Extrait de la fiche Brianconnais 9 jours - RandoPays

De
Publié par

Lumières du Briançonnais : des Cerces au Queyras Du mont Thabor au pic de Rochebrune Semaine randonnée accompagnée Randonnée itinérante – 9 jours Niveau : modéré, 5 à 7 h de marche Jours de marche : 7 jours Groupe : 6 à 12 personnes maxi Portage : Taxi local (sauf 1 nuit) Encadrement : Accompagnateur en Montagne Hébergements : 8 (gîtes, chambres, refuges) Cet itinéraire commence dans le parc national des Ecrins, dans le haut de la vallée de la Guisane (bassin de la Durance), sous le col du Lautaret. Nous le quittons rapidement pour passer dans le massif des Cerces, dont la vallée emblématique est celle de la Clarée. Son nom est déjà une invitation : ses eaux cristallines se marient à merveille avec les pelouses alpines et les forêts de mélèzes. Après cette incursion vers le nord-est, nous prendrons plein sud, longeant la frontière italienne, pour nous diriger vers le Queyras. Nous abordons d’abord la vallée de Cervières, sauvage et secrète. Très tôt ses habitants ont su se préserver du tourisme de masse et nulle remontée mécanique ne vient gâcher la beauté de ses paysages. Au coeur de cette vallée se trouve le petit village de Cervières, havre de paix où la vie paysanne continue d'être bercée par le rythme immuable des saisons. Des six vallées du Briançonnais, nous aurons parcouru les cinq qui convergent en étoile sur Briançon. Et un dernier col nous donnera accès au cœur du Queyras.
Publié le : mercredi 29 janvier 2014
Lecture(s) : 456
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
Lumières du Briançonnais : des Cerces au Queyras Du mont Thabor au pic de Rochebrune Semaine randonnée accompagnée
Randonnée itinérante9 joursNiveau: modéré, 5 à 7 h de marche Jours de marche: 7 joursGroupe: 6 à 12 personnes maxi Portage: Taxi local (sauf 1 nuit)Encadrement: Accompagnateur en Montagne Hébergements: 8 (gîtes, chambres, refuges) Cet itinéraire commence dans le parc national des Ecrins, dans le haut de la vallée de la Guisane (bassin de la Durance), sous le col du Lautaret. Nous le quittons rapidement pour passer dans le massif des Cerces, dont la vallée emblématique est celle de la Clarée. Son nom est déjà une invitation : ses eaux cristallines se marient à merveille avec les pelouses alpines et les forêts de mélèzes. Après cette incursion vers le nordest, nous prendrons plein sud, longeant la frontière italienne, pour nous diriger vers le Queyras.Nous abordons d’abord la vallée de Cervières, sauvage et secrète. Très tôt ses habitants ont su se préserver du tourisme de masse et nulle remontée mécanique ne vient gâcher la beauté de ses paysages. Au coeur de cette vallée se trouve le petit village de Cervières, havre de paix où la vie paysanne continue d'être bercée par le rythme immuable des saisons. Des six vallées du Briançonnais, nous aurons parcouru les cinq qui convergent en étoile sur Briançon. Et un dernier col nous donnera accès aucœurdu Queyras.
