SOMBRE REALITE

Publié par

SOMBRE REALITE 1. Dans les basses villes - Int.Jour/Matin C'est l'hiver, de hautes maisons sombres aux couleurs ternes et aux toits recouverts de suie entourent la ville. Le soleil vient de se lever. dans une maison au loin, la lumiere de la fenetre retentit. Un jeune garcon se lève de son lit. John à 15 ans. Le garcon a le teint pale,de grands yeux marrons foncé et de longs cheveux noirs ébouriffés. Il porte un pyjama à rayures noires et blanches, une déchirure à la jambe droite. JOHN (Baille) Encore une journée sombre et lugubre... Il se léve, met des pantoufles. Il marche jusqu'à son armoire, se regarde dans la glace. JOHN (Soupire) Je me demande quel meurtre affreux et sanglant a pu encore arriver cette nuit... Il s'habille,met de vieux vêtements ternis, un t-shirt marron bleme, un pantalon à rayures marrons et noires. Il descend les escaliers et part dans la cuisine oû sa mère lui a preparé son petit déjeuner JOHN Génial.. Encore et toujours cette nourriture infame... AMBRE, sa mère Encore et toujours à te plaindre! Lorsque tu partiras de cette maison tu pourras te nourrir de tout ce qu'il te plaira. Mais tant que tu vivras sous ce toit tu feras ce que je te dirai! Maintenant mange!! JOHN Si seulement je pouvais quitter cet endroit... Voir la veritable lumiere et non plus les ténébres qui rodent sans cesse... Mais me voila cloitré ici sans échapatoire comme un rat de laboratoire. Si seulement il y avais une issue a tout cela je donnerai tout pour la saisir...
Publié le : dimanche 3 novembre 2013
Lecture(s) : 34
Licence : Tous droits réservés
Nombre de pages : 7
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
SOMBRE REALITE
1. Dans les basses villes - Int.Jour/Matin
C'est l'hiver, de hautes maisons sombres aux couleurs ternes et aux toits recouverts de suie entourent la ville. Le soleil vient de se lever. dans une maison au loin, la lumiere de la fenetre retentit. Un jeune garcon se lève de son lit. John à 15 ans. Le garcon a le teint pale,de grands yeux marrons foncé et de longs cheveux noirs ébouriffés. Il porte un pyjama à rayures noires et blanches, une déchirure à la jambe droite.
JOHN
(Baille)
Encore une journée sombre et lugubre...
Il se léve, met des pantoufles. Il marche jusqu'à son armoire, se regarde dans la glace.
JOHN
(Soupire)
Je me demande quel meurtre affreux et sanglant a pu encore arriver cette nuit...
Il s'habille,met de vieux vêtements ternis, un t-shirt marron bleme, un pantalon à rayures marrons et noires. Il descend les escaliers et part dans la cuisine oû sa mère lui a preparé son petit déjeuner
JOHN
Génial.. Encore et toujours cette nourriture infame...
AMBRE, sa mère
Encore et toujours à te plaindre! Lorsque tu partiras de cette maison tu pourras te nourrir de tout ce qu'il te plaira. Mais tant que tu vivras sous ce toit tu feras ce que je te dirai! Maintenant mange!!
JOHN
Si seulement je pouvais quitter cet endroit... Voir la veritable lumiere et non plus les ténébres qui rodent sans cesse... Mais me voila cloitré ici sans échapatoire comme un rat de laboratoire. Si seulement il y avais une issue a tout cela je donnerai tout pour la saisir...
John prepare ses affaires et sort en ville pour aller au lycée
2. Dans la Ville - Ext.Jour/Matin
Le soleil a du mal a traverser la brume. L'atmosphere semble figée, morte. Les gens avancent d'un pas lourd, le visage pale et inexpressif comme des pantins. Pourtant, un bruit d'alarme jaillit non loin du chemin du lycée. Trois voitures de police sont arrétées au coin d'une sombre ruelle. John continue de marcher sans s'arrêter mais entend les policiers parler.
POLICIER 1
Encore un malheureux assissiné froidement.
POLICIER 2
Quel genre de monstre ou démon pourrait bien faire une chose pareille. Le corps a etait entierement lacérè, comme si une meute d'animaux sauvages s'en etait prise à lui.
ENQUETEUR
Je ne crois ni aux monstres, ni semblables forces malefiques, messieurs.
L'enqueteur s'appproche du cadavre, se recouvre le nez d'un tissu sorti de sa poche, cherche quelconques indices sur le mort et aux alentours.
POLICIER 2
Surement une meute de loups affamés, ils semblent s'etre répandus le long des montagnes ces dernier temps.
ENQUETEUR
Non. regardez attentivement les lacérations. Que percevez vous?
Les policiers s'approchent,puis s'écartent rapidement pris de dégout et de nausées.
Enqueteur
Les lacérations, messieurs, sont bien trop propres, trop précises pour qu'elles soient faites par des animaux. Il ne peut donc s'agir que d'un humain. Surement quelqun de cette ville, vu que les meurtres sont répétitifs chaques nuits.
John d'un air songeur, continue d'avancer, jetant un dernier regard aux policiers. Tout a coup, pris d'un sursaut il entend quelqun l'appeler mais personne n'est present aux alentours.
JOHN
Qui va la?! Montrez vous!
Mais personne ne se presente a lui.
JOHN
...
John tente de reprendre ses esprits en pensant de facon rationelle.
