Chômage des jeunes en suisse explications et mesures prises

De
Publié par

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 243
Tags :
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins
Chômage des jeunes en Suisse: Explications et mesures prises La lutte contre le chômage des jeunes est une des priorités du DFE; c’est en outre un objectif important pour le conseiller fédéral Joseph Deiss. Témoin la création en février 2003, sur son initiative, de la Task Force «Places d’apprentissage 2003», dont l’engagement a contribué de manière déterminante au redressement de l’offre de places d’apprentissage après le recul de 3% enregistré en 2002. En 2004, la tendance s’est inversée, puisque l’offre s’est étoffée de quelque 1500 possibilités, selon le baromètre des places d’apprentissage. Il reste néanmoins que le nombre des jeunes chômeurs, en particulier dans la tranche d’âge des 20 à 24 ans, demeure élevé pour la Suisse; conscient du problème, Joseph Deiss a pris le taureau par les cornes: à l’automne 2004, il a chargé les offices compétents de son département (Secrétariat d’État à l’économie [seco] et Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie [OFFT]) d’aller au-delà des mesures en vigueur et d’examiner des pistes qui permettraient de faire baisser le chômage des jeunes grâce à l’intégration du plus grand nombre possible de jeunes aux marchés de la formation et du travail. Vous trouverez dans les pages qui suivent une analyse de la problématique, accompagnée d’une présentation des mesures, actuelles et à venir prochainement, de lutte contre le chômage des jeunes. Le chômage des jeunes et ses causes Statistique du seco Selon le seco, une moyenne de 38 468 jeunes de 15 à 24 ans étaient inscrits auprès d’un ORP comme demandeurs d’emploi en 2004. Sur cet effectif, 28 310 étaient au chômage, autrement dit, ils suivaient par exemple un programme d’emploi temporaire ou bénéficiaient d’un gain intermédiaire. Le taux de chômage des 15 à 24 ans était supérieur à celui des 25 à 49 ans (4,7% contre 3,8%). Comme le montre le graphique 1, l’évolution a été très variable d’une classe d’âge à l’autre. Le taux de chômage est resté légèrement en dessous du taux général chez les 15 à 19 ans, tandis qu’il était largement supérieur à la moyenne chez les 20 à 24 ans. 8 7 6 5 4 3 Statistique de l’OFS 2 1 0 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 15-19 Jahre Total 20-24 Jahre Graphique 1: Taux de chômage des jeunes depuis 1990 (corrigé des variations saisonnières, en %), seco Mais tous les jeunes sans emploi ne s’inscrivent pas auprès d’un ORP. Selon l’Enquête suisse sur la population active (ESPA), qui est réalisée par l’Office fédéral de la statistique (OFS) et qui comprend aussi les personnes non inscrites dans un ORP, environ 45 000 jeunes entre 15 et 24 ans étaient sans emploi au deuxième trimestre 2004. Le taux de jeunes sans emploi était nettement plus élevé que le taux général de sans-emploi (7,7% contre 4,3%). Il convient toutefois de noter que la définition internationale du sans-emploi est relativement large, vu qu’elle englobe notamment les jeunes en quête d’une activité accessoire parallèlement à leur formation (étudiants, p. ex.). Comparaison En comparaison avec d’autres pays, le chômage des jeunes internationale demeure relativement faible en Suisse, ce qui plaide pour notre jeunesse, notre système dual de formation professionnelle et la grande capacité d’absorption de notre marché du travail. Le chômage des jeunes en comparaison internationale 30 25 20 15 15-24 ans 10 5 0 Graphique 2: le chômage des jeunes en comparaison internationale (OFS/Eurostat) Caractéristiques Le chômage des jeunes présente des traits caractéristiques: • le taux de chômage des 20 à 24 ans est en général supérieur aux taux pour l’ensemble de la population; • la durée du chômage est inférieure à la moyenne. Seule la moitié environ des jeunes recherche un emploi pendant plus de quatre mois ; • il est plus sensible aux fluctuations conjoncturelles, tant vers le haut que vers le bas. Causes Problème des transitions: la majeure partie des jeunes de 