Flore pittoresque et mdicale des Antilles, ou, Histoire naturelle des plantes usuelles des colonies franaises, anglaises, espagnoles et portugaises;

De
Publié par

performedConservation work1993/94with funds from theNEW YORK STATECONSERVATION/PRESERVATIONPROGRAMDISCRETIONARY GRANTFLORE PITTORESQUEET MEDICALEDES ANTILLES.TASTUIMPRIMERIE DE .T.DE VAUGIRARD N. 36.RUE ,1011S(^OTIFlLOll IFIÎffET MEDICALEDES ANTILLES,OUTRAITÉ USUELLESDES PLANTESDES COLONIES ESPAGNOLESFRANÇAISES, ANGL A ISES,ET PORTUGAISES.DÉDIÉE ET FRÉSEINTÉE AU ROIDOCTEL'R EN SIEDECINE DE LA FACULTE DE PARIS ANCtEN MEDECIN DU GOtJVERMKMENT,A SilNT-DOMISCTJE, ET FONDATEUR DC LYCKF. COLONIAL, MIOECIN DE l'hOSUCECIVIL DE BEALMONT, ET MEMBRE DE LA SOCItTK LlNNÉf-NNE DR PARIS ET DhPLUSIEURS AUTRES SOCIÉTÉS SAVANTES."eitite pai> (3. Cbb. (j^cècowCiAz,.l.e jus exprimé «le la canne à sucre , relui du citron et l'eau limpiriedes ruisseaux qui serpentent dans tous les jardins , fournissent al'instant une boisson salutaire qu'une feiii'ie fraîche et roulée du,bananier, ou qu'un pétale détaché de la popote, peuvent retenir...Partout, dans ces climats fortunés le Caraïbe trouvait sous ses,pas les plantes maladie d'un parent nuque réclamait la d'un père ,d'un ami cura ?....!.. Ces insulaires avaient-ils d'autres rnoyens tifs(^DISCOURS PRELIMINAIRE.)^eniPS herhas lu rtu.ri'tuin vulnertimImperiUssimcp ,Pr.xs.inorùontm.'jne noveruiU C (^cls. , adTOME HUITIEME.PARIS./CROSINIEll, receveur de rentes, rue du IMail , n. 1CHAPPHON, rue de la Gr.nde-Truanderie, n. 5o.PICHARD , libraire, rue Feydeau n., ii.Chez VeuveRENARD, libraire, rue ...
Publié le : samedi 25 juin 2011
Lecture(s) : 79
Nombre de pages : 624
Voir plus Voir moins
performedConservation work 1993/94with funds from the NEW YORK STATE CONSERVATION/PRESERVATION PROGRAMDISCRETIONARY GRANT FLORE PITTORESQUE ET MEDICALE DES ANTILLES. TASTUIMPRIMERIE DE .T. DE VAUGIRARD N. 36.RUE , 1 011S(^OTIFlLOll IFIÎff ET MEDICALE DES ANTILLES, OU TRAITÉ USUELLESDES PLANTES DES COLONIES ESPAGNOLESFRANÇAISES, ANGL A ISES, ET PORTUGAISES. DÉDIÉE ET FRÉSEINTÉE AU ROI DOCTEL'R EN SIEDECINE DE LA FACULTE DE PARIS ANCtEN MEDECIN DU GOtJVERMKMENT , A SilNT-DOMISCTJE , ET FONDATEUR DC LYCKF. COLONIAL, MIOECIN DE l'hOSUCE CIVIL DE BEALMONT, ET MEMBRE DE LA SOCItTK LlNNÉf-NNE DR PARIS ET Dh PLUSIEURS AUTRES SOCIÉTÉS SAVANTES. "eitite pai> (3. Cbb. (j^cècowCiAz,. l.e jus exprimé «le la canne à sucre , relui du citron et l'eau limpirie des ruisseaux qui serpentent dans tous les jardins , fournissent a l'instant une boisson salutaire qu'une feiii'ie fraîche et roulée du , bananier, ou qu'un pétale détaché de la popote, peuvent retenir... Partout, dans ces climats fortunés le Caraïbe trouvait sous ses , pas les plantes maladie d'un parent nuque réclamait la d'un père , d'un ami cura ?....!.. Ces insulaires avaient-ils d'autres rnoyens tifs (^DISCOURS PRELIMINAIRE.) ^eniPS herhas lu rtu.ri'tuin vulnertimImperiUssimcp , Pr.xs.inorùontm.'jne noveruiU C (^cls. , ad TOME HUITIEME. PARIS. /CROSINIEll, receveur de rentes, rue du IMail , n. 1 CHAPPHON, rue de la Gr.nde-Truanderie, n. 5o. PICHARD , libraire, rue Feydeau n. , ii. Chez VeuveRENARD, libraire, rue Caumartin^ , n. i-i; LEVRAULT, libraire, rue de la Harpe n. 8i, ; MALEPEYRE, rue Gît-lc-Cœur, n. 4; Et chez les principaux Libraires. 1829.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.