RandoPays®Pascal Lluch  Route de Tourres Hérans38710 Saint Jean d’ 06 31 15 10 36 pascal@randopays.com-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------RCP : MMA IARD ; 10, bd Oyon72030 Le Mans Cedex 09/ AgrémentAG 026 08 0001 - Atout France IM026100019 (Vercors Escapade)
LE SEJOUR EN BREF  géographique : BRIANCONNAIS Lieu100 Km Est de Grenoble naturel : zone montagnarde en périphérie du parc national des Ecrins et du parc Espace naturel régional du Queyras  maximale de la randonnée : 2650 m Altitude quelques mots : les massifs qui ceinturent le parc national des Ecrins thématique en  La sont variés, vivants, magnifiques et particulièrement adaptés à la randonnée. ITINERAIREJour 1Briançon > Le Lauzet (1650 m) Rendezvous à la gare de Briançon, autour de 17 h (à préciser). Une navette affrétée nous emmène au Lauzet (20 Km), hameau de la fin de larandonnée Oisans de RandoPays. Jour 2Le Lauzet > Refuge du Chardonnet (2223 m) Du Lauzet, nous rejoignons lepont de l’Alpe(1710 m), où nous traversons la route du col du Lautaret. Nous remontons la vaste combe herbeuse, puisle sentier s’élève vers le col du Chardonnet (2638 m) enlongeant le versant Nord de l’Aiguillette du Lauzet. Arrivés sur la crête très minérale, on domine la vallée de Névache bordée de crêtes rocheuses comme celles du Queyrellin, du Raisin ou de la Gardiole Bienvenue au coeur du massif des Cerces ! La mine de graphite du col du Chardonnet étaitconnue dès 1450. L’exploitation de ce gisement, après avoir pris un essor important pendant la première guerre mondiale,s’est arrêtée vers 1930.Du col, la vue sur le massif des Ecrins est saisissante. Le col du Chardonnet, comme celui de l’Oule (jour 4) fait partie d’une ligne fortifiée. Après la guerre de succession d’Espagne, le Maréchal de Berwick qui commande «l’armée des Alpes » fait de Briançon la clef de voûte de la défense. Il fait construire en 1709 une ligne de retranchement de plus de 15 Km en pierres sèches, reliant et interdisant les cols (« chemin du Roy », puis « mur de Berwick »), protégeant ainsi la vallée de la Guisane d’une incursion ennemie. La ligne Maginot, imaginée en 1931 passe aussi par certains de ces cols... La descente rejointlaquelle s’étend le ruisseau du Chardonnet. En le suivant versune prairie dans l’aval, on arrive bientôt à proximité de la bâtisse du refuge du Chardonnet. Nuit dans cet endroit enchanteur.Petits dortoirs de quatre à six places, équipés de draps et couettes. Douches chaudes et sanitaires à l'intérieur. Nuit en refuge Pas de bagages 6 heures de marche ;990 m /415 m Jour 3Refuge du Chardonnet > Névache (1600 m) Nous descendons les 400 m qui nous séparent de la Clarée, que nous traversons au niveau de Fontcouverte. La remontée de sa rive gauche nous offre de belles perspectives sur le haut de la vallée. Passage au refuge de Ricou (2100 m). Après quelques lacets audessus, nous atteignons le chemin de ronde (2300 m), que nous suivons vers l’aval. Le sentier est facile et offre de belles vues sur les Cerces en face. Arrivés au dessus des granges de Biaune, le chemin amorce sa descente sur Lacou (chapelles). Nous rejoignons donc à nouveau la Clarée, que nous traversons au pont du Rately, pour suivre sa rive droite jusqu’à Névache.La Clarée se nourrit de toutes les eaux descendues des vallons des Cerces, du Queyrelin, des Muandes, des Gardioles, des lacs de Privé, Cristol, de l’Oule, des Acles, de Pécé, de Granon; de quoi se désaltérer ! La vallée fut le lieu de passage de la soldatesque, des mineurs d’altitude (graphite, charbon, or, cuivre et fer), des bergers, des prêcheurs et autres contrebandiersNotons que la population de Névache a triplé depuis 1975, et que la vallée est bien vivante toute l’année! Suivant la météo et la forme des participants, il pourra être proposé une étape plus « montagne », Col des Béraudes/pont du Moutet ou tour de Tête Noire.
