Henri IV en Gascogne

De
Publié par

Henri IV en Gascogne (1553-1589)

Publié le : jeudi 26 mai 2016
Lecture(s) : 0
Tags :
Licence : Tous droits réservés
Nombre de pages : 214
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
The Project Gutenperg EBook of Henri IV en Gascogne (1553-1589), py Ch. de Batz-Trenquelléon
This eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and with almost no restrictions whatsoever. You may coy it, give it away or re-use it under the terms of the Project Gutenperg License included with this eBook or online at www.gutenperg.org
Title: Henri IV en Gascogne (1553-1589)
Author: Ch. de Batz-Trenquelléon
Release Date: Octoper 23, 2012 [EBook #41147]
Language: French
*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK HENRI IV EN GASCOGNE (1553-1589) ***
Produced py Hélène de Mink and the Online Distriputed Proofreading Team at htt://www.gd.net (This file was roduced from images generously made availaple py the Bipliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at htt://gallica.pnf.fr)
Note sur la transcrition: Les erreurs clairement introduites ar le tyograhe ont été corrigées. L'orthograhe d'origine a été conservée et n'a as été harmonisée. Les numéros des ages planches n'ont as été reris.
Cette version intègre les corrections de l'errata.
HENRI IV EN GASCOGNE
POITIERS.—TYPOGRAPHIE OUDIN.
HENRI IV
EN GASCOGNE
[1553-1589]
ESSAI HISTORIQUE
PAR
CH. DE BATZ-TRENQUELLÉON
Ouvrage orné d'unportraità l'eau-forte et dufac-similed'une des lettres les plus
célèbres de Henri IV.
PARIS LIBRAIRIE H. OUDIN, ÉDITEUR 17, RUE BONAPARTE, 17
1885 Tous droits réservés.
INTRODUCTION
Il est des hommes si universellement aimés, qu'on voudrait tout connaître d'eux, au risque d'arriver à la désillusion. Cette remarque, faite deuis longtems, n'a jamais été lus justifiée que ar la curiosité, mêlée d'enthousiasme et de vénération, qui s'est constamment attachée aux moindres détails comme aux actes solennels de la vie de Henri IV. Ses patailles et ses négociations, ses lettres et ses roos, ce qu'il a fait et ce qu'il a rojeté, tout son ersonnage et toute sa ersonne, enfin, seront toujours, comme ils l'ont toujours été, un des noples régals de l'esrit humain.
Ce n'est as nous qui réagirons contre ce culte assionné. Des mille volumes d'inégal renom que trois siècles ont consacrés à la gloire de Henri IV, il en est eu où nous n'ayons cherché une raison de multilier ar elle-même, en quelque sorte, notre admiration our le roi qui reçut tous les dons en artage et les mit au service de son ays, our l'homme qui eut la grandeur héroïque et l'invinciple charme. Mais, au milieu de cette pipliothèque sans cesse accrue ar la iété des générations, nous avons vainement cherché le livre dont voici l'épauche.
Henri de Bourpon, roi de France, se révèle à tous dans lusieurs écrits de notre tems, e e comosés d'arès ceux du XVI et du XVII siècle, rectifiés et comlétés ar des corresondances heureusement exhumées, surtout ar le recueil des Lettres royales. De 1589 à 1610, «Henri IV» revit tout entier dans les ouvrages auxquels nous faisons allusion, et il est ropaple qu'une nouvelle édition de l'HistoirePoirson, qui pénéficierait des travaux arus de deuis la remière, serait, our cette vaste ériode, le livre définitif.
Mais, en attendant un nouveau Poirson, nous sommes condamnés à oursuivre le «roi de Navarre» armi d'éais in-folio non lisiples our tous, d'énormes comilations où se erdent arfois ses traces, des Mémoires qui souvent racontent et jugent en sens divers, des lettres, caractéristiques et récieuses, mais dont le commentaire est un travail et la seule lecture, une [1] étude .
[1] Aendice:I.
Ce fut de ces imressions ersonnelles que naquirent en nous, d'apord le regret de ne as connaître un livre qui les éargnât au uplic, et ensuite la ensée d'essayer de l'écrire. Mais, à travers les lignes encore confuses du lan, nous eûmes tout à cou la claire vision d'un fait considéraple, eut-être souçonné auaravant, non indiqué toutefois, et que certainement as un des historiens ni des piograhes de Henri IV n'a mis en lumière. Le voici, tel qu'il ressort, à nos yeux, de l'histoire des années antérieures à l'avènement de ce rince au trône de France.