15 à 24 ans passe par une ou plusieurs phases de transition entre le resystème de formation et le marché du travail (1 transition: école eobligatoire – formation professionnelle; 2 transition: formation professionnelle - marché du travail). Les transitions s’accompagnent d’un risque accru de chômage. Il s’ensuit qu’une des mesures importantes du dispositif de lutte contre le chômage des jeunes consiste à améliorer les interfaces entre le système de formation et le marché de l’emploi et l’accompagnement des jeunes dans ce contexte. Sensibilité à la conjoncture: la grande réactivité du chômage des jeunes à la conjoncture est aussi liée à la problématique des transitions. Les entreprises qui doivent comprimer leurs effectifs le font souvent en comptant sur le non-renouvellement des postes libérés par les départs naturels. Il s’ensuit que les jeunes qui sont en quête d’un premier emploi au sortir du système de formation ont la tâche particulièrement difficile en période de basse conjoncture. AUT NLD IRL Suisse DNK LUX DEU UKD SWE PRT EU15 BEL FRA ESP GRE ITA FIN Démographie: les statistiques des jeunes au sortir de l’école obligatoire prévoient une augmentation des effectifs de quelque 5,5% à la fin de l’année prochaine, passant de 82 576 en 2002 à 87 063 jeunes en 2006. La pression sur le marché des places d’apprentissage va perdurer jusqu’en 2008 environ, vu que les jeunes qui optent pour des solutions transitoires arrivent en moyenne un à deux ans plus tard sur le marché du travail. Jeunes au sortir de l'école, tendance 1999-2011 88000 86000 84000 Jeunes au sortir de l'école82000 80000 78000 76000 eGraphique 3: Évolution démographique du nombre d’élèves de 9 (OFS 2003) Changements structurels: La structure de l’emploi a été profondément modifiée par les vastes mutations structurelles intervenues. Alors que le secteur des services gagne en importance, on constate un recul de l’industrie et de l’industrie manufacturière dans la création globale de valeur. Or le nombre de places d’apprentissage par rapport aux actifs est traditionnellement plus élevé dans la production que le secteur des services. Toutefois, rien ne permet d’affirmer aujourd’hui que les jeunes actifs qui achèvent leur formation professionnelle dans le secteur secondaire avant de rejoindre le secteur des services soient pénalisés. Nécessité des Bien qu’il faille s’attendre à une nette détente sur le front du mesures chômage des jeunes en cas de reprise de l’économie, il ne faut pas en déduire pour autant qu’il n’y a pas lieu d’agir aujourd’hui. Il est essentiel, d’une part, d’encourager les jeunes à rester dans le système éducatif et, d’autre part, d’éviter que des qualifications acquises ne soient perdues. On peut distinguer deux catégories principales de jeunes qui ont besoin d’un soutien dans la recherche d’un emploi, impliquant deux formes d’aide distinctes: 1) les jeunes qui ne trouvent pas de place d’apprentissage à rel’issue de l’école obligatoire (1 transition), et 2) les jeunes qui ne parviennent pas à s’intégrer au marché du etravail (2 transition). 1999 2001 2003 2005 2007 2009 2011 Mesures pour les jeunes après la scolarité obligatoire Mesures pour L’objectif de la politique de formation et de croissance est de les jeunes sans permettre au plus grand nombre de jeunes d’entrer dans la vie place professionnelle. d’apprentissage Afin de réagir à court et à moyen termes aux problèmes actuels sur le marché des places d’apprentissage, le conseiller fédéral Deiss a mis sur pied la Task Force «Places d’apprentissage 2003», dont le but était de préserver les chances des jeunes d’accéder au monde professionnel, malgré la crise conjoncturelle et l’évolution démographique et structurelle. Aujourd’hui, la Confédération et les cantons disposent d’un éventail de mesures qui ont fait leurs preuves et qui poursuivent deux objectifs: d’une part, le maintien des places d’apprentissage existantes et la création de places supplémentaires (mesures sous l’angle de l’offre) et, d’autre part, l’encouragement des jeunes dans leurs recherches d’une place d’apprentissage (mesures sous l’angle de la demande). Augmentation de L’engagement de promoteurs de places d’apprentissage l’offre de places (personnes bien implantées dans l’économie régionale qui incitent d’apprentissage les entreprises à offrir des places d’apprentissage supplémentaires) et le financement de départ accordé aux réseaux d’entreprises formatrices servent tous deux à la création de nouvelles places d’apprentissage. Les autres mesures prises sont les suivantes: Confédération Cantons Organisations du monde du travail À court terme Appels aux Modèle: Appels aux entreprises entreprises Appels, campagnes membres d’associations «Plus de places professionnelles Promoteurs de d’apprentissage» places d’apprentissage Augmentation du nombre subventionnés d’offres transitoires Recours à des promoteurs de places d’apprentissage À moyen terme Diffusion de l’étude Institution de semestres Création d’offres et de «Coût/Bénéfice de la de motivation places d’apprentissage formation des moins exigeantes, en apprentis» Marketing en faveur des collaboration avec la places d’apprentissage Confédération et les Label d’entreprise cantons formatrice À long terme Amélioration de la situation statistique, en collaboration avec les cantons Recherche sur la formation professionnelle: capacité à former des entreprises Tableau 1: Mesures sous l’angle de l’offre Label: Les offices cantonaux de formation professionnelle remettent aux entreprises formant des apprentis un label qui témoigne, vis-à-vis de la clientèle, de l’engagement de l’entreprise en faveur de la formation professionnelle. Création d’offres moins exigeantes: L’introduction de la formation professionnelle initiale sur deux ans donne aux jeunes qui possèdent des aptitudes pratiques la possibilité d’obtenir un diplôme fédéral. Les premières formations initiales sur deux ans débuteront en été 2005. Projets de développement pour 2005 • Le renforcement de mesures favorisant la création de réseaux d’entreprises formatrices (financement de départ, promoteurs de réseaux d’entreprises formatrices). L’objectif est d’inciter des petites et moyennes entreprises hautement qualifiées à s’engager en faveur de la formation des apprentis, d’une manière simple, sans trop de démarches administratives. • Le renforcement de l’information dans les entreprises sur les effets coût/bénéfice de la formation des apprentis ainsi qu’une prise en compte ciblée de ces effets dans le cadre des futures réformes des professions. Amélioration des La situation est particulièrement difficile pour les jeunes provenant chances des de l’immigration et pour ceux qui ont un faible niveau en fin de jeunes à la scolarité. Les mesures les plus prometteuses pour l’intégration de recherche d’une ces jeunes résident avant tout dans un accompagnement place individualisé lors du passage de l’école obligatoire à la formation d’apprentissage professionnelle. Ces mesures comprennent des offres transitoires, des programmes de mentoring, le coaching des jeunes sans place d’apprentissage, ainsi que des programmes conçus pour les immigrants. Confédération Cantons Organisations du monde du travail À court terme Subvention des Hotline Places Campagne en faveur campagnes liées au d’apprentissage des professions Concours mondial des présentant un surplus Métiers Junior Job Services d’offres lors du Concours mondial des «La parole aux Métiers apprentis» Annonces gratuites dans les journaux pour les jeunes recherchant une place d’apprentissage Speranza (entremise de politiciens en faveur de jeunes auprès d’entreprises) À moyen terme Journée de la formation Optimisation du Offres couvrant toute professionnelle marketing en faveur la palette de talents (amélioration de l’image des places dans le cadre de la de la formation d’apprentissage mise en œuvre de la professionnelle) Amélioration du nouvelle loi sur la Coordination de la processus de choix formation résolution des de la profession professionnelle (nLFPr), problèmes d’interface grâce au placement et en collaboration avec entre le degré secondaire au mentoring en faveur la Confédération et les I et II, en collaboration de certains groupes de cantons avec la CDIP jeunes À long terme Création d’un répertoire Coordination de cantonal des apprentis l’offre dans le processus de choix de la profession Tableau 2: Mesures sous l’angle de la demande Offres transitoires: offres liées à la pratique et au marché du travail après la scolarité obligatoire. Elles complètent le programme de l’école obligatoire en prévision des exigences de la formation professionnelle initiale. La parole aux apprentis: des apprentis rendent visite à des écoliers en classe terminale et leur parlent de leurs expériences en apprentissage. Répertoire cantonal des apprentis: Par l’amélioration des statistiques cantonales, il sera possible de mieux suivre les différents parcours de formation des jeunes. Projets de développement pour 2005 • L’assurance-chômage (AC) soutient les jeunes dans leurs recherches d’une place d’apprentissage en organisant des semestres de motivation. En 2004, près de 7200 jeunes ont bénéficié de cette aide. Pour l’année 2005, il est prévu d’étendre l’offre à quelque 10 000 places. Mesures pour les jeunes avec un titre de formation après la scolarité obligatoire Objectif: Le but premier pour les jeunes diplômés du degré secondaire II à expérience la recherche d’un emploi consiste à acquérir une expérience professionnelle professionnelle et, si possible, à obtenir un emploi régulier à long terme. En 2004, 17 337 diplômés du degré secondaire II étaient à la recherche d’un emploi et inscrits auprès d’un ORP. 8 385 d’entre eux recherchaient un emploi depuis plus de 4 mois. Projets de développement pour 2005 Financement de • L’AC propose aux jeunes à la recherche d’une place de stages formation la possibilité d’acquérir une expérience pratique, professionnels par auprès de l’administration publique ou dans une entreprise l’AC privée, dans le cadre d’un stage professionnel. Elle prend à sa charge 75 % des frais et les 25 % restants, au minimum CHF 500.-, sont à la charge de l’employeur (pour un stage à plein temps). En 2004, 3 000 places de stage ont été ainsi créées. En 2005, l’AC souhaite doubler ce chiffre, pour atteindre 6000 places de stage. Différentes mesures permettront de concrétiser cet objectif. o La Confédération donne l’exemple et crée un certain nombre de places de stage supplémentaires. Le DFE soumet une proposition dans ce sens au Conseil fédéral. o La Confédération lance un appel aux communes, leur demandant de créer des places de stage. o Le seco étudie les possibilités de faire augmenter la demande des entreprises pour des stagiaires. Stages dans des • Dans les entreprises d’entraînement, les jeunes à la recherche entreprises d’une place de formation peuvent acquérir une expérience d’entraînement professionnelle dans un environnement proche de la réalité. Pour 2005, par rapport à l’année précédente, il est prévu d’augmenter le nombre de places, les faisant passer de 1900 à 2000. Soutien aux jeunes Nouvelles mesures en 2005 à la fin de leur • Mesures préventives à court terme: amélioration du mentoring apprentissage en vue de la recherche d’un emploi, lors du passage de l’apprentissage au marché du travail. À partir du mois d’avril, une nouvelle offre de formation continue sera présentée aux enseignants des écoles professionnelles, en étroite concertation avec la CDIP et les cantons, afin d’améliorer l’accompagnement personnalisé des jeunes sortant de l’apprentissage (établissement d’un journal des candidatures déposées, association des parents au travail de recherche d’emploi, répertoire d’adresses utiles et accompagnement à long terme des jeunes sans place d’apprentissage). Organisation par l’Institut suisse de pédagogie pour la formation professionnelle (ISPFP) dans les trois régions linguistiques, après accord avec les responsables dans les cantons. seco/OFFT Berne, le 4 février 2005
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Finlande

de DIRECTORATE-GENERAL-FOR-REGIONAL-POLICY

Un devoir national : l'insertion des jeunes sans diplôme

de rapports-enseignement-travail-formation

L'emploi des jeunes, grande cause nationale

de rapports-enseignement-travail-formation