais les dernières recommandations de ma mère: Ne parle pas aux élèves issus d'une faible classe sociale ! Ne t'en approche pas ! -C'est parti pour mon premier jour à l’école Intermédiaire. Fini l'école Préparatoire. - Silence! Asseyez-vous ! ordonna le professeur. Je suis Mme Talaisse, votre professeur principal et de mathématiques de première année. Une fois les présentations terminées, la première leçon de mathématiques de l'année commença. Direction la cour, j'étais assailli par les questions d'un nouveau camarade de classe. Tu la trouves comment Mme Talaisse ? -Un peu stricte, répondis-je. -Ma sœur l’a eue en troisième année. Un vrai cauchemar ! -Un peu honteux de ne pas avoir retenu son prénom, je lui demandais alors: Comment tu t’appelles déjà ? -Aristote, futur premier de classe ! -Aristote, ce nom relevait bien de sa classe sociale et financière. Soudain, mon regard dériva vers le fond du couloir. J’aperçus deux personnes en train d’agresser … un C. Un frisson de colère parcourut mon échine. Eh, vous deux ! -Les deux agresseurs se retournèrent et me dévisagèrent. Vous n’avez pas honte ? m’écriai-je -Qu’est-ce que ça peut te faire? C’est un C! me lança l’un d’eux. -Ce n’est pas une raison ! -Je m’approchais du garçon à terre. Aristote resta de marbre et les deux agresseurs ne firent rien pour m’empêcher de l’aider. Ça va ? -Me fixant avec ses yeux bouffis et son nez saignant, il me répondit d’une petite voix : Oui. Merci … Mais tu es un A ? - Ce genre de réflexions m’insupportaient, mais je ne pouvais pas lui en vouloir: il avait été élevé comme ça. Où est le problème ? -Il ne répondit pas et je l’accompagnai jusqu’à l’infirmerie. Vingt minutes de retard à mon cours de Sciences et Informatique du Cercle.... Je ne me résignais pas à y aller. L’infirmière pansait les blessures du jeune garçon, qui se décida à me parler: Je m’appelle Shin, se présenta-t-il. -
4
Moi c’est Xyrnis. -L’infirmière ne prêtait guère attention à notre début de conversation, malgré ce non respect des règles des classes. Je me rappelais aussi les recommandations de ma mère. Et puis, qu’est-ce que ça pouvait faire ? Le fait que notre société ait été séparée en trois classes, que les C aient moins de privilèges que les As ou les B, ne m’empêchait pas d’aider Shin... même si, selon certains, c’était contre nature. La voix de Shin me tira de mes réflexions. Pourquoi m’as-tu aidé ? -J’aurais dû te laisser te faire rouer de coups ? -Mais, ça arrive tout le temps. C’est la dure réalité du Cercle… -Remercie-moi au lieu de poser des questions idiotes. -Merci, répondit-il en baissant la tête l’air honteux. -
5
Depuis quelques mois, je m’étais lié d’amitié avec Shin. Heureusement, mes parents l’ignoraient. Nous nous appliquions à rendre notre relation secrète en nous retrouvant dans des endroits toujours différents. Chaque fois je découvrais des paysages désolés, en ruine. Je cherchais à comprendre le message qu’essayait de me faire passer Shin, tout en craignant de connaître la vérité. Que penses-tu de Notre système ? -Pour moi, ce système cherche à nous protéger des… -Des C, c’est ça ? poursuivit Shin. -Ne le prend pas pour toi, bafouillai-je gêné. -Les paroles de ma mère étaient sorties de ma bouche spontanément : « Ce système est très prévenant car il nous protège des C ». Tu n’as jamais eu à vivre ce que j’ai vécu. La vie n’est pas toute rose. -Je sais ! répondis-je, agacé. -Tu ne sais rien! Vous, les As, vous martyrisez les plus faibles. Vos enfants sont élevés -dans l‘ignorance. Ne crois pas m’ouvrir les yeux sur la cruauté du Cercle ! Je ne suis peut-être pas aussi -atteint