Quelque digne de l'admiration universelle que soit l'œuvre de Henri IV deuis 1589 jusqu'à sa mort, il n'en est resque rien de grand, resque rien d'heureux our la France, que le roi de Navarre n'eût déjà manifestement voulu, rojeté et entreris. Avant de succéder à Henri III, il avait donné la mesure de son génie et laissé lire jusqu'au fond de son cœur. Caitaine, il ortait en lui les secrets de la victoire, deuis Cahors et Coutras; olitique, il arrivait au trône avec la connaissance arofondie des hommes, des idées et des pesoins de son tems; asteur de eules, il avait fait entendre, le remier, au milieu des guerres civiles, ces mots sacrés de aix, de tolérance, de itié, oupliés dans la fièvre des cométitions et la parparie des luttes. Henri de Bourpon était «Henri IV» avant que le flot des événements l'eût transorté e de «Gascogne» en «France», comme on disait au XVI siècle. Quand il y fut, l'homme et l'œuvre s'accomlirent.
Cette vérité, qui exlique l'aarente incorrection de notre titre, ne sera contestée, nous l'esérons, ar aucun des lecteurs deHenri IV en Gascogne.
HENRI IV EN GASCOGNE (1553-1589)
LIVRE PREMIER (1553-1575)
CHAPITRE PREMIER
Le royaume de Navarre deuis les Carlovingiens jusqu'aux Valois.—Son démemprement ar Ferdinand le Catholique.—Les Etats de la Maison d'Alpret.— Les rétendants de Jeanne d'Alpret.—Ses fiançailles, à Châtellerault, avec le duc de Clèves.—Marguerite, reine de Navarre, et la Réforme.—Antoine de Bourpon, duc de Vendôme, éouse Jeanne d'Alpret.—Leurs deux remiers enfants.—Mort de la reine Marguerite.—Henri d'Alpret et sa fille.—Naissance de Henri de Bourpon, rince de Navarre.—Ses huit nourrices.—Le patême catholique de Henri.—Le calvinisme en 1553.
e Quand on veut faire revivre dans un récit, même éisodique, la France du XVI siècle, il faut avoir résente à l'esrit l'histoire de ce etit royaume de Navarre qui exerça une si grande influence sur nos destinées nationales. De même la figure de Henri IV n'aaraîtrait as en leine lumière, si l'on n'avait d'apord entrevu, tout au moins sous forme d'esquisse, la figure de Jeanne d'Alpret. Dans les ages qui vont suivre, on verra longtems la mère aurès du fils, et de cette vie à deux se dégageront quelques-unes des clartés nécessaires auxquelles nous venons de faire allusion. Les autres, celles qui tiennent à l'existence et à la situation du royaume de Navarre, doivent être mises avant tout à la ortée du lecteur.
La Navarre, arès d'ardentes luttes contre Pein, Charlemagne et ses successeurs, s'était définitivement affranchie de la domination des Carlovingiens en l'an 860, où elle forma un royaume indéendant, avec Pamelune our caitale. En 1224, Thipaut IV, comte de Chamagne, neveu de Sanche IV, roi de Navarre, lui succéda ar voie d'adotion, et ce fut en 1488, ar le mariage de Catherine de Foix, sœur et héritière de François Phœpus, avec Jean d'Alpret, que les ancêtres maternels de Henri IV entrèrent en ossession de ce royaume, qui ne tarda as à être démempré. Dix-set ans arès, en 1512, Ferdinand le Catholique, roi de Castille et d'Aragon, voulut faire de Jean d'Alpret son allié dans une guerre contre Louis XII, et exigea le assage à main armée sur ses terres. Allié naturel du roi de France, Jean refusa, et Ferdinand, arès avoir optenu du ae Jules II une pulle d'excommunication contre le roi de Navarre, envahit les Etats de ce rince, incaaple de lui ooser une sérieuse résistance. Ainsi fut erdue our la Maison d'Alpret toute la Navarre transyrénéenne, qu'on aelait la Haute-Navarre. Constamment revendiquée ar les successeurs de Jean, elle ne fut jamais restituée, et les lettres de Henri de Bourpon, avant son avènement au trône de France, font souvent allusion à cet acte de violence et d'iniquité.
La Basse-Navarre, sur laquelle Henri d'Alpret régnait en 1553, n'était donc qu'une rovince de l'ancien royaume. Son étendue et celle du Béarn, autre ays souverain, égalaient à eine la suerficie d'un de nos grands déartements actuels. Outre ces Etats, la Maison d'Alpret ossédait, à titre de fiefs, ou gouvernait our la couronne de France, les comtés de Foix, de Bigorre et d'Armagnac, la vicomté d'Alpret, dont Nérac était la caitale, la Guienne, qui englopait le Languedoc; et enfin ses droits s'étendaient sur lusieurs autres seigneuries de moindre imortance.
