[RAPPORT] Les primaires pour la France

Publié par

! ! ! ! ! AVRIL 2013 Les primaires pour la France Contribution de la Boîte à idées relative à l’organisation par la droite républicaine de primaires ouvertes pour l’élection présidentielle de 2017 présentée par : ! Edouard Balladur, ancien Premier ministre Alain Juppé, ancien Premier ministre, Maire de Bordeaux ! ! Composition du groupe de travail : ! Rapporteurs : Maël de Calan Enguerrand Delannoy Matthieu Schlesinger ! Membres : Maxime Cordier Henri de Bouteiller Julien Freyburger Jocelyn Guitton Alexandre Madinier Louis Margueritte Vijay Monany Hugues Parmentier Gerwin Weber 
 LA BOÎTE À IDÉES Le think tank de l’UMP La BAI est un groupe de réflexion et d’action rassemblant la jeune garde de l'UMP. Soutenue par des parlementaires de premier plan et des militants issus de toutes les fédérations, elle poursuit deux objectifs : ! Elaborer le programme de redressement national dont la France a besoin. En 2017, l’état de la France nécessitera l’application d’un programme de rupture, précis, réaliste et cohérent. Une centaine d’experts issus de la haute fonction publique et du secteur privé travaillent à son élaboration. ! Faire en sorte que ce programme soit au cœur de l’UMP. La BAI veut peser sur la ligne politique de l’UMP.
Publié le : mercredi 26 novembre 2014
Lecture(s) : 205
Nombre de pages : 46
Voir plus Voir moins

!
!
!
!

AVRIL
2013
Les primaires
pour la France
Contribution de la Boîte à idées relative à l’organisation par la
droite républicaine de primaires ouvertes pour l’élection
présidentielle de 2017 présentée par :
Alain Juppé Edouard Balladur François Fillon
Composition du groupe de travail :
Membres : Rapporteurs :
Maxime Cordier Maël de Calan
Henri de Bouteiller Enguerrand Delannoy
Julien Freyburger Matthieu Schlesinger
Jocelyn Guitton
Alexandre Madinier
Louis Margueritte
Vijay Monany
Hugues Parmentier
Gerwin Weber

LA BOÎTE À IDÉES
Le think tank de l’UMP
La BAI est un groupe de réflexion et d’action
rassemblant la jeune garde de l'UMP. Soutenue par
des parlementaires de premier plan et des militants
issus de toutes les fédérations, elle poursuit deux
objectifs :
! Elaborer le programme de redressement national
dont la France a besoin.
En 2017, l’état de la France nécessitera l’application
d’un programme de rupture, précis, réaliste et cohérent.
Une centaine d’experts issus de la haute fonction publique
et du secteur privé travaillent à son élaboration.
! Faire en sorte que ce programme soit au cœur de l’UMP.
La BAI veut peser sur la ligne politique de l’UMP. Elle associe à
ses travaux les principaux responsables du parti, et rassemble
Représentants :
des trentenaires qui s’impliquent au sein du mouvement sur Maël de Calan
le terrain et contribueront demain à la reconquête. Enguerrand Delannoy
Matthieu Schlesinger
Née en septembre 2012 à l’initiative d’un groupe qui avait
Contacts : travaillé aux côtés de Nicolas Sarkozy à l’élaboration de sa
mael.decalan@la-bai.fr plateforme présidentielle, la BAI a été l’une des 6 motions
enguerrand.delannoy@la-bai.fr candidates au Congrès de 2012 où elle a rassemblé près de 10%
matthieu.schlesinger@la-bai.fr des voix. Elle anime depuis le débat politique et publie
régulièrement des propositions pour réformer la France
@BoiteIdees et rénover le système politique.
www.la-bai-frLES PRIMAIRES POUR LA FRANCE RAPPORT # AVRIL 2013
Préambule
par Edouard Balladur, ancien Premier ministre ; François Fillon, ancien Premier ministre,
député de Paris ; Alain Juppé, ancien Premier ministre, maire de Bordeaux.
Après les épreuves qu’elle a subies à l’automne dernier, l’UMP se trouve
face à sa responsabilité : en tirer les conséquences en modifiant son
organisation et son mode de fonctionnement, de sorte que les Français
lui apportent leur confiance et soutiennent le projet qu’elle doit leur
soumettre pour l’avenir.