par ces discriminations que toi, mais je n’en pense pas moins ! Explique-moi, si tu es si bien informé ! éclata-t-il. -... -Tu vois! Tu ne sais rien ! me répéta-t-il. Les C ne sont pas aussi libres que tu ne le -penses ! Nous n’avons aucune des libertés promises par Le Maximus ! Je dus me rendre à l’évidence: il avait raison. Connais-tu le Bloc Opératoire ou le Laboratoire Exterminateur comme on l’appelle -chez nous ? siffla-t-il, son cœur criant vengeance. Voyant que j’étais déstabilisé, Shin partit se calmer. … La guerre éclata alors en 2056 entre la Russie et l’Angleterre, de magnifiques pays. -En l’an 3000, la société d’antan fut rétablie. Cette époque s’appelle le temps des Lumières. Pendant que mon professeur d’Histoire baragouinait son cours, je pensais à Shin. Je lui devais des excuses. Il fallait que l’on se retrouve … Puis, j'entendis: Qui sont les faibles dans l’histoire ? demandait le professeur -Un frisson de colère me parcourut l’échine. Il n’y a ni faible ni fort dans cette histoire ! répondis-je sèchement. -Il s’en suivit un moment de silence. Tous les élèves se retournèrent, scandalisés. Mon professeur me regardait l’air béat. Xyrnis, tu plaisantes, j’espère ? -Vous prétendez être enseignant mais tout ce que vous nous apprenez n’est qu’un - tissu de mensonges ! Insolent! Sors de cette salle! cria-t-il. Tu as un avertissement! Et direction l'aile C. -Provocateur, je sortais en hurlant: Vive la liberté... de culte, de mouvements, d’expression. Jeunes, réagissez! -
6
Accompagné d’Aristote, je me dirigeai vers l’aile réservée aux C, comme nous l’indiquait leur blason. Une aile interdite aux As. Murs tagués de propos diffamatoires, casiers défoncés, déchets gisant sur le sol... C’était donc ça, ce qu’on essayait de nous cacher. J'entrais dans la classe prédéfinie par le professeur d’histoire... Une salle d’histoire à en juger par les affiches sur les murs. La situation était dramatiquement comique : si le professeur de cette classe posait la même question que celui qui m’avait envoyé ici, je me demandais bien comment réagirai cette classe de défavorisés. Plusieurs regards ahuris se tournèrent vers nous. Le professeur lut la fiche de renvoi que lui tendit Aristote et répondit: On aura tout vu ! Va t’asseoir à côté de l’asiatique, au! Les As deviennent insolents -fond. Je tournai machinalement la tête vers l’endroit indiqué et m’aperçut qu’il s’agissait de Shin. Après quelques minutes de cours, Shin déchira un morceau de papier et griffonna quelques mots « Kess ta foutu pour te r’trouvé ici ? ». Je griffonnais à mon tour « Je devais te demander pardon. Je me suis dit qu’en défendant ta cause, je pourrais me racheter. Alors, j'ai proféré des propos diffamatoires en cours… En défendant ta cause, c’est mon cœur et ma conscience qui parlaient». Shin me fit comprendre d'attendre la fin des cours pour discuter. Mais notre échange n'avait pas échappé au professeur, qui nous m’invita à le suivre à la fin du cours... Que nous préparait-il comme sanction ? Savez-vous pourquoi vous êtes ici ? lança le directeur d’un ton accusateur. -... -Xyrnis, peux-tu me confirmer le fait que Shin t’a influencé avec ses propos rebelles ? -Peu importe puisque je dis la vérité ! répondis-je du tac au tac. -Vous m'obligez à vous emmener dans un endroit où vous trouverez toutes les réponses -à vos questions. L’homme nous conduisit devant les portes d’un ascenseur. Nous montâmes vers des étages qui nous étaient inconnus. Soudain l’ascenseur se stoppa, les portes s’ouvrirent... Bienvenue dans la Tour des Métiers! -Nous nous engageâmes dans un long et luxueux couloir. Mais, c’est impossible ! réagit Shin incrédule. Que fait-on là ? -Le directeur l’ignora et toqua bientôt à l’une des portes qui jouxtait le couloir. -Entrez ! invita une voix. -Le directeur l’ouvrit... et nous découvrîmes... Le Maximus! murmura Shin. -