© Textes et Images Pascal Lluch RandoPays jours 9 Briançonnais 2 sur 6 Page
Au centre du bourg principal de Névache (quartier de la villehaute), l'église SaintMarcellin attire l'attention, avec son clocher "romanlombard" dressant sa flèche vers le ciel et les sommets. Elle a été construite sur une ancienne "maison forte" au XVème siècle. L'ancienne tour du château est devenue le clocher qui a reçu la flèche en 1633. Nuit au gîte auberge Les Mélézets 6 heures de marche ;990 m /415 m Jour 4Névache > Val des Prés (La Vachette 1360 m) Quittant la Clarée, nous nous élevons par les anciennes terrasses de cultures (les canaux d’irrigation existent toujours), puis les prairies. Nous entrons ensuite dans la forêt de mélèzes et pins. Une traversée en balcon, en surplomb au dessus de Névache emprunte la draye des moutons, au milieu des rhododendrons, genévriers et myrtilles. Le grand éboulement issu du rocher du Loup semble alimenter le lac de l’Oule de ses pierres roulantes. Ses berges, belles pelouses alpines, sont accueillantes. Le col de l’Oule(2548 m) se situe sur la crête marquant la limite entre les vallées de la Clarée et de la Guisane. La descente du col passe sous l’ancien fort de Lenlon, construit dès 1885 (2508 m) pour résister aux nouveaux obus torpilles, venant d’Italie. La tradition raconte qu’Hannibal dut se replier sur les Alberts, tombé dans une embuscade dans le défilé de Plampinet, le village en amont. Il parvient ensuite à Montgenèvre. A Val des Prés (aucun gîte), un transfert de 6 km est prévu pour rejoindre La Vachette. Nuit au gite La Vachette  958 m ;1150 m 6h30 de marche Jour 5Val des Prés > Montgenèvre (1870 m) Du hameau de la Draye, nous traversons la Clarée pour la quatrième fois, et nous prenons le chemin de Lauze. Le sentier monte lentement dans les pins, puis grimpe en nombreux lacets. Le vallon de la Lauze donne accès à une belle gorge étroite sous les tours de Pécé. Le vallon s’ouvre ensuite à nouveau sur deux bergeries construites sur une bosse ; au fond du vallon, le col de Dormillouse (2445 m). Une zone très minérale nous emmène jusquau col de la Lauze (2529 m). la descente se fait par le rio Secco : eh oui l’Italie nest quà quelques centaines de mètres lorsque nous rejoindrons la vallée suspendue de MontgenèvreNuit au châlet La Rafale  1100 m ;660 m 6h de marche Jour 6Montgenèvre > Cervières (1460 m) Etape volcaniqueA lcollet Vert  Colletto Verde (2519écart de la station, nous montons vers le m), où nous trouvons des laves en coussins. Puis nous empruntons le sentier géologique du Chenaillet (2650 m), tout en crête : nous marchons sur une croûte océanique, en faitun ancien volcan sous-marin de 155 millions d'années, soulevé par la formation des Alpes. Le site est mondialement connu. Aujourdhui plus simplement, commence ici la DuranceDescente dans les vastes herbages qui dominent la vallée de la Cerveyrette, et son « cheflieu », Cervières. Le village donne accès depuis Briançon au parc naturel régional du Queyras, par la route du col de lIzoard.Le village est situé à 1 620 m d'altitude, au pied de hautes montagnesmarquant la limite entre lennianaoçriBset leQueyraspic de Rochebrune, 3323 m).Le village appartint, entre le XIVe siècle et la Révolution Française (création des départements), au territoire desRépublique des Escartonsune douzaine de localités autour de regroupait  qui Briançon et d'Oulx (actuellement dans le Piémont italien). Cette "République des Escartons" bénéficiait de privilèges fiscaux et d'une autonomie administrative visàvis des Royaumes de France et de Piémont. C'est l'une des rares vallées des Alpes encore préservées des équipements du tourisme d'hiver. Nuit au gîte de Terre Rouge  800 m ;1200 m 6h de marche
© Textes et Images Pascal Lluch RandoPays jours 9 Briançonnais Page 3 sur 6