Outre la nécessité de revoir ses institutions internes pour éviter la
répétiEdouard BALLADUR
tion du spectacle qu’elle a donné à la fin de l’année 2012, l’UMP doit, ainsi
qu’elle s’y est engagée depuis des mois, organiser des élections primaires
afin de désigner son candidat aux futures élections présidentielles.
Il importe, en effet, que ce candidat bénéficie de la plus large légitimité,
et donc du soutien que devront lui apporter les électeurs, les sympathisants
et les militants.
La Boîte à idées a élaboré dans ce cadre un projet de codification des
primaires, que nous avons décidé de soumettre à la Commission de
révision des statuts de l’UMP. Ce projet, très bien construit, évoque avec
François FILLONprécision toutes les questions qu’il faut résoudre pour que ces élections
répondent à l’attente mise en elles, suscitent une large adhésion, confèrent
une légitimité incontestable au candidat qui sera désigné.
On peut en discuter telle ou telle des propositions, mais il nous semble
que l’esprit général mérite d’en être approuvé et que, si ce projet était
retenu et mis en œuvre, l’UMP donnerait le sentiment à nos concitoyens
qu’elle a commencé à comprendre la leçon des événements récents.
C’est avec cet espoir que nous avons décidé de nous associer à la démarche
des auteurs du rapport et de nous joindre à eux pour le soumettre à l’UMP. Alain JUPPÉ
www.la-bai.fr3"
" LES PRIMAIRES POUR LA FRANCE - RAPPORT AVRIL 2013
!
!
Sommaire
!
!
Préambule ...........................................................................................................................2
Introduction ..............................................................................................................4
Première partie : Faire des primaires un instrument de reconquête ............5
1. Les primaires peuvent constituer un instrument politique très puissant si
l’on en comprend bien l’utilité ..........................................................................................5
2. Les primaires peuvent constituer un instrument dangereux si l’on n’en
délimite pas clairement le champ .................................................................................14
Deuxième partie : une organisation irréprochable à la hauteur de l’enjeu 18
1. Le calendrier ...........................................................................................................................18
2. Les candidats ..................................................................................................................20
3. Les électeurs ....................................................................................................................22
4. La campagne ...................................................................................................................24
5. Le scrutin 28
6. Les contrôles 34
7. Le budget et l’intégration au compte de campagne .......................................40
Synthèse des 15 propositions .............................................................................43
3
!4"
" LES PRIMAIRES POUR LA FRANCE - RAPPORT AVRIL 2013
!
Introduction
!
!
L’UMP s’est convertie tardivement au concept des primaires après les avoir beaucoup
critiquées. Or, il ne faudrait pas que le zèle des convertis nous conduise à célébrer
les primaires sans nous poser de questions, après les avoir vilipendées sans nous en
poser davantage. Notre syllogisme semble en effet être devenu : « les primaires sont
modernes, l’UMP est moderne, donc l’UMP est favorable aux primaires» après avoir été
: « les primaires sont organisées par les socialistes, l’UMP s’oppose aux socialistes,
donc l’UMP s’oppose aux primaires ».
!
Les chiffres qui figurent dans ce rapport parlent d’eux-mêmes  : 8  000 bureaux de
vote, 3 millions d’électeurs, 80 000 assesseurs, 1 million de nouveaux
contacts militants etc. : les primaires sont trop importantes pour être laissées à la
gauche, et elles sont trop importantes pour ne pas être « pensées » très en amont,
et codifiées à froid dans le cadre d’un large consensus.
!
Il serait notamment dangereux d’imaginer qu’on pourra répliquer, le moment venu, le
système mis en place par les socialistes en 2011, tant cette réussite est en réalité le
fruit d’une appropriation progressive par l’ensemble de l’appareil socialiste du
concept des primaires, un processus initié dès 2008 au travers des remarquables
travaux de Terra Nova.
!
‘ Des primaires encadrées et codifiées à l’avance sont en tout point préférables à des
1primaires « permanentes et sauvages » ‘
!
