Réflexion

De
Publié par

Réflexion La Bible est le livre le plus contesté, le plus aimé, le plus ancien et le plus actuel. Il est le livre le plus mystérieux par son phrasé ésotérique mais le plus simplement révélé.

Publié le : lundi 17 décembre 2012
Lecture(s) : 16
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Réflexion
La Bible est le livre le plus contesté, le plus aimé, le plus ancien et le plus actuel.
Il est le livre le plus mystérieux par son phrasé ésotérique mais le plus
simplement révélé. Il est le livre dont la multitude reproche la rigidité ; ce livre
est certes celui qui a participé à la chute de beaucoup mais il demeure la pierre
angulaire qui sous-tend la révolution identitaire de tous ceux qui s’en sont
approché animé par un objectif homogène : celui de connaitre, (plusieurs
soutiennent que la connaissance rend orgueilleux, insolant. Se vantant d’être
sage et ignorant que la connaissance reste relative et partielle tant qu’on
demeure emprisonné dans le corps de l’imperfection face à l’avenir qui imprime
son incertitude) et de se laisser connaitre afin savoir
ma provenance et ma
destination via ma mission par Dieu, en effet la Bible prétend être la
transcription de la pensée de Dieu.
Elle place Jésus le Christ au centre de son intrigue par la volonté immanente de
Dieu, elle retrace l’histoire extraordinaire de l’humanité, du principe de la
création du monde par Dieu, de la création du premier homme Adam qui aurait
vécu une
relation
avec son Créateur. De cette relation serait advenu la
désobéissance de l’homme et la malédiction inhérente à sa désobéissance : perte
du statut de fils de Dieu, condamnation à naitre séculairement dans le péché
ayant pour corollaire systématique la mort. Mais l’homme, ayant été crée pour
être aimé par Dieu et être l’objet de son amour, Celui-ci ne pouvait pas le savoir
séparé de lui car cela aurait trahi Sa nature, en effet Dieu est
amour.
Face à ce
dilemme, la bible rapporte le plan de salut déployé par Dieu qui s’accompli dans
son amour envers l’homme en la mort de Jésus appelé le Christ…bref c’est une
histoire qui commence par l’amour de Dieu, un amour qui a connu la douleur
d’un Père et qui se termine par un amour qui se vit encore aujourd’hui.
Les faits rapportés par la bible prétendent tous être vrais. Si cela est le cas, ce
livre n’est plus un simple livre d’histoire dont les propos ont été habilement
modifiés pour des raisons d’euphémisme ou d’éthique. Ce n’est plus un livre
aux vertus attendrissantes utilisé pour des fins démagogiques ou usurpatrices.
Mais il devient un repère, une norme pour connaitre notre héritage, notre
patrimoine…il devient la vie.
L’évaluation du patrimoine affecte l’homme dans deux sens : d’abord dans le
sens auquel on s’attend c’est-à-dire la prise de conscience (état basal) en vue
1
d’une réaction car la réaction suppose l’observation et l’analyse des faits.
Ensuite dans le sens auquel on s’attend également, c’est-à-dire une prise de
conscience qui débouche sur ce que nous qualifions « d’autarcie spirituelle » ou
de suffisance spirituelle.
La réflexion que nous faisons observer est une sorte d’aiguillon pour amener à
un réveil mnémonique. Elle n’a aucune prétention à l’exhaustivité mais se
satisfait de notre mesure de connaissance que l’on espère, sera à la hauteur de
l’expectative de notre auditoire. Elle constitue une invitation personnelle, elle
jette une question prospective et sous-jacente sur la vie immédiate et sur
l’éternité.
2
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.