Délégation Générale à l'Immobilier et aux Travaux - Patinoire Charlemagne - 100, cours Charlemagne

De
Publié par

2003/2244 - Délégation Générale à l'Immobilier et aux Travaux - Patinoire Charlemagne - 100, coursCharlemagne - 69002 Lyon - Travaux de rénovation et de mise en conformité (4.756.000 euros) - Dossiern° 02 061 0643 (Direction Grands Travaux) (BMO du 02/02/2003, p. 218)Rapporteur : M. TETE EtienneM. TETE Etienne, rapporteur : Monsieur le Maire, je vais désormaisvous proposer un dossier intéressant mais « glissant » puisqu’il s’agit de lapatinoire Charlemagne…(Rires.)… pour une somme très importante de 4,7 millions d’euros de travauxde restauration et d’aménagement qui comprennent bien sûr la réfection complètede la toiture avec le traitement phonique pour éviter les nuisances au niveau desriverains, la reprise des façades cours Charlemagne, la mise en conformité ERP dubâtiment, le réaménagement de l’accueil du public et la création d’un accèshandicapés.Dans ce dossier, bien évidemment, nous délibérons une première foispour autoriser les études, ce qui est le cas aujourd’hui, mais nous re-délibèreronspour la validation du programme dans le troisième trimestre 2003 pour espérerréaliser les travaux entre 2005 et 2006, avec une inauguration fin du deuxièmetrimestre de 2006.La Commission a émis un avis favorable pour ce rapport.M. BIDEAU Alain : Monsieur le Maire, chers Collègues, ce rapports’inscrit dans le sens de la rénovation du patrimoine sportif de la Ville, que ne j’aide cesse de réclamer depuis 2001, avec passion et une insistance convaincante. ...
Publié le : samedi 24 septembre 2011
Lecture(s) : 89
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
2003/2244 - Délégation Générale à l'Immobilier et aux Travaux - Patinoire Charlemagne - 100, cours
Charlemagne - 69002 Lyon - Travaux de rénovation et de mise en conformité (4.756.000 euros) - Dossier
n° 02 061 0643
(Direction Grands Travaux) (BMO du 02/02/2003, p. 218)
Rapporteur : M. TETE Etienne
M. TETE Etienne, rapporteur : Monsieur le Maire, je vais désormais
vous proposer un dossier intéressant mais « glissant » puisqu’il s’agit de la
patinoire Charlemagne…
(Rires.)
… pour une somme très importante de 4,7 millions d’euros de travaux
de restauration et d’aménagement qui comprennent bien sûr la réfection complète
de la toiture avec le traitement phonique pour éviter les nuisances au niveau des
riverains, la reprise des façades cours Charlemagne, la mise en conformité ERP du
bâtiment, le réaménagement de l’accueil du public et la création d’un accès
handicapés.
Dans ce dossier, bien évidemment, nous délibérons une première fois
pour autoriser les études, ce qui est le cas aujourd’hui, mais nous re-délibèrerons
pour la validation du programme dans le troisième trimestre 2003 pour espérer
réaliser les travaux entre 2005 et 2006, avec une inauguration fin du deuxième
trimestre de 2006.
La Commission a émis un avis favorable pour ce rapport.
M. BIDEAU Alain : Monsieur le Maire, chers Collègues, ce rapport
s’inscrit dans le sens de la rénovation du patrimoine sportif de la Ville, que ne j’ai
de cesse de réclamer depuis 2001, avec passion et une insistance convaincante. Je
vous remercie donc, Monsieur le Maire, de considérer que ce patrimoine mérite,
de temps en temps, un effort financier conséquent.
Aujourd’hui, on nous propose des travaux de rénovation et de mise en
conformité pour une réalisation 2003-2006, d’un montant de 4.700.000 euros. Je
voudrais souligner qu’entre 1995 et 2001, des travaux de conservation du
patrimoine de cet établissement, cher aux amateurs de glace de l’agglomération,
avaient été entrepris pour un montant de 2 millions d’euros.
