La Petite Porte

De
Publié par

Je m’appelle Maëlys et... Je pense que vous ne me croiriez pas si je vous racontais ce que j’ai vécu ! Était-ce une bonne chose ? Je ne sais pas... Aurais-je dû fermer les yeux ? Ne rien tenter ? Ou aller jusqu’au bout ? Et pourtant... Comme moi, vous auriez tout fait, tout. Laissez-moi vous conter mon histoire. Vous êtes prêt ?
Publié le : mardi 23 février 2016
Lecture(s) : 22
Licence : Tous droits réservés
Nombre de pages : 46
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
A.E Ferrets
La Petite Porte
© A.E Ferrets, 2016 Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays. L’auteur est seul propriétaire des droits et responsable du contenu de cet Ebook.
À tous ceux qui m'ont aidée et soutenue dans cette aventure.
I – Une soirée ordinaire
Je m’appelle Maëlys et voici mon histoire… Je vis dans un petit appartement assez ordinaire que j’ai acquis il y a un peu moins d’un mois, dans un quartier plutôt calme. Il y a tout ce qu’il faut à proximité : grande surface, resto, boulangerie… C’est l’idéal pour quelqu’un comme moi qui n’aime pas vraiment conduire en ville ! Pour les meubles, je les a i achetés à bon prix dans un grand magasin d’ameublement. Vous savez, ces magasins connus pour leur célèbre ressemblance avec les bons vieux jouets des œufs en chocolat de notre enfance. Ils ne sont pas très solides, mais bien pratiques ! Quant à la déco, je n’a i pas fait beaucoup d’effort : je me content e de quelques cadres photo que j’ai trouvés en même temps que le canapé et accrochés aux murs. Elles représentent des villes ou des scènes de vie en noir et blanc, photographiées par « on-ne-sait-qui », artiste de l’ombre que tout le monde a dans son salon. J e n’ai malheureusement pas le loisir de me prélasser de longues heures dans mon appartement, car mon travail occupe le plus clair de mon temps. Je suis serveur dans un restaurant assez coté, ce qui me fait rentrer à des heures pas possibles. Souvent, après une journée bien remplie, je m’effondr e sur le sofa quelques minutes, le temps de retrouver la sensation de mes jambes qui sont restées bien trop longtemps debout à courir dans tous les sens. Ha… j’aime avoir l’impression de m’enfoncer dans un nuage quand je glisse mes pieds, engourdis par l’effort, dans mes chaussons moelleux. Bon, l’odeur quant à elle n’est pas très agréable, je vous l’accorde ! Bref, ma vie se résum e un peu à ça : boulot, dodo. Je ne me consacre que le week-end pour sortir avec mes amis dans des clubs branchés, où j’essaie de me détendre et de ne pas penser au travail. Comme je suis célibataire, j’ai toujours l’espoir de trouver l’âme sœur sur la piste de danse, ou parmi les amies de mes amis qui, assez souvent, invitent beaucoup de monde que je ne connais pas. Malheureusement, je suis un peu timide et quand j’arrive à emballer, c’est toujours pour une nuit et ça ne va jamais plus loin. On va dire que je n’ai pas vraiment l’allure d’un héros ! Il faut bien l’admettre, je suis plutôt grand et sec. Le sport n’étant pas vraiment ma passion, je me plais quand même à m’entretenir de temps en temps en allant à la salle d’escalade le mercredi soir, pendant mes congés. Autant dire que c’est rare… Mais ça suffit à me sculpter un peu. Voilà, je suis quelqu’un de bien commun qui mène une vie bien ordinaire, me direz-vous. Jusqu’à ce fameux samedi soir… Alors que je m’apprêtais à sortir avec un ami, celui-ci me téléphona pour annuler notre petite fête, pour cause d’indigestion de pizza pas fraîche. Je vous passe les détails forts intéressants… Je me retrouvai donc seul avec moi-même, dans mon appartement. C’était assez ennuyeux, car je n’avais absolument rien prévu et je sentais déjà que la soirée allait être longue. Dans un élan de bonne volonté, j’entrepris alors de faire un peu de ménage, histoire de finir de m’installer. Par chance, il restait encore quelques cartons qui traînaient dans un coin du salon. Comme ranger n’est vraiment pas très distrayant, je décidai d’égayer la chose avec un peu de musique. J’optai pour le jazz qui, dans les moments de solitude, s’avère très efficace ! Je m’attaquai au premier carton, un verre de t equila à la main, plein de motivation. Il était rempli de tout un tas de choses, mais surtout, de tout un tas de bordel et de babioles dont je ne me servais absolument jamais. Je pris une grande inspiration et commençai à y plonger une
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi