Grammaire Limousine: phonétique, parties du discours

De
Publié par

mm.t,^ '"^1'/'T^J''fy V\ /; >^Â b'VàTT-n\/*>4\v^ci r/.j è/,/' :\,'Wf\GRAMMAIRELIMOUSINEPARCHABANEAUCAMILLE— PARTIES DU DISCOURSPHONÉTIQUE.PARISMAISONNEUVE ET C", ÉDITEURSQUAI VOLTAIRE, 2525,M DCCC LXXVI3424Extrait de la Revue des langues romanes(T. II àX, 1871-1876)A MA MERECe livre, oùj'ai essayé de remettre en lumièreles titres de noblesse de notre patois, de cette bellelangue qu'on dédaigne, mais que tu as, commemoi, toujours aimée, et qui ne jamais exiléefutde notre foyer,Je te le dédie, comme un souvenir de la terrebénie où, dorment nos chers morts, etcomme untémoignage de ma profonde et respectueuse ten-dresse.ce.ÀVÀNt-PRÔPÔSLe dialecte limousin est parlé dans la plus grande partie desdépartements de la Haute-Vienne, de la Corrèze et de la Dor-dogne, près dans tiers la Creuse le quartet à peu le de et dela Charente. Je n'essaje pas d'en marquer plus précisémentles limites géographiques, parce queje crains de ne pouvoir lefaire avec l'exactitude nécessaire*. note seulementJe qu'il estborné au midi par les dialectes de la G-ascogne et du Quercy,qu'il confine à l'est avec celui de l'Auvergne, et qu'il va seperdre, au nord et à l'ouest, dans des patois de langue d'oil,berrichon, poitevin, saintongeois.L'unité, dans le langage d'un pays quelconque, est le ré-sultat de la culture. Il se forme ainsi de langueune sortecommune, mais toujours plus ou moins artificielle par quel-que côté : telle fut sans doute celle ...
Publié le : samedi 4 juin 2011
Lecture(s) : 65
Nombre de pages : 400
Voir plus Voir moins
mm. t ,^ '"^1'/' T^ J ''fy V\ /; >^Â b 'Và T T-n\ / *>4 \ v ^ci r /.j è /, /' :\,' Wf \ GRAMMAIRE LIMOUSINE PAR CHABANEAUCAMILLE — PARTIES DU DISCOURSPHONÉTIQUE. PARIS MAISONNEUVE ET C", ÉDITEURS QUAI VOLTAIRE, 2525, M DCCC LXXVI 3424 Extrait de la Revue des langues romanes (T. II àX, 1871-1876) A MA MERE Ce livre, oùj'ai essayé de remettre en lumière les titres de noblesse de notre patois, de cette belle langue qu'on dédaigne, mais que tu as, comme moi, toujours aimée, et qui ne jamais exiléefut de notre foyer, Je te le dédie, comme un souvenir de la terre bénie où, dorment nos chers morts, etcomme un témoignage de ma profonde et respectueuse ten- dresse. ce.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.