7
Votre honneur, commença le directeur, ces deux rebelles (dont un A) ont relaté des -propos diffamatoires portant atteinte à votre puissance. Intéressant! répondit Le Maximus. Le C t'a influencé, n'est-ce pas ? -Absolument pas! Je sais réfléchir par moi-même... La politique du Cercle est injuste et -cruelle ! explosai-je. Nous, les chers petits As, ne connaissons rien au monde qui nous entoure. L'école ne nous apprend rien de la misère des C ! Seul le pouvoir vous intéresse. Vous ne connaissez rien à la liberté! La vraie liberté ! Le bonheur du peuple ne vous préoccupe pas! Je me battrai sans relâche pour la liberté de tous et l’égalité des droits. C’est incroyable de voir le parcours de l’Homme dans l’Histoire ! Des siècles de paix pour en arriver là ! Vous me dégoûtez. Je vous hais ! Shin halluciné, Le Maximus de marbre, imperméable à mes propos de révolté... Je vais le calmer, assura le directeur. -N’en faites rien, interdit Le Maximus. Et veuillez attendre dans le couloir, ordonna-t--il. Le directeur s’exécuta. Le Maximus marcha jusqu’à moi. -Et maintenant, que comptez-vous faire, me jaugea l’homme. -Comment ? On ne peut rien faire avec cette saleté de politique ! -Vous ne pouvez rien faire tout seul... Mais je vais vous aider. -Quoi ? -Nous nous retrouvâmes face à la bibliothèque de la tour, un labyrinthe de rayonnages. On trouvera les réponses à toutes ces questions, ici ? interrogea Shin au Maximus qui -acquiesça. Comment se repérer là-dedans ? Le Maximus nous laissa seuls face à ce mastodonte de savoirs. Dire qu’il était censé nous aider ! Le peu de confiance que j’avais en lui s’évapora. Perdus, nous avançâmes le long des rayonnages Qu’est-ce qu’on cherche ? demandai-je. -Des informations sur Le Maximus, me répondit Shin. -Là! m'écriai-je, saisissant un livre intituléLe rôle des Maximusson voisin traitant et -des fonctions de conseiller maximal. J’ouvris le premier; Shin consulta le second. Chapitre 2, l’identité du Maximus. Ca y est ! -Et moi « Nomination du Maximus », chapitre 1, ajouta Shin. -Le Maximus se doit d’être un C choisi par le conseiller maximal. Je croyais que c’était -un A moi ! Nos lectures nous plongeaient dans une découverte hallucinante. Toutes les personnes qui travaillent dans la Tour des Métiers sont des As sauf Le -Maximus! Le Maximus ne décide pas de continuer ces horreurs! C'est le conseiller maximal! -Brusquement, le conseiller maximal apparut avec ses gardes. J'eus le temps de déchirer et cacher la page du livre avant d'être ligoté.
8
Quelle agitation autour de nous! Enfermés, nous entendions Le Maximus nous chercher, le conseiller maximal le convoquer, nos parents... La porte s'ouvrit subitement. Le Maximus nous avait retrouvés. Le conseiller était menotté. Le Maximus nous expliqua qu'il avait suivi ce dernier car il présumait être sous surveillance permanente. Stressés, Shin et moi montions sur l’estrade Bonjour chers concitoyens. Nous sommes ici pour vous annoncer que le conseiller - maximal a été arrêté. Nous avons convaincu Le Maximus de mettre en place une  République démocratique, annonçai-je. Les privilèges les classes sociales inexistantes sont désormais abolis, ajouta Shin. Ni -A, ni B, ni C ! Mais tous D, comme démocratie !
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

A comme aujourd'hui

de gallimard-jeunesse

G229

de buchet-chastel