JOHN
Ce meurtre a du me chambouler, ce n'est surement que mon imagination.
John pertubé par ce qu'il vient de se produire continue de marcher jusqu'a son école.
3. A l'école - Ext.Jour/Matin
John arrive devant le portail du lycée oû il retrouve son amie Alice. Alice a 15 ans. Elle a de longs cheveux noirs et de grands yeux bleu et porte une robe bleue et blanche. Elle lui fait signe de la main.
ALICE
Hey John! J'ai entendu d'atroces nouvelles. Un des élèves a disparu! Et à ce qu'il se raconte,encore un cadavre retrouvé par la police ce matin. Comme tu n'arrivais pas j'ai eu peur que ce soit toi.
Alice court vers John et le prend dans les bras
JOHN
Salut Alice. Merci de t'inquieter pour moi mais je vais bien. J'ai pu voir la scene en venant ici. J'ai entendu l'enqueteur dire qu'il y avait de grandes chances que l'assassin soit de la ville...
John et Alice se fixent.
JOHN
Encore une journée de douleur et de crainte...
ALICE
Un jour viendra oû l'assassin sera arrété j'en suis persuadée! De telles attrocités ne peuvent durer infiniment. Et puis avec toi à mes cotés il ne peux rien m'arriver.
John regarde fixement le sol. Alice lui sourit et le prend par la main.
ALICE
Allez vien on va finir par etre en retard!
JOHN
...
John et Alice rentrent. Une grande foule d'élèves et de professeurs est positionée en rond avec en son centre des policiers et l'enqueteur que John venait de croiser. John et Alice tentent de pénétrer dans la foule pour y voir plus clair.
ENQUETEUR
De nombreux crimes sont commis chaque nuit. Nous pensions que le criminel ne s'en prenait qu'aux adultes, mais ce matin nous avons retrouvé le cadavre d'un enfant. Aucun indice n'a pu etre retrouvé mais il semblerait que l'enfant fasse partie de cette ecole.
Les élèves tremblent de peur. Leurs visages blanchissent. Une atmosphere plus macabre encore s'installe. Les professeurs ne semblent plus réagir comme figés. John regarde fixement l'enqueteur. Alice regarde les élèves.
ENQUETEUR
Cette ville court une période plus noire que la mort elle même. Je demande aux professeurs de garder à l'oeil trés attentivement leurs élèves quoi qu'ils fassent par mesure de sécurité. Quand aux élèves, ne restez jamais seuls, soyez toujours accompagnés et restez trés prudents. Si vous
avez vu ou entendu quelque chose j'aimerais que vous me le transmettiez directement à moi et à personne d'autre. Je vous promets que nous reussirons à attraper ce dangereux criminel.
L'enquéteur et les policiers quittent l'école.
PROFESSEUR
Vous avez entendu les policiers. De nouvelles règles de sécurité de l'ecole vous seront transmises. Nous comptons sur vous. Maintenant rejoignez vos classes, les cours vont commencer.
Les élèves encore sous le choc rentrent dans leur classe. John et Alice font de même.
La journée se termine.
4. Dans la ville - Ext.Soir
Le ciel est sombre et nuageux. Le brouillard a disparu. La ville est éclairée par les lumières sortant des fenétres et par les quelques lampadaires sur la route. La ville semble déserte,comme une ville fantôme. Il fait froid. Aucun bruit mis à part le vent. Il commence à pleuvoir. John et Alice sortent de l'école avec les autres élèves.
ALICE
L'enquéteur nous a dit de ne pas nous séparer tu te souviens?
Alice prend John par le bras et lui sourit.
JOHN
Nous ferions mieux de nous dépécher. L'assassin est peut etre déjà en train de roder pour trouver sa future proie.
ALICE
Tu as raison. Et puis je n'ai jamais aimé cet endroit.. Il m'a toujours fait froid dans le dos.
Alice s'arréte et regarde fixement les yeux de John.
ALICE
Crois-tu qu'un jour nous partirons de cet enfer? qu'il existe d'autres endroits que cette ville? où il y ferait bon vivre, sans morts, sans craintes, où les gens sont heureux?.
John, les yeux tristes et songeur, regarde le ciel. Puis prend les mains de Alice.
JOHN
Je ne sais pas... Mais si un jour je croisais cette lumiere, je ne partirai pas sans toi. Je te le promets.
Alice lui sourit. Tout a coup, John entend un bruit venir d'une ruelle sombre qui semble sans fin.
JOHN
Tu as entendu?! J'ai deja entendu ce bruit ce matin!
John fixe longuement la ruelle. Alice est emplie de crainte.
ALICE
Nous fairions mieux de partir d'ici! John?!
John entend clairement la voix à présent.
5.DANS L'HOPITAL - INT.NUIT
VOIX
John! John! Je suis tellement désolée... Cet accident est de ma faute... Je donnerai tout pour que tu reviennes parmi nous...
Soudain John ouvre les yeux, il se trouve dans un hopital. Il est couvert de bandages et de perfusions. Il voit sa mère pleurer, assise sur une chaise à coté de lui. une infirmiere arrive en courrant. Elle porte une tunique bleu et blanche, elle a de grand yeux bleus et de long cheveux noirs.
MERE DE JOHN
John!! par quel miracle?!
elle embrasse son fils qui semble sortir d'un long et interminable rève.
©Schodet Guillaume 2013
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi