Pour conquérir commercialement, il faut aimer l’incertitude

De
Publié par

Merci de votre intérêt. Si vous souhaitez poursuivre le dialogue, vous pouvez nous contacter via notre site : grajezyk.com, puis l’onglet Nous contacter. Pour conquérir commercialement, il faut aimer l’incertitude Vous le savez l’incertitude est consubstantielle à la conquête commerciale. Tout simplement parce que tant que vous n’avez pas obtenu la signature et le paiement, vous n’avez rien gagné. Donc le commercial qui n’aime pas l’incertitude souffre, ou du moins est stressé. L’enjeu est de faire de cette incertitude non pas un problème mais bien plutôt la solution. Que faire ? Mais avant définissons, si vous le voulez bien ce qu’est l’incertitude. L’incertitude est un sentiment de malaise dû à un manque de compréhension et de contrôle d’une situation. Moins nous maîtrisons les circonstances, moins nous comprenons et plus nous subissons l’incertitude. Une incertitude est à mi-chemin entre l’inaction, l’ignorance et la connaissance. Plus nous ignorons et plus notre incertitude augmente et nous sommes en situation de mal-être, d’angoisse, de souffrance. Plus nous savons, comprenons et plus nous sommes en situation d’anticiper, d’agir et de nous adapter. L’incertitude est donc un sentiment relatif et proportionnel à notre ignorance. En conséquence, l’incertitude subie est un mal. L’incertitude quand elle est assumée, embrassée est féconde. Comment est-ce possible ? En combattant nos ignorances, nos méconnaissances.
Publié le : dimanche 8 juin 2014
Lecture(s) : 29
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Merci de votre intérêt. Si vous souhaitez poursuivre le dialogue, vous pouvez nous contacter via notre site :grajezyk.com, puis l’ongletNous contacter. Pour conquérir commercialement, il faut aimer l’incertitudeVous le savez l’incertitude est consubstantielle à la conquête commerciale. Tout simplement parce que tantque vous n’avez pas obtenu la signature et le paiement, vous n’avez rien gagné.le Donc commercial qui n’aime pas l’incertitude souffre, ou du moins est stressé.L’enjeu est de faire de cette incertitude non pas un problème mais bien plutôt la solution. Que faire ? Mais avant définissons, si vous le voulez bien ce qu’est l’incertitude.L’incertitude est un sentiment de malaise dûà un manque de compréhension et de contrôle d’une situation. Moins nous maîtrisons les circonstances, moins nous comprenons et plus nous subissons l’incertitude.Une incertitude est à mi-chemin entrel’inaction, l’ignorance et la connaissance. Plus nous ignorons et plus notre incertitude augmente et nous sommes en situation de mal-être, d’angoisse, de souffrance. Plus nous savons, comprenons et plus nous sommes en situation d’anticiper, d’agir etde nous adapter. L’incertitude est donc un sentiment relatif et proportionnel à notre ignorance.En conséquence, l’incertitude subie est un mal. L’incertitude quand elle est assumée,embrassée est féconde.Comment est-ce possible ? En combattant nos ignorances, nos méconnaissances. Qui ne travaille pas à connaître, qui ne se bat pas pour comprendre est promis à subir, à souffrir.Qui se bat pour anticiper, s’approprier le dessous des cartes, comprendre les process de décision, les critères de préférencese construit les moyens d’être presque serein.L’incertitude est comparable à un relief. Lequel ? Elle peut être un sable mouvant généré par notre inaction et notre paresse. Elle peut être une forêt noire de doutes et de craintes, sans la moindre lumière. Ellepeut être une colline abrupte qu’il nous faut graviravec la promesse d’un paysage de certitude et de visibilité.Dans tous les cas, l’incertitude doit être surmontée. C’est une question de mental et d’intelligence.L’incertitude est faite pour être combattue, réduite et parfois anéantie.C’est une question de mental. Si le mental était une condition suffisante, nous dirions que nous aurions l’incertitude que nous méritons en fonction de notre volonté de ne pas la laisser nous envahir. En cela le proverbe tibétain prend toute sa valeur :S’inquiéter ne sert àrien, car s’inquiéter ne résoutpas le problème. Il faut au contraire vouloir résoudre pour ne pas subir.
Connaître, comprendre sont des actes d’intelligence. Soutenus par un mental volontaire, pugnace et persévérant, nous pouvons acquérir les informations et les renseignements qui vont nous permettre de réduire cette incertitude et de ne plus la subir.L’incertitude se réduitalors au prorata de notre connaissance et de la compréhension de la situation. Aussi bien pour être rassurés que pour prendre
de l’avance sur nos concurrents et ne pas nous faire doubler.C’est ici que l’incertitude est une solution.Si elle est vécue comme une opportunité de se battre pour comprendre et agir. Et là, nous retrouvonsce qui a fait progresser l’humanité: l’inconfort et le refus de subir. Les réseaux hydrauliques, les briques et les tuiles … des inventions pour être moinssous stress hydrique, pour habiter des maisons plutôt que de simples huttes de branchages et se protéger des incertitudes climatiques. Les refus de subir le stress et les incertitudes des maladies ont poussé de formidables chercheurs à inventer des médicaments et des vaccins qui ont fait progresser l’humanité.De la même manière un excellent commercial aime l’incertitude car elledoit être vécue comme un piolet avec lequel il escalade les difficultés.Qu’il ne fasse rien, et cette incertitude peut dégénérer en anxiété … En angoisse. Ces deux détestables sentiments sont l’expression de l’impuissance quand ils ne sont pas les fleurs de notre incurie et de nos négligences. Pour conclure, à la lumière de notre mental et par la force de notre intelligence,l’incertitudedevient une solution. Un commercial doit incertitude pour mieux agir, la surmonter, la diluer. Friedrich Nietzsche s’est amusé à écrire:Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts.Nombre de jeunes commerciaux ambitieux en sont convaincus. Et ils ont raison. Permettez-nous de compléter cette vérité par :à condition de refuser de subir …Ce qui est le propre du conquérant commercial. Excellente semaine à Vous. Jérôme Grajezyk
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.