Malheureusement, la décision de programmer cet investissement,
Monsieur le Maire, me semble déconnectée du programme du pôle ludique que
vous proposez de réaliser durant votre mandat. Je vous rappelle, Monsieur le
Maire, sans polémique et d’une façon constructive, que dans la réflexion que nous
avions menée sur la patinoire Charlemagne, il avait été envisagé deux scénarii.
Le premier : poursuivre les travaux de conservation du patrimoine, ce
que vous nous proposez aujourd’hui, mais avec la construction d’un deuxième
anneau de glace jouxtant la patinoire existante, permettant une bonne coexistence
entre le sport de glace (hockey, patinage artistique…) et la pratique populaire du
patinage.
Le deuxième : c’est celui que nous avions retenu après réflexion,
compte tenu de l’emplacement stratégique de la patinoire Charlemagne, cours
Charlemagne, face au marché Gare. Il nous était apparu alors impossible de ne pas
déplacer cet équipement. C’est pour cette raison qu’il avait été envisagé de créer
un ensemble original (piscine ludique, patinoire avec deux anneaux), ce qui aurait
constitué un bel espace sportif au sein du Confluent.
Monsieur le Maire, pouvez-vous nous dire pour quelle raison vous
avez décidé de ne pas déplacer la patinoire Charlemagne, quels arguments, en
dehors du coût, ont été avancés ?
Il va de soi que nous voterons ce rapport qui va dans le sens de la
conservation du patrimoine, mais nous sommes persuadés que le choix de
conforter la patinoire dans son site originel ne correspond pas à la vision que nous
avons de ce projet fondamental qu’est le Confluent pour les futures générations. Il
est quasiment inscrit que dans moins de dix ans, il nous faudra trouver un autre
lieu.
M. BROLIQUIER Denis, Maire du 2
e
arrondissement : Monsieur le
Maire, je n’ai pas de philosophie particulière sur l’emplacement de la patinoire,
car on sait qu’elle est là et qu’elle fonctionne bien, mais je sais également que les
travaux sur cet équipement sont très attendus. En effet, ils sont absolument
nécessaires compte tenu du vieillissement naturel des installations, mais aussi du
fait du problème de nuisances sonores qui existe depuis fort longtemps sans que
les responsables de l’équipement n’arrivent à le régler.
Nous voterons donc pour ce rapport en émettant deux souhaits. Le
premier c’est que les travaux soient réalisés au plus vite afin que la Ville de Lyon
soit en conformité avec la loi et pour permettre aux dizaines de riverains
concernés de retrouver le calme auquel ils ont droit. Le second souhait tient à ce
que le projet prenne en compte l’environnement de ce bâtiment et son extension
prévisible. N’oublions pas que la patinoire est située à quelques mètres seulement
de la future darse et, si j’ai bien lu les plans de Lyon Confluence, son extension
aura une façade sur cette darse. Son emplacement est donc tout à fait exceptionnel
et nous souhaitons, pour notre part, qu’un complexe sportif incluant une piscine
soit associé à la patinoire sur cette façade.
Nous aurons l’occasion, je l’espère, d’en reparler avant qu’une
décision ne soit arrêtée. Mais prévoyons déjà toutes les hypothèses pour éviter de
faire et de défaire, ce qui est toujours coûteux pour le contribuable. Merci de votre
attention.
M. BRAILLARD Thierry, Adjoint : Monsieur le Maire, chers
Collègues, quelques mots sur ce rapport, car il est vrai qu’il fallait une bonne fois
pour toutes, engager ces travaux nécessaires car cet équipement a beaucoup vieilli.
Il a été laissé dans un tel état de délabrement, que lorsque des compétitions avec
de la musique avaient lieu, on recevait, aussi bien à la Mairie du 2
e
arrondissement
qu’à la Mairie centrale, des lettres de plaintes des riverains. Donc, je pense
qu’avec ces travaux, et notamment avec l’isolation phonique qui est prévue, on
pourra avoir un équipement de qualité accueillant des compétitions sans gêne pour
les riverains.