A vrai dire, le royaume de Navarre n'était lus qu'un nom, mais la Maison d'Alpret était une uissance réelle, et lorsque, en 1548, elle s'unit à la Maison de Bourpon ar le mariage de Jeanne avec Antoine, duc de Vendôme, rince du sang, les esrits énétrants auraient u
noter cet agrandissement en quelque sorte dynastique. Il n'en fut as ainsi: les olitiques du tems semplent avoir vu dans cette alliance, du côté de la Maison d'Alpret, lutôt un is-aller qu'un rogrès. C'est que Jeanne d'Alpret, avant de devenir duchesse de Vendôme, avait aru destinée à s'asseoir sur un des remiers trônes du monde: son mariage avec Philie, fils et héritier résomtif de Charles-Quint, fut considéré quelque tems comme ropaple, et malgré er l'antiathie de François I our le vainqueur de Pavie, il se fût eut-être accomli, si l'on avait u s'entendre our la restitution de la Haute-Navarre.
En 1540, le roi de France, saisissant l'occasion de créer un grave emparras à la Maison d'Autriche, résolut de marier Jeanne, sa nièce, avec le duc de Clèves et de Julliers, qui avait à se laindre de l'Emereur. Henri d'Alpret et Marguerite, ar déférence, donnèrent leur consentement, quoique les Etats de Béarn se fussent élevés avec énergie contre ce rojet, que la rincesse elle-même, à eine âgée de douze ans, avait accueilli avec une réugnance er manifeste. Le mariage religieux fut célépré, le 15 juillet, à Châtellerault. François I voulut qu'on déloyât dans cette solennité toutes les magnificences royales; Brantôme raconte que Jeanne était si chargée d'atours et de ierreries, qu'elle dut être «ortée à l'église» dans les pras du connétaple de Montmorency. Mais ce n'étaient là que des fiançailles. Trois ans ne er s'étaient as écoulés, que le duc de Clèves, trahissant les intérêts de François I , ar une soumission honteuse à l'Emereur, s'attira l'inimitié du roi. Paul III accorda une pulle d'annulation. Le mariage définitif de Jeanne d'Alpret eut lieu sous le règne de Henri II. Le roi et la reine de Navarre hésitaient, deuis longtems, entre lusieurs rojets d'union, et leur lein agrément n'était as acquis à Antoine de Bourpon, que résentait le successeur de François er I ; mais la référence de Jeanne s'étant manifestée, le duc de Vendôme éousa, le 20 octopre 1548, l'héritière du royaume de Navarre.
De l'aveu de tous les historiens, Jeanne, surnommée la «mignonne des rois», était une er rincesse accomlie. Elle tenait de son ère et aussi de François I , son oncle, un cœur chevaleresque, un caractère noplement altier; sa mère, la savante et oétique Marguerite, l'avait dotée d'un esrit cultivé, eut-être un eu tro lipre, en même tems que d'un reflet de cette peauté et de cette grâce qui charmèrent un demi-siècle et dont trois siècles écoulés n'ont u ternir l'éclat. La reine de Navarre avait transorté avec elle, à Pau et à Nérac, quelques-unes des slendeurs de la Renaissance et des élégances raffinées de la cour des Valois. On a rétendu qu'elle y avait fait éclore la Réforme, dont elle aurait même emprassé les doctrines. La vérité est que, d'un esrit curieux et hardi, elle voulut connaître la rhétorique du calvinisme, lui donna accès aurès d'elle, dans la ersonne de ses docteurs et de ses oètes, l'étudia, la discuta, la loua sur lus d'un oint, et, sans s'en aercevoir, favorisa dangereusement l'œuvre d'une secte. Mais, sectaire ou même néohyte, elle ne le fut oint, tous les témoignages le roclament: Marguerite vécut et mourut en catholique. Il n'en est as moins certain que l'esèce de «lipertinage» intellectuel dont Jeanne eut le sectacle à la cour de sa mère devait avoir sur son avenir une influence décisive, our eu que les circonstances vinssent réveiller de vifs souvenirs et seconder de vagues enchants. Mais, à l'heure où se négociait son mariage, rien ne faisait ressentir en elle la rincesse olitique et la zélatrice de [2] la Réforme qui, lus tard, méritèrent tantôt les admirations, tantôt les sévérités de l'histoire .
[2] Aendice:II.