Jour 7> Les Fonts de Cervières (2040 m)Cervières La vallée des Fonts est parsemée de nombreux hameaux d’alpages. Nous pouvons voir de magnifiques chalets à l’architecture typique et découvrir une pratique encore bien préservée de l'agriculture traditionnelle. Nous passons sous les cols de Bousson (2154m) et de Chabaud (2213m). Ils furent autrefois, du fait de leur faible altitude, le trait d’union entre l’Escarton d’Oulx et celui de Briançon, ou encore un lieu de passage prise par les contrebandiers de tout poil. La plaine du Bourget, dans la haute vallée de la Cerveyrette, constitue un exemple rare de marécage d'altitude (à environ 1900 m d'altitude), d'une très grande richesse biologique. C’est une des plus hautes vallées des Alpes françaises: altitude moyenne 2300 m. Longue de 14 Km, elle est remarquable par la richesse de sa faune, de sa flore et de son architecture traditionnelle. Les 1420 ha du marais du Bourget recèlent 15 espèces végétales protégée par la loi. Nuit au refuge des Fonts de Cervières  700 m ;100 m 5h de marcheJour 8Fond de Cervières > ChâteauQueyras (Souliers1820 m) A la sortie du hameau, une passerelle en bois enjambe le torrent de Pierre Rouge. Nous sommes rapidement sur les pelouses alpines; une croupe rocailleuse, vestige probable d’un ancien verrou glaciaire, ferme le vallon supérieur qui descend du col. Le col des Péas 2629 m, passage entre le Briançonnais et le Queyras est surplombé par le pic de Rochebrune (3320 m). C’est donc l’une des hautes porte d’entrée du parc naturel régional du Queyras. Tout le massif snous. Les ambiances sont déjà plus méridionales encore,offre à lhabitat plus typé, et plus homogène. La vue de la citadelle de FortQueyras dans la fond de la vallée nous rappelle que la longue histoire des guerres avec l’Italienest jamais loinNous rejoignons un hameau minuscule, où nous passerons notre dernière nuit dans un gîte détape accueillant et confortable. Nuit au gîte de Souliers  600 m ;800 m 5h de marcheJour 6ChâteauQueyras > Briançon Une navette affrétée nous ramène à Briançon, via le fameux colde l’Izoard (2360 m), en moins d’une heure(36 Km). Nous nous séparons à la gare, dans le courant de la matinée. Niveau / difficulté Modéré, pour un marcheur réguliermrahceusrsentiers,parfoisertiensrshos,sesuolepselruoudes passages dans les pierriers ; enfants : à partir de 14 ans Le programme est donné à titre indicatif ; il est fonction de la saison, de la météorologie, des réservations dans les hébergements, des disponibilités des intervenants, etc. Avant le départ du séjour, et sur place, dans l’intérdu groupe ou de la découverte, des variantes d'itinéraires ou modifications peuvent être apportéesêt par le guide. Le programme pourra à tout moment être modifié ou interrompu pour des raisons de sécurité, de météorologie, à l’initiative du guide.L’itinéraire sur Google Maps http://urlc.fr/Vth2CwDATES ET PRIX http://www.randopays.com/randopaysenfrance/brianconnais9jours/Transmettez ce lien à vos amiset visionnez lediaporama!Le prix comprend  demipension en gîtes Lad’étape (chambre de 4 à 8 personnes)et refuges, du samedi soir au dimanche suivant après le petit déjeuner L’acheminement des bagages entre les gîtes de la randonnée (sauf refuge du jour 2)
© Textes et Images Pascal Lluch RandoPays 9 jours Briançonnais Page 4 sur 6
 piqueniques du dimanche midi au samedi midi suivant Les Les services d’unAccompagnateur enMontagne diplômé d’EtatLe prix ne comprend pas L’acheminement jusqu’à et de Briançon  Le repas de midi du dernier jour  boissons Les  Vos frais personnels annulation et/ou rapatriement (voir nos conditions de vente)L’assurance  frais supplémentaires entraînés par une éventuelle modification ou prolongement du Les séjour, indépendant de notre volonté (en dehors du programme prévu, hôtellerie, repas et transferts supplémentaires, etc.).
RENDEZVOUS :GARE DE BRIANCON à 17h le SAMEDIDISPERSION : versGARE DE BRIANCON 10 h le DIMANCHE VENIR À BRIANCON Par le train La gare de Briançon est bien desservie depuis Paris ou Marseille. Depuis Paris puis Grenoble (de jour) vers Briançon, en train : http://www.regionpaca.fr/uploads/media/BrianconGapGrenoble_02.pdf(ancienne, merci de vérifier) Depuis Paris on peut prendre le train de nuit www.sncf.comPar le car depuis Grenoble http://www.vfd.fr/horaires/ler35/ler3518122010au24042011http://www.vfd.fr/index.php?module=webuploads&func=download&fileId=481_0En voiture Autoroutes directes depuis Paris, Lyon, Marseille, Genève jusqu’à Grenoblerf.nilehamicw.viwwSortie N°8 « Stations de l’Oisans » puis RN 91 direction BriançonBriançon se trouve à 120 Km de Grenoble. INSCRIPTION / ORGANISATION / CONTACT Ce voyage est organisé par Pascal Lluch (RandoPays) ; les inscriptions se font auprès de Vercors Escapade, qui fournit l’assurance et la couverture légale.Le bulletin d’inscription est fourni sur simple demande àpacsaar@lpodnays.comou Vercors Escapadeseacrosevcrca@t.compadeoctn(Fabrice) et téléchargeable à la page du site. Merci dele renvoyer, avec l’acompte, à l’adresse indiquée sur le bulletin.Une confirmation vous sera envoyée. Vercors Escapade26150 Romeyer62  Port : 06 81 22 90 39Tél : 04 75 22 07 contact@vercorsescapade.com  www.vercorsescapade.com Agrément Tourisme N° AG.026.08.0001  Certificat d'Immatriculation Atout France IM026100019 Garantie financière : COVEA Caution ; 10, boulevard Marie et Alexandre Oyon72013 Le Mans Cedex 2  N° SIRET: 51225760100017 Responsabilité civile professionnelle : MMA IARD ; 10, boulevard Marie et Alexandre Oyon72030 Le Mans Cedex 09
© Textes et Images Pascal Lluch RandoPays 9 jours Briançonnais Page 5 sur 6
VOTRE GUIDE Pascal Lluchest accompagnateur en montagne diplômé : « Accompagnateur en montagne, et professionnel de la pratique de la montagne depuis 25 ans, j’aiaccompagné l’essor du tourisme d’aventure. Cette pratique a nourri mes réflexions quant à l’impact de nos activités sur des territoires en développement ; acteur du tourisme responsable en France aujourd’hui, je participe à des colloques sur le tourisme responsable, rédige des articles, participe à des études d’évaluation, de formation.J’ai imaginé les RandoPays® pour permettre aux accompagnateurs de mieux mettre en valeur leur connaissance du territoire, et pas seulement du terrain ; et pour favoriser les bonnes pratiques d’un développement responsable.Cela me semble indispensable pour le développement d’un tourisme intégré au territoire. Vivant dans le Trièves, j’ai à cœur de faire découvrir cette région qui a fait le choix d’un développement maîtrisé, équilibré, intégrant toutes les activités. » Je suis signataire de lacharte Trièves Ecotourisme, marquant ainsi mon engagement à en respecter les valeurs. Mon engagement est reconnu, et 3 « feuilles » écotouristiques m’ont été attribuées.Vous pouvez aussi consulter la rubriqueQui sommesnousdu site Randopays. ® RandoPays Ce séjour porte la marque RandoPays® parce qu’il a été conçu dans l’esprit d’une découverte: il favorise, là où cela est possible, les initiatives innovantes, le tourisme montagnard d'intersaison, les zones peu fréquentées, le partage des «savoir vivre ensemble», un tourisme diffus, la mobilité douce. Ces randonnées naissent à la confluence d’un territoire, par son attrait paysager et sa richesse territoriale, etd’un accompagnateur les connaissant bien, qui dans la plupart des cas vit sur ce territoire où il est impliqué. L’accompagnateur est donc porteur de son projet.Cette découverte, que l’on peut qualifier de territoriale, dans le sens où elle n’est pas seulement l’enchaînement des plus beaux paysages de la région, mais une approche plus en profondeur, une introduction à des espaces de vie. L’espace rural et montagnard est, par nature, centré sur l’être, et non sur le faire; rencontre, dépaysement, vie saine sont ces nouveaux chemins de découverte. SEJOUR A LA CARTE Vous souhaitez participer à/organiser ce séjour entre amis, en famille ? Avec votre comité d’entreprise ou club de marche? Ce séjour peut être décliné à la demande, pour la durée et aux dates qui vous conviennent. Nous connaissons parfaitement la région et nous vous aideront à définir un itinéraire, une découverte personnalisés. Des thématiques peuvent aussi être développées (dessin, astronome, raquettes, yoga, géologie, naturaliste, …). Contacteznous !
© Textes et Images Pascal Lluch RandoPays 9 jours Briançonnais 6 sur 6 Page
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.