Communication politique, le plus vieux métier du monde - Partie 3

De
Publié par

Roi guerrier, protecteur des arts et des lettres, bâtisseur, roi de paix, etc. Autant d'images véhiculées par les représentations picturales ou monumentales des monarques français. Experts en communication politique, ils vont pourtant être mis en difficulté par les philosophes des Lumières et les révolutionnaires qui se révèlent aussi très doués en matière de communication politique.



Du XVIème au XVIIIème siècle, les monarques français ont brillé par leur utilisation de la communication politique. De François Ier à Louis XIV, en passant par Henri IV, chacun a su développer une communication singulière.



La communication politique de François Ier repose sur le triptyque suivant : le roi chevalier, guerroyant en Italie et se faisant adouber par l'humble chevalier Bayard pour signifier qu'il n'est pas l'otage des grands du royaume ; le roi bâtisseur, faisant ériger de véritables bijoux d'architecture (Chambord, Blois, Fontainebleau, etc.) ; et l'amateur d'arts et de belles lettres, invitant les artistes italiens en France et favorisant l'émergence de la peinture française de l'école de Fontainebleau emmenée par François Clouet.



Henri IV, lui, met davantage l'accent dans sa communication sur l'image du roi guerrier parti à la reconquête du royaume suite aux guerres de Religion, ainsi que sur celle du monarque apportant la paix et la prospérité. Portraits, gravures, placards imprimés... tous les supports sont bons pour véhiculer de telles images.



Comme dans le cas de François Ier, la communication politique de Louis XIV repose sur un triptyque  : le défenseur de la foi, à travers son opposition marquée au pape et à la révocation de l'édit de Nantes ; le chef des armées, par l'établissement de frontières sûres ; le maître des arts et des lettres comme l'illustre le château de Versailles.



Leurs successeurs, Louis XV et Louis XVI, éprouvent davantage de difficultés à communiquer efficacement vis-à-vis de leurs sujets. En cause ? L'émergence des idées des Lumières portées par des intellectuels comme Diderot, Rousseau, Montesquieu, Voltaire, etc. Plaçant l'individu au centre des activités humaines, les Lumières vont redonner la parole au peuple, dont le point culminant demeure la Révolution française. Mais pour un temps seulement, avant que Napoléon Bonaparte ne retrouve le monopole de la communication politique, fondant celle-ci sur le culte de la personnalité.



Dans son ebook en six parties, Jean-Noël Dibie va à l'encontre des idées reçues : non, la communication politique n'est pas née au XXIème siècle !


Publié le : jeudi 5 juin 2014
Lecture(s) : 9
EAN13 : 9782212253313
Nombre de pages : 34
Prix de location à la page : 0,0019€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Jean-Noël Dibie COMMUNICATION POLITIQUE, MÉTIER DU MONDE Partie 3 : Le peuple à l’assaut des rois
LE
PLUS VIEUX
Copyright
Groupe Eyrolles 61, bd Saint-Germain 75240 Paris Cedex 05
www.editions-eyrolles.com
Talmont Media SAS 83, rue Crozatier 75012 Paris
www.atlantico.fr
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l’Éditeur ou du Centre Français d’Exploitation du Droit de copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.
© Groupe Eyrolles, Atlantico, 2014
ISBN : 978-2212-86932-3
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Histoire de la Renaissance

de editions-eyrolles

Louis XIV

de editions-eyrolles

THIERS (Adolphe) 1797-1877

de Encyclopaedia-Universalis

Le pouvoir des gentils

de editions-eyrolles

J'arrête la malbouffe !

de editions-eyrolles

J'arrête de... stresser !

de editions-eyrolles

suivant