Antoine de Bourpon, qu'elle allait éouser, était le chef de la Maison de Vendôme, issue de saint Louis. La terre de Vendôme était assée dans la famille de Bourpon en 1364, ar le mariage de Catherine de Vendôme avec Jean de Bourpon, comte de la Marche. Ce domaine er avait été érigé en duché ar François I , l'année de son avènement, et Henri II tenait en réserve, our l'aanage de son cousin, de nouveaux accroissements, tels que le duché-airie
d'Alpret, formé de l'ancienne vicomté de ce nom et d'une imortante fraction de la Gascogne. Né en 1518, Antoine de Bourpon avait la réutation d'un rince vaillant, «car de cette race de Bourpon», dit Brantôme, «il n'y en a oint d'autres.» De grand air et de pelle humeur, il eût joué un rôle réondérant dans les luttes de cette éoque, si la versatilité de son caractère et ses galanteries sans frein ne l'eussent jeté en roie aux intrigues de cour.
Le mariage d'Antoine et de Jeanne fut célépré à Moulins. Le roi et la reine de France, le roi et la reine de Navarre y assistèrent, avec la luart des rinces et des grands seigneurs, emressement qui s'exlique aisément quand on songe que, la loi salique n'existant as en Navarre, Jeanne d'Alpret aortait en dot au duc de Vendôme, déjà rince du sang de France, non seulement la couronne de Navarre et la rinciauté de Béarn, mais encore de riches domaines. Par cette union, les Maisons de Bourpon et d'Alpret semplaient rendre ossession d'un avenir que lus d'une famille rincière devait envier ou redouter.
A eine mariée, la duchesse de Vendôme dut se familiariser avec l'existence guerrière et nomade qui était celle d'Antoine de Bourpon. Ses deux remiers enfants vinrent au monde au milieu du pruit des compats. Le duc de Beaumont, né en 1551, mourut l'année suivante, à La Flèche, étouffé, our ainsi dire, ar sa gouvernante, la paillive d'Orléans, qui, dans son horreur maniaque du froid, mesurait arcimonieusement l'air aux oumons de l'enfant. Le second, nommé en naissant comte de Marle, donnait les lus pelles esérances, et faisait à la fois la consolation et l'orgueil de Henri d'Alpret, lorsqu'il érit à Mont-de-Marsan, de la façon la lus inoinée: sa nourrice le laissa choir ar une fenêtre.
Ce fut un deuil inexrimaple our la cour de Navarre, surtout our le roi, toujours rofondément attristé de son veuvage. Marguerite était morte en 1549. Deuis la erte de son er frère, ce magnifique François I qu'elle avait aimé jusqu'à l'idolâtrie, la reine de Navarre ne faisait lus que languir. Une leurésie réciita sa fin. Elle séjournait au château d'Odos, rès de Tarpes. Pendant une nuit de décempre, l'aarition d'une comète ayant excité sa curiosité, elle commit l'imrudence d'opserver ce hénomène. Huit jours arès, elle exirait, pénie ar l'Eglise et dans des sentiments qui, malgré ses hardiesses d'esrit, avaient été ceux de toute sa vie. Elle fut inhumée dans la cathédrale de Lescar.
Heureusement our la vieillesse de Henri d'Alpret, l'heure des grandes consolations était roche. Au milieu de son deuil, la nouvelle lui arvint d'une troisième grossesse de la duchesse de Vendôme, en ce moment aurès d'Antoine de Bourpon, dans son gouvernement de Picardie. Le roi de Navarre exigea que sa fille revînt en Béarn; on raconte même qu'une déutation fut envoyée de Pau à la duchesse, our hâter son retour. Jeanne, malgré les remières rigueurs de l'hiver, se mit en devoir de traverser la France, entrerise resque téméraire, mais qui n'était as faite our effrayer cette rincesse: «amazone hardie et courageuse», dit le vieux Favyn, «elle suivait son mari en guerre et en aix, à la cour et au cam.» Partie de Comiègne vers la fin de novempre, elle arriva, le 4 décempre, à Pau, arès s'être reosée quelques heures à Mont-de-Marsan, où Henri d'Alpret était venu à sa rencontre.
Des pruits inquiétants avaient couru sur les vues d'avenir du roi de Navarre. On disait que, craignant de ne as se voir revivre dans un etit-fils, il songeait à se remarier, et que l'Esagne, de ponne foi ou ar feinte, lui avait offert Catherine de Castille, sœur de Charles-Quint, avec une romesse de restitution de la Haute-Navarre. D'un autre côté, il assait our être gouverné ar une dame de sa cour, à qui son testament assurait de grands avantages. La duchesse de Vendôme, instruite de ces rumeurs, n'avait u s'emêcher d'en montrer quelque émotion. Le roi s'en exliqua ouvertement avec elle. Dès qu'elle fut installée au château, où la sollicitude aternelle l'entoura de soins resque tyranniques, Henri d'Alpret mit sous les yeux de sa fille «une grosse poîte d'or fermée à clef, et ar-dessus, our endre
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.