Médias et pouvoir, aspects du politique contemporain

De
Publié par

La relation entre médias et vie politique constitue de nos jours, un facteur important de la compréhension des enjeux liés aux pouvoirs en vigueur, un domaine idéal pour l'analyse socio-anthropologique du "politique" contemporain. Tout groupe social peut être considéré comme un faisceau de relations de pouvoir, mais le pouvoir est intimement lié à la mort. Le présent recueil, dédié à Louis-Vincent Thomas, socio-thanatologue et professeur à la Sorbonne essaie de faire un bilan sur ces aspects du politique contemporain et le rôle majeur des médias.
Publié le : dimanche 1 mars 2015
Lecture(s) : 3
EAN13 : 9782336371368
Nombre de pages : 204
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Sous la direction de Christiana Constantopoulou
Médias et pouvoir, aspects du politique contemporain
Hommage à LouisVincent Thomas
L O G I Q U E S S O C I A L E S
MÉDIAS ET POUVOIR, ASPECTS DU POLITIQUE CONTEMPORAIN
Logiques sociales Collection dirigée par Bruno Péquignot En réunissant des chercheurs, des praticiens et des essayistes, même si la dominante reste universitaire, la collection « Logiques Sociales » entend favoriser les liens entre la recherche non finalisée et l'action sociale. En laissant toute liberté théorique aux auteurs, elle cherche à promouvoir les recherches qui partent d'un terrain, d'une enquête ou d'une expérience qui augmentent la connaissance empirique des phénomènes sociaux ou qui proposent une innovation méthodologique ou théorique, voire une réévaluation de méthodes ou de systèmes conceptuels classiques. Dernières parutions Sous la direction de Fred DERVIN,Analyser l’identité, les apports des focus groups, 2015. Jean-Louis PARISIS,Sociologue à Marseille, 2015. Yannick BRUN-PICARD,La praxéologie. Au cœur de la structuration des interfaces sociétales, 2015. Alain CHENEVEZ et Nanta NOVELLO PAGLIANTI,L’invention de la Valeur Universelle Exceptionnelle de l’UNESCO. Une utopie contemporaine, 2014. Simon DULMAGE,Mutations et déterminisme chez Bourdieu, Epistémologie de la sociologie de l’art de Bourdieu, 2014. Thomas MICHAUD,L’imaginaire et l’organisation. La stimulation des innovations technoscientifiques par la science-fiction, 2014. Béatrice JEANNOT-FOURCAUD, Antoine DELCROIX, Marie-Paule POGGI (dir.),Contextes, effets de contextes et didactique des langues, 2014. Yannick BRUN-PICARD,: laPlus loin que le développement durable durabilité, 2014. Jean-Michel LE BOT,Eléments d’écologie humaine, 2014. Claude GIRAUD,Qu’est-ce qui fait société ?, 2014. Nicole ROELENS,Manifeste pour la décolonisation de l’humanité femelle. Tome 4 : poussées d’émancipation et violences colonisatrices, 2014. Khosro MALEKI,Introduction à la sociologie du mécontentement social, 2014. Jean PENEFF,Howard S. Becker. Sociologue et musicien dans l’école de Chicago, 2014. Jean-Michel BESSETTE, Être socio-anthropologue aujourd’hui ?,2014. Alexandre DAFFLON, Il faut bien que jeunesse se fasse !Ethnographie d’une société de jeunesse campagnarde,2014.
Sous la direction de Christiana Constantopoulou
MÉDIAS ET POUVOIR, ASPECTS DU POLITIQUE CONTEMPORAIN
Hommage à Louis-Vincent Thomas (22 mai 1922 - 22 janvier 1994)
Les auteurs ont la responsabilité exclusive de leurs textes (aussi bien pour ce qui concerne la présentation que le contenu de ceux-ci) © L'HARM ATTAN, 2015 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-05699-9 EAN : 9782343056999
Nous remercions lesÉditions Papazisipour leur contribution technique à cette publication.
PRÉFACE : POUVOIRS, MÉDIAS ET MÉDIATIONS
Assurément la presse et les médias incarneraient ce quatrième pou-voir, un quatrième pouvoir venant prendre rang à la suite du pou-voir exécutif, du pouvoir législatif et du pouvoir judiciaire pour en contrebalancer les effets et ainsi vivifier la dynamique même de la démocratie. En ce sens, les médias joueraient un rôle pour former l’opinion publique, contester l’arbitraire de certaines décisions po-litiques. Ils pourraient contribuer à l’exercice démocratique tout 1 comme ils pourraient alimenter des pratiques contre-démocratiques car toute démocratie nécessite un peu de vigilance, de défiance qui, il est vrai, peut parfois se muer en « impolitique », véritable me-nace pour la démocratie. Celle-ci s’exprime notamment à travers un repli des pratiques politiques sur des comportements purement réactifs, irrationnels, moraux ou religieux. Ainsi, les médias, à force de faire circuler, de diffuser, porteraient-ils également en eux une part d’ombre. Et celle-ci de se décliner autour de la pénétration de la sphère de l’intimité, du non-respect de l’image et/ou de la vie privée, de la manipulation, de l’allégeance au pouvoir politique, de la dépendance à l’égard des grands groupes de presse et du marché. Un quatrième pouvoir, traversé par de nombreuses contradic-tions ? Après tout, pourquoi pas ? Mais alors ne pourrait-on pro-longer la réflexion sur le pouvoir et se demander en quoi il y au-rait bien quatrième pouvoir ? Et pourquoi ne pourrait-il y en avoir de cinquième, de sixième, de septième et ainsi de suite autour de
1 Rosanvallon P.,La contre-démocratie. La politique à l’âge de la déance, Paris, Seuil, 2006.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.