Notre rapport est fondé sur un certain nombre de partis pris dont nous cherchons à
expliquer, au fil des pages, les raisons : il s’applique à l’élection présidentielle et ne se
prononce pas sur les modalités d’organisation de primaires à d’autres élections  ; il
porte sur l’organisation de primaires ouvertes à tous les Français et non réservées
aux seuls militants  ; il porte sur l’organisation de primaires en fin de quinquennat
pour choisir notre candidat à l’élection présidentielle, et non sur l’organisation de
primaires en début de quinquennat, pour choisir le leader de l’opposition.
!
Ce rapport se veut une première contribution destinée à alimenter le débat. Il nous
appartiendra de le faire vivre, en tirant notamment les leçons des primaires ouvertes
organisées par l’UMP à Paris pour les élections municipales de 2014.
!
Ce rapport est finalement fondé sur une conviction  : des primaires encadrées et
codifiées à l’avance sont en tout point préférables à des primaires « permanentes et
sauvages ».
!
1!Olivier!Ferrand.
4
!5"
" LES PRIMAIRES POUR LA FRANCE - RAPPORT AVRIL 2013
!
!
Première partie : Faire des primaires un
instrument de reconquête
!
!
1. LES PRIMAIRES PEUVENT CONSTITUER UN
INSTRUMENT POLITIQUE TRÈS PUISSANT SI
L’ON EN COMPREND BIEN L’UTILITÉ
!
S’il est indispensable de bien s’interroger sur les raisons qui font des primaires un
instrument désormais incontournable de la sélection des candidats, c’est parce que
ce questionnement nous permettra ensuite de répondre de manière cohérente à un
grand nombre de questions politiques ou techniques.
!
Nous distinguons quatre raisons qui placent désormais les primaires au cœur de
notre démocratie : (i) elles répondent aux aspirations des Français, (ii) elles
permettent de désigner le «  meilleur candidat  » et lui confèrent une grande
légitimité, (iii) elles permettent de créer une dynamique politique et médiatique,
ainsi (iv) qu’une dynamique électorale et militante très puissantes.!
1.1. LES PRIMAIRES CONSTITUENT DÉSORMAIS UNE
ASPIRATION DES FRANÇAIS
!
Les primaires sont devenues incontournables d’abord et avant tout parce que les
Français veulent des primaires.
!
Cette volonté d’être désormais associés au choix des candidats aux élections
politiques constitue une innovation assez radicale pour l’UMP, dont les dirigeants
comme les militants doivent accepter de partager l’une de leurs prérogatives
essentielles, à l’origine de la constitution des partis politiques. Cette évolution n’a
rien d’évident et ne se borne pas à faire évoluer quelques paramètres techniques.
Elle emporte au contraire des conséquences lourdes  à la fois en termes de
renouvellement des pratiques politiques (les primaires bousculent la «  culture de
parti  » et interdisent l’entre-soi ou le repli sur les certitudes militantes) et
d’organisation (le parti sera tendu vers les primaires dont il aura en charge
2l’ortion) .
!
!
2!Ces!conséquences!feront!l’objet!d’une!contribu;on!ultérieure!de!la!Boîte!à!idées.
5
!6"
" LES PRIMAIRES POUR LA FRANCE - RAPPORT AVRIL 2013
!
Que cette évolution soit souhaitée par les Français, on peut d’abord le déduire de la
très forte participation aux primaires socialistes d’octobre 2011, qui ont rassemblé
2,9 millions de personnes soit 6,2% du corps électoral et 28% des électeurs
ersocialistes au 1 tour de l’élection présidentielle.
!
Il semble que les Français soient décidés à se saisir de toutes les possibilités qui
leurs étaient ofertes de s’exprimer, et que le paradoxe de notre démocratie –
grande défiance à l’égard du monde politique et forte participation aux élections –
soit plus vivant que jamais. On peut déduire de ce paradoxe (que nous partageons
d’ailleurs avec l’Italie, pays dans lequel les trois primaires organisées par les partis de
gauche ont également rencontré un grand succès) que les Français aiment
tellement voter qu’ils se déplacent à chaque fois qu’on leur en ofre l’occasion, y
compris pour légitimer des responsables qu’ils n’aiment pas.
!
!
Une perception très négative de la politique combinée à une forte
3( )participation électorale !
67% des Français déclarent que la politique leur inspire d’abord de la
méfiance, du dégoût ou de la peur, 12% de l’ennui et seulement 20% de
l’intérêt, de l’espoir ou du respect (et 0% de l’enthousiasme …)
Symétriquement, seuls 12% des Français déclarent avoir confiance dans les
partis politiques (très loin derrière les autres institutions sondées : hôpitaux,
police, entreprises, syndicats, banques, médias) et 85% estiment que les
responsables politiques se préoccupent assez peu ou pas du tout de ce que
pensent les gens.
!
Mais dans le même temps, 91% des Français déclarent avoir voté à toutes les
élections ou presque dans leur vie, 65% pensent que le vote est ce qui permet
aux citoyens d’exercer le plus d’influence (loin devant les manifestations, les
grèves, le militantisme politique etc.) et la participation aux élections
présidentielles place la France en tête des démocraties.
!
!!
!
3!Baromètre!de!la!confiance!poli;que,!CEVIPOF!(4!vagues!de!2010!à!2013),!la!dernière!vague!ayant!été!réalisée!avant!l’affaire!
Cahuzac...
6
?!7"
" LES PRIMAIRES POUR LA FRANCE - RAPPORT AVRIL 2013
!
!
Le goût des Français pour les primaires s’est aussi traduit par la forte audience des
quatre débats télévisés des es socialistes : 5m de téléspectateurs et 22% de
part d’audience sur France 2 le 15 septembre 2011, 0,6m de tteur et PDA
record de 3,2% pour i-Télé le 28 septembre 2011, 1,4m de téléspectateurs et PDA
record de 5,8% pour BFM TV le 5 octobre 2011, puis 5,9m et 22,2% de part
d’audience à nouveau sur France 2 pour le débat Aubry-Hollande du 12 octobre
42011 .
!
Le goût des Français pour les primaires peut encore se lire dans les diférents
sondages réalisés juste après le succès des primaires socialistes  : entre 69%
(OpinionWay) et 79% (IFOP) des Français interrogés ont alors estimé qu’elles
avaient constitué une bonne initiative, ces résultats étant pénalisés par les réponses
négatives des sympathisants de l’UMP (les seuls sympathisants socialistes
plébiscitent les primaires à 94%). Interrogés sur le futur, les 2/3 des sondés se
déclarent favorables à des primaires ouvertes en 2017, les sympathisants UMP se
prononçant pour entre 49% (OpinionWay) et 64% (IFOP) en dépit des
argumentaires ofciels !
!
La mobilisation croissante de l’électorat de la droite est enfin une donnée à prendre
en compte, qui se vérifie depuis plusieurs mois  : forte afuence aux meetings et
essor d’une «  droitosphère  » à la faveur de la campagne présidentielle de 2012,
participation des adhérents de l’UMP à l’élection du 18 novembre 2012 nettement
plus élevée qu’escomptée, centaines de milliers de pétionnaires et de manifestants
opposés au « mariage pour tous » etc.
!
4!Audiences!moyennes!(les!audiences!cumulées!sont!neTement!plus!élevées),!qui!ne!prennent!pas!en!compte!les!audiences!
des!radios!&!chaînes!parlementaires!qui!rediffusaient!les!débats!de!iVTélé!et!BFM.!
7
!8"
" LES PRIMAIRES POUR LA FRANCE - RAPPORT AVRIL 2013
!
1.2.LES PRIMAIRES PERMETTENT DE CHOISIR DANS LA
TRANSPARENCE LE « MEILLEUR CANDIDAT » ET LUI
CONFÈRENT UNE LÉGITIMITÉ TRÈS FORTE
!
Les primaires sont également devenues incontournables dans la mesure où elles
constituent probablement le processus le plus efcace de sélection des candidats :
elles permettent non seulement de désigner le «  meilleur candidat  » mais lui
confèrent également une grande légitimité qui le place avant même que ne débute
sa campagne au niveau du président sortant.
!
Le meilleur candidat à une élection est celui qui fera partager ses convictions au
plus grand nombre  : cette évidence mérite d’être rappelée tant la tentation est
grande, dans l’opposition, de radicaliser ses idées et son discours au point de
devenir inéligible. Parmi beaucoup d’autres, l’exemple du Parti Conservateur
britannique entre 1997 et 2005, élisant des leaders de plus en plus conservateurs
réalisant des scores de plus en plus faibles, nous rappelle combien un parti doit
porter la politique de ses électeurs avant celle de ses militants.
!
La force de l'évidence nous conduit aussi à admettre qu'une personnalité choisie au
grand jour par plusieurs millions de Français sera toujours plus en phase avec les
électeurs que si elle était choisie par quelques cadres du parti ou même plusieurs
5centaines de milliers de militants , le tout sous la pression des sondages et dans une
opacité complète, favorable aux alliances contre-nature et à l’influence des barons.
!
Le candidat désigné lors des primaires sera d’autant plus à même de gagner les
élections que la campagne aura permis de mieux le connaître. Sa personne, son
programme, ses qualités mais aussi ses défauts auront été soigneusement pesés par
les électeurs. Ses failles auront été exploitées par ses adversaires, de sorte qu’il sera
comme immunisé contre les attaques ou les révélations. Ainsi, le candidat désigné
par les primaires sera non seulement le plus en phase avec son électorat, mais aussi
le plus solide ou le moins risqué.
!
Les primaires permettront finalement d'ofrir au candidat désigné le sacre du
sufrage universel, lui ofrant immédiatement une stature nouvelle, et l’imposant
comme le leader incontestable de sa famille politique. C’est en cela un outil de
légitimation très puissant, qui forcera ses anciens concurrents à se rallier à lui et
donnera à sa parole plus de poids.
!
5! Une! intui;on! vérifiée! par! la! science! poli;que! –! voir! notamment! Primary' Elec,on' Systems' and' Candidate' Devia,on, !
Calcagno,!Westley!&!Ault!(2004)!:!«!Si'des'primaires'ouvertes'encouragent'une'plus'large'par,cipa,on'électorale,'le'vote'
médian'pour'une'telle'primaire'se'rapprochera'du'vote'médian'dans'toute'la'circonscrip,on !».
8
!9"
" LES PRIMAIRES POUR LA FRANCE - RAPPORT AVRIL 2013
!
1.3.LES PRIMAIRES FONT NAÎTRE UNE DYNAMIQUE
MÉDIATIQUE ET POLITIQUE
!
La forte exposition médiatique que permettent les primaires bénéficie tout à la fois
au candidat désigné, à ses idées et à son parti (probablement dans cet ordre).
L’UMP ne s’y est pas trompée en 2011, en protestant contre la saturation du paysage
audiovisuel par les socialistes à l’automne, surexposant leurs leaders et leurs
propositions, donnant à leurs attaques contre Nicolas Sarkozy une audience
extraordinaire, créant finalement un retard médiatique que nous ne sommes jamais
réellement parvenus à combler.
!
L’analyse des temps d’antenne fournis par le CSA permet de mesurer cette
dynamique  : si l’on ne retient que 50% des temps du Président et du
6gouvernement , les socialistes et leurs alliés ont bénéficié entre juillet et octobre
2011 d’un temps d’antenne en moyenne supérieur de 80% à celui de la majorité de
droite. A titre de comparaison, l’UMP et ses alliés ont bénéficié entre juillet et
octobre 2012 d’un temps d’antenne en moyenne inférieur de 20% à celui de la
7majorité de gauche , alors même que la campagne pour la présidence de l’UMP
battait son plein.
!
Combinée à la mobilisation d’un cercle large de militants et sympathisants impliqués
dans l’organisation des primaires et au vote de millions de Français dans le cadre
d’une grande « fête démocratique », on voit comment peut se cristalliser un « efet
primaires » très positif.!
crise à l’UMP
6!La!communica;on!gouvernementale!n’est!pas!exclusivement!poli;que,!contrairement!à!celle!des!par;s.
7! En! retenant! naturellement! un! mode! de! calcul! strictement! iden;que! :! 50%! du! temps! de! François! Hollande! et! du!
gouvernement!et!100%!du!temps!du!PS!et!du!PRG!contre!100%!du!temps!de!l’UMP!et!de!l’UDI.
9
!

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.