Je voudrais profiter de l’occasion, à l’instar de ce qu’a fait M. Tête
tout à l’heure, pour donner quelques chiffres même si c’est rébarbatif. Car depuis
plusieurs Conseils, on entend de façon assez récurrente M. Bideau nous parler des
travaux indispensables du propriétaire, c’est-à-dire la rénovation du patrimoine
sportif, un peu comme si, depuis 2001, nous n’avions rien fait et comme si nous
avions trouvé un patrimoine sportif en bonne qualité, car entretenu par le passé.
Bien entendu, il n’en est rien, et le rapport de mission demandé, d’ailleurs, en
2000 par M. Bideau, nous rappelait que le patrimoine sportif de la Ville de Lyon
était, en tout cas lorsque nous sommes arrivés aux « commandes », dans un état de
délabrement avancé, n’ayons pas peur des mots !
A partir de là, j’ai fait deux petites comparaisons sur les montants, ce
qui s’est fait dans les deux premières années du mandat entre 1995 et 1997 -
pardonnez-moi, Monsieur le Maire, je refais un peu de l’histoire- où il avait été
investi la somme de 6,4 millions d’euros dans la rénovation du patrimoine sportif,
travaux indispensables du propriétaire. Nous, entre 2001 et 2003, nous venons
d’investir 12 millions d’euros, ce qui fait plus 88 %. Je crois que les chiffres
parlent d’eux-mêmes mais Monsieur Bideau, c’est vrai, vous n’étiez pas, entre
1995 et 1997, si je me souviens bien, Adjoint aux Sports, mais vous étiez déjà aux
Travaux.
Faisons la comparaison maintenant sur la durée du mandat, je crois
que c’est intéressant. Sur le mandat entre 1995 et 2001, il a été dépensé sur la
rénovation du patrimoine sportif 18,8 millions d’euros. Pour notre part, sur le plan
de mandat que nous avons adopté et budgété, nous dépenserons 29,2 millions
d’euros sur la rénovation du patrimoine sportif, soit 55 % de plus. Voilà, je
voulais qu’une bonne fois pour toutes, les chiffres soient connus pour clore ce
débat dans lequel il se disait dire que nous ne faisions rien sur la rénovation. Je
crois que vous pouvez le voir mes chers Collègues, c’est un effort sans précédent
mené par notre municipalité afin de permettre à tous les Lyonnaises et Lyonnais
qui veulent pratiquer du sport, de le pratiquer dans les meilleures conditions qui
soient.
(Applaudissements.)
M. LE MAIRE : Merci beaucoup, Monsieur Braillard. Evidemment,
on ne va pas faire 5 piscines, 6 patinoires, 8 gymnases, une médiathèque dans
chaque arrondissement. Les chiffres sont simples : le budget d’investissement sur
ce mandat par rapport au dernier augmente de plus de 20 %. Après, on peut
toujours me dire mais, Monsieur Collomb, pourquoi vous ne faîtes pas ce que
nous avions prévu : deux anneaux de vitesse, une piscine, la médiathèque ? Et
bien, tout simplement parce que cela a un coût et que l’on augmente déjà de 20 %
le budget d’investissement, ce qui est déjà un grand challenge, tout en essayant de
ne pas augmenter la fiscalité des Lyonnaises et des Lyonnais, ce à quoi je tiens
fondamentalement. On restera dans cette épure et on verra que, lors du prochain
conseil municipal, par exemple, pour le quartier du Confluent, nous allons passer
une délibération sur les équipements publics qui sont liés à ce quartier et à cette
réalisation. On verra qu’il s’agit déjà d’une somme tout à fait considérable, on
essaye de trouver quelques autres ressources, ce qui n’échappe à personne, de
manière à pouvoir financer des investissements que nous trouvons fondamentaux
pour la Ville.
Je mets aux voix les conclusions de mon rapport. Il n’y a pas
d’opposition ? Elles sont adoptées.
(